14/06/2011

2 NEWS BELGO BELGE...

de ING ce matin....

TELENET: Belgian Football rights to accelerate customer growth

Telenet announced last Friday that it acquired a number of exclusive pay TV rights to broadcast the Belgian football competition during the next three seasons. More concrete, Telenet bought five out of six lots for €52m/year. This allows Telenet to weekly broadcast the three top games, the highlights, a talkshow and the Supercup. Belgacom pays €3.2m/year to weekly broadcast the other five games.

Since Telenet resells some rights to the Walloon cable operator Voo and the TV stations VMMa and RTBF, we estimate Telenet invests some €26m/year to weekly broadcast the three top games in Flanders. Our estimate is based on our assumption that (1) VMMa & RTBF pay some €8m/year for the rights to broadcast the highlights and a talkshow (2) Telenet pays 60% of the remainder amount, based on the number of households Telenet serves versus Voo.

We believe Telenet bought the rights in order to (1) increase the client satisfaction of its existing customer base (2) win market share from Belgacom (3) cross sell products to new customers. Evidently, Telenet stated that their business model has a positive NPV and that the investment is more than just a defensive move.

We assume the investment could increase annual sales by €45m (3.5%). This is based on the following assumptions (1) Telenet increasing the Prime Sport subscription price by €8/month and 10% of DTV viewers being Prime Sport subscribed. This would increase yearly sales by €12m. (2) Acquiring 50K new clients at a Prime Sport ARPU of €40/month would add annual sales by €24m. (3) Half of the new clients adding broadband would increase yearly sales by €9m. Overall, we conclude that the investment will accelerate Telenet’ top line growth at the expense of lower margins. The higher the success of cross selling the broadband product, the lower the margin impact should be.

We believe Telenet will continue to outperform its European telco peers as (1) it offers higher growth prospects (2) it pays the highest yield (14%) in the sector (3) the guidance looks slightly beatable. Our TP stands at €34 (8.7x 2011 EV/EBITDA), which is in line with peers and recent M&A activity.

Price: €31. Last published: target price: 34; recommendation: Buy

D’IETEREN: Avis Budget buys Avis Europe for 315p per share in cash

The boards of directors of Avis Budget and Avis Europe announced today that they have reached agreement on the cash acquisition of Avis Europe by Avis Budget for 315p in cash per share (60% premium). In addition, D’Ieteren has irrevocably agreed to sell its 59.6% to Avis Budget.

At first look, we see 3 positives about this news. First, in our SOTP valuation, we value Avis Europe (D’Ieteren holds a 59.6% stake) at market value. A take-over at 315p adds c.€2.0 to our TP (c.4%). Second, by selling Avis Europe, D’Ieteren becomes less cyclical, less capital intensive and lowers net debt (pro forma net debt end 2010 would have declined €946m to €877m). Third, we do not apply a conglomerate discount in our valuation, but we understand several investors do. As such, the sale of Avis Europe should reduce the discount (or take it away for now).

There is one caveat however. We also understood from D’Ieteren company management earlier that in case of a sale from Avis Europe, the proceeds would be reinvested (and not distributed to the shareholders). This would imply that there is a take-over risk and implies the conglomerate discount should return at some point in time.

We expect a positive share price reaction today.

Price: €44.6. Last published: target price: €53.0; recommendation: BUY

DE DOW JONES...

Les Bourses européennes devraient tenter une avancée DJ Eurostoxx 50 2.733,95 points +0,05% CAC 40 3.807,61 points +0,07% DAX 30 7.085,14 points +0,22% FTSE 100 5.773,46 points +0,13% SMI 6.197,25 points -1,18% AEX 334,03 points +0,06% BEL 20 2.570,69 points -0,13% IBEX 35 9.946,20 points -0,05% DJIA 11.952,97 points +0,01% Nasdaq 2.639,69 points -0,15% S&P 500 1.271,83 points +0,07% Nikkei 225 9.549,97 points +1,08% (en séance) Cours de change à 06h50 Variation par rapport au cours à 23h50 USD/JPY 80,25 +0,07% EUR/USD 1,4433 +0,14% EUR/JPY 115,83 +0,20% 

ACTIONS

Les places boursières européennes pourraient ouvrir dans le vert mardi, mais la région est toujours confrontée à son problème de dette souveraine, ce qui pourrait limiter l'appétit pour le risque.

IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en hausse de 12 points, à 5.785 points, tandis que le DAX prendrait 21 points, à 7.106 points, et le CAC 3 points, à 3.811 points.

"Dans l'immédiat, le marché est clairement préoccupé par l'issue du débat sur la dette grecque", observe Lloyds Bank Corporate markets.

"Il est clair que les enjeux sont importants cette semaine", ajoute Simon Derrick, chez Bank of New York Mellon. "Si l'Eurogroupe ne parvient pas à trouver un accord applicable d'ici la fin de sa réunion [de mardi], alors le risque de voir ce que Wolfgang Schaeuble décrivait la semaine dernière comme le premier défaut désordonné en Europe deviendra réel."

Les contrats à terme américains sont orientés à la hausse mardi. L'indice Dow Jones a gagné un peu de terrain lundi, grâce à l'activité de fusions-acquisitions. Les craintes d'ordre économique, à l'origine de six semaines consécutives de baisse, ont toutefois entretenu un climat de prudence et pesé sur le secteur technologique.

Les places boursières asiatiques progressent mardi, les pertes initiales ayant été balayées grâce à la publication en Chine de statistiques montrant une inflation conforme aux attentes et une production industrielle légèrement supérieure aux prévisions.

 

OBLIGATIONS

Les prix des emprunts d'Etat européens devraient être stables en début de séance, alors que le marché attend la réunion de l'Eurogroupe sur la Grèce mardi.

"Le potentiel de baisse devrait être limité, car les investisseurs continuent d'acheter sur repli dans le contexte actuel d'incertitude sur la Grèce", estime un opérateur. La crainte que les divergences politiques entraînent un report de l'aide continue de miner le moral des investisseurs.

Sur le front des statistiques, les chiffres de l'inflation britannique ne devraient pas montrer d'évolution en mai. La Banque d'Angleterre s'attend à ce que le taux d'inflation atteigne environ 5% cette année, mais peu d'économistes anticipent une accélération avant fin 2011.

Les prix des emprunts du Trésor américain se replient mardi. Ils ont reculé lundi, les investisseurs ayant décidé d'empocher leurs bénéfices après le récent mouvement de hausse. Le marché semble cependant enclin à repartir sur une phase ascendante, comme le