30/06/2011

BEKAERT...à Walibi ??? UP AND DOWN....

 

APRES AVOIR ACHETE quelques titres à 52.50 , et vendu ce matin à 57.60 , je viens de lire TRENDS Tendances de ce jour , et je vais patienter pour racheter !!....la concurrence devient féroce…On retourne plus bas….ATTENDRE …CC.

 

AMERICAN MARKETS OUTLOOK: U.S. stocks are expected to open slightly higher but on low volumes. Still, "sentiment is good after the Greece vote and German [unemployment] data," said Chris Purdy of Spreadex, adding that U.S. unemployment data is also likely to show a decline, pleasing investors.

At 1050 GMT, S&P 500 futures were up 1.75 points at 1306.05, Nasdaq 100 futures were up 4.00 points at 2298.00 and Dow industrial futures were up 35.00 points at 12239.00.

EUROPEAN MARKETS: European stocks were in the black as investors continued to capitalize on the positive momentum from the previous session after the Greek government successfully voted in favor of stringent austerity measures. But traders cautioned this may be little more than a modest relief rally, with further pain for Greece along the line likely to keep investors on their toes.

"With the [Greek] economy likely to continue to contract as a result of the fiscal measures, the implementation risk is elevated. Similarly, we believe the risk is high that the privatization targets are undershot," said BNP Paribas. "Following the relief rally, therefore, market tensions are likely to continue to bubble underneath the surface and erupt periodically," it added.

At 1050 GMT Euro Stoxx 50 was up 0.30% at 2809.64.

London's FTSE 100 held steady with investors responding positively to some upbeat corporate news after recent declines. BG Group was up 4.5% on expectations of higher earnings potential as the company doubled the total reserves and resources estimate for its Santos Basin interests off Brazil. Lloyds Banking Group continued to lead gains, despite coming off highs, after pleasing investors with cost-cutting plans and a strategy revamp. Petrofac lost 3.1% as it failed to impress with its interim management statement.

At 1050 GMT the index was up 0.5% at 5886.56.

Bunds slipped as European Central Bank President Jean-Claude Trichet signaled a July rate rise by using the "strong vigilance" phrase [again] and saying the ECB is "strongly determined" to keep CPI expectations anchored. At 1050 GMT, September bunds were down 0.02 at 125.88, while September gilts were up 0.22 at 120.92.

Expectations of an ECB rate increase next week helped the euro as Trichet again used the code words "strong vigilance," however, there is downside potential as the time for the second Greek vote nears. The vote on implementation bills for austerity plan gets underway 1100 GMT but, like Wednesday, could go on for some time. The Australian and New Zealand dollar were still well bid. Friday's U.S. ISM number and the Chicago PMI later today may be key.

At 1050 GMT, the dollar was down at Y80.42, the euro was up at $1.4479 and the pound was down at $1.6005.

TAUX A LA HAUSSE  !!!!!!......

TRICHET SIGNALS JULY RATE RISE
ECB President Jean-Claude Trichet indicates that interest rates are likely to rise at the ECB's upcoming meeting July 7. Trichet says central bank remains of the belief that "strong vigilance" is warranted to combat inflationary pressures.

HEARD ON THE STREET: The discrepancy between two of the world's major benchmarks, West Texas Intermediate and Brent, has gone beyond a joke. Historically, higher quality WTI traded at a small premium to Brent, but that pattern has sharply reversed in 2011. Confidence in WTI as a key global oil price marker is eroding.

 

INDICES A 14H42...

BEL 20 * 2555.71 7.78 0.31 %  
AEX 25 * 336.68 1.40 0.42 %  
CAC 40 * 3939.08 14.85 0.38 %  
Euronext 100 * 697.77 2.92 0.42 %  
Next 150 * 1685.95 11.03 0.66 %  
DAX 30 7301.23 7.09 0.10 %  
MIB 30 19,881.75 17.08 0.09 %  
IBEX 35 10236.30 92.70 0.91 %  
SMI 6,102.03 0.48 0.01 %  
SLI 951.81 2.26 0.24 %  
SPI 5,609.23 4.01 0.07 %  
FTSE™ 100 5887.49 31.54 0.54 %  
Dow Jones * 12,261.42 0.00 0.00 %  
Nasdaq 100 2,294.43 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,740.49 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,013.16 6.98 0.69 %  
OMX Helsinki 25 2,368.53 27.08 1.16 %  
OMX Stockholm 30 1,107.23 7.20 0.65 %

 

14:41 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

la GUERRE AERIENNE ...GROS ENJEUX.

APRES LE BOURGET...

Report: American Airlines to replace US fleet

Report: American Airlines in talks with Airbus and Boeing over $15 billion aircraft deal

ap

Related Quotes

SymbolPriceChange
AMR 5.41 0.00
Chart for AMR Corporation Common Stock
BA 72.72 0.00
Chart for Boeing Company (The) Common Sto
LUV 11.39 0.00
Chart for Southwest Airlines Company Comm
 
On Wednesday June 29, 2011, 11:06 pm EDT

FORT WORTH, Texas (AP) -- American Airlines is in talks with aircraft manufacturers Airbus and Boeing Co. to purchase at least 250 aircraft in a deal valued at about $15 billion, The Wall Street Journal reported Wednesday.

The newspaper cited unnamed persons familiar with the matter who said American wants to replace more than a third of its entire fleet.

Such a large order would represent a potential windfall for both aircraft makers and would provide an extra psychological boost for Europe's Airbus if it can crack American's all-Boeing fleet of 620 planes.

It also would mark a bold step by American to lift its fortunes by improving the comfort and fuel efficiency of its aging domestic fleet. Among the largest U.S. airline companies, only American parent AMR Corp. lost money last year.

The high price of jet fuel pushed AMR to a $436 million first-quarter loss this year, leading the company to scale back plans to add flights, retire at least 25 older, gas-guzzling MD-80 planes in 2011, and add newer jets.

American had more than 200 MD-80s at the start of the year, and they averaged 20 years old -- five years older than the fleet-wide average. By speeding up their replacement, American could save money on fuel and maintenance.

American worked out a tentative agreement with Airbus several weeks ago without telling Boeing, then approached Boeing and asked it to make a counter offer, according to the report.

Airbus is offering American discounts, special financing terms and other incentives to win the deal, the Journal reported. It said that American is interested in Airbus' A320 planes, including a model with a new, more-efficient engine that is scheduled to go into production in 2015.

American also is considering purchasing planes from Boeing's roster of 737 models. The airline already expects to add 54 737-800s by 2013, has more 777s on order and is a customer for Boeing's new 787, which it calls the Dreamliner.

Airlines often try to operate with fewer, not more, types of aircraft. It's simpler and reduces costs for pilot training, maintenance and spare parts. Southwest Airlines Co. famously uses only Boeing 737s. In recent years, American has simplified its fleet from 14 types to five.

American wants to nail down the terms of the aircraft orders this summer, the Journal said, citing the persons familiar with the matter.

Representatives from American, Boeing and Airbus, a unit of European Aeronautics Defence & Space Co., declined to comment.

AMR shares ended the regular session down 13 cents, or 2.4 percent, to $5.41. Shares of Chicago-based Boeing ended up 63 cents to $72.72.

10:43 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les TERRES RARES...LYNAS.on fait le gros dos....

On connait ce problème en Malaysie ...c'est à cause de ça qu'elle bloque depuismi-avril ....voici derniers développements .

 

 

Lynas Requirements To Delay Project Start-Up -CLSA

DJ MARKET TALK: Lynas Requirements To Delay Project Start-Up -CLSA

 

0540 GMT [Dow Jones] Fresh requirements imposed on Lynas Corp.´s (LYC.AU) Malaysia-based rare earths processing plant will likely set back the project at least 6-12 months and harm its economics, says CLSA analyst Michael Evans. "The start-up was always pretty ambitious for the third quarter of this year and I´d be very surprised if this news doesn´t delay that. You would have to think it´s going to be a minimum of six months´ delay and probably 12 months." Lynas has already mined its first ore but Malaysia´s government will interdict shipments until the company has responded to 10 issues raised in a report by the International Atomic Energy Agency. Requirements that Lynas submit a plan for disposing of waste after the project is decommissioned and make provision for a remediation fund are likely to be the biggest hurdles to start-up: "The project should generate substantial cash margins even if rare earth prices come down a lot, but the provisions may affect the economics of it," says Evans. (david.fickling@dowjones.com)

 Contact us in Singapore. 65 64154 140; MarketTalk@dowjones.com 

(END) Dow Jones Newswires

June 30, 2011 01:40 ET (05:40 GMT)

Copyright (c) 2011 Dow Jones & Company, Inc.

Q+A-Lynas to get Malaysian licence if recommendations met

 
 

KUALA LUMPUR, June 30 | Thu Jun 30, 2011 2:17am EDT

(Reuters) - Malaysia has ordered Australian miner Lynas to comply with an independent panel's recommendations in order to receive a pre-operating licence for a rare earths facility.

For a related story:

The $230 million Malaysian plant is part of a plan by Lynas to process rare earths from its mine in Australia and bridge gaps in global supply after top producer China slashed its export quotas last year.

The proposed plan has hit a storm of protests on concerns that it could endanger the health of nearby residents.

Following are questions and answers on the proposed plant, and possible implications of any delay in its operation.

 

WHAT IS DRIVING THE PROTESTS?

Fear of a repeat of a controversial rare earths factory operated by Mitsubishi Chemical in the northern state of Perak, which was closed down in the 1990s after critics say it was linked to birth defects and at least eight leukaemia cases.

The protest against the Lynas plant is driven by local residents and green groups but is also increasingly being taken up by the country's opposition, which is hoping to capitalise on the unhappiness to drum up anti-government sentiment.

 

HOW POLITICALLY SENSITIVE IS THE LYNAS PROJECT?

Increasingly, as it comes ahead of general elections which could happen as early as the end of2011. Prime Minister Najib Razak wants more foreign investment, but is wary of sparking voter anger after his ruling coalition suffered record losses in 2008 national polls.

Najib earlier this year scrapped a proposed coal-fired power plant by state power firm Tenaga in Malaysia's Borneo state of Sabah after mounting protest over the project's environmental effects.

Following the Lynas protest, the government also cancelled a memorandum of understanding with Hong Kong-listed CVM Minerals Ltd to conduct a feasibility study to explore and mine rare earth minerals in Perak.

 

WILL THE LYNAS PROJECT BE SHELVED?

Widespread anger by residents and green groups could put pressure on the Malaysian government to move cautiously on this project. Some analysts think the authorities could delay a decision until after the next general election.

Najib's ruling coalition generally looks likely to retain power but a failure to reverse its 2008 polls losses would increase pressure on him to double efforts to shore up voter support, which could put the Lynas project in jeopardy.

 

WHAT WILL HAPPEN TO GLOBAL SUPPLY SCENARIO AND PRICES?

With the Malaysian government holding off approval for the processing plant, Lynas might have to stockpile the rare earths or look elsewhere to set up the facility. Either way, there will be a delay.

This could lift the supply deficit in the global market beyond a peak of 18,734 tonnes that Goldman Sachs has estimated for this year and delay a surplus scenario expected in 2013.

The concerns in Malaysia could further boost prices of rare earths that have risen due to top producer China cutting export quotas and strong demand for these commodities used in products ranging from cell phones to hybrid cars.

The price of cerium oxide -- the most abundant rare earth that is used in batteries and petroleum additives -- has more than doubled to $135 a kilo on May 9 from $52.62 in the last quarter of 2010, Lynas data show.

 

CAN CONSUMERS CAN RELY ON OTHER RARE EARTHS PRODUCERS?

Consumers may turn to U.S.-based Molycorp . The firm is modernising a rare earth mine and processing facilities at Mountain Pass in California, which was acquired in 2008 from Chevron Corporation .

Analysts say new mine production from Mountain Pass will start in 2012 although small-scale production from stockpiled rare earths has already resumed. Molycorp will produce 3,000 tonnes this year and that will quadruple next year.

(Editing by Liau Y-Sing)

10:39 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

9H34...UN PEU DE TOUT.

  • AFP le 30/06/2011 à 09:27

L'Italie va introduire une taxe sur les transactions financières :

 


Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi, le 24 juin 2011 à Bruxelles
© AFP/Archives  Jean-Christophe Verhaegen

Le gouvernement italien doit approuver jeudi l'instauration d'une taxe de 0,15% sur les transactions financières dans le cadre de son nouveau plan d'austérité, a-t-on appris de source gouvernementale.

Une taxe de ce type a existé par le passé en Italie mais elle avait été définitivement supprimée en 2007, selon le quotidien Il Sole 24 Ore.

Cette mesure, qui permettra de dégager de nouvelles recettes afin de réduire le déficit italien, s'inscrit dans le cadre de la volonté européenne d'instaurer une telle taxe, a noté la source gouvernementale.

La Commission européenne a décidé mercredi de proposer l'introduction d'une taxe sur les transactions financières afin d'alimenter le futur budget de l'UE.

Le gouvernement italien, qui se réunit à partir de 13H00 GMT pour adopter son plan d'austérité, doit également approuver une hausse de la taxe sur les bénéfices tirés par les banques de leurs activités sur les marchés financiers, a ajouté cette source.

Ces activités devraient être taxées à 35% alors qu'elles sont actuellement taxées, via deux impôts différents, à environ 31%.

La nouvelle cure d'austérité italienne de plus de 40 milliards d'euros, qui intervient après l'adoption l'an dernier d'un premier plan d'austérité de 25 milliards, doit permettre à Rome de parvenir à un quasi équilibre budgétaire en 2014 afin de rassurer les marchés financiers.

La Péninsule, dont la dette représente environ 120% du PIB et est l'une des plus élevées du monde, est sous étroite surveillance des marchés et des agences de notation.

L'agence Moody's a annoncé le 17 juin qu'elle envisageait d'abaisser sa notation, un mois après une décision semblable de Standard and Poor's.





  • AFP le 30/06/2011 à 09:23

Le CAC 40 ouvre en hausse, nouvelle journée cruciale en Grèce :



Le Palais Brongniart, où se tenait la Bourse de Paris
© AFP/Archives  Eric Piermont

La Bourse de Paris a ouvert en hausse de 0,33% au moment où débute une deuxième journée décisive en Grèce avec le vote par le Parlement de la loi d'application du nouveau programme d'austérité.

Le CAC 40 s'adjugeait 14,62 points à 3.937,26 points

 

LES INDICES...

BEL 20 * 2563.06 15.13 0.59 %  
AEX 25 * 335.97 0.69 0.20 %  
CAC 40 * 3934.00 9.77 0.25 %  
Euronext 100 * 696.74 1.89 0.27 %  
Next 150 * 1680.76 5.84 0.35 %  
DAX 30 7314.05 19.91 0.27 %  
MIB 30 19,949.71 85.04 0.43 %  
IBEX 35 10230.60 87.00 0.86 %  
SMI 6,115.29 13.74 0.23 %  
SLI 952.84 3.29 0.35 %  
SPI 5,612.97 7.75 0.14 %  
FTSE™ 100 5892.46 36.51 0.62 %  
Dow Jones * 12,261.42 72.73 0.60 %  
Nasdaq 100 2,294.43 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,740.49 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,010.11 3.93 0.39 %  
OMX Helsinki 25 2,358.36 16.91 0.72 %  
OMX Stockholm 30 1,102.68 2.65 0.24 %  
OMX Copenhagen 20 425.50 1.63 0.39 %  
OBX 352.93 4.51 1.29 %  

09:36 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR...9H22,ON RESTE BIEN.

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient entamer la séance en hausse, stimulés par l'adoption de nouvelles mesures d'austérité en Grèce, avant le vote final du Parlement jeudi.

IG Markets s'attend à ce que le FTSE ouvre en hausse de 18 points, à 5.874 points, tandis que le DAX devrait s'adjuger 19 points, à 7.313 points, et le CAC, 6 points, à 3.930 points.

Stuart Thomson, chef économiste chez Ignis Asset Management pense "que la Grèce est une tragédie en quatre actes, plutôt qu'en deux. En d'autres termes, nous ne pensons pas qu'elle fera défaut à court terme, mais à moyen terme, c'est une quasi-certitude".

Yusuf Heusen, de IG Index, ajoute que la population grecque ne semble pas prête à adopter les mesures retenues.

Par ailleurs, Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la Banque centrale européenne, a déclaré lors d'un entretien que la proposition française pour la participation du secteur privé, qui consiste essentiellement en un renouvellement des emprunts d'Etat de la Grèce, devait être étudiée de près afin de s'assurer qu'elle ne soit pas considérée comme un évènement de crédit par les agences de notation.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en hausse jeudi. Wall Street a clôturé en hausse pour la troisième séance consécutive mercredi, soutenue par l'adoption par le Parlement grec du plan d'austérité du gouvernement et par l'annonce du règlement d'un litige par Bank of America, qui a profité aux valeurs financières. Par ailleurs, les statistiques sur les promesses de vente de logements sont ressorties en progression.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient commencer la séance sur une note contrastée jeudi, avant une nouvelle journée cruciale au Parlement grec. Les marchés obligataires se sont repliés mercredi, car le vote d'une nouvelle cure d'austérité par les parlementaires grecs a accru l'appétit pour le risque.

Les questions de politique monétaire devraient bientôt revenir au centre de l'attention, et les investisseurs vont probablement examiner de près les chiffres de l'inflation dans la zone euro, à paraître jeudi, qui devraient selon les prévisions des économistes faire apparaître une légère augmentation du taux d'inflation, à 2,8% contre 2,7%.

"Avec une inflation toujours nettement supérieure à l'objectif, il semble presque certain que la Banque centrale européenne va relever les taux d'intérêt en juillet", estiment les économistes Roger Bootle et Jonathan Loynes de Capital Economics.

Au Royaume-Uni, la confiance des ménages s'est détériorée en juin. D'après l'enquête GfK NOP publiée jeudi, les Britanniques sont devenus plus pessimistes quant aux perspectives économiques et à leur situation financière personnelle. Cette baisse de confiance laisse attendre une certaine morosité de la consommation dans les prochains mois, ce qui est de mauvais augure pour le secteur de la distribution et risque de faire déraper la fragile reprise économique.

Les prix des obligations du Trésor affichent peu de variations jeudi. Le mouvement de hausse enregistré depuis trois mois par le marché des titres du Trésor a donné de nouveaux signes d'essoufflement mercredi, le faible succès d'une émission de dette ayant tiré les prix vers le bas pour la troisième séance consécutive. Le repli enregistré cette semaine est de loin le plus important depuis que le marché a entamé son mouvement de hausse début avril. Le rendement des obligations du Trésor à dix ans a atteint son plus haut niveau depuis un mois, à 3,132%, après la faible demande suscitée par une adjudication de 29 milliards de dollars de titres à sept ans. Deux jours plus tôt, ce rendement était à son plus bas niveau en six mois, à 2,842%. Les rendements évoluent dans le sens contraire des prix.

Le marché était déjà sous pression, en raison de la montée de l'appétit pour les actifs risqués provoquée par l'adoption par le Parlement grec d'un nouveau plan de rigueur, qui a alimenté l'espoir qu'Athènes obtienne une nouvelle aide financière et échappe à un défaut de paiement. Le soulagement suscité à court terme par ce vote favorable a conduit les investisseurs à se détourner du marché suracheté des titres du Trésor.

 

CHANGES

L'euro a accru ses gains face au dollar jeudi et a atteint ses plus hauts niveaux des deux dernières semaines jeudi pendant la séance en Asie, porté par un regain d'appétit pour le risque après l'adoption par le Parlement grec du plan d'austérité du pays. Ce vote a permis d'apaiser les craintes du marché quant à un éventuel défaut de la Grèce.

Dans une note adressée à ses clients, Crédit Agricole observe que l'euro devrait rester soutenu à court terme, mais que les gains à venir seront probablement limités. "Les bonnes nouvelles sont dans l'ensemble déjà intégrées et il serait surprenant que la paire euro/dollar franchisse la résistance majeure qui intervient vers 1,4557 dollar, car de nombreuses incertitudes persistent, celles sur la position des agences de notation sur un "roll-over" de la dette grecque n'étant pas des moindres."

L'attention reste centrée sur le Parlement grec, qui doit voter jeudi sur les mesures à mettre en place, et sur la réunion dimanche des ministres des Finances de la zone euro. Mais les investisseurs semblent encouragés par les signaux envoyés par les responsables européens sur ce rendez-vous.

L'euro pourrait poursuivre sa reprise après le vote du Parlement grec, estime Scott Ainsbury, gérant spécialisé dans les devises pour le fonds spéculatif new-yorkais FX Concepts. Selon les analystes, les principaux niveaux de résistance à surveiller si la reprise de la monnaie unique se poursuit sont 1,4500 et 1,4550 dollar.

 

PETROLE

Les prix du pétrole ont évolué de manière contrastée jeudi pendant la séance asiatique, après avoir fortement grimpé mercredi soir après l'adoption par le Parlement grec d'une nouvelle cure d'austérité.

Le vote favorable des parlementaires à Athènes a éloigné les craintes d'un défaut de paiement de la Grèce, qui risquerait de provoquer un nouveau séisme financier.

Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le West Texas Intermediate pour livraison en août, gagnait 48 cents, à 95,25 dollars le baril, après avoir déjà gagné 1,88 dollar mercredi.

A 6h00, le contrat sur le Brent de mer du Nord pour livraison en août perdait 32 cents, à 112,08 dollars, après avoir bondi de 3,62 dollars mercredi.

Le marché a subi "des prises de bénéfices après les gains impressionnants enregistrés hier", note Serene Lim, analystes de ANZ Bank à Singapour.

Selon elle, les données indiquant une solide demande d'énergie aux Etats-Unis, première puissance économique mondiale, devraient également soutenir les cours du pétrole.

LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4511 0.53%
Euribor 1 an 2.150 0%
Gold Index 1510.00 -0.11%
Pétrole (New York) 95.14 0.39%

09:23 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/06/2011

belle fin de journée...

de l'INVESTISSEUR...

 

En Europe, les marchés étaient à nouveau positifs après que le parlement grec ait approuvé les mesures d'austérité. Sur le marché des taux, on note un repli de 40 points de base (bp) du taux portugais à 10 ans. Le taux grec à 10 ans a lui baissé de 23 pb. Sur base indicielle, on note des hausses de plus de 1% en Europe. Ce sont surtout les valeurs de la construction et des matières premières qui se sont bien comportées. Ces deux secteurs ont gagné plus de 3%. A Amsterdam, BAM Groep a gagné 3,7%. Saint-Gobain s'apprécie même de 4,4%. Les bancaires étaient également bien orientées avec un gain moyen de 1,8%. Dexia se distingue avec une hausse de cours de 3,8%. Cela permet aussi à l'indice Bel20 de terminer la séance en hausse de 2,18%. Au sein de l'indice bruxellois, Bekaert se distingue avec une hausse de 6,3%. Colruyt (+1,6%) se redresse quelque peu après la chute d'hier. Sur le marché plus large, la BNB se hisse de 5,6% après avoir baissé récemment sous les 3.000 EUR. Keyware par contre a chuté de plus de 10% après que son patron ait annoncé que l'entreprise n'était plus à vendre. Aux Etats-Unis, les principaux indices profitent également du 'oui' grec. Les gains sont toutefois moins prononcés. Le FMI déclarait aujourd'hui que les Etats-Unis risquaient de perdre leur rating AAA si un accord n'était pas trouvé pour relever le plafond de la dette du pays. Le Dow Jones gagne 0,5%, tandis que la Nasdaq s'apprécie de 0,36%. Le pétrole se renchérit de 3% à 111,7 USD le baril, tandis que l'or progresse de 0,5% à 1.510 USD l'once.       

  • AFP le 29/06/2011 à 18:23

L'euro monte face au dollar, après l'approbation du budget d'austérité grec :


L'euro gagnait du terrain face au dollar mercredi après l'approbation, attendue par les marchés, par le Parlement grec d'un budget d'austérité qui conditionne la poursuite du soutien financier international dont la Grèce bénéficie depuis l'an dernier.

Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,4430 dollar contre 1,4367 dollar mardi à 21H00 GMT.

L'euro progressait également face à la devise japonaise à 116,66 yens contre 116,51 yens la veille.

Le dollar repartait en légère baisse face au yen à 80,84 yens contre 81,08 yens mardi.

"Le fait que le Parlement grec ait approuvé le plan d'austérité à moyen terme du gouvernement réduit les risques d'un désastre à court terme", commentait Ben May, analyste chez Capital Economics.

Avant le début du scrutin, les espoirs de voir le plan entériné avaient porté l'euro jusqu'à 1,4448 dollar, son niveau le plus élevé depuis deux semaines.

Pendant le scrutin, alors que les députés votaient un par un à l'appel de leur nom, la monnaie unique a plongé brutalement, mais brièvement, suite à un vote dissident au sein de la majorité socialiste.

Le projet a finalement été approuvé par 155 voix sur les 300 membres du Parlement.

Ce programme pluri-annuel est une loi cadre qui fixe à la Grèce pour objectif d'économiser 28,4 milliards d'euros sur son budget entre 2012 et 2015 et de réaliser 50 milliards d'euros en cessions et privatisations, sur fond de gronde sociale grandissante.

Ce vote sera suivi d'un deuxième scrutin prévu jeudi, tout aussi attendu par l'Europe, portant sur la loi d'exécution.

"Malgré les scènes de gronde populaire dans les rues d'Athènes, la prochaine étape dans le processus parlementaire grec devrait continuer d'aller dans le sens des responsables européens et renforcer l'idée qu'un défaut de paiement peut être évité" par la Grèce, notait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Les bailleurs de fonds de la Grèce, la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI), ont fait de ces deux votes la condition sine qua non du versement d'une nouvelle aide en juillet et du lancement d'un deuxième plan de sauvetage, après celui de mai 2010, pour la Grèce toujours au bord de la faillite.

De plus, la confiance du marché sur le fait que la Grèce devrait éviter un défaut de paiement est renforcée depuis lundi par la proposition des créanciers privés français de réinvestir dans le pays la majeure partie des remboursements du gouvernement grec.

Ce dossier alimente depuis des semaines la peur sur les marchés, qui craignent que la Grèce ne fasse faillite et entraîne la zone euro et le système financier mondial dans son sillage.

La prudence restait tout de même de mise, car de nombreux observateurs craignent qu'une telle opération ne soit interprétée par les agences de notation financière comme une situation de défaut de paiement.

Vers 16H00 GMT, la devise helvétique baissait face à la monnaie unique européenne à 1,2052 franc suisse pour un euro. Elle reculait aussi face au billet vert à 0,8350 franc suisse pour un dollar, après avoir atteint la veille un nouveau sommet inédit à 0,8276 franc.

La livre britannique se stabilisait face à l'euro à 89,84 pence, et progressait mais montait face au billet vert à 1,6061 dollar.

L'once d'or a terminé à 1.504,25 dollars au fixing du soir contre 1.499 dollars mardi.

Le yuan chinois a fini à 6,4634 yuans pour un dollar contre 6,4702 yuans la veille.

LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4424 0.38%
Euribor 1 an 2.150 0.33%
Gold Index 1510.00 0.65%
Pétrole (New York) 95.44 2.75%

18:47 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR..LA GRECE IRAIT MIEUX??

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient commencer la séance dans le vert mercredi, alors que les investisseurs ont les yeux rivés sur l'examen par le Parlement grec d'un nouveau plan de rigueur, et se préparent à vendre ou à acheter en fonction de l'issue du vote.

Selon BGC Partners, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 30 points, à 5.797 points, tandis que le DAX devrait gagner 37 points, à 7.207 points, et le CAC, 16 points, à 3.868 points.

L'adoption par le Parlement grec d'un ensemble de mesures d'austérité de 28,4 milliards d'euros et d'un plan de privatisations de 50 milliards d'euros est nécessaire pour que puisse être débloquée une nouvelle tranche d'aide de 12 milliards d'euros dans le cadre du plan de sauvetage de la Grèce mis sur pied l'an dernier par l'Union européenne et le Fonds monétaire international, et également pour que les négociations en vue d'un deuxième plan de sauvetage puissent progresser.

Les contrats à terme de Wall Street sont en légère baisse mercredi. Les valeurs américaines ont clôturé en nette hausse mardi, les investisseurs ayant été encouragés par les signes d'avancées sur la crise de la dette grecque, notamment par l'accord de principe donné par les banques allemandes à un renouvellement d'environ 10 milliards de dollars d'emprunts d'Etat grecs.

"Les investisseurs ont bon espoir que le plan d'austérité grec soit adopté", note Channing Smith, gérant de portefeuille chez Capital Advisors Growth Fund. "Le risque est que le vote aille dans l'autre sens", ajoute-t-il.

Les marchés d'actions asiatiques sont pour la plupart en hausse mercredi, grâce au regain d'optimisme au sujet de la Grèce. Les valeurs du secteur des services aux collectivités et les exportateurs soutiennent la Bourse de Tokyo.

 
 
OBLIGATIONS

Bunds et gilts pourraient entamer la séance de mercredi sur une note contrastée, alors que les investisseurs anticipent que le Parlement grec approuvera le plan d'austérité du pays.

L'aval du Parlement à 28,4 milliards d'euros de mesures d'austérité et à un plan de privatisations de 50 milliards d'euros permettrait à la Grèce d'éviter un défaut sur sa dette et limiterait les dégâts pour le système bancaire et les marchés mondiaux, estiment les investisseurs.

Une fois les problèmes de la Grèce revenus au second plan, les investisseurs devraient de nouveau porter leur attention sur la politique monétaire.

Selon Saxo Bank, le scénario le plus probable est que les économies accroissent leurs mesures de relance monétaire au troisième trimestre. Cela permettrait à la croissance d'accélérer légèrement, mais augmenterait aussi la charge fiscale et le besoin de changements structurels. La banque prône une solution à long terme avec un programme clair pour stimuler la croissance en Europe.

Les prix des emprunts du trésor américain progressent mercredi. Ils ont reculé mardi après une émission décevante d'obligations du Trésor à cinq ans.

Le Trésor a vendu 35 milliards de dollars d'obligations, avec un coupon de 1,615%, lors de cette adjudication, soit un rendement plus élevé qu'attendu par les opérateurs. La demande a été plus faible que lors des trois précédentes émissions de ce type.

 
 
CHANGES

L'euro marque une pause mercredi face au dollar et au yen, après avoir progressé mardi à la faveur des espoirs que le Parlement grec adopte le nouveau plan de rigueur du gouvernement et que la Grèce échappe à un défaut sur sa dette.

"Comme cela a été le cas la dernière fois lors du vote de confiance au gouvernement grec, un sentiment optimiste gagne" à l'approche du vote, note Masafumi Yamamoto, stratégiste devises en chef chez Barclays Capital à Tokyo. "Si l'euro monte [...] il sera confronté à un risque croissant d'être vendu après l'évènement si le Parlement grec adopte effectivement le plan", souligne-t-il.

Certains analystes estiment cependant que le marché pourrait s'exposer à une déception si les progrès sur le front de la dette grecque ne sont pas à la hauteur des récentes promesses.

L'euro pourrait se retrouver de nouveau vulnérable s'il monte au-dessus de la barre de 1,43 dollar et de ses points hauts sur environ une semaine. A cet effet, les analystes de RBS Securities ont recommandé la semaine dernière de prendre des positions courtes sur l'euro à 1,4420 dollar, expliquant que le dollar était de plus en plus survendu.

 
 
PETROLE

Les cours du pétrole ont chuté mercredi en Asie, les investisseurs prenant leurs bénéfices sur les gains de la veille. Les cours ont pourtant gagné du terrain en séance, portés par l'espoir que la Grèce puisse éviter un défaut sur sa dette et par la hausse de la demande en provenance des Etats-Unis.

Vers 7h00, le contrat sur le brut West Texas Intermediate pour livraison en août coté au Nymex, cédait 8 cents, à 92,81 dollars le baril, après avoir gagné 2,28 dollars mardi. A 6h00, le contrat d'août sur le Brent de mer du Nord cédait 33 cents, à 108,45 dollar, après avoir bondi de 2,79 dollars mardi.

Malgré une grève générale et des manifestations, les opérateurs espèrent que le Parlement grec approuvera mercredi et jeudi les mesures d'austérité requises pour que l'Union européenne et le Fonds monétaire international viennent en aide à la Grèce.

Selon Phillip Futures, les données publiées par l'American Petroleum Institute, qui montrent une baisse des stocks énergétiques des Etats-Unis, soutiennent également les cours pétroliers.


 LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4404 0.24%
Euribor 1 an 2.143 0%
Gold Index 1507.80 0.51%
Pétrole (New York) 93.37 0.52%

 

 

LES INDICES à 10h20..

BEL 20 * 2516.34 22.88 0.92 %  
AEX 25 * 332.69 2.79 0.85 %  
CAC 40 * 3895.06 43.17 1.12 %  
Euronext 100 * 689.49 6.95 1.02 %  
Next 150 * 1657.83 14.82 0.90 %  
DAX 30 7255.10 84.67 1.18 %  
MIB 30 19,703.95 249.27 1.28 %  
IBEX 35 10072.30 135.60 1.36 %  
SMI 6,051.57 49.17 0.82 %  
SLI 940.50 9.72 1.04 %  
SPI 5,562.79 45.80 0.83 %  
FTSE™ 100 5823.70 56.82 0.99 %  
Dow Jones * 12,158.49 114.93 0.95 %  
Nasdaq 100 2,276.86 -8.89 -0.39 %  
Nasdaq 2,729.31 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 989.99 15.38 1.58 %  
OMX Helsinki 25 2,296.30 39.34 1.74 %  
OMX Stockholm 30 1,090.49 18.13 1.69 %  
OMX Copenhagen 20 419.87 4.29 1.03 %  
OBX 352.93 4.51 1.29 %
  • AFP le 29/06/2011 à 10:17

Le CAC 40 en hausse de 0,93%, un vote positif en Grèce anticipé :


La Bourse de Paris s'affichait en hausse mercredi matin, anticipant un vote positif des parlementaires grecs concernant le plan d'austérité, préalable au déblocage de nouveaux fonds pour le pays.

A 10H09 (08H09 GMT), le CAC 40 prenait 0,93% à 3.887,80 points.

"Les marchés financiers continuent de se rassurer quant au vote, aujourd'hui et demain (mercredi et jeudi), par le Parlement grec, des mesures permettant l'apport d'argent frais par les Européens et le Fonds monétaire international, et ce, malgré l'agitation sociale", soulignent dans une note les analystes du CM-CIC Securities.

Le Parlement grec devrait voter mercredi le projet de budget pluri-annuel d'austérité. Un deuxième scrutin portant sur la loi d'exécution, tout aussi attendu, est prévu jeudi.

Comme lors des séances précédentes, les valeurs bancaires profitaient de cet optimisme: Société Générale gagnait 1,37% à 39,34 euros, BNP Paribas 1,37% à 51,83 euros, Crédit Agricole 0,74% à 10,06 euros et Natixis 0,72% à 3,35 euros.

Parmi les autres valeurs en vue, PPR prenait 2,15% à 121 euros, après que le président du groupe de luxe et de distribution, François-Henri Pinault, eut annoncé aux syndicats que la vente de son groupe de vente à distance Redcats, maison mère de La Redoute, n'aurait pas lieu avant l'automne, voire début 2012, selon le magazine Challenges.

Les prestataires de services parapétroliers, à l'image de CGG Veritas et Technip profitaient, pour leur part, de la remontée des prix du pétrole. Le premier grimpait de 4,36% à 24,40 euros et le second de 2,33% à 70,74 euros, soit le plus forte progression du CAC 40.

Total, première capitalisation boursière, signait une progression de 0,82% à 38,72 euros.

Après l'annonce de négociations exclusives entre le groupe publicitaire britannique Aegis, qui veut céder sa filiale d'études de marchés Synovate, et l'institut français d'études et de sondages Ipsos, ce dernier prenait 2,17% à 32,27 euros.

De son côté, Schneider Electric (+2,18% à 112,65 euros) tirait parti des informations des Echos selon lesquelles le fabricant de matériel électrique envisage de céder sa branche "capteurs". Selon le quotidien économique, "plusieurs dizaines de candidats" seraient intéressés pour cette entité et "l'activité serait valorisée autour d'un milliard de dollars".

10:23 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2011

bonsoir;en HAUSSE.

 

Après un démarrage négatif, les bourses ont ce mardi après-midi regagné des niveaux positifs. L'espoir d'une approbation rapide par le parlement grec du plan de mesures d'économies ainsi que l'aide de l'Europe et du FMI qui y est corrélée justifient ce redressement. L'Eurostoxx 50 gagne 1%. Les banques se redressent. Grâce à des chiffres positifs chez Nike, Puma (+2,4%) s'enrichit aussi. Le secteur de la distribution offre une image divergente : Carrefour gagne 4% mais Casino en cède 5,6%. Siemens déçoit les investisseurs et est sanctionné de 1,9%. TomTom est solidement sanctionné pour sa mise en garde sur bénéfice et dévisse de 27%. Dans le secteur automobile, Renault repasse la barre des 40 EUR. Daimler monte pour sa part de près de 2,3%. Trigano en cède presque 5,6%. Le Bel 20 fait partie des canards boîteux en cédant 0,4%. Colruyt est le plus grand perdant de l'indice en dérapant de 12,8%. IBA recule de 4,2%. Parmi les valeurs gagnantes, il y a Tessenderlo (+3,1%), Ablynx (+3,3%) et Ageas (+2,7%).

A Wall Street, les indices montent de quasi 1%. L'euro remonte face au dollar et s'échange 1,7% plus haut à 1,435 USD. Le pétrole et l'or sont légèrement plus chers.

INDICES A 18H07...

BEL 20 * 2,493.46 -12.03 -0.48 %  
AEX 25 * 329.90 1.39 0.42 %  
CAC 40 * 3,851.89 55.34 1.46 %  
Euronext 100 * 682.54 6.41 0.95 %  
Next 150 * 1,643.01 1.13 0.07 %  
DAX 30 7,170.43 62.53 0.88 %  
MIB 30 19,454.68 157.57 0.82 %  
IBEX 35 11,070.80 23.00 0.21 %  
SMI 6,002.40 11.58 0.19 %  
SLI 930.78 4.62 0.50 %  
SPI 5,516.99 15.44 0.28 %  
FTSE™ 100 5,766.88 44.54 0.78 %  
Dow Jones * 12163.29 119.73 0.99 %  
Nasdaq 100 2275.02 22.78 1.01 %  
Nasdaq 2715.65 27.37 1.02 %  
OMX Nordic 40 974.62 -0.67 -0.07 %  
OMX Helsinki 25 2,256.96 3.05 0.14 %  
OMX Stockholm 30 1,072.36 3.47 0.32 %  
OMX Copenhagen 20 415.59 0.67 0.16 %

18:07 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DERAPAGES...

LES DERAPAGES SE SUIVENT...

COLRUYT -12%

Colruyt: CA 2010-2011 à EUR7,28 mds

DJ Colruyt: le bénéfice net en hausse de 2,5% en 2010-2011

 

BRUXELLES (Dow Jones)--Le distributeur belge Colruyt NV (COLR.BT) a publié lundi un bénéfice net en hausse de 2,5% au titre de l´exercice 2010-2011, grâce à une progression de son chiffre d´affaires.

Pour l´exercice clos au 31 mars, le bénéfice net a atteint 338 millions d´euros, contre 329,6 millions d´euros lors de l´exercice précédent.

Le chiffre d´affaires a progressé de 7,8% à 7,28 milliards d´euros.

Le groupe présentera ses projections pour 2011-2012 lors de son assemblée générale du 21 septembre.

 

(END) Dow Jones Newswires

June 27, 2011 12:28 ET (16:28 GMT)

 

TOMTOM -26%

TomTom victime de la faiblesse de l´électronique grand public

DJ TomTom victime de la faiblesse de l´électronique grand public

 

AMSTERDAM (Dow Jones)--TomTom NV (TOM2.AE), victime de la faiblesse persistante des marchés de l´électronique grand public, a émis lundi soir un avertissement sur résultats.

Le fabricant d´appareils de navigation a revu à la baisse sa prévision de bénéfice par action pour l´exercice 2011 et table désormais sur 0,25 à 0,30 euro, contre une précédente estimation de 0,49 euro, soit le niveau enregistré en 2010.

Le groupe néerlandais a également abaissé sa prévision de chiffre d´affaires annuel pour la deuxième fois de l´année. Il attend désormais un chiffre d´affaires de 1,225 milliard à 1,275 milliard d´euros, contre une précédente fourchette qui allait de 1,43 milliard à 1,48 milliard d´euros.

 

-Archibald Preuschat, Dow Jones Newswires

(Version française Aurélie Henri)

 

(END) Dow Jones Newswires

June 28, 2011 02:34 ET (06:34 GMT)

09:56 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

PREDICTIONS...UN PEU DE TOUT

FROM SEEKINGALPHA..

5 Offbeat Stock Market Predictions for the Rest of 2011

 

By David Sterman

We're less than a week away from a key milestone. The first half of 2011 will come to a close and investors will look ahead for what the second half of the year has in store.

The S&P 500 began the year at 1,260, rose roughly 110 points (or 9%) by early May and has since given back much of the gains. Looked at another way, the S&P 500 has risen roughly 3% this year, which is good for a 6% annualized gain. This is not especially impressive -- but it could have been worse. With all the global headwinds in place, investors could just as easily have been looking at major losses in the first half of 2011.

One thing's for sure: the past will not be prologue. More than likely, the market is going to finally respond to some of the looming crises and turn down ["5 Economic Crises that Could Derail Your Portfolio"]. Or these issues may recede in importance, kicking off the next leg of a powerful bull market that began in March 2009 and lasted for more than two years. ["5 Reasons to be Optimistic about the Stock Market"]

Another boring 3% gain for the back half of the year seems to be the least likely scenario. Here are five potential wildcards that could affect the market before the glittering ball again drops in New York's Times Square. (As with any bold predictions, take them with a large grain of salt.)

#1: The China streak ends.

It's been a remarkable two decades for China. The country's economy has grown at least 7.6% every year since 1991.

Yet it's increasingly clear the country's policy makers are playing a very tricky hand, looking to slowly let its currency strengthen, cool down trade tensions and maintain employment levels that will avoid serious social unrest. [See: "5 Landmines for Chinese Stocks"]

It may be inflation or a fast-weakening bank sector that finally forces the Chinese economy into a sudden slowdown that spooks global stock markets. A massive amount of loans were doled out in recent years to encourage housing construction, high-speed rail and other infrastructure investments. If high prices cause a significant slowdown in any major sector, then watch out...

Prediction: Later this year, Chinese banks finally acknowledge very weak loan portfolios, leading to major asset write-downs and a liquidity crisis. Investors around the globe come to fear that a weaker Chinese economy will pressure other economies.

#2: A major technology/content merger
As the Apple (Nasdaq: AAPL) juggernaut continues, a wide range of consumer-focused hardware and media firms come to fear that the company's rising scale will create perpetual cost advantages, leaving Apple's competitors to fight over the scraps. This fear forces Sony (NYSE: SNE), Nokia (NYSE: NOK), Hewlett-Packard (NYSE: HPQ) Research in Motion (Nasdaq: RIMM), Microsoft (Nasdaq: MSFT) and others to seriously consider a merger or acquisition.

Prediction: A major deal happens -- which investors will greet with enthusiasm at first, as hopes rise of catching "the next Apple" are cited -- but the hoped-for synergies will fail to materialize.

#3: The cash migration
As part of a broader tax agreement, the Obama administration will relent and allow major corporations to repatriate cash from overseas at a 10% tax rate (twice the rate a similar amnesty offered in the last presidential administration). The large influx of cash back to the United States strengthens the dollar and kicks off an even deeper wave of stock buybacks. [See: "These 3 Companies are Buying Back BILLIONS of their Own Stock"]

Companies also seek to use much of that cash for acquisitions that avoid the dilution associated with stock-for-stock purchases, and are instead immediately accretive to earnings.

Prediction: The buybacks and deal-making help the market start to rally late in the year, which will set the stage for stock market gains of 10% to 15% in 2012 as well.

#4: Defense loses big
Defense stocks such as Lockheed Martin (NYSE: LMT) and Northrup Grumman (NYSE: NOC), which continue to trade near 52-week highs, will be among the biggest losers in the S&P 500 in the second half of the year, as incoming Defense Secretary Leon Panetta lays out spending cuts far deeper that many expect.

Prediction: The moves will have a degree of bipartisan support from deficit hawks on the right and foreign policy doves on the left who would rather see defense get cut over other social programs. The defense industry begins a period of cyclical downturn, which ends up being deeper and lasting longer than many had originally thought.

#5: Tourists flock to the United States
Efforts to streamline the cumbersome tourist visa process initiates a major uptick in visits and spending by foreigners later this year, boosting leisure stocks such as Disney (NYSE: DIS), lodging stocks such as Marriott International (NYSE: MAR) and globally-exposed air carriers such as United Continental (NYSE: UAL). Hotel room prices in popular tourist destinations such as New York City climb to new heights.

Prediction: The trend continues into 2012, making tourism (along with agriculture) a key driver behind a gradually shrinking trade deficit and a particularly bright spot in the stock market.

These five events are worth monitoring in the coming months. They'll either help move the market up onto a higher plane or blunt some of the gains posted in the past two years. Be ready to jump on investing plays that will either help you profit or protect your assets when these events begin to take shape.

More than likely, it will be the "surprises" we don't see coming that will have a meaningful impact on the market. Put on your seat belts: the ride may get bumpy.

Disclosure: Neither David Sterman nor StreetAuthority, LLC hold positions in any securities mentioned in this article.
 

 

09:34 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR...IL EST 9H..ORAGES APPROCHENT(météo, pas finances :) )

de ZONEBOURSE....hier soir

La confrontation entre bulls et bears se poursuit séances après séances. La semaine dernière, après une journée euphorique, les marchés ont finalement intégralement retracé cette tentative de rebond. Les problèmes de la Grèce inquiètent encore comme le ralentissement de la reprise économique aux Etats-Unis.


Indices

Avec un bilan hebdomadaire compris entre -0.5% et +0.5%, les indices boursiers continuent de faire du surplace, alternant séance haussière et baissière au gré des annonces. La tendance de la plupart des indices reste donc inchangée. Ces derniers évoluent à proximité de la borne basse de leur trading range avec un biais baissier en données journalières. L’attentisme reste donc de rigueur et les annonces concernant la Grèce cette semaine avec notamment le vote des mesures d’austérité devraient être décisives.


Matières premières

La consolidation des matières premières s’est accentuée sur la semaine avec des baisses significatives sur les métaux précieux et sur le pétrole. Cette correction, inéluctable, alors que le marché était en surchauffe depuis plus d’un an, trouve ses motivations dans les révisions des perspectives économiques mondiales. Le tassement de la croissance mondiale, la fin du QE2 avec la reprise des liquidités, et la politique monétaire seront moins favorable à la spéculation. Concernant le pétrole, les cours ont lourdement chuté après l’annonce du déblocage des stocks stratégiques par l’Agence Internationale de l’Energie. Elle prévoit de libérer 60 millions de barils sur 30 jours. Cette décision exceptionnelle (l’AIE n’a eu recours à ce type de mesure que 3 fois dans son histoire : 1990 et 2005) a pris de cours les investisseurs qui ont débouclé massivement leurs positions longues. La chute du pétrole éloignant un temps les risques inflationnistes, ainsi que le renforcement du dollar sont autant d’éléments qui peuvent expliquer la détente sur le marché de l’or qui a franchi récemment à la baisse les 1500 $. Le carry trade des matières premières (emprunts en dollars pour acheter des matières premières) se retourne progressivement.


Analyse sectorielle

L’indice « Euro Stoxx Banks » continue sa chute vertigineuse et affiche actuellement une baisse de 8% sur 1 mois et de 25% depuis les plus hauts de février. Notons quelques secteurs défensifs qui tiennent alors que les indices actions sont dans une configuration baissière rampante : La santé, l’industrie ou encore le secteur « alimentation et boisson ». A l’opposé, trois indices sectoriels sous-performent nettement l’Eurostoxx, à savoir les secteurs « Pétrole et Gaz », l’assurance et les « utilities ». Pour terminer, nous notons la forte sous-performance des valeurs technologiques (mis à part quelques exceptions comme Alcatel-Lucent) suite à de nombreux « profit warning » dans le secteur. Nous continuons à penser que ce sont les mêmes secteurs qui vont tirer les indices (Automobile, Chimie, Santé) même si un rattrapage du secteur bancaire sera intéressant à jouer après la décision finale début Juillet sur le cas grec.

Ci-dessous l'indice "Euro Stoxx Banks" :




Marchés des changes

Sans réelle volatilité, les devises continuent d’évoluer au gré des indicateurs macroéconomiques américains et des nouvelles grecques. Les législateurs helvétiques sont en réunion pour 3 jours au sujet du plan d’austérité de 110 milliards de dollars avec un vote prévu le 29 juin. Une loi d’application, qui fournira les détails techniques sur la manière dont le plan sur les 5 prochaines années va être appliqué, devra être approuvée au plus tard le 30 juin. En attendant, le dollar profite des problèmes que rencontre l’Europe pour afficher la meilleure progression depuis janvier.
Le ralentissement de la reprise économique est plus marqué au Royaume-Uni impliquant une chute de la livre qui se retrouve sur ses plus bas depuis janvier. La hausse du Franc Suisse quant à lui marque une pause même s’il flirte avec ses plus hauts historiques face au dollar, à 0.8340 CHF.


Statistiques économiques

L’indicateur ZEW reflétant le sentiment sur l’économie allemande s’est établi à -9 contre -1,7 anticipé. Du côté de l’emploi, les demandes d’allocations chômage sont ressorties en hausse sur la semaine alors que mercredi soir, la FED revoyait ses prévisions de chômage à la hausse. Le marché de l’immobilier, lui, reste démoralisé et si les ventes de logements neufs sont supérieures au consensus, elles restent en baisse de 2,1% en rythme annualisé. Les chiffres publiés en fin de semaine ont limité la casse, le climat des affaires en Europe s’est « légèrement » amélioré, ce que reflète l’indice IFO à 114,5 pour le mois de Juin. Cette semaine, ce sont les chiffres de l’immobilier et de l’industrie qui retiendront l’attention aux Etats-Unis avec mardi, l’indice Case-Shiller, les promesses de ventes de logement et l’ISM manufacturier. En Europe, le taux de chômage est attendu stable à 9,9% sur le mois de mai, il sera dévoilé en fin de semaine.


Un timing encore acheteur

Fondamentalement, les motivations des investisseurs, pour revenir à l’achat sur les marchés, sont encore trop imperceptibles. Malgré ce sentiment général négatif sur les places financières, nous estimons qu’un rebond se profile. Les niveaux techniques testés par les différents indices devraient permettre un rapide retour haussier et ainsi ramener les valorisations des actions détenues actuellement dans nos portefeuilles, plus en adéquation avec nos estimations.

Le 27/06/2011 à 18:05 - Mis à jour le 27/06/2011 à 19:40

Christine Lagarde sur le départ, un remaniement dès mercredi

Christine Lagarde sur le départ, un remaniement dès mercredi

 

PARIS (Reuters) - La désignation de Christine Lagarde à la tête du Fonds monétaire international s'annonçant imminente, Nicolas Sarkozy pourrait remanier le gouvernement français dès mercredi en confiant le ministère de l'Economie à François Baroin, déclare-t-on lundi de sources gouvernementales.

Le conseil d'administration du FMI se réunit mardi à Washington pour départager les deux postulants à la succession de Dominique Strauss-Kahn, inculpé à New York pour tentative de viol: la ministre française de l'Economie et des Finances et le gouverneur de la Banque centrale du Mexique, Agustin Carstens.

Un sondage informel réalisé par Reuters auprès des pays votants suggère que Christine Lagarde devrait obtenir haut la main la majorité, malgré une fronde des pays émergents.

Le scénario sur lequel travaille l'exécutif français est la désignation dès mardi de Christine Lagarde, qui serait alors "directeur général désigné" du FMI avant l'officialisation de son mandat, qui nécessite qu'elle démissionne de ses fonctions ministérielles.

"Ça devrait aller vite", déclarait-on lundi de source gouvernementale française, ce qui laisse supposer un remaniement dès mercredi.

Le Premier ministre, François Fillon, doit en effet partir pour une visite officielle en Indonésie et au Cambodge du 29 juin au 3 juillet.

Nicolas Sarkozy entend respecter les formes et ne pas donner l'impression d'avoir partie gagnée, mais il aurait déjà bâti son Meccano, dit-on de même source.

"Avant que ça ne soit fait, il n'est pas question d'en parler", a souligné le chef de l'Etat lundi lors d'une conférence de presse consacrée au grand emprunt.

"Il y a là un minimum de courtoisie à l'endroit des membres du conseil d'administration du FMI qui seraient sans doute très étonnés de voir que nous faisons comme si c'était fait", a-t-il expliqué.

"Jusqu'à la dernière minute, nous serons respectueux de leur décision et nous attendrons sereinement", a-t-il ajouté.

LE RETOUR DES CENTRISTES

C'est finalement le ministre du Budget François Baroin, favori au jeu des pronostics, qui devrait prendre la succession de Christine Lagarde à Bercy, maison qu'il connaît bien, selon des sources gouvernementales et parlementaires.

L'Elysée aurait notamment apprécié que ce chiraquien joue les casques bleus après que Jacques Chirac, son ancien mentor, eut affiché sa préférence pour François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012 avant de démentir, dit-on à l'UMP.

Avocat et ancien journaliste, François Baroin, 46 ans, diplômé de l'Institut supérieur de gestion (ISG) et d'études approfondies de géopolitique, est titulaire d'un DESS de sciences de l'information et d'un DESS de défense.

Mais Le Figaro croit savoir que le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon, "reviendrait dans la course".

Elle aussi pressentie, l'actuelle ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, diplômée de l'Ena et d'HEC, hériterait du Budget.

Malmenés lors des deux derniers remaniements, en novembre et février derniers, les centristes reviendraient dans le gouvernement à la faveur de ce jeu de chaises musicales.

Recalé lors du grand remaniement de l'automne, où il aurait été pressenti pour la Santé, le député des Alpes-Maritimes Jean Leonetti, vice-président du Parti radical, prendrait la succession de Valérie Pécresse.

"Il y a de très fortes probabilités pour Leonetti", déclare-t-on de sources parlementaires centristes.

"Mais ce ne serait pas une prise de guerre à même de faire pièce à l'entreprise Borloo", ajoute-t-on.

Jean-Louis Borloo, ex-numéro deux du gouvernement de François Fillon et président du Parti radical, ambitionne de se présenter en 2012, ce qui pourrait compromettre les chances de Nicolas Sarkozy pour un éventuel second mandat.

Au nombre des centristes, l'ex-UDF Marc-Philippe Daubresse, ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives de mars à novembre 2010, devrait faire son retour. Proche de Jean-Louis Borloo, il occupe depuis 2009 le poste de secrétaire général de l'UMP. Le nom de Marc Laffineur (ex-Démocratie libérale), député du Maine-et-Loire, circule également. C'est un proche de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Sophie Louet avec Emmanuel Jarry et Emile Picy, édité par Yves Clarisse

© 2011 Reuters

  • AFP le 28/06/2011 à 08:32

La Bourse de Paris attendue en hausse, l'attention reste rivée sur la Grèce :


La Bourse de Paris devrait ouvrir en hausse mardi, dans un marché dont l'attention reste rivée sur le débat parlementaire grec concernant l'adoption d'un nouveau plan d'austérité qui s'est ouvert lundi et doit être conclu par un vote mercredi et jeudi.

Une quarantaine de minutes avant l'ouverture, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 progressait de 0,40%.

Le marché parisien avait terminé en légère hausse lundi (+0,31%) au terme d'une séance sans relief. Wall Street avait aussi fini en progression, le Dow Jones gagnant 0,91% et le Nasdaq 1,33%, à la faveur d'un bond des valeurs bancaires.

Une semaine cruciale a débuté lundi pour la Grèce, dont le Parlement a commencé à débattre du projet de budget pluriannuel d'austérité, auquel est conditionné un nouveau déblocage d'argent frais au pays par ses bailleurs de fonds.

Un vote doit intervenir d'ici à jeudi, alors qu'une grève générale de 48 heures est prévue à partir de mardi dans ce pays.

Malgré l'opposition de la rue, le gouvernement socialiste s'est déclaré confiant dans la capacité du pays à franchir le pas de la rigueur.

"Je ne pense pas qu'on puisse parler d'optimisme au sujet de la Grèce. Mais je dirais que le pessimisme est moins fort", a estimé Michael James, de Wedbush Morgan Securities.

Les analystes de Barclays Capital ont toutefois estimé qu'il y avait "un danger" de voir des élus bloquer certaines mesures précises.

Parmi les indicateurs macro-économiques attendus mardi, les opérateurs suivront plus particulièrement outre-Atlantique les prix des logements en avril (13H00 GMT) et les chiffres de l'indice de confiance des consommateurs en juin (14H00 GMT).

Concernant la zone euro, ils pourront s'appuyer sur le redressement du moral des ménages allemands, selon le baromètre provisoire de l'institut GfK pour juillet publié mardi.

VALEURS A SUIVRE

CARREFOUR a reçu une "proposition" du Brésilien Gama pour créer une coentreprise au Brésil, ce dernier devant devenir par la suite un actionnaire de référence du groupe de distribution.

LAGARDERE: Les analystes de la banque suisse UBS ont relevé leur recommandation sur le titre du groupe à "acheter" contre "neutre" auparavant, ont indiqué des sources de marché.

CREDIT AGRICOLE cherche un acquéreur pour sa filiale de capital-investissement Crédit Agricole Private Equity (CAPE) pour recentrer ses activités d'investissement en capital dans les entreprises non-cotées "autour des caisses régionales", selon le quotidien économique l'Agefi.

09:30 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/06/2011

BONJOUR TOUT LE MONDE...TOUR D'HORIZON;BONNE SEMAINE A TOUS.CC.

L'actualité Bourse

Le 26/06/2011 à 19:31

Accord des régulateurs sur une surcharge de capital des banques

Accord des régulateurs sur une surcharge de capital des banques
Jean-Claude Trichet, le président du Groupe des gouverneurs des banques centrales et des régulateurs (GHOS). Ce groupe s'est mis d'accord sur une proposition visant à imposer une exigence supplémentaire de fonds propres aux établissements bancaires présentant un risque systémique en vue de les rendre plus solides d'ici 2019. /Photo prise le 19 juin 2011/REUTERS/Fabian Bimmer

 

BALE/LONDRES (Reuters) - Les régulateurs bancaires mondiaux se sont mis d'accord sur une proposition visant à imposer une exigence supplémentaire de fonds propres aux établissements bancaires présentant un risque systémique en vue de les rendre plus solides d'ici 2019.

Cette idée de surcharge de capital entre dans le cadre d'une série de réformes lancées en guise de réponse à la crise financière de 2007-2009, qui avait conduit bon nombre de pays développés à voler au secours des banques pour éviter une faillite du système financier.

Le Groupe des gouverneurs des banques centrales et des régulateurs (GHOS), présidé par le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, a déclaré après une réunion qui s'est tenue samedi à Bâle que cette proposition serait soumise au débat public le mois prochain.

"Les exigences supplémentaires en matière d'absorption de pertes (...) devraient osciller entre un ratio de capital Tier 1 additionnel allant de 1% à 2,5%, selon l'importance systémique d'une banque", précise le GHOS dans un communiqué.

Une surcharge additionnelle d'un pour cent serait également exigée si une banque grossit de manière significative, ce qui porterait le total de surcharge potentiellement à 3,5%.

Ce projet, qui doit être approuvé par les dirigeants des pays du G20 lors d'un sommet prévu en novembre, devrait être mis en place entre le premier janvier 2016 et la fin 2018.

Cette surcharge de capital viendra en plus des nouvelles exigences de fonds propres, soit un ratio Tier 1 "core" de 7%, demandées par le comité de Bâle qui supervise le système bancaire mondial.

La plupart des grandes banques mondiales affichent déjà un ratio Tier 1 "core" de 10% ou plus et devraient donc aisément être en mesure de se mettre en conformité avec le haut de la fourchette de la surcharge projetée.

Les banquiers centraux ont finalement opté pour une surcharge moins élevée que ce qui avait été anticipé mais, en retour, la surcharge devra être constituée d'un type de capital d'une qualité irréprochable : des bénéfices réservés ou des fonds propres.

La consultation lancée en juillet devrait donner une idée du nombre de banques qui seront concernées par cette surcharge de capital mais on ne sait pas encore à ce stade si leurs noms seront publiés.

La liste des banques mondiales considérées comme systémiques doit être la plus large possible et la plupart des banques françaises en feront partie, a dit mercredi à Reuters une source gouvernementale française.

Huw Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français

© 2011 Reuters

Nyrstar Extends Commodity Off-take Agreement with the Glencore Group

 

NEWS RELEASE

Regulated Information

27 June 2011

 

Nyrstar NV ("Nyrstar") today announced that it has extended to the end of 2018 the Commodity Grade Off-take Agreement with the Glencore Group for the sales and marketing of commodity grade zinc and lead metal produced by Nyrstar that was entered into in November 2008 (the "Off-take Agreement"). The Off-take Agreement allows Nyrstar to continue to direct its focus on growing sales within the higher margin value-added zinc and lead alloys markets, while selling the commodity grade products at market premiums to the Glencore Group.

 

 

- end -

 

 

About Nyrstar

The partner of choice in essential resources for the development of a changing world.  Nyrstar is a leading global multi-metals' business, producing significant quantities of essential resources - zinc and lead as well as other metals such as silver, gold and copper.  Nyrstar is listed on NYSE Euronext Brussels under the symbol NYR. For further information visit the Nyrstar website, www.nyrstar.com.

 

About Glencore International plc

Glencore is one of the world's leading integrated producers and marketers of commodities, headquartered in Baar, Switzerland, and listed on the London and Hong Kong Stock Exchanges. Glencore has worldwide activities in the production, sourcing, processing, refining, transporting, storage, financing and supply of Metals and Minerals, Energy Products and Agricultural Products.

  • AFP le 27/06/2011 à 08:42

Le CAC 40 attendu en baisse, nervosité à l'aube d'une semaine cruciale pour la Grèce :


La Bourse de Paris devrait ouvrir en baisse lundi dans un marché nerveux alors que s'ouvre une semaine cruciale pour la Grèce avec le vote mercredi et jeudi par le Parlement du nouveau plan d'austérité.

Une quarantaine de minutes avant l'ouverture, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 était en recul de 0,24%.

Le marché parisien avait clos sur une note stable vendredi (-0,08%). Wall Street avait de son côté nettement reculé, le Dow Jones perdant 0,96% et le Nasdaq 1,26%.

"Les investisseurs devraient rester nerveux cette séance alors que s'ouvre une semaine cruciale pour la Grèce", a relevé un analyste parisien sous couvert d'anonymat.

Le pays va devoir, pour convaincre ses partenaires et créanciers européens de le sauver de la faillite, avaler la pilule amère d'un nouveau plan d'austérité, un an après un premier train d'économies.

Le gouvernement grec s'est dit confiant dans l'adoption de ces nouvelles mesures, mais la colère monte dans le pays et une grève générale est prévue à partir de mardi. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a averti que tout rejet du plan aurait des conséquences majeures sur la stabilité de la zone euro.

En attendant, les modalités de la participation des créanciers privés font toujours débat au sein des instances européennes.

La Banque centrale européenne reste dubitative, soulignant à travers son chef économiste Jürgen Stark, que cette implication du secteur privé pourrait déclencher une "nouvelle phase dramatique de la crise".

La France, qui a annoncé vendredi que les banques et compagnies d'assurances françaises étaient prêtes à participer au futur plan d'aide, pourrait revoir quelque peu sa copie: les créanciers privés pourraient ne réinvestir que 70% des dettes remboursées par Athènes.

Peu d'indicateurs sont attendus cette séance. Les opérateurs suivront l'indice des dépenses et revenus des ménages en mai aux Etats-Unis alors que les interrogations sur le ralentissement de la première économie mondiale perdurent.

VALEURS A SUIVRE

TOTAL: les cours du pétrole étaient de nouveau orientés à la baisse, face aux inquiétudes récurrentes concernant la solvabilité de la Grèce et après l'annonce de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) de puiser dans ses réserves stratégiques.

TECHNIP a remporté un contrat de 70 millions d'euros auprès du groupe américain Endeavour Energy pour développer un champ de gaz et de condensats au large de l'Ecosse.

LE SECTEUR BANCAIRE devrait être à nouveau au coeur des attentions des investisseurs dans le sillage de la Grèce et alors que le Conseil des gouverneurs des banques centrales a adopté samedi un texte sur des exigences supplémentaires à appliquer aux banques systémiques. Cet accord prévoit notamment de relever le ratio de solvabilité de ces banques jusqu'à 2,5%.

DEXIA a annoncé la cession de ses activités d'assurance-vie en Turquie à l'américain MetLife pour 162 millions d'euros.

POWEO: deux groupes d'énergie italiens, Enel (gaz et électricité) et ENI (pétrole) discutent avec le fournisseur d'électricité alternatif en vue de son rachat, son principal actionnaire l'autrichien Verbund cherchant à vendre sa participation, selon le Journal du Dimanche.

BOLLORE: le britannique WPP serait intéressé par des parties de la branche publicité du groupe Aegis, contrôlé par le groupe diversifié français, affirme le PDG de WPP au journal Les Echos.

 

09:02 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/06/2011

BEKAERT +5.4% Chairman confiant(de Tijd)

DJIA             12.050,00 points -0,49% 
Nasdaq            2.686,75 points +0,66% 
S&P 500           1.283,50 points -0,28% 
 
Nikkei 225        9.651,04 points +0,57% (en séance) 
 
 
Cours de change à 07h30 
 
USD/JPY       80,47 
EUR/USD      1,4269 
EUR/JPY      114,81 
 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient commencer la séance en hausse, grâce aux avancées sur le dossier de la dette grecque réalisées jeudi, mais les investisseurs vont sans doute continuer de surveiller la situation de près.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 61 points vendredi, à 5.735 points, tandis que le DAX devrait gagner 67 points à 7.216 points, et le CAC, 46 points à 3.834 points.

Les marchés vont probablement rester sur leurs gardes, en attendant que le nouveau programme d'austérité grec soit soumis au vote du Parlement à Athènes la semaine prochaine, estime Joshua Raymond, stratégiste de City Index.

Le nouveau ministre des Finances grec, Evangelos Venizelos, a affirmé que les détenteurs grecs de titres de dette souveraine du pays, tels que les banques et les fonds de sécurité sociale, étaient disposés à participer à un renouvellement des créances pour réduire les pressions financières sur le pays.

Les contrats à terme américains sont dans le vert vendredi. Les principaux indices d'actions de Wall Street ont fléchi jeudi, lors d'une séance marquée par la volatilité, sous l'effet conjugué de statistiques économiques décevantes et d'une intervention inattendue sur le marché pétrolier, ainsi que de l'annonce d'un nouveau programme d'austérité pour la Grèce.

Les valeurs du secteur énergétique ont enregistré une forte baisse, dans le sillage des cours pétroliers, après l'annonce de l'Agence internationale de l'énergie, qui a affirmé que ses pays membres allaient débloquer 60 millions de barils de leurs réserves d'urgence pour remplacer les exportations libyennes.

Si la baisse des cours du pétrole est plutôt une bonne nouvelle pour les consommateurs, le plongeon du prix du baril à près de 91 dollars a conduit de gros investisseurs à se défaire d'actifs risqués pour couvrir leurs pertes inattendues.

Les investisseurs ont également été découragés par la publication de statistiques sur les inscriptions au chômage qui ont décu les attentes des économistes.

Les marchés d'actions asiatiques ont pour la plupart gagné du terrain vendredi, après l'accord trouvé sur un nouveau plan d'austérité pour la Grèce. Les valeurs pétrolières ont cependant chuté, en réaction à l'annonce de l'AIE.

"Les conditions étant incertaines en Europe, en Chine, en Inde et aux Etats-Unis, le Japon est finalement la seule économie qui soit sûre d'enregistrer une reprise dans les prochains temps", note Kenichi Hirano, de Tachibana Securities.

OBLIGATIONS

Les Bunds devraient se replier vendredi, sous l'effet d'un regain d'appétit pour le risque après la détermination affichée par l'Union européenne à éviter une faillite de la Grèce. L'indice IFO allemand du climat des affaires, attendu à 10h00, pourrait toutefois limiter la baisse du marché.

Les rendements des emprunts d'Etat des pays périphériques de la zone euro ont fortement augmenté jeudi sur fond de nervosité grandissante à l'égard d'éventuels troubles civils en Grèce. Le pays a également averti que son sauvetage prendrait fin si le plan d'austérité n'était pas mis en oeuvre, selon des sources.

La Chine reconnaît le risque d'acheter de la dette souveraine de la zone euro, mais voit de tels achats comme une forme de soutien à l'Europe, a déclaré vendredi un conseiller en politique extérieure des dirigeants chinois lors d'une conférence de presse.

La Chine travaille avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour éviter une restructuration de la dette d'un pays en Europe, a expliqué Qu Xing, président du China Institute of International Studies.

Les obligations d'Etat américaines s'inscrivent en baisse vendredi, une série de facteurs ayant alimenté les craintes à l'égard de la dette dans la zone euro et d'un ralentissement économique aux Etats-Unis, ce qui a conduit les investisseurs à se réfugier vers la sécurité des emprunts d'Etat.

Le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet a indiqué qu'une contamination du système bancaire par une contagion des problèmes de crédit serait la plus forte menace pour la stabilité financière.

CHANGES

L'euro est stable vendredi, après avoir grimpé dans les échanges matinaux en réaction à l'accord trouvé entre la Grèce et les représentants du Fonds monétaire international et de l'Union européenne au sujet de son programme d'austérité. L'euro avait été très fortement malmené jeudi, du fait des inquiétudes au sujet de la croissance mondiale et de la situation financière de la Grèce, ce qui fait que l'accord, bien qu'attendu, lui a permis de sensiblement se redresser.

Le programme d'austérité sur cinq ans que la Grèce a accepté ne résout cependant pas les problèmes de financement du pays à long terme, et il reste encore à le faire adopter par le Parlement. Cet accord était cependant nécessaire pour qu'il puisse être soumis au vote du Parlement.

"Pour pouvoir soumettre un plan d'austérité au vote, il fallait déjà avoir" une proposition de programme d'austérité, explique David Watt, stratégiste devises de RBC Capital Markets à Toronto.

L'adoption de ce programme d'austérité est crucial pour qu'un deuxième plan de soutien à la Grèce soit mis sur pied, et pour pouvoir éviter, comme le souhaitent les responsables de la zone euro, une procédure complexe de restructuration de la dette.

"Je ne pense pas que la situation pour le dollar va s'améliorer de si tôt", note Larry Kantor, responsable de la recherche chez Barclays Capital. Lorsque l'aversion au risque s'atténuera dans les prochains mois et que la croissance se redressera, notamment aux Etats-Unis, le dollar retrouvera son rôle de devise de financement et chutera, prévoit-il.

PETROLE

Les cours du pétrole montent vendredi, sous l'effet d'achats à bon compte et de l'appréciation de l'euro pendant la séance en Asie. Le contrat sur le Brent gagne cependant moins de terrain que celui coté au Nymex, après l'annonce par l'Agence internationale de l'énergie de son projet de puiser dans ses réserves de brut pour alimenter le marché.

A 06h00, le contrat d'août sur le Brent grimpait de 65 cents à 107,91 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat d'août sur le brut léger du Nymex progressait de 1,21 dollar à 92,23 dollars le baril.

La pénurie est plus importante en Europe en raison de la situation en Libye, c'est pourquoi l'annonce de l'AIE y a plus d'impact, observe Ben Westmore, économiste à National Australia Bank.

Jeudi, le prix du baril est tombé à son plus faible niveau depuis environ quatre mois, après l'annonce de l'AIE selon laquelle ses membres allaient mettre à la disposition du marché 60 millions de barils de brut provenant de leurs réserves stratégiques, afin de pallier l'arrêt des exportations libyennes.

 

09:02 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2011

BONJOUR..BEKAERT ARRIVE SUR SUPPORTS GRAPHIQUES.52-54 €

Les commentaires de la Fed devraient peser sur les actions

DJIA 12.109,67 points -0,66% Nasdaq 2.669,19 points -0,67% S&P 500 1.287,14 points -0,65% Nikkei 225 9.623,66 points -0,06% (en séance) Cours de change à 07h30 USD/JPY 80,44 EUR/USD 1,4295 EUR/JPY 115,00 

ACTIONS

Les places boursières européennes devraient ouvrir en baisse jeudi, la Fed ayant dressé mercredi soir un tableau peu encourageant de l'économie américaine.

IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en repli de 33 points à 5.740 points, tandis que le DAX perdrait 38 points à 7.240 points et le CAC, 28 points à 3.843 points.

Les marchés sont face à un paradoxe dans le sens où les résultats d'entreprises sont bons, voire supérieurs aux attentes, et les actions sont donc peu chères en termes de ratio cours sur bénéfices, mais la situation de l'emploi est morose, ce qui pèse sur les perspectives des consommateurs, observe Stephen Pope, chez Spotlight Ideas.

Les marchés européens sont également confrontés à l'avis des analystes selon lesquel la Grèce, même après le vote de confiance du Parlement, n'est pas encore sortie d'affaire, un nouveau vote au Parlement sur les mesures d'austérité devant avoir lieu la semaine prochaine.

Le gouvernement grec a approuvé mercredi un plan d'austérité pour 2012-2015 ainsi que les textes de loi nécessaires à sa mise en oeuvre, de façon à ouvrir la voie à l'octroi d'une nouvelle aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, ont indiqué des sources gouvernementales.

Ces mesures d'austérité vont atteindre plus de 28 milliards d'euros d'ici à 2015 et s'accompagnent d'un vaste programme de privatisations destiné à lever 50 milliards d'euros.

Les contrats à terme américains se replient jeudi. Wall Street a clôturé en recul mercredi, plombée en fin de séance par la révision en baisse des prévisions économiques de la Réserve fédérale, publiées à quelques jours seulement de la fin du vaste programme de rachats d'actifs de la banque centrale.

La Fed a fait une description plus pessimiste de la performance de l'économie américaine et n'a donné aucune indication quant à de nouvelles mesures pour soutenir la croissance et l'emploi. En revanche, ses membres ont indiqué que la banque centrale s'en tenait à son projet de mettre fin à son programme de rachat d'actifs de 600 milliards de dollars le 30 juin, et de maintenir ses taux d'intérêt proches de zéro.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient commencer la séance en légère hausse, après le tableau plutôt sombre qu'a donné la Fed de l'économie. Par ailleurs, si le Parlement grec a voté la confiance au gouvernement, les investisseurs restent conscients qu'il reste encore de nombreux obstacles à franchir. Les indices PMI européens pourraient accentuer les inquiétudes s'ils sont décevants.

Mercredi, les contrats à terme sur les gilts sont montés à des points hauts, tandis que les rendements ont chuté à leur plus bas niveau en sept mois, en réaction à la publication des minutes de la réunion de juin du comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, qui semblent suggérer qu'il n'y aura pas de relèvement des taux d'intérêt de si tôt.

Les prix des obligations du Trésor américain sont en hausse jeudi. Les responsables de la Réserve fédérale n'ont fait aucune allusion mercredi à un nouveau cycle de relance monétaire quantitative, et certains investisseurs ont pris leurs bénéfices sur la hausse des prix enregistrée plus tôt.

"Certains espéraient plus et ne l'ont pas obtenu", explique Mary Ann Hurley, vice-présidente du trading chez D.A. Davidson & Co. Un troisième cycle d'assouplissement quantitatif n'est pas en vue pour le moment, ajoute-t-elle.

Selon Gary Pollack, responsable des transactions sur les produits de taux à Deutsche Bank AG à New York, le rendement des titres à 10 ans pourrait descendre jusqu'à 2,75% dans les prochaines semaines. Sa baisse pourrait être déclenchée notamment par l'indice ISM à paraître la semaine prochaine, s'il ressort largement en deçà des attentes, estime-t-il.

Mary Ann Hurley prévoit que le rendement à 10 ans évoluera dans une fourchette de 2,92% à 3,05% dans les prochains mois. Elle s'apprête à vendre quand il atteindra 2,92% et à acheter quand il se rapprochera de 3%.

 

CHANGES

Le président de la Réserve fédérale a dissipé mercredi les spéculations au sujet d'un possible nouveau programme d'achat d'obligations du Trésor, ce qui a donné un coup de pouce au dollar face à l'euro et à la livre sterling.

Au cours de sa conférence de presse faisant suite à l'annonce de la décision de politique monétaire de la Fed, Ben Bernanke n'a pas explicitement exclu une telle mesure, mais a bien souligné qu'il était très peu probable que la Fed s'engage sur cette voie.

L'actuel programme d'assouplissement quantitatif de la banque centrale américaine, connu sous le nom de QE2, se termine à la fin juin.

Pour le marché, les déclarations de B.Bernanke traduisent "une forte réticence à lancer un QE3", indique Paresh Upadhyaya, responsable de la stratégie de change G10 à Bank of America Merrill Lynch à New York. C'est un élément positif pour le dollar, a ajouté P.Upadhyaya.

Maintenant que l'intervention de B.Bernanke est derrière nous, "le marché se tourne à nouveau vers certains des problèmes en Europe, et c'est sans doute pourquoi on voit l'euro abandonner une partie de ses gains récents", note Omer Esiner, analyste marché à Commonwealth Foreign Exchange à Washington.

 

PETROLE

Les prix du baril de pétrole brut restent sous pression jeudi en raison de la vigueur du dollar, après avoir perdu plus de 1 dollar en réaction à l'annonce d'un nouveau séisme au Japon. Le billet vert va probablement conserver sa vigueur, car la Fed a annoncé qu'elle mettrait fin à son programme d'assouplissement quantitatif QE2 à la date prévue, et les inquiétudes au sujet de la dette européenne persistent, selon Takumi Otsuka, chez Mizuho Securities.

Un séisme de magnitude 6,7 a frappé la côte Est de l'île japonaise de Honshu, ce qui a provoqué une chute des cours du pétrole, notent des opérateurs. L'impact du tremblement de terre semble limité pour le moment, et aucun dommage n'a été signalé.

Dans les échanges matinaux, le brut du Nymex pour livraison en août perdait 1,17 dollar, à 94,24 dollars le baril. A 06h00, le Brent d'août de l'ICE cédait 88 cents à 113,33 dollars le baril.

BIZZARE....

DEPUIS HIER ? DES OPTIONS ONT FAIT LEUR DEBUT SUR EURONEXT....EN BEKAERT !!!!  pour moi , support tech à 52.50-54 €

 

analyse tech de KEYTRADE...

Diagnostic de Tendance: Du point de vue de l'analyse technique, l'action s'inscrit dans une tendance fortement baissière. Conséquement, les investisseurs se heurtent dangereusement à un marché dominé par les vendeurs. Excepté des nouvelles d'importance, ce type d'ambiance plaide habituellement pour une sous-performance durable du cours de bourse.

Support et Résistance : BEKB pourrait rencontrer une zone de Résistance technique importante vers les 84.5 EUR area, soit 51.8% au-dessus du cours actuel.
D'un autre coté, la zone de Support technique majeure se trouve vers 51.7 EUR, 7.1% sous le niveau actuel.

Configuration récente : BEKB est entré dans ce que les analystes techniciens appelent la zone de Sur-vente, ce qui signifie une zone basse de cotation. De plus, une légère amélioration pointe à l'horizon, au vu du redressement des oscillateurs hebdomadaires. Conséquement, le titre pourraît avoir touché un fond intermédiaire.

 

06:00 - 23 juin 2011

Des options Bekaert à Bruxelles

plus d´informations dans Le Journal
 

Mardi, les options sur Bekaert, le tréfileur courtraisien, ont fait leur début sur Euronext Bruxelles.

Trois teneurs de marché se sont montrés intéressés pour traiter ces options, des contrats qui donnent le droit d’acheter ou de vendre un titre sous-jacent à une date définie. Il s’agit d’All Options, B & BTrading et de Timberhill Europe. "Il y a trois ans encore, il fallait faire des efforts pour obtenir un teneur de marché sur une option", relève Vincent Van Dessel, président de la Bourse de Bruxelles. l

09:39 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/06/2011

un peu de tout...23h30.

  • Envoyer l'article à un ami
  • Imprimer l'article
  • |
  • AFP le 22/06/2011 à 21:31

Sarkozy appelle le G20 à adopter son plan contre la volatilité des prix agricoles :



Nicolas Sarkozy le 22 juin 2011 à l'2lysée à Paris
© AFP  Lionel Bonaventure

Nicolas Sarkozy a exhorté mercredi les ministres de l'Agriculture du G20 à adopter le plan de lutte contre la volatilité des prix des produits agricoles proposé par la France qui doit "assurer la sécurité alimentaire du monde" et "changer la vie d'un milliard de paysans".

"La réussite du sommet du G20 à Cannes dépend de vous. C'est la première fois que vous êtes réunis, c'est la première fois que l'agriculture accède au rang de priorité pour la croissance mondiale", a lancé M. Sarkozy en ouvrant à l'Elysée la réunion des ministres des pays du G20.

"En remédiant à la volatilité des marchés agricoles, en assurant la sécurité alimentaire du monde pour aujourd'hui et pour demain, c'est tout l'édifice du capitalisme que nous sommes en train de rééquilibrer", a-t-il poursuivi.

"En adoptant ce plan, vous pouvez changer non seulement la vie d'un milliard de paysans mais le cours-même du capitalisme pour que la capitalisme retrouve un sens: contribuer au développement et au bien-être des populations. Le monde entier compte sur vos décisions, sur votre action, le monde entier ne peut pas attendre", a lancé le chef de l'Etat.

Devant les ministres, M. Sarkozy a défendu les piliers du plan d'action proposé par la présidence française.

Il a ainsi plaidé pour l'augmentation de la production, "car c'est déjà aujourd'hui que la pénurie se fait sentir", et dénoncé le fonctionnement de marchés qui "sont les moins transparents de tous les marchés". "La volatilité est un fléau pour les paysans et les consommateurs, comme pour la stabilité des Etats", a souligné le président en exercice du G20.

"Il faut nous accorder sur un code de bonne conduite qui interdise les restrictions à l'exportation pour l'achat d'aide alimentaire d'urgence", a-t-il ajouté en suggérant la création d'un "forum".

Nicolas Sarkozy a enfin défendu une plus grande régulation des marchés agricoles. "Un marché qui n'est pas régulé n'est pas un marché mais une loterie où la fortune sourit aux plus cyniques", a-t-il jugé.

Les discussions des ministres de l'Agriculture du G20 doivent se poursuivre jusqu'à jeudi.

  • AFP le 22/06/2011 à 22:35

Wall Street se replie faute d'annonce de la Fed :



La Bourse de New York
© AFP/Archives  Stan Honda

La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, après que la banque centrale américaine (Fed) eut confirmé le ralentissement de l'économie, sans rien annoncer de nouveau: le Dow Jones a perdu 0,66% et le Nasdaq 0,67%.

Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a abandonné 80,34 points à 12.109,67 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 18,07 points à 2.669,19 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a cédé 0,65% (8,38 points) à 1.287,14 points.

Stables une grande partie de la journée, les indices de Wall Street se sont orientés à la baisse après la conférence de presse du conférence de presse du président de Fed, Ben Bernanke.

"Au moment où les investisseurs se posent beaucoup de questions, on a eu une conférence de presse un peu atone, sans nouvelle mesure", a confié à l'AFP un opérateur de marché.

"Il y avait beaucoup de spéculation sur ce qu'allait faire la Fed, et finalement il n'y a rien, donc le marché est laissé à lui-même et corrige après deux belles journées de hausse", a-t-il poursuivi.

A l'issue d'une réunion de deux jours, la Réserve fédérale a réduit sa prévision de croissance, qu'elle voit entre entre 2,7% et 2,9% sur 2011, contre plus de 3% auparavant. Elle a à l'inverse revu à la hausse ses prévisions de chômage et d'inflation.

L'institution a maintenu son taux directeur proche de zéro, son niveau depuis fin 2008 pour soutenir la reprise, et confirmé que son programme actuel d'injections de liquidités toucherait à sa fin fin juin.

"La Fed n'a rien dit de nouveau, et n'a certainement pas proposé" de nouvelles mesures de relance, a constaté Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

"C'est un événement neutre pour la Bourse", a-t-il ajouté, attribuant la baisse de fin de séance à un renforcement du dollar.

Toute hausse du billet vert est jugée susceptible de défavoriser les exportations américaines.

Même relativement limité, le recul du marché a été général, 28 des 30 valeurs composant le Dow Jones finissant dans le rouge.

L'avionneur Boeing a lâché 2,51% à 71,12 dollars, la plus forte baisse au sein de l'indice phare. Il a enregistré des commandes pour 126 appareils depuis le début du salon aéronautique du Bourget, bien moins que son concurrent européen Airbus (580 commandes).

Hors des valeurs vedettes, l'éditeur de logiciels Adobe a chuté de 6,25% à 30,01 dollars malgré des résultats un peu meilleurs qu'anticipé, les investisseurs se montrant déçus par ses prévisions.

En revanche, le groupe de messagerie FedEx (+2,59% à 91,44 dollars) a publié un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels meilleurs que prévu, comme ses prévisions. La société, considérée comme un baromètre de l'économie américaine, a constaté une hausse de ses volumes transportés.

Yahoo! a cédé 0,81% à 15,23 dollars. Le groupe internet et son concurrent japonais Softbank ont fait état de progrès "substantiels et encourageants" dans les négociations engagées autour d'Alipay, la société de paiements en ligne appartenant à leur filiale chinoise Alibaba Group.

Google (-1,22% à 487,01 dollars) et Citigroup (+0,51% à 39,51 dollars) vont investir chacune 102 millions de dollars supplémentaires dans une ferme éolienne en Californie.

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor à 10 ans s'est établi à 2,993%, contre 2,985% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,215% contre 4,219% la veille.

  • AFP le 22/06/2011 à 22:27

Grèce : Papandreou boucle son plan de rigueur et se présente renforcé devant l'UE



Le Premier ministre grec George Papandréou (D) et le ministre des Finances, Evangelos Venizelos, le 21 juin 2011 au Parlement à Athènes
© AFP  Louisa Gouliamaki

Le Premier ministre grec Georges Papandreou se présentera jeudi devant ses pairs européens quelque peu conforté par le vote de confiance du parlement sur la nouvelle cure d'austérité pluri-annuelle, dont le gouvernement grec a bouclé mercredi soir les modalités.

Mercredi en fin d'après-midi, le conseil des ministres a approuvé le projet de loi budgétaire 2012-2015 comportant hausses d'impôts, baisse de la dépense publique et une rafale de privatisations, ainsi que les lois d'application, en vue d'un vote avant le 30 juin, comme exigé par les créanciers du pays pour continuer de protéger le pays de la faillite, a indiqué le gouvernement.

Le volet fiscal du projet, prévoyant une hausse des impôts directs et indirects, a été remanié jusqu'au dernier moment.

Le nouveau ministre des Finances rencontrera jeudi les chefs de la troïka, la mission représentant les créanciers de la Grèce, présents à Athènes pour obtenir leur approbation sur les lois d'application, a-t-on appris auprès du ministère des Finances.


Le Premier ministre grec George Papandreou achève son discours devant le Parlement, le 21 juin 2011
© AFP  Louisa Gouliamaki

Devant les députés, le Premier ministre, après avoir repris l'initiative via un remaniement et un vote de confiance obtenu mardi soir, a mis en avant la nécessité de "continuer à faire face à la crise et aux déficits, éviter la faillite et garantir le maintien de la Grèce dans le noyau dur de l'euro".

S'il n'est pas parvenu à convaincre l'opposition, dont tous les députés présents ont voté la défiance, M. Papandréou a fait dans la nuit le plein des voix socialistes et écarté le risque d'un rejet de sa politique au parlement.

"Le vote de confiance fait indubitablement gagner du temps à la Grèce" a souligné mercredi Tullia Bucco, économiste chez Unicredit, mais il reste des "défis énormes".

L'Allemagne, la France comme la Commission européenne ont d'ailleurs salué ce vote, le qualifiant d'"étape importante" et de "bonne nouvelle pour la Grèce et l'Union européenne".

Mercredi, M. Papandréou s'est entretenu avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.


La dette grecque en chiffres et dates
©  

Ils participeront à un conseil européen jeudi et vendredi, qui devait initialement marquer la sortie de 18 mois de crise de la dette, mais s'inscrit finalement dans une course contre la montre pour éviter la banqueroute de la Grèce et un embrasement de la zone euro.

Pour atteindre les objectifs du plan budgétaire, prévoyant d'ici 2015 des économies de 28,4 milliards d'euros et des privatisations de 50 milliards, le texte détaille, selon le ministère des Finances, les coupes budgétaires prévues: réduction des retraites, de certaines allocations sociales, de la masse salariale et du nombre d'emplois dans le secteur public.

Le texte précise également le calendrier et le mode de mise en oeuvre des cessions prévues.

La loi crée un "nouveau fonds" chargé des privatisations, "sous contrôle international", a indiqué au parlement le ministre des Finances, Evangélos Vénizélos. Les "observateurs" étrangers fourniront "le savoir-faire et veilleront à la transparence", a-t-il précisé.

Le ministre, nommé la semaine dernière, a déployé devant le parlement son talent rhétorique pour redonner du nerf aux Grecs, partagés entre colère et inquiétude face à la rudesse du traitement et les menaces continuant de peser sur la solvabilité du pays.

M. Vénizélos a pu aussi se prévaloir d'une possible aide à la relance de la part des partenaires, alors que la rigueur aggrave la récession et le chômage en Grèce.

Ce coup de pouce passerait par le déblocage accéléré de fonds du cadre communautaire d'appui alloué au pays jusqu'en 2013.

M. Barroso a proposé mardi de débloquer jusqu'à 1 milliard d'euros de subventions de l'UE destinées à la Grèce mais actuellement gelées car Athènes est incapable d'assurer sa part du financement des projets concernés.

Il s'ajouterait à un nouveau plan sauvetage, le premier prêt de 110 milliards d'euros accordé en mai 2010 par la zone euro et le FMI n'ayant pas permis au pays de retrouver son autonomie financière.

Les syndicats préparent une grève de 48H lors du vote du plan, les sondages placent le gouvernement désormais derrière l'opposition de droite, et les "indignés" poursuivent leur mobilisation, même s'ils n'arrivent plus à rallier des dizaines de milliers de personnes comme au début du mois de juin.

23:32 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BOF...DECEPTION...

de l'INVESTISSEUR...

 

En ce mercredi, il était prévu une journée boursière riante en Europe après que le premier ministre grec ait réussi à faire voter son plan d'économies par le parlement. Malheureusement cette nouvelle a été mise au rencart par une nouvelle moins heureuse du côté de Philips. Après avoir lancé une mise en garde sur bénéfice, l'action Philips a plongé au final de 8,7%, à 16,4 EUR  (plongeon même de 13% en cours de séance). Après une première mise en garde sur bénéfice faite par Nokia peu avant, les investisseurs commencent à se poser des questions sur les prochains chiffres des entreprises.

A la cloche finale, les indices européens ont tout de même pu limiter leur repli. Le CAC40 a à peine cédé 0,1%. Au niveau sectoriel, les constructeurs auto s'en tirent bien avec un gain de 0,6%. Renault a même progressé de 2,9%. Moins bonne tendance pour l'AEX (-0,6%) et pour le Bel 20 (-0,9%). La plus grande victime à Bruxelles était Bekaert qui voit son cours une nouvelle fois sanctionné d e5,2%. Ageas aussi est en perte de 4,2%. Sur le marché élargi, il faut souligner le gain appréciable de Barco (+4,6%) dont le cours a en séance même dépassé 50 EUR. De même VPK (+2,1%) a monté suite à de (nouvelles) rumeurs de delisting imminent. Suite aux derniers rachats d'actions propres, le free-float de VPK Packaging se limite à 9% à peine. CFE (-3%) a par contre cédé du terrain.

A Wall Street, les bourses affichent quasi un statu quo vers 18h belges dans l'attente de la réunion de la FED ce soir sur sa politique de taux. Le taux de base devrait rester inchangé. L'or s'est renchéri de 0,7%, à 1.557 USD/once. Le baril de pétrole (Brent) s'est renchéri à 112,9 USD.   

Jeudi 23 juin 2011
 
  • USA : ventes nouvelles maisons 16h00 - attendu : 310.000 (-13.000)
  • USA: inscriptions hebdomadaires au chômage - attendu : 415.000 (+1.000)
  • Zone euro : indice PMI Composite juin, 10 h - attendu : 55,2 (55,8 en mai)
  • Bourse de Luxembourg : fermée
  • Camaieu: dernier jour de l'OPA à 206,46 EUR p.a.
  • Oracle: résultats annuels 2010/2011
  • 18:22 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    GRECE...UN PEU DE REPIT??...10H.

    L'actualité Bourse

    Le 22/06/2011 à 09:40

    La Bourse de Paris consolide en ouverture, avant la Fed

     

    PARIS (Reuters) - La Bourse de Paris débute en léger recul mercredi, consolidant ses gains de la veille, dans un marché rassuré par le vote de confiance en Grèce mais prudent avant l'issue de la réunion de la Fed.

    L'indice CAC 40
    3868.51 | -0.22% | 22/06/2011 - 09h55

     
    CAC 40 (PX1 3868.51 -0.22%) affiche une baisse de 0,26% à 3.867,17 points à 9h10, après avoir rebondi de plus de 2% mardi.

    Le gouvernement grec a obtenu la confiance du parlement, ce qui ouvre la voie à l'adoption d'un plan d'austérité, condition sine qua non pour obtenir l'aide financière du FMI et de l'UE.

    La journée sera marquée par la conférence de presse du président de la Réserve fédérale des Etats-Unis Ben Bernanke à l'issue de la réunion de politique monétaire de la Fed, alors que le deuxième programme de rachat d'actifs par la Fed (QE2) s'achève à la fin du mois.

    Romain Boscher, directeur des gestions actions d'Amundi, reste "raisonnablement optimiste" sur les actions et note que les marchés sont suspendus à l'éclaircissement du dossier grec.

    "Les multiples de valorisation sont attractifs, la dynamique des résultats est intacte et la fin du QE2 ne risque pas d'être mauvais, n'ayant pas été bénéfique. Pour nous c'est un non event", estime-t-il.

    Sur le plan des valeurs, Schneider retombe de 1,5%, plus net recul du CAC 40, après avoir pris 3,38% mardi, tandis qu'Altran, plus forte hausse du SRD, s'adjuge 4%, un broker notant que le titre est soutenu par une réunion jugée "très positive" mardi avec quelques analystes.

    Les autres grandes places européennes consolident également: Londres cède 0,15% et Francfort est stable. Du côté des indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 recule de 0,26% et l'EuroFirst 300 perd 021%.

    L'euro se stabilise autour de 1,44 dollar et le brut léger américain cède encore un demi-dollar environ par baril à 93,75 dollars.

    Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

    © 2011 Reuters -

    Le 22/06/2011 à 07:07

    Le gouvernement grec obtient la confiance du parlement

     

    par Harry Papachristou et Barry Moody

    ATHENES (Reuters) - Le gouvernement socialiste grec a remporté dans la nuit de mardi à mercredi un vote de confiance au parlement, une victoire qui ouvre la voie à l'adoption d'un plan d'austérité, condition sine qua non pour obtenir l'aide financière du FMI et de l'UE.

    Plus de la moitié des 300 députés du parlement (155 voix pour, 143 contre, deux abstentions) ont apporté leur soutien au gouvernement socialiste du Premier ministre Georges Papandréou qui a procédé à un remaniement de gouvernement la semaine dernière pour faciliter l'adoption de nouvelles mesures d'austérité.

    Tous les députés du parti socialiste ont accordé leur confiance au gouvernement.

    "Si nous avons peur, si nous laissons passer cette opportunité, alors l'histoire nous jugera sévèrement", avait déclaré Papandréou peu avant le vote.

    L'issue du vote de confiance a entraîné une brève hausse de l'euro sans toutefois dissiper les craintes des investisseurs concernant l'adoption rapide des mesures d'austérité.

    Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a aussitôt fait part de son soulagement.

    "Le vote de cette nuit au parlement grec lève un élément d'incertitude dans une situation déjà très compliquée", a-t-il déclaré, soulignant que Papandréou devait maintenant se concentrer à la mise en oeuvre des réformes.

    Avant le vote, Barroso avait jugé que c'était "le moment de vérité" pour Athènes. "On ne peut pas aider quelqu'un contre sa volonté", avait-il dit.

    GAZ LACRYMOGENE

    Plus de 20.000 manifestants anti-austérité ont assiégé le parlement grec à Athènes pendant le vote. Rassemblés place Syntagma, ils ont repris des slogans hostiles à la classe politique et ont braqué des projecteurs verts en direction du siège du parlement mais aussi vers les policiers anti-émeutes stationnés aux abords.

    Après le vote, la foule s'est dispersée mais la police antiémeute a tiré du gaz lacrymogène pour disperser un petit groupe de manifestants qui continuaient de manifester.

    "La réaction des Grecs sera décisive. Si on voit des voitures brûlées et des manifestations demain, alors cette victoire à court-terme partira en fumée", a déclaré William Larkin, gestionnaire de portefeuille à Cabot Money Management à Salem, dans le Massachusetts.

    Le vote de confiance était le premier des trois tests à réussir pour éviter la faillite au pays.

    Le gouvernement devra faire adopter d'ici mardi prochain le principe d'un ensemble de mesures d'économies s'élevant à 28 milliards d'euros sur cinq ans, décidées avec l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

    Les lois d'application de ces diverses mesures - économies, hausses d'impôts et privatisations - devront ensuite être adoptées avant un Eurogroupe exceptionnel le 3 juillet. Il s'agira probablement de l'obstacle le plus difficile à franchir.

    OPTIMISME DE BERLIN

    Les ministres des Finances de la zone euro ont décidé de n'accorder la prochaine tranche d'aide (12 milliards d'euros) à Athènes qu'en cas d'adoption de ce plan d'austérité.

    Dans un communiqué, l'actuel directeur général du FMI, John Lipsky, a fait savoir que le FMI était déterminé à aider les économies de la zone euro si ces dernières continuaient à mener des réformes.

    La chancelière allemande Angela Merkel s'est pour sa part déclarée optimiste mardi sur un règlement de la crise grecque et a réaffirmé la position de l'Allemagne, qui demande une contribution des créanciers privés.

    "La compétitivité de la Grèce doit être améliorée, la dette grecque doit être réduite et le gouvernement doit prendre les bonnes décisions au Parlement", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse organisée à l'issue d'une rencontre à Varsovie avec son homologue polonais, Donald Tusk.

    Harry Papachristou, Marine Pennetier pour le service français

    © 2011 Reuters

    LibelléDernierVar.
    EUR/USD 1.4401 0.02%
    Euribor 1 an 2.146 0%
    Gold Index 1547.00 0.02%
    Pétrole (New York) 93.72 -0.48%

    10:00 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    21/06/2011

    BONJOUR LES AMIS...HESITATIONS..EURONEXT BXL BLOQUE

    ON NE PARLE QUE DE LA GRECE...

    ACTIONS

    Les investisseurs européens restent très prudents, alors que le feuilleton de la crise grecque se poursuit. Les Bourses européennes pourraient donc commencer la séance sur une note contrastée.

    Selon IG Markets, le FTSE devrait perdre 3 points à l'ouverture, à 5.690 points, tandis que le DAX devrait gagner 9 points à 7.159 points, et le CAC, 2 points à 3.802 points.

    "Les incertitudes au sujet de la décision d'un prêt à la Grèce ont conduit le FTSE 100 à retourner à ses points bas de la semaine dernière", note David Jones, stratégiste marché chez IG Index.

    "Le secteur bancaire a été malmené [en réaction à l'actualité liée à la Grèce], et Lloyds a enregistré parmi les plus fortes baisses."

    Simon Furlong, opérateur chez Spreadex, note que l'avertissement de l'agence de notation financière Moody's concernant l'Italie, dont elle envisage d'abaisser la note de crédit, a déclenché de nouvelles peurs, les investisseurs craignant une contagion à travers l'Europe.

    Les contrats à terme américains sont en légère baisse mardi. Lundi, les valeurs américaines ont réussi à gagner du terrain, encouragées par la volonté affichée des dirigeants européens d'éviter un défaut de la Grèce.

    Selon Jim Paulsen, stratégiste investissement en chef de Wells Capital Management, une solution à court terme pour la Grèce pourrait à tout moment être annoncée en Europe, ce qui ferait remonter les marchés.

    Les principales places asiatiques ont progressé mardi. Au Japon, les analystes de Citigroup sont passés d'un avis baissier à neutre sur les constructeurs automobiles japonais. Les valeurs du secteur automobile et de la distribution ont gagné du terrain à la Bourse de Tokyo. En Australie, les groupes miniers ont rebondi, et l'action Foster's Group Ltd. a grimpé en réaction à l'OPA lancée par SABMiller.

     

    OBLIGATIONS

    Les Bunds devraient ouvrir sans grand changement mardi avant la parution de l'indice de confiance ZEW en Allemagne, tandis que les investisseurs évaluent les derniers développements du dossier de la dette grecque.

    Les risques pesant sur la stabilité des prix requièrent une "forte vigilance", a déclaré lundi Juergen Stark, membre du directoire de la Banque centrale européenne, laissant ainsi entendre que la BCE pourrait relever ses taux le mois prochain.

    Les termes "forte vigilance" sont considérés comme un code utilisé par la BCE pour signaler une hausse imminente des taux. Les économistes et les acteurs du marché tablent sur une hausse de 25 points de base des taux de la BCE en juillet.

    "Notre politique monétaire reste accommodante et a un effet favorable sur l'économie", a déclaré le banquier central, qui s'exprimait devant l'institut économique IFO à Munich.

    J.Stark a en outre averti qu'une restructuration de la dette grecque risquerait d'aggraver les problèmes du pays en détournant l'attention des réformes budgétaires essentielles et des mesures de consolidation. Il a répété que la Grèce n'avait pas d'autre option que de mettre en oeuvre les mesures de réforme convenues.

    Les obligations d'Etat américaines, qui évoluent peu, pourraient gagner du terrain en séance, car il est "difficile" de penser que les problèmes de la Grèce pourront être bientôt résolus, note un opérateur d'une grande banque américaine à Tokyo.

    Même si les pays européens tombent d'accord sur un programme pour soutenir la Grèce, "mettre le plan en pratique est encore plus difficile que parvenir à un accord", observe-t-il. "Pour cette raison, les investisseurs n'auront pas d'autre choix que de laisser leur argent sur le marché obligataire", ajoute-t-il.

     

    CHANGES

    L'euro regagne un peu de terrain mardi matin, mais les investisseurs restent prudents tant que les problèmes financiers de la Grèce ne sont pas réglés.

    La monnaie unique a subi des pressions lundi, en raison de l'absence d'accord des ministres des Finances de la zone euro à l'issue de leur réunion ce week-end au Luxembourg sur les moyens de combler à long terme les besoins de financement de la Grèce.

    L'attention s'est donc polarisée sur le vote de confiance du Parlement au gouvernement grec, prévu mardi, et sur le vote la semaine prochaine sur la cure d'austérité que le gouvernement veut imposer au pays. Si ces mesures d'austérité ne sont pas adoptées, la zone euro pourrait se trouver face à des difficultés accrues.

    L'annonce mercredi de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine pourrait provoquer une certaine instabilité sur le marché. Les analystes seront attentifs aux indications concernant la santé de l'économie américaine.

     

    PETROLE

    Les cours du pétrole présentent un tableau contrasté mardi, les incertitudes persistantes vis-à-vis de la crise de la dette grecque atténuant le soutien apporté par le rebond de Wall Street.

    Vers 07h00, le contrat de référence de New York, sur le brut West Texas Intermediate pour livraison en juillet, gagnait 70 cents, à 93,96 dollars le baril. A 06h00, le contrat sur le Brent de la mer du Nord pour livraison en août abandonnait 8 cents, à 111,61 dollars le baril.




    • 2AFP le 21/06/2011 à 08:45

    Le porc, viande la plus consommée en Chine, atteint un prix record :



    Une femme achète du porc dans un marché de Pékin le 30 janvier 2011
    © AFP/Archives  Peter Parks

    Le prix du porc en Chine, la principale viande consommée dans le pays, a dépassé en juin son précédent record datant de 2008, ont rapporté mardi les médias, alors même que la lutte contre l'inflation est une priorité pour le gouvernement.

    Le prix moyen de la viande de porc s'élevait la semaine dernière à 27,67 yuans (2,98 euros) le kilo, dépassant le précédent record de 26 yuans le kilo qui remontait à 2008, d'après Feng Yonghui, un analyste du site Soozhu.com, spécialisé dans le marché du porc, cité par le China Daily.

    Le prix du cochon vivant s'est de son côté établi à 18,57 yuans (2,00 euros) la semaine passée, contre 17,20 yuans en avril 2008.

    "Le prix (du porc) va continuer à augmenter jusqu'à la fin de l'année", a prévenu Zhu Baoliang, un économiste du Centre d'information de l'Etat cité par le quotidien de langue anglaise.

    Le prix du maïs, qui compte pour 60% de la nourriture des cochons et a atteint un niveau record en mars, a poussé à la hausse celui du porc. Cette augmentation pourrait provoquer un renchérissement des céréales et des légumes, car les Chinois vont compenser par ces produits une moindre consommation de viande, selon M. Feng.

    Pour contenir la hausse du prix du porc, le gouvernement peut puiser dans ses réserves, mais cela n'aurait qu'un effet limité dans un contexte où l'offre est limitée par les abattages massifs de l'an dernier, dus à des prix très bas, selon M. Zhu.

    La lutte contre la hausse des prix à la consommation, qui s'est élevée à 5,5% sur un an en mai et à 11,7% pour les seuls prix alimentaires, est une priorité pour le gouvernement chinois qui redoute l'instabilité sociale que l'inflation a provoquée à plusieurs reprises dans le passé.

    La semaine dernière, les prix des fruits et légumes dans la province orientale du Zhejiang ont enregistré des hausses pouvant aller jusqu'à 40% après des pluies diluviennes, qui ont détruit des récoltes.

    Afin d'endiguer l'inflation, la banque centrale chinoise a procédé depuis le début de l'année à six relèvements des réserves obligatoires des banques, limitant la quantité d'argent que celles-ci peuvent prêter, ainsi qu'à quatre hausses des taux d'intérêt depuis octobre.


    09:32 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    20/06/2011

    USA CLOTURE MIEUX

    • AFP le 20/06/2011 à 22:06

    Wall Street finit en hausse : Dow Jones +0,63%, Nasdaq +0,49%



    Wall Street, siège de la bourse newyorkaise
    © AFP/Archives  Stan Honda

    La Bourse de New York a fini en hausse lundi, les investisseurs se montrant confiants dans les chances de déblocage d'argent frais pour la Grèce afin de lui éviter le défaut de paiement: le Dow Jones a gagné 0,63% et le Nasdaq 0,49%, selon des chiffres provisoires.

     

     

     

     

    • AFP le 20/06/2011 à 20:40

    USA : les caisses d'épargne réclament plus de 800 millions de dollars à JPMorgan et RBS



    La devanture d'une agence de la banque JP Morgan Chase à New York, le 15 juillet 2010
    © AFP/Archives  Don Emmert

    L'administration américaine chapeautant les caisses d'épargne, la NCUA, a annoncé lundi qu'elle portait plainte contre les banques JPMorgan Chase et RBS, leur réclamant plus de 800 millions de dollars pour avoir conduit à la faillite cinq grandes caisses d'épargne professionnelles.

    Dans sa plainte, la NCUA fait valoir que "les caisses d'épargne qui ont acheté (certains titres vendus par JPMorgan et RBS) pensaient que le risque de pertes associé à cet investissement était minimal, quand en fait le risque était substantiel".

    Victimes de la crise des crédits "subprime", les caisses d'épargne ont vu la valeur de leurs titres appuyés sur des contrats hypothécaires s'effondrer brutalement, "rendant de fait insolvables ces établissements", note le régulateur.

    "Ces procédures sont le résultat de longues enquêtes sur les circonstances ayant entouré l'achat de ces titres", a fait valoir la NCUA.

    "Nous prévoyons de lancer d'autres procédures et recherchons des dédommagements totalisant plusieurs milliards de dollars", a indiqué la présidente du conseil d'administration de la NCUA Debbie Matz, citée dans un communiqué.

    "Ceux qui ont provoqué les problèmes dans les caisses d'épargne professionnelles doivent payer pour les pertes maintenant essuyées par les caisses d'épargne de détail", a-t-elle ajouté.

    A la suite de la crise financière, la NCUA s'est vue dans l'obligation de prendre la tutelle en 2009 et 2010 de cinq grandes caisses d'épargne fournissant divers services aux caisses d'épargne de détail. Les cinq organismes défaillants sont US Central, Western Corporate, Southwest Corporate, Members United Corporate, et Constitution Corporate.

    Les caisses d'épargne, des établissements financiers coopératifs à but non-lucratif, totalisent quelque 914,5 milliards de dollars aux Etats-Unis, répartis entre plus de 7.300 établissements. Pour la plupart, il s'agit d'établissement réservés à certaines catégories d'employés (de services municipaux, du secteur hospitalier etc.), dans un territoire délimité.

    Ces milliers d'établissements sont soutenus par des caisses centrales, qui les aident à gérer les chèques et paiements électroniques et leurs investissements.

    L'action JPMorgan cédait 1,10% à 40,35 dollars vers 18h00 GMT.

    LibelléDernierVar.
    EUR/USD 1.4303 -0.03%
    Euribor 1 an 2.144 0.09%
    Gold Index 1542.50 0.15%
    Pétrole (New York) 93.26 0%

    22:21 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    10H26...-1.5%

    AVIS DE DEGROOF SUR BEKAERT (59.8) ACCUMULER TARGET 80 vs 90

    The facts: We decided to review our estimates on Bekaert due to the uncertain-ties surrounding the pricing for sawing wire in China since this market experiences increasing competition from new entrants (Xingda, Henan Hengxing,...). Based on these changes our DCF model indicated a New TP at 80 from EUR 90.
    Our analysis: Although the decline of margins in sawing wire was anticipated (so far we assumed Bekaert’s Rebit in Asia to decline by 5% in FY11), the recent news flow regarding the price trend led us to be more cautious in our estimates. Hence we decided to accelerate in our model the decline in sales and margins in sawing wire in Asia. Sawing wire sales were cut by 12% on average and recurring EBIT (Rebit) by 23% for the period 2011-2014. Hence, on average, the margin in sawing wire in Asia were cut by 13% from 65%(e) in FY10 to 33% in FY14 (was 38% in our previous scenario).

    The impact of these changes on the consolidated figures is shown in the table above. On Average adjusted EPS were revised down by about 15% for the 2011-2014.
    Conclusion & Action: Following the price adjustment since early May we estimate that the share price already discounts a bearish scenario for Bekaert (we estimate that current share price implies a Rebit margin of 27% in 2012-2014 in Asia from 37.7% in FY10). Although we must admit that uncertainty is rather high and that we will have to wait until end July and the publication of the 1H11 results to get some clarifications. Meanwhile, we keep our positive stance on the share. The growth pattern of the BRIC countries will stay high in the foreseeable future. Therefore, we still estimate that Bekaert’s strong exposure towards emerging markets (80% of 1H10 combined sales) remains favourable for future value creation.

    VOICI CE QUE J'EN PENSAIS LE 9/06..(66€)

    Sent: Thursday, June 09, 2011 10:16 AM

    Subject: un avis ???

     

    Graphiquement …pas terrible ; mais ça reste quand même un des fleurons ???  niveaux ??  retour vers 53 - 55 € ???  W inversé ??


     

    LES INDICES à 10H35...

    BEL 20 * 2538.30 -27.40 -1.07 %  
    AEX 25 * 329.18 -3.93 -1.18 %  
    CAC 40 * 3764.67 -59.07 -1.54 %  
    Euronext 100 * 673.27 -9.07 -1.33 %  
    Next 150 * 1649.69 -17.68 -1.06 %  
    DAX 30 7085.20 -78.85 -1.10 %  
    MIB 30 19,628.91 -467.93 -2.33 %  
    IBEX 35 9958.20 -177.00 -1.75 %  
    SMI 6,094.37 -50.79 -0.83 %  
    SLI 942.21 -9.91 -1.04 %  
    SPI 5,592.28 -52.14 -0.92 %  
    FTSE™ 100 5661.58 -53.36 -0.93 %  
    Dow Jones * 12,004.36 42.84 0.36 %  
    Nasdaq 100 2,192.96 0.00 0.00 %  
    Nasdaq 2,616.48 0.00 0.00 %  
    OMX Nordic 40 979.84 -14.87 -1.49 %  
    OMX Helsinki 25 2,291.33 -53.86 -2.30 %  
    OMX Stockholm 30 1,066.69 -16.75 -1.55 %  
    OMX Copenhagen 20 419.73 -3.47 -0.82 %  

    10:35 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    EURONEXT OUVERTURE VERS 10H...

    BONNE SEMAINE...CLAUDE.

    09:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    EURONEXT EN PANNE...

    PATIENCE POUR EURONEXT..

    • AFP le 20/06/2011 à 09:15

    Bourse de Paris : retard à l'ouverture



    Le Palais Brongniart, où se tenait la Bourse de Paris
    © AFP/Archives  Eric Piermont

    Le démarrage des cotations lundi matin sur le marché parisien a pris du retard en raison d'incidents techniques, a indiqué lundi NYSE Euronext.

    "Des incidents techniques sont survenus pendant la phase de pré-ouverture, les marchés n'ont pas pu ouvrir à l'heure habituelle et nous travaillons à résoudre ce problème au plus vite", a indiqué le groupe boursier.

     

    ACTIONS

    Les marchés d'actions européens devraient ouvrir en baisse lundi, pénalisés par les incertitudes persistantes concernant la situation de la Grèce.

    Selon BCG Partners, le FTSE pourrait céder 21 points à l'ouverture, à 5.694 points, le DAX reculerait de 19 points à 7.145 points, et le CAC abandonnerait 24 points à 3.800 points.

    Les ministres des Finances de la zone euro ont réduit leurs différends dimanche concernant les modalités d'un nouveau plan d'aide à la Grèce, mais tant qu'aucun accord définitif n'aura été signé, les marchés devraient rester instables.

    Les actifs risqués devraient être les plus pénalisés, d'autant que les manifestations se poursuivent dans les rues d'Athènes et qu'un vote de confiance est prévu au Parlement grec mardi.

    Les ministres des Finances de l'Eurogroupe ont indiqué qu'ils se prononceraient début juillet sur les principales mesures d'un second plan d'aide à la Grèce, et sur les modalités de la participation du secteur privé.

    Les dirigeants de la zone euro fixeront en juillet les conditions définitives d'un programme de participation "volontaire" des porteurs d'obligations grecques au plan d'aide, a indiqué lundi matin le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, également président de l'Eurogroupe.

    L'ampleur de la participation du secteur privé, qui est une condition sine qua non pour l'Allemagne et ses alliés de la zone euro, est encore incertaine, a précisé J.-C. Juncker.

    Les contrats à terme américains sont en baisse lundi, après une clôture favorable des marchés vendredi liée à l'espoir qu'une solution soit trouvée aux problèmes de la Grèce.

    Parmi les résultats d'entreprises attendus cette semaine figurent ceux d'Oracle Corp. (ORCL), qui seront publiés jeudi, ainsi que ceux de Walgreen Co. (WAG), et de Rite Aid Corp. (RAD).

    Boeing Co. (BA), Lockheed Martin Corp. (LMT), United Technologies Corp. (UTX), et leurs concurrents européens participeront par ailleurs au salon aéronautique du Bourget cette semaine.

    Les marchés d'actions asiatiques présentent un tableau contrasté alors que les investisseurs attendent toujours qu'une solution définitive soit trouvée à la crise grecque. Les valeurs des services aux collectivités progressent sensiblement, soutenant la Bourse de Tokyo.

     

    OBLIGATIONS

    Les Bunds et les gilts pourraient commencer la séance sans grand changement lundi, alors que les investisseurs intègrent les nouvelles du week-end concernant la Grèce, et leurs conséquences pour les obligations souveraines des pays périphériques et du noyau dur de la zone euro.

    Les gouvernements de la zone euro ont demandé aux détenteurs d'obligations grecques de renouveler ces dernières lorsqu'elles arriveront à maturité, à partir de l'an prochain. Ce processus, qui devra être "informel et volontaire", permettra de réduire les besoins d'emprunt de la Grèce ces prochaines années, et ainsi de diminuer le montant des nouveaux prêts que les pays de la zone euro devront accorder au pays à partir de l'an prochain.

    A l'issue de six heures de discussions dimanche soir, les ministres des Finances ont également déclaré que la prochaine tranche du plan d'aide de 110 milliards d'euros mis sur pied l'an dernier devrait être versée à la Grèce mi-juillet.

    Les prix des obligations du Trésor américain affichent peu de variation lundi, après avoir réduit leurs pertes vendredi, tandis que la perspective d'un accord en Europe sur l'aide à apporter à la Grèce a apaisé les inquiétudes des investisseurs.

    Selon Jim Sarni, chez Payden & Rygel, les titres du Trésor se heurtent à une vraie résistance, alors que le marché a intégré les incertitudes et les risques associés à la Grèce. Il voit une faible probabilité que les rendements descendent encore plus bas, les titres à 10 ans ayant résisté à un recul prolongé sous 2,90%.

    Si le Premier ministre grec Giorgos Papandreou n'obtient pas mardi le vote de confiance du Parlement, cela risque de menacer les efforts du gouvernement pour imposer des mesures d'austérité, qui sont la condition pour que la Grèce obtienne des financements.

    "Nous recommandons aux investisseurs de rester très défensifs", suggère Carl Lantz, stratégiste taux d'intérêt chez Credit Suisse. "Dans les prochains jours, il y a un risque que la situation se détériore encore davantage avant de s'améliorer"

    Aux Etats-Unis, le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale se réunira mardi et mercredi, c'est-à-dire quelques jours seulement avant la date à laquelle le programme d'achat d'obligations de la banque centrale doit prendre fin. Les responsables de la Fed vont probablement répéter qu'ils tablent sur une lente reprise économique aux Etats-Unis, et qu'il n'est pas nécessaire de lancer un nouveau cycle d'assouplissement quantitatif.

     

    CHANGES

    L'euro , plombé par la situation de la Grèce, s'inscrit en baisse face à la plupart des grandes devises.

    Le Premier ministre grec Giorgos Papandreou s'est adressé au Parlement pendant le week-end pour le convaincre de soutenir le nouveau gouvernement avant le vote de confiance de mardi. Selon les opérateurs, les incertitudes quant à l'issue de ce vote pourraient de nouveau pénaliser l'euro, qui a atteint ses plus bas niveaux en trois semaines la semaine dernière, à près de 1,40 dollar.

    Accentuant les craintes concernant la zone euro, l'agence Moody's a placé vendredi soir la note de l'Italie - troisième économie de la région - sous surveillance en vue d'une éventuelle dégradation.

    Les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir à nouveau le 11 juillet, mais l'Allemagne semble chercher à reporter la conclusion d'un accord sur une nouvelle aide à la Grèce, ce qui risque d'ouvrir la voie à un été difficile pour la zone euro et sa devise.

    Si la Grèce fait défaut sur sa dette, cela risque de provoquer un mouvement de vente général sur les marchés financiers et d'inciter les banques à cesser de s'accorder des prêts les unes aux autres.

    Un tel scénario ne pénaliserait pas seulement l'euro.

    "Les obligations qui seront les plus affectées sont celles du Portugal, de l'Irlande, de l'Italie et de l'Espagne", note Kathy Lien, de GFT Forex. "Les principaux bénéficiaires seront le dollar américain, le franc suisse et d'autres devises refuges. L'or pourrait également s'apprécier sensiblement car au bout du compte, les papiers monnaie ne sont que du papier".

     

    PETROLE

    Les cours du pétrole brut se replient lundi, en raison des inquiétudes persistantes au sujet de la crise grecque et de l'économie américaine, notent des analystes. Vers 07h00, le contrat de référence de New York, sur le brut West Texas Intermediate pour livraison en juillet, perdait 1,31 dollar, à 91,70 dollars le baril. A 06h00, le contrat sur le Brent de la mer du Nord pour livraison en août abandonnait 70 cents, à 112,51 dollars le baril.

    "Les cours pétroliers continuent d'être déprimés par les pressions liées à la crise de la dette grecque, qui affectent l'ensemble des marchés", explique Victor Shum, analyste du cabinet de consultants en énergie Purvin and Gertz, à Singapour.

    "Une autre inquiétude majeure concerne les perspectives économiques américaines", ajoute-t-il.

    09:30 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    17/06/2011

    JOLI RETOURNEMENT+1,2% à 13h53

    • Cercle Finance le 17/06/2011 à 13:37

    Devises : reprise de l'euro, meilleures nouvelles de Grèce.


    (CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne se redressait vendredi midi à la faveur de nouvelles moins négatives en provenance de Grèce. Aux alentours de 13 heures 30, l'euro gagna ainsi 0,38% contre le dollar à 1,4270 alors que son plus bas de séance était, hier, de 1,4074.

    Même son de cloche contre le franc suisse (+ 0,44% à 1,2103), et dans une moindre mesure la livre sterling (+ 0,38% à 0,8825).

    En début de journée, les analystes Changes de Pictet & Cie rapportaient les dernières rumeurs concernant le nouveau plan d'aide que l'Europe va apporter à la Grèce : “la chancelière Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schaüble voudraient reporter à septembre l'adoption d'un second plan d'aide à la Grèce”, indiquaient-ils, ce qui laissait augurer d'un long été d'incertitudes et de dissensions.

    Le ton a changé en cours de matinée. Après des atermoiements, il semble que les Européens soient décidés à agir plus vite. 'La France et l'Allemagne défendent la même position concernant les évènements de Grèce' a déclaré le président français Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision. ll a ajouté que les deux pays, “ensemble soutiennent l'euro de toutes [leurs] forces'.

    Berlin demande notamment que les investisseurs privés en obligations grecques soient mis à contribution.

    De plus, le gouvernement grec toujours dirigé par Georges Papandréou a procédé à un remaniement ce matin, alors que des manifestations de protestations contre les mesures de rigueur ont émaillé toute la semaine : le grand argentier Georges Papaconstantinou a été remplacé par Evangelos Venizelos, qui vient du ministère de la Défense et bénéficiera de pouvoirs élargis.

    “L'urgence est de savoir si le pays pourra ou non recevoir l'aide de 12 milliards d'euros qui permettra au pays de couvrir ses besoins de financement au moins jusqu'en septembre 2011', craignait un analyste en début de journée De ce point de vue aussi, la confiance est plus grande ce midi qu'elle l'était ce matin.

    Dans un tel contexte, la principale statistique européenne de la matinée, pourtant négative, est passée inaperçue. La zone euro a enregistré un déficit commercial de 4,1 milliards d'euros en avril 2011, contre un excédent de +1,6 milliard en mars. Les exportations corrigées des variations saisonnières ont augmenté de 0,6% et les importations de 1,1%.

    Peut-être les chiffres américains de l'après-midi auront-ils plus de succès. On attend l'indice de confiance du consommateur de l'Université du Michigan pour juin (prévision : 74 ; précédent : 74,3) et les indicateurs avancés du Conference Board (prévision : + 0,3% ; précédent : - 0,3%).

    LibelléDernierVar.
    EUR/USD 1.4285 0.49%
    Euribor 1 an 2.142 0.09%
    Gold Index 1527.50 0%
    Pétrole (New York) 93.79 -1.22%

     

     

    les indices à 13h54...

    BEL 20 * 2,578.31 31.64 1.24 %  
    AEX 25 * 335.21 2.86 0.86 %  
    CAC 40 * 3,840.02 47.71 1.26 %  
    Euronext 100 * 685.12 7.22 1.07 %  
    Next 150 * 1,669.30 3.32 0.20 %  
    DAX 30 7195.82 85.62 1.20 %  
    MIB 30 20,118.89 266.45 1.34 %  
    IBEX 35 10063.00 144.50 1.46 %  
    SMI 6,172.34 14.67 0.24 %  
    SLI 956.58 1.83 0.19 %  
    SPI 5,659.90 8.39 0.15 %  
    FTSE™ 100 5716.96 18.15 0.32 %  
    Dow Jones * 11,961.52 64.25 0.54 %  
    Nasdaq 100 2,199.93 0.00 0.00 %  
    Nasdaq 2,623.70 0.00 0.00 %  
    OMX Nordic 40 999.07 9.38 0.95 %  
    OMX Helsinki 25 2,342.93 29.83 1.29 %  
    OMX Stockholm 30 1,090.36 11.86 1.10 %  
    OMX Copenhagen 20 423.86 1.29 0.31

    13:55 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    BONJOUR....EN RECUL à 9H15.

    • Envoyer l'article à un ami
    • Imprimer l'article
    • |
    • AOF le 17/06/2011 à 08:31

    Morning meeting AOF France / Europe - Nouveau recul attendu :



    (AOF) - Les marchés actions européens sont attendus en baisse à l'ouverture dans le sillage de la clôture incertaine de Wall Street hier. Les investisseurs restent inquiets de la situation de la Grèce avant un sommet franco-allemand destiné à éviter une contagion de la crise à l'ensemble de la zone euro. Par ailleurs, les indicateurs économiques publiés ces dernières jours laissent présager un ralentissement de l'économie américaine. Cet après-midi, les chiffres américains seront donc étudiés avec intérêt. Sur le front des valeurs, l'Etat a choisi Luc Oursel pour prendre la tête d'Areva.


    L'analyse technique du CAC 40
    Du point de vue de l'analyse graphique, le bureau DayByDay note que l'ouverture en gap du CAC 40 a précipité les cours sur un nouveau point bas. L'importante mèche basse, un volume notable et une volatilité forte sont autant d'éléments favorisant la création d'un plus bas local. Néanmoins, pour être confirmé et libérer un potentiel de progression vers 3935 points, les cours doivent, dans un premier temps, franchir la résistance à 3828 points pour donner un signal de confirmation. Le bureau DayByDay surveillera donc avec attention ce niveau pour prendre un avis plus tranché.

    Les valeurs à suivre

    AREVA
    Les services du Premier ministre ont confirmé les informations de presse évoquant la nomination de Luc Oursel à la tête d'Areva. Le membre du directoire du spécialiste public du nucléaire depuis 2007 remplacera Anne Lauvergeon dont le deuxième mandat arrive à échéance à la fin du mois. Le gouvernement a souligné "l'expérience industrielle et la connaissance du nucléaire" de cet ingénieur du corps des Mines de 51 ans. Il sera notamment charg éde mettre en oeuvre "un plan d'amélioration de la performance de l'entreprise, afin de renforcer sa compétitivité et de poursuivre son développement".

    CASINO GUICHARD
    Le titre Casino Guichard a enregistré jeudi l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120 avec un recul de 3,32% à 66,77 euros. Dans un communiqué, Casino a annoncé l'acquisition sur le marché de 8,6 millions d'actions préférentielles de GPA, soit 3,3% du capital de GPA. Selon l'agence Reuters, l'opération a été réalisée au cours moyen de 42,2 dollars par action correspondant à un montant total de 363 millions de dollars (256 millions d'euros).

    RHODIA
    Umicore et Rhodia viennent de mettre au point un procédé unique de recyclage des terres rares contenues dans les batteries rechargeables NiMH (nickel-métal-hydrure), annoncent les deux groupes dans un communiqué. « Ce procédé allie la méthode brevetée UHT (ultrahaute température) de recyclage des batteries d'Umicore à l'expertise de Rhodia en matière de séparation des terres rares », expliquent les deux groupes.

    RODRIGUEZ GROUP
    Rodriguez Group a publié un résultat net part du groupe négatif de 10,199 millions d'euros au titre de son premier semestre contre 11,405 millions sur la même période en 2010. La perte opérationnelle courante ressort à 5,022 millions d'euros contre une perte opérationnelle courante de 12,586 millions au premier semestre 2010. Le groupe se félicite de l'amélioration « significative » du résultat opérationnel courant sur la période. Cette amélioration s'explique selon lui par la rationalisation des achats, la baisse des charges externes et la diminution des charges de personnel.

    Les chiffres macroéconomiques

    15h55 Indice de l'Université du Michigan pour le mois de juin / ETATS-UNIS
    16h Indicateurs avancés pour mai / ETATS-UNIS

    A 8h25, l'euro cote 1,4161 dollar.

    Hier à Paris
    Les indices européens, qui ont rebondi en début de semaine, ont rechuté hier avant de poursuivre leur baisse aujourd'hui. Le FMI se dit « très préoccupé » par l'évolution de la situation en Grèce, qui a « changé radicalement ces dernières vingt-quatre heures », a estimé Zho Min, conseiller spécial du directeur du FMI Les indices CAC 40 et Eurotop 100 ont ainsi reculé de 0,38% à 3 792,31 points et de 0,28% à 2 246,56 points. L'indice phare de la bourse de Paris a touché en séance un plus bas de trois mois à 3 743,97 points.

    Hier à Wall Street
    Les marchés actions américains ont terminé en ordre dispersé. Les investisseurs demeurent préoccupés par la crise grecque et la santé de l'économie américaine. A ce titre, la publication d'indicateurs économiques contrastés n'a pas rassuré. Les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont repliées davantage que prévu et les permis de construire et mises en chantier ont rebondi le mois dernier. Mais de l'autre côté, l'activité dans le secteur manufacturier de la région de Philadelphie a chuté en juin. Le Dow Jones a clôturé en hausse de 0,54% à 11961,52 pts. Le Nasdaq a perdu 0,29%.

    ACTIONS

    Les Bourses européennes devraient commencer la séance en baisse vendredi, la débâcle grecque continuant de hanter les marchés.

    Selon BGC Partners, le FTSE devrait céder 14 points à l'ouverture, à 5.685 points, tandis que le DAX abandonnerait 15 points, à 7.095 points, et le CAC, 13 points, à 3.779 points.

    Les investisseurs ont continué de vendre des actions jeudi, bien que le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, et le Fonds monétaire international aient assuré que la prochaine tranche d'aide à la Grèce devrait être approuvée dimanche, lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro. O.Rehn a également déclaré que les responsables européens prendraient probablement une décision début juillet sur un deuxième plan de soutien à la Grèce, et sur la nature de la contribution du secteur privé à ce plan.

    Pour Koen De Leus, stratégiste chez KBC Securities, les conséquences de la crise grecque pourraient être bien plus graves que celles de la faillite de Lehman Brothers en 2008, car il s'agirait de la faillite d'un pays, qui risquerait de contaminer d'autres pays périphériques.

    Les contrats à terme américains sont orientés à la hausse vendredi, après une séance contrastée à Wall Street jeudi. Les inquiétudes au sujet de la crise grecque ont été contrebalancées par deux publications économiques encourageantes aux Etats-Unis.

    Le département du Travail a annoncé un recul des inscriptions au chômage à 414.000 pour la semaine close le 11 juin, soit une baisse de 4% par rapport à la semaine précédente. Par ailleurs, les mises en chantier de logements ont augmenté plus que prévu en mai, avec une progression de 3,5% par rapport à avril.

    Les marchés d'actions asiatiques évoluent de manière contrastée vendredi, alors que la nervosité domine en raison des inquiétudes au sujet de la Grèce. Les valeurs australiennes progressent toutefois, des analystes estimant qu'elles commencent à devenir bon marché.

     

    OBLIGATIONS

    Les Bunds et les gilts devraient être pratiquement inchangés vendredi à l'ouverture, mais ils bénéficieront d'une base solide tandis que les investisseurs mesurent l'évolution de la crise de la dette grecque.

    Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a indiqué s'attendre à ce que l'Union européenne et le Fonds monétaire international acceptent, lors d'une réunion de l'Eurogroupe dimanche prochain, de verser la prochaine tranche du plan de sauvetage accordé l'an dernier à la Grèce, qui se monte à 12 milliards d'euros.

    Ces propos ont peu profité aux obligations grecques, mais les emprunts d'Etat espagnols ont légèrement progressé jeudi. L'appétit des investisseurs pour les emprunts des Etats périphériques de la zone euro reste très faible, ce qui devrait soutenir les obligations des Etats les plus solides de la région.

    Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a rappelé dans un entretien à paraître vendredi que la BCE était opposée à un défaut de la Grèce, sous quelque forme que ce soit, ainsi qu'à toute action qui déclencherait un événement de crédit.

    Les emprunts du Trésor américain sont stables vendredi, l'actualité sans fin sur la Grèce ayant alimenté jeudi le recours aux actifs refuges et entraîné les rendements des emprunts du Trésor vers leurs niveaux les plus bas de 2011.

    En fin de séance à New York, les rendements sur l'emprunt de référence à dix ans ont atteint leur plus bas niveau depuis début décembre. Malgré la publication de statistiques économiques favorables aux Etats-Unis, les incertitudes liées à la situation en Grèce ont pesé sur les rendements.

     

    CHANGES

    L'euro poursuit son repli vendredi face au dollar et au yen, les inquiétudes suscitées par la possibilité d'un défaut de la Grèce sur sa dette et d'éventuels effets de contagion augmentant à l'approche de la réunion des ministres des Finances de la zone euro et du vote sur une motion de confiance en Grèce.

    "L'annonce [jeudi] que la Grèce va sans doute parvenir à se financer pendant l'été a permis de dissiper la morosité pendant un temps, mais il reste plusieurs obstacles, notamment le vote de confiance à venir et le sommet de l'Union européenne la semaine prochaine, qui pourraient encore perturber les marchés", souligne Brown Brothers Harriman dans une note à ses clients.

    "La Grèce elle-même n'est pas le problème, c'est plutôt de savoir si les dirigeants politiques de l'UE vont parvenir à se rassembler et à produire une solution", estime David Watt, stratégiste devises senior chez RBC Capital Markets.

    Mais selon lui, si l'euro ne présente pas beaucoup d'attrait, le dollar non plus, car il est confronté à une économie américaine en perte de vitesse et à une lutte politique au sujet du plafond de la dette des Etats-Unis.

    Peter Rosenstreich, analyste en chef pour les marchés chez Swissquote Bank, pense quant à lui que le "facteur peur" soutient le dollar, mais que sur la seule base de ses fondamentaux sous-jacents inquiétants et de la morosité des perspectives à long terme, la devise américaine devrait être orientée dans le sens contraire.

     

    PETROLE

    Les cours du pétrole évoluent de manière contrastée vendredi, après la publication d'indicateurs économiques encourageants jeudi aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir, indiquent les analystes.

    Vers 7h00, le contrat de juillet sur le brut léger doux coté au Nymex cédait 57 cents, à 94,38 dollars le baril. A 6h00, le contrat d'août sur le Brent de mer du Nord gagnait 4 cents, à 114,06 dollars le baril.

    "Les contrats américains sur le brut ont progressé, sur fond de nervosité du marché, regagnant une partie du terrain perdu jeudi à la faveur des prévisions de l'Agence internationale de l'Energie, qui table sur une forte hausse de la demande", selon un rapport de Phillip Futures.

    Dans son rapport annuel publié jeudi, l'AIE a relevé ses prévisions de demande mondiale pour le brut en 2011 de 100.000 barils par jour, à 89,3 millions de barils.

    09:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    16/06/2011

    PLOUF...-1.2% A L'OUVERTURE.LIRE NYRSTAR ET DEXIA

    DE ING CE MATIN...

     

     

    NYRSTAR: Continued strategy execution

    Nyrstar announced a friendly cash take-over offer for Breakwater Resources for €473m (+ €75m in capex). Breakwater’s operations consist of four poly metallic mines in the Americas with a c.140,000 tonnes of zinc in concentrate capacity end-2012. Hence upstream integration increases from 31% to 43%, close to management’s 50% target. Three of the four mines are fully operational and should contribute to cash flow as of 2H11. Due to by-products credits (lead, copper, silver and gold) the C1 cash cost is guided below US$750/tonne, which implies a competitive cash cost position. Assuming a US$2,450/tonne zinc price and 1.40 €/US$ exchange rate, the acquisition translates into a c.€145m EBITDA contribution at full capacity, which implies an acquisition multiple of 3.8x EV/EBITDA (2013F).

    Change in estimates: we revise upwards our 2011-12F EBITDA by 5-21% to €350m and €538m, respectively, with 2012F being the year of focus as most mines should be ramping up to full capacity by year-end and EBITDA should amount to the five-fold of 2009. We revise downwards our 2011F normalised EPS by 8% to €0.98 and upwards our 2012F EPS by 12% to €1.81, as earnings per shares are held back by higher depreciation and financial cost estimates (we admittedly underestimated the latter before). Our 2012F EBITDA seems c.11% above consensus, but we expect the latter to be revised upwards in the coming days.

    Investment case: we like Nyrstar for its: (1) market leadership in zinc (largest smelter and fifth largest miner), which makes the company well positioned for the strong medium term zinc fundamentals (expected tightness in concentrates by 2013-14F) and (2) strategy of upstream integration to secure raw material feed and enhance profitability throughout the cycle.

    In our view, valuation remains attractive on every metric as the stock trades at 3.9x PER, 4.5x EV/EBITDA, 14.5% FCF yield and 0.86x P/BV 2012F. This seems significantly below its peers, which currently trade at 7.5x PER and 4.5x EV/EBITDA. This seems unjustified as we estimate Nyrstar’s ROE at c.19% in 2012F, in line with its peers. We maintain our BUY rating and €12.0 TP, targeting an (unchanged) 5.0x 2012F EV/EBITDA.

     

    Price: €9.0; Last published: target price: €12; recommendation: BUY

    Filip De Pauw, Brussels +32 2 547 60 97

     

    DEXIA: On Moody’s radar for Greek exposure

    Moody’s has announced yesterday that it is considering downgrading Dexia’s and the French banks’ rating as a result of their direct and indirect exposure to Greece. In a press release, Moody’s also flagged that Greek exposure would be taken into account in the analysis of Dexia’s credit rating.

    In a previous note, we have flagged Dexia’s above average direct exposure to Greek sovereigns, which represents c.17% of the company’s Tier 1 capital (a gross exposure of €3.5bn). We estimate that a 50% haircut on Greek sovereign bonds would hit Dexia’s Core Tier 1 ratio by 100bps, bringing our FY11F forecast down to 10.3%. To our understanding Dexia is required to have a CT1 ratio of at least 10.2% by 2014. As such, we see the direct impact of a Greek restructuring as manageable for Dexia. We are however more worried about contagion effects as the Belgian lender’s exposure to Portugal is also rather important. If the country were to follow in a 50% restructuring, Dexia’s FY11F CT1 ratio would drop to 9.8%, putting the bank in a more difficult situation but still manageable.

    Overall, we agree that Dexia has a large exposure to peripheral economies. A potential downgrade will have a clear negative impact on the company’s funding costs. Dexia has already flagged that it has completed about two-thirds of its funding plan for 2011 already, so the impact of the downgrade should probably be felt more in 2012. A convincing plan for Greece before that date might mitigate the consequences of this potential downgrade.

    Price: €2.26. Last published: target price: €2.8; recommendation: HOLD

    Tom van Kempen / Albert Ploegh, Amsterdam +31 20 501 3011

    DE DOW JONES ...

    Les actions sont attendues en baisse ; la Grèce reste sur le devant de la scène DJ Eurostoxx 50 2.731,50 points -1,74% CAC 40 3.806,85 points -1,49% DAX 30 7.115,08 points -1,25% FTSE 100 5.742,55 points -1,04% SMI 6.198,17 points -0,92% AEX 334,04 points -1,03% BEL 20 2.562,63 points -1,06% IBEX 35 9.933,10 points -1,97% DJIA 11.897,27 points -1,48% Nasdaq 2.631,46 points -1,76% S&P 500 1.265,42 points -1,74% Nikkei 225 9.437,64 points -1,43% (en séance) Cours de change à 06h50 Variation par rapport au cours à 23h50 USD/JPY 81,00 +0,07% EUR/USD 1,4124 -0,37% EUR/JPY 114,40 -0,34% 

    ACTIONS

    Les marchés d'actions européens devraient ouvrir dans le rouge jeudi, alors que les investisseurs attendent avec anxiété davantage de nouvelles sur la dette grecque et la situation politique dans le pays et que les craintes à l'égard de l'économie américaine persistent.

    IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en repli de 18 points, à 5.725 points, tandis que le DAX perdrait 14 points, à 7.101 points, et le CAC 24 points, à 3.783 points.

    La Grèce a secoué les marchés mondiaux mercredi et les craintes d'un défaut se sont intensifiées, des dizaines de milliers de manifestants ayant protesté contre une nouvelle série de coupes budgétaires et le Premier ministre ayant proposé sa démission pour tenter de les préserver.

    Les manifestations à Athènes ont quelquefois tourné à la violence, tandis que le Premier ministre Giorgos Papandreou tentait de parvenir à un accord avec les partis d'opposition sur les mesures d'autorité demandées en contrepartie d'un nouveau plan de sauvetage de la zone euro et du Fonds monétaire international. Lorsque sa proposition de démissionner en faveur d'un gouvernement d'unité nationale a échoué, il a annoncé qu'il remanierait le gouvernement jeudi puis demanderait une motion de confiance au Parlement.

    Cela pourrait faire chuter son gouvernement en quelques jours. Le Parti socialiste de G.Papandreou a une majorité parlementaire d'à peine quatre sièges, après deux défections ces derniers jours. Le remaniement ministériel devrait viser le ministre des Finances Giorgos Papaconstantinou, l'architecte des mesures d'austérité, qui est très respecté par les dirigeants européens mais sur qui se porte la colère des Grecs.

    Par ailleurs, une réunion des ministres des Finances de la zone euro mardi soir n'a abouti à aucun accord sur la forme d'un nouveau plan de sauvetage pour la Grèce, ce qui conduit les investisseurs à craindre que le scénario le plus probable soit celui d'un défaut désordonné de la Grèce.

    "Peu importe toutes ces discussions sur un rééchelonnement de la dette, un échange de dette et une contribution volontaire [des créanciers privés], la situation est la suivante : la Grèce est en faillite et va continuer d'accumuler des dettes", observe Michael Derks, stratégiste en chef chez FXPro. "Une restructuration de la dette [...] ne peut certainement plus être reportée. Oui, il y aura un défaut, mais franchement, la Grèce n'a pas la capacité de rembourser sa dette colossale et a perdu cette capacité il y a déjà longtemps, alors une déclaration de défaut ne devrait être qu'une simple formalité."

    Les contrats à terme américains s'inscrivent en légère hausse jeudi. Wall Street a chuté mercredi après la publication de statistiques faisant état d'une hausse de l'inflation aux Etats-Unis et d'une détérioration de l'activité manufacturière dans la région de New York. La peur d'une vague de contagion en cas de défaut de la Grèce a également pesé sur les marchés américains.

    Les marchés asiatiques perdent du terrain jeudi après la forte baisse de Wall Street.

     

    OBLIGATIONS

    Les Bunds et les gilts pourraient débuter la séance sans grand changement jeudi, alors que les évènements relatifs au marasme financier de la Grèce sont au coeur de l'attention.

    Les Grecs sont descendus en masse dans la rue mercredi pour manifester contre les mesures d'austérité du gouvernement. Par ailleurs, les responsables politiques de la zone euro restent divisés sur les moyens de régler la crise. Les inquiétudes au sujet de la Grèce, conjuguées à la morosité des indicateurs économiques américains, ont entamé l'appétit pour le risque et renforcé l'attrait des emprunts d'Etat de référence. Jeudi, les marchés surveilleront de près une émission de dette en Espagne, ainsi que les chiffres de l'inflation et du chômage dans la zone euro.

    La tourmente grecque a permis aux gilts de gagner du terrain mercredi. Jeudi, le marché surveillera les statistiques sur les ventes de détail au Royaume-Uni, qui devraient donner des indications sur la santé de l'économie britannique.

    Les prix des obligations du Trésor sont en légère baisse jeudi. Ils ont poursuivi leur progression mercredi, et le rendement des titres à dix ans a enregistré sa plus forte baisse depuis novembre. Les inquiétudes quant à la capacité de la Grèce à rembourser sa dette ont incité les investisseurs à délaisser les marchés d'actions, l'euro et les dettes européennes.

     

    CHANGES

    L'euro et la livre sterling, stables l'un face à l'autre, progressent légèrement face au dollar jeudi. L'euro reste toutefois fragile et la livre est vulnérable aux variations de l'appétit pour le risque.

    Mercredi, la crainte que la Grèce se rapproche d'un défaut a pesé sur l'euro. Les investisseurs se sont refugiés vers le dollar, le yen et le franc suisse, les inquiétudes à l'égard de la dette grecque ayant attisé celles d'une contagion à d'autres pays de la zone euro.

     

    PETROLE

    Les cours du pétrole sont en hausse jeudi. Les opérateurs se sont mis à la chasse aux bonnes affaires après le recul du prix du baril de brut sous la barre de 95 dollars cette nuit, indiquent des opérateurs.

    Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux appelé West Texas Intermediate pour livraison en juillet, gagnait 48 cents, à 95,29 dollars le baril. A 6h00, le contrat sur le brut de mer du Nord pour livraison en août progressait de 99 cents, à 114 dollars le baril. Il s'agit du premier jour de cotation du contrat.

    Le repli du pétrole cette nuit à conduit les opérateurs à se mettre en quête de bonnes affaires, explique Victor Shum, analyste du cabinet de consultants en énergie Purvin and Gertz à Singapour.

    "Les opérateurs considèrent cela comme une opportunité d'achat après l'effondrement des prix du pétrole", note-t-il.


    09:21 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    15/06/2011

    BAISSE CONFIRMEE à 16h10

    • AFP le 15/06/2011 à 16:02

    Wall Street ouvre en nette baisse, l'inquiétude reprend le dessus :



    La Bourse de New York
    © AFP/Archives  Stan Honda

    La Bourse de New York a ouvert en nette baisse mercredi, plombée par de sombres indicateurs économiques aux Etats-Unis et un regain d'inquiétude face à la crise budgétaire de la Grèce: le Dow Jones perdait 0,90% et le Nasdaq 0,97%.

    Vers 13H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 108,15 points à 11.967,96 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 26,09 points à 2.652,63 points.

    L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 0,84% (10,87 points) à 1.277,00 points.

    Mardi, Wall Street avait fini en nette hausse, revigorée par des statistiques économiques rassurantes aux Etats-Unis et en Chine: le Dow Jones avait gagné 1,03%, le Nasdaq 1,48% et le S&P 500 1,26%.

    Mais "la crise de dette en zone euro et des indicateurs défavorables aux Etats-Unis effacent la hausse" de mardi, ont constaté les analystes de Charles Schwab.

    L'activité industrielle dans la région de New York, mesurée par l'indice Empire State, a brutalement chuté en mai, alors que les analystes s'attendaient à une hausse.

    Dans l'ensemble du pays, la production industrielle a légèrement progressé (+0,1%), mais moins qu'espéré.

    Sur le front de l'inflation, l'indice des prix à la consommation a progressé plus que prévu en mai, et atteint 3,6% en glissement annuel, son plus haut niveau depuis octobre 2008.

    Ces indicateurs ont été publiés au moment où les marchés s'inquiétaient déjà de la crise qui touche la Grèce.

    Les ministres des Finances de la zone euro ne sont pas parvenus mardi à un accord sur un nouveau plan d'aide financière à Athènes. Des affrontements ont en outre opposé des manifestants qui protestaient contre l'austérité et des policiers dans la capitale grecque.

    Le marché obligataire repartait à la hausse. Le rendement du bon du Trésor reculait à 3,060% contre 3,099% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,280% contre 4,301% la veille.

     

    les indices à 16h10

    BEL 20 * 2,567.69 -22.46 -0.87 %  
    AEX 25 * 334.67 -2.85 -0.84 %  
    CAC 40 * 3,815.62 -48.96 -1.27 %  
    Euronext 100 * 682.94 -7.28 -1.05 %  
    Next 150 * 1,682.55 -8.78 -0.52 %  
    DAX 30 7121.88 -82.91 -1.15 %  
    MIB 30 19,945.32 -413.59 -2.03 %  
    IBEX 35 9958.80 -173.80 -1.72 %  
    SMI 6,223.71 -31.97 -0.51 %  
    SLI 966.09 -5.94 -0.61 %  
    SPI 5,717.06 -31.25 -0.54 %  
    FTSE™ 100 5770.68 -32.45 -0.56 %  
    Dow Jones * 12003.79 -72.32 -0.60 %  
    Nasdaq 100 2237.87 -12.47 -0.55 %  
    Nasdaq 2664.35 -14.37 -0.54 %  
    OMX Nordic 40 1,006.82 -14.49 -1.42 %  
    OMX Helsinki 25 2,351.93 -32.73 -1.37 %  
    OMX Stockholm 30 1,093.07 -13.42 -1.21 %  
    OMX Copenhagen 20 432.59 -8.02 -1.82 %  
    LibelléDernierVar.
    EUR/USD 1.4301 -0.98%
    Euribor 1 an 2.141 0.19%
    Gold Index 1531.70 0.44%
    Pétrole (New York) 98.96 -0.41%

    16:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    ON REPART EN BAISSE...

    de Dow Jones..

     

    AMERICAN MARKETS OUTLOOK: U.S. stocks are called to open lower Wednesday, in line with U.S. futures. David Morrison at GFT said that on Tuesday the market was looking oversold and a bounce was overdue, however, there is now a worry that the correction is over. He also noted ongoing worries about what action will be taken to address the Greek crisis.
     
    At 1025 GMT, S&P 500 futures were down 5.5 points at 1279.00, Nasdaq 100 futures were down 10.38 points at 2236.63 and Dow industrial futures were up 21.5 points at 12039.5.
     
    EUROPEAN MARKETS: At 1030 GMT, the Euro Stoxx 50 was down 0.7% at 2761.15, slightly off earlier lows, as worries about the implications of the Greek debt crisis escalated. The Stoxx Europe 600 banks index was down 0.9% after Moody's placed French banks under review for downgrades due to exposure to Greece. Joshua Raymond at City Index noted traders were locking in gains from Tuesday's session.
     
    London's FTSE 100 was down 0.2% at 5793.32, off earlier lows. Glencore International was the biggest faller, down 2.9% after saying it had no plans to buy Eurasian Natural Resources. Elsewhere, banks were in focus with Chancellor Osborne expected to back the Independent Commission on Banking's call for high-street operations to be ring-fenced; Barclays was down 1.1%, HSBC off 0.9%. "The FTSE clearly remains unable to sustain any meaningful rallies and further slides shouldn't come as a surprise," said Yusuf Heusen at IG Index.
     
    At 1030 GMT, September bunds were up 0.11 at 125.51, while September gilts were down 0.01 at 120.60. The dollar was up at Y80.69, the euro was down at $1.4320 and the pound was down at $1.6282.
     
    ===========================
     
    TOP STORIES:
     
    GREECE PARALYZED BY GENERAL STRIKE: Public services across Greece are crippled as the country's two major unions staged a 24-hour general strike amid rising public anger and wavering internal support for the Socialist government's latest austerity program.
     

    EURO ZONE INDUSTRIAL OUTPUT RISES UNEXPECTEDLY: Industrial production in the euro zone unexpectedly rises in April, driven by a rise in output of high-value "durable" consumer goods such as electronics and furniture, official data shows.
    UK UNEMPLOYMENT POSTS BIGGEST DROP SINCE 2000: The number of unemployed in the U.K. fell by the largest amount in more than 10 years in the three months to April, official data shows.
     

    MOODY'S PUTS 3 FRENCH BANKS ON DOWNGRADE REVIEW: Moody's places BNP Paribas, Credit Agricole and Societe Generale on review for possible downgrade, reflecting their exposure to Greek debt, and warns other lenders could face similar action.
     

    UK TO MAKE BANKS 'RING-FENCE' OPERATIONS: U.K. banks will be forced to maintain their retail divisions and investment-banking businesses as separate operations in a move the U.K. government believes will make banking safer.
    • AFP le 15/06/2011 à 13:21

    La Bourse de Paris fait grise mine (-0,45%) :


    Après son rebond de mardi, La Bourse de Paris faisait grise mine mercredi (-0,45%), pénalisée par le dossier grec et tirée à la baisse par les valeurs bancaires.

    A 13H10 (11H10 GMT), l'indice vedette cédait 16,53 points pour s'inscrire à 3.848,05 points dans un volume d'échanges d'à peine 1 milliard d'euros.

    Après un début de séance difficile, dominé par les inquiétudes sur la Grèce et la perspective d'une dégradation des banques françaises, le marché a réussi en cours de matinée à remonter quelque peu la pente, mais très timidement.

    Les opérateurs ont essayé de trouver un peu de réconfort dans le chiffre sur la production industrielle dans la zone euro, ressorti meilleur que prévu en avril et dans la décision du FMI de relever sa prévision de croissance pour la France à 2% en 2011 et 2012, contre 1,6% et 1,8% précédemment.

    Par ailleurs, l'émission d'obligations à court terme lancée par le Portugal a été réalisée à des taux d'intérêt en baisse, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les marchés et a évité d'exacerber les mouvements de défiance à l'égard des pays lourdement endettés.

    Mais la Grèce et les inquiétudes sur le sort des banques créancières continuaient à peser sur le moral des investisseurs et tiraient le marché vers le bas.

    Les grands banques s'inscrivaient parmi les plus fortes baisses de la cote avec la Société Générale qui abandonnait 1,94% à 39,02 euros, BNP Paribas 1,73% à 51,70 euros et Crédit Agricole 1,43% à 10,02 euros.

    Les valeurs liées à la construction et aux services aux collectivités étaient en net repli comme Eiffage (-2,05% à 44,22 euros), Veolia Environnement (-1,32% à 19,79 euros) et Lafarge (-1,22% à 44,11 euros).

    Avant le Salon aéronautique du Bourget, le secteur lié à l'aviation était bien orienté avec EADS (+1,38% à 21,79 euros) et Zodiac (+1,52% à 56,19).

    Bonne performance de Danone (+2,40% à 51,62 euros) après son relèvement de recommandation par Nomura.

    Peu de réaction sur GDF Suez qui évolue à peine (+0,12% à 24,33 euros) malgré l'annonce d'un accord de coentreprise pour un projet de centrale géothermique en Indonésie.

     

    13:33 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    YESSSSSS.NYRSTAR RACHETE BREAKWATER RES

    Nyrstar announces binding agreement to pursue friendly offer to acquire Breakwater Resources Ltd.

    News Release
    Regulated Information

    15 June 2011

    Nyrstar NV ("Nyrstar") today announced that it has entered into a binding agreement (the "Support Agreement") with Breakwater Resources Ltd. (TSX: BWR) ("Breakwater") pursuant to which Nyrstar has agreed to make an all-cash offer to acquire all of the issued and outstanding shares of Breakwater by way of a friendly take-over bid. Under the terms of the Support Agreement, Breakwater shareholders will receive the following consideration for each share held:

    • C$7.00 in cash per common share, representing a total value of approximately C$619 million (€442 million) to be paid by Nyrstar (the "Nyrstar Offer").
    • A special dividend of C$0.50 in cash per common share (the "Breakwater Special Dividend") to be declared payable to Breakwater shareholders of record on the business day immediately prior to the take-up of shares by Nyrstar pursuant to the offer. This represents a total value of approximately C$44 million (€32 million) to be paid by Breakwater, as consented to by Nyrstar under the Support Agreement.

    The Nyrstar Offer, together with the Breakwater Special Dividend, (collectively, the "Consideration") implies a total transaction value to Breakwater shareholders of approximately C$663 million (€473 million) on a fully diluted basis (including shares to be issued from the conversion of options and warrants)[1].

    Breakwater's operations consist of four zinc poly-metallic mines, including El Toqui in Chile, El Mochito in Honduras, Myra Falls in British Columbia Canada, and Langlois in Quebec Canada (Langlois is currently in ramp-up and expected to restart production in Q1 2012). Together, the operations have an annual production capacity of approximately 140,000 tonnes of zinc in concentrate, 14,000 tonnes of lead in concentrate, 6,000 tonnes of copper in concentrate, 2.3 million troy ounces of silver and 40,000 troy ounces of gold thereby significantly increasing Nyrstar's aggregate annual mining production. 

    Following the acquisition of Breakwater and once all operations are fully ramped-up (as expected by the end of 2012), Nyrstar's aggregate annual mining production is expected to be approximately 475,000 tonnes of zinc in concentrate, 28,000 tonnes of lead in concentrate, 15,000 tonnes of copper in concentrate, 7.8 million troy ounces of silver[2], and 95,000 troy ounces of gold. At this level, Nyrstar would be one of the 5 largest zinc miners based on 2010 global zinc mine production[3].

    The acquisition will significantly increase Nyrstar's level of zinc integration (zinc production from mines as a percentage of smelter production) from 31% to 43% (assuming all mining operations at full production as expected by the end of 2012), a significant advancement on Nyrstar's stated medium term integration target of 50%.

    Due to strong by-product credits, the operations are expected to have an average zinc C1 cash costs[4] of less than US$750/tonne of payable metal once at full production, thereby supporting Nyrstar's stated objective of having an average zinc C1 cash cost across all its mining operations of less than US$1,000/tonne of payable metal.

    Commenting on the offer, Nyrstar's Chief Executive Officer, Roland Junck said:

    "This acquisition is in line with our strategy to selectively pursue opportunities in mining, and presents an exciting opportunity to significantly increase our zinc integration.

    The acquisition will provide immediate production and cashflows and will reinforce and further diversify our multi-metals profile whilst maintaining our competitive cash cost position.

    The rapid integration of the operations into the Nyrstar portfolio will be a high priority for management, and as such we have recently introduced a dedicated integration function reporting to the Management Committee.

    We believe that our offer provides substantial value to Breakwater shareholders and recognises the long-term potential and value of the operating portfolio.

    The acquisition will be financed from currently available funds and facilities, and is expected to be immediately accretive for Nyrstar on an earnings and cashflow per share basis."  

    Breakwater's Board of Directors has unanimously recommended that shareholders tender their shares in favour of the Nyrstar Offer.  GMP Securities has provided an opinion to the Breakwater Board of Directors that the Consideration to be received by Breakwater shareholders under the Nyrstar Offer is fair, from a financial point of view, to the Breakwater shareholders.  Breakwater's largest shareholder, Dundee Corporation, which owns approximately 22.1% of Breakwater's outstanding shares, as well as all of Breakwater's directors and key officers, have each entered into a lock-up agreement pursuant to which each has agreed to tender common shares held by them in favour of the Nyrstar Offer (in total representing approximately 22.6% of outstanding shares). 

    The Nyrstar Offer is conditional on a number of customary conditions including a minimum acceptance condition of 66 2/3%, receipt of all regulatory approvals and no material adverse change in Breakwater's business. The support agreement between Nyrstar and Breakwater provides for, among other things, a non-solicitation covenant on the part of Breakwater subject to customary "fiduciary out" provisions, a right in favour of Nyrstar to match any superior proposal and a payment to Nyrstar of a termination fee of C$20 million in certain circumstances, including if Breakwater accepts a superior proposal.

    The Take-Over Bid Circular and Directors' Circular are expected to be mailed and filed shortly. The Nyrstar Offer will be open for acceptance for a period of not less than 35 days from its commencement.

    RBC Capital Markets and Goldman, Sachs & Co. are acting as financial advisors to Nyrstar and Goodmans LLP is providing legal advice.

    COMMENTAIRES DE ING CE MATIN...

    NYRSTAR: EPS enhancing acquisition of Breakwater Resources

    Nyrstar announced a friendly and all cash take-over offer for Breakwater Resources. The company pays C$7.0 per share (35% premium) and a special dividend of C$0.50 per share to the BR shareholders. As such, the total investment amounts to c.€473m. Based on the Bloomberg consensus 2012F EBITDA for BR of €150m, Nyrstar pays c.3.2x EV/EBITDA (below its own multiple of 3.9x on cons. estimates).

    BR operations consist of 4 polymetallic mines in Chili, Honduras and Canada (2 mines). Together, the operations have an annual production capacity of c140,000 tonnes of zinc in concentrate, 14,000 tonnes of lead in concentrate, 6,000 tonnes of copper in concentrate, 2.3 million troy ounces of silver and 40,000 troy ounces of gold.

    We believe this is very good news since, since (i) the acquisition multiple seems attractive, (ii) perfectly fits the strategy and increases upstream integration to 43%, (iii) Nyrstar buys 3 operational mines (one to be ramped up in 1Q12F) which are well positioned on the cost curve (C1 cash below below US$750/t), (iv) the acquisition is immediately EPS enhancing (a €150m 2012F EBITDA implies a 34% increase to our current estimates).

    We expect a positive share price reaction today.

    Price: €8.75. Last published: target price: €12.0; recommendation: BUY

    Filip De Pauw, Brussels +32 2 547 60 97

    09:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    14/06/2011

    2 NEWS BELGO BELGE...

    de ING ce matin....

    TELENET: Belgian Football rights to accelerate customer growth

    Telenet announced last Friday that it acquired a number of exclusive pay TV rights to broadcast the Belgian football competition during the next three seasons. More concrete, Telenet bought five out of six lots for €52m/year. This allows Telenet to weekly broadcast the three top games, the highlights, a talkshow and the Supercup. Belgacom pays €3.2m/year to weekly broadcast the other five games.

    Since Telenet resells some rights to the Walloon cable operator Voo and the TV stations VMMa and RTBF, we estimate Telenet invests some €26m/year to weekly broadcast the three top games in Flanders. Our estimate is based on our assumption that (1) VMMa & RTBF pay some €8m/year for the rights to broadcast the highlights and a talkshow (2) Telenet pays 60% of the remainder amount, based on the number of households Telenet serves versus Voo.

    We believe Telenet bought the rights in order to (1) increase the client satisfaction of its existing customer base (2) win market share from Belgacom (3) cross sell products to new customers. Evidently, Telenet stated that their business model has a positive NPV and that the investment is more than just a defensive move.

    We assume the investment could increase annual sales by €45m (3.5%). This is based on the following assumptions (1) Telenet increasing the Prime Sport subscription price by €8/month and 10% of DTV viewers being Prime Sport subscribed. This would increase yearly sales by €12m. (2) Acquiring 50K new clients at a Prime Sport ARPU of €40/month would add annual sales by €24m. (3) Half of the new clients adding broadband would increase yearly sales by €9m. Overall, we conclude that the investment will accelerate Telenet’ top line growth at the expense of lower margins. The higher the success of cross selling the broadband product, the lower the margin impact should be.

    We believe Telenet will continue to outperform its European telco peers as (1) it offers higher growth prospects (2) it pays the highest yield (14%) in the sector (3) the guidance looks slightly beatable. Our TP stands at €34 (8.7x 2011 EV/EBITDA), which is in line with peers and recent M&A activity.

    Price: €31. Last published: target price: 34; recommendation: Buy

    D’IETEREN: Avis Budget buys Avis Europe for 315p per share in cash

    The boards of directors of Avis Budget and Avis Europe announced today that they have reached agreement on the cash acquisition of Avis Europe by Avis Budget for 315p in cash per share (60% premium). In addition, D’Ieteren has irrevocably agreed to sell its 59.6% to Avis Budget.

    At first look, we see 3 positives about this news. First, in our SOTP valuation, we value Avis Europe (D’Ieteren holds a 59.6% stake) at market value. A take-over at 315p adds c.€2.0 to our TP (c.4%). Second, by selling Avis Europe, D’Ieteren becomes less cyclical, less capital intensive and lowers net debt (pro forma net debt end 2010 would have declined €946m to €877m). Third, we do not apply a conglomerate discount in our valuation, but we understand several investors do. As such, the sale of Avis Europe should reduce the discount (or take it away for now).

    There is one caveat however. We also understood from D’Ieteren company management earlier that in case of a sale from Avis Europe, the proceeds would be reinvested (and not distributed to the shareholders). This would imply that there is a take-over risk and implies the conglomerate discount should return at some point in time.

    We expect a positive share price reaction today.

    Price: €44.6. Last published: target price: €53.0; recommendation: BUY

    DE DOW JONES...

    Les Bourses européennes devraient tenter une avancée DJ Eurostoxx 50 2.733,95 points +0,05% CAC 40 3.807,61 points +0,07% DAX 30 7.085,14 points +0,22% FTSE 100 5.773,46 points +0,13% SMI 6.197,25 points -1,18% AEX 334,03 points +0,06% BEL 20 2.570,69 points -0,13% IBEX 35 9.946,20 points -0,05% DJIA 11.952,97 points +0,01% Nasdaq 2.639,69 points -0,15% S&P 500 1.271,83 points +0,07% Nikkei 225 9.549,97 points +1,08% (en séance) Cours de change à 06h50 Variation par rapport au cours à 23h50 USD/JPY 80,25 +0,07% EUR/USD 1,4433 +0,14% EUR/JPY 115,83 +0,20% 

    ACTIONS

    Les places boursières européennes pourraient ouvrir dans le vert mardi, mais la région est toujours confrontée à son problème de dette souveraine, ce qui pourrait limiter l'appétit pour le risque.

    IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en hausse de 12 points, à 5.785 points, tandis que le DAX prendrait 21 points, à 7.106 points, et le CAC 3 points, à 3.811 points.

    "Dans l'immédiat, le marché est clairement préoccupé par l'issue du débat sur la dette grecque", observe Lloyds Bank Corporate markets.

    "Il est clair que les enjeux sont importants cette semaine", ajoute Simon Derrick, chez Bank of New York Mellon. "Si l'Eurogroupe ne parvient pas à trouver un accord applicable d'ici la fin de sa réunion [de mardi], alors le risque de voir ce que Wolfgang Schaeuble décrivait la semaine dernière comme le premier défaut désordonné en Europe deviendra réel."

    Les contrats à terme américains sont orientés à la hausse mardi. L'indice Dow Jones a gagné un peu de terrain lundi, grâce à l'activité de fusions-acquisitions. Les craintes d'ordre économique, à l'origine de six semaines consécutives de baisse, ont toutefois entretenu un climat de prudence et pesé sur le secteur technologique.

    Les places boursières asiatiques progressent mardi, les pertes initiales ayant été balayées grâce à la publication en Chine de statistiques montrant une inflation conforme aux attentes et une production industrielle légèrement supérieure aux prévisions.

     

    OBLIGATIONS

    Les prix des emprunts d'Etat européens devraient être stables en début de séance, alors que le marché attend la réunion de l'Eurogroupe sur la Grèce mardi.

    "Le potentiel de baisse devrait être limité, car les investisseurs continuent d'acheter sur repli dans le contexte actuel d'incertitude sur la Grèce", estime un opérateur. La crainte que les divergences politiques entraînent un report de l'aide continue de miner le moral des investisseurs.

    Sur le front des statistiques, les chiffres de l'inflation britannique ne devraient pas montrer d'évolution en mai. La Banque d'Angleterre s'attend à ce que le taux d'inflation atteigne environ 5% cette année, mais peu d'économistes anticipent une accélération avant fin 2011.

    Les prix des emprunts du Trésor américain se replient mardi. Ils ont reculé lundi, les investisseurs ayant décidé d'empocher leurs bénéfices après le récent mouvement de hausse. Le marché semble cependant enclin à repartir sur une phase ascendante, comme le laisse apparaître le rendement de l'emprunt de référence à dix ans, qui est resté en deçà du seuil psychologique des 3% lundi et lors des huit séances précédentes.

    "La question est de savoir si les chiffres de cette semaine souligneront la crainte croissante d'un ralentissement aux Etats-Unis et entraîneront une baisse des rendements", explique Christian Cooper, qui dirige le négoce de dérivés libellés en dollars chez Jefferies & Co. à New York.

     

    CHANGES

    L'euro gagne du terrain mardi, les investisseurs ayant décidé de faire fi de la décision de Standard & Poor's de déclasser la note de la dette souveraine de la Grèce au niveau le plus bas du monde pour se concentrer sur la probabilité que les dirigeants de la zone euro parviennent à un accord pour éviter un défaut du pays.

    "L'Europe s'en sortira à la fin et fera ce qu'il faut pour ne pas perturber exagérément les marchés", estime Alan Ruskin, directeur de la stratégie de changes pour le G10 chez Deutsche Bank à New York.

    La tendance demeure toutefois prudente, ajoute-t-il. Certains investisseurs continuent de craindre un défaut de la Grèce, tandis que d'autres se focalisent sur le ralentissement de l'économie américaine et les statistiques mondiales, redoutant qu'ils ne signalent un affaiblissement plus marqué de la croissance.

    Compte tenu de l'arrivée à échéance du programme d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, des craintes à l'égard de la Grèce et du ralentissement économique mondial, "l'appétit pour le risque devrait être très limité", note A. Ruskin.

    Cela devrait limiter la progression des devises à rendement élevé telles que l'euro, ainsi que celle des actions américaines.

     

    PETROLE

    Les cours pétroliers s'inscrivent en baisse mardi en Asie, pénalisés par la décision de Standard & Poor's d'abaisser la note de la dette souveraine de la Grèce et par le ralentissement de l'économie chinoise, indiquent des analystes.

    Vers 7h00, le contrat sur le brut léger doux pour livraison en juillet coté au Nymex, perdait 12 cents, à 97,18 dollars le baril. A 6h00, le Brent de mer du Nord pour livraison en juillet cédait 17 cents, à 118,93 dollars.

    Selon un rapport de Phillip Futures, les cours pétroliers ont pâti pendant la séance asiatique de la baisse de la note de crédit de la Grèce et des signes de ralentissement de l'économie chinoise, qui ont engendré des craintes de ralentissement économique mondial.

    09:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    13/06/2011

    10H40..MARCHES CALMES

    • AFP le 13/06/2011 à 09:43

    Bourse de Paris : le marché hésitant (+0,06%)

     

    La morosité dominait le début de la séance lundi à la Bourse de Paris, la cote hésitant à prendre une direction franche (+0,06%) dans un marché sans entrain en ce jour de Pentecôte et préoccupé par l'évolution de la situation économique mondiale.

    A 09H20 (07H20 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 2,36 points pour s'inscrire à 3.807,11 points.

    Le marché parisien est à un seuil psychologique, les 3.800 points. D'une part il a effacé ses gains accumulés depuis le début de l'année et d'autre part il s'agit d'un seuil technique important qui, s'il était franchi à la baisse, pourrait entraîner la cote vers les 3.700 points, indiquent les spécialistes des graphiques (chartistes).

    Le dossier grec qui s'enlise sur le rôle des banques créancières ainsi que les inquiétudes sur la vigueur de l'économie mondiale pénalisent lourdement les marchés boursiers. Lundi les places asiatiques ont marqué le pas, soucieuses des conséquences sur les entreprises d'une moindre croissance mondiale.

    Les opérateurs sont d'autant plus focalisés sur ces sujets qu'aucune nouvelle microéconomique ne les détourne de cette actualité. Le mois de juin est en effet une période de transition entre les comptes du premier et du deuxième trimestre.

    Les marchés commencent mal la semaine, le moral est en berne et l'aversion au risque s'accroit, indique la note quotidienne du Crédit Agricole.

    "Les perspectives économiques mondiales sont plutôt pessimistes", renchérit l'analyse du courtier IG Market.

    Peugeot, dopé par le relèvement de sa recommandation par Citigroup, se distingue et prend la tête des valeurs en hausse du CAC 40 (+2,37% à 28,11 euros). En revanche Renault est pénalisé par l'abaissement de sa notation par la même banque américaine et perd 1,07% à 36,04 euros.

    Malgré les menaces de grève, Air France résiste (+0,62% à 10,62 euros).

    Les valeurs bancaires qui sont très dépendantes de l'évolution du dossier grec sont plutôt bien orientées ce lundi: Crédit Agricole (+0,60% à 10,12 euros), BNP Paribas (+0,64% à 51,94 euros), Natixis (+1% à 3,50 euros), Société Générale (+0,63% à 39,28 euros).

    LES BOURSES OUVERTES...

    BEL 20 * 2574.61 0.53 0.02 %  
    AEX 25 * 334.05 0.22 0.07 %  
    CAC 40 * 3808.65 3.56 0.09 %  
    Euronext 100 * 681.86 0.85 0.13 %  
    Next 150 * 1682.26 -0.93 -0.06 %  
    DAX 30 7078.59 8.69 0.12 %  
    MIB 30 20,117.49 -272.10 -1.33 %  
    IBEX 35 9962.60 11.80 0.12 %
     
    LibelléDernierVar.
    EUR/USD 1.4356 0.07%
    Euribor 1 an 2.145 0%
    Gold Index 1529.00 0%
    Pétrole (New York) 99.29 0%

    10:41 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |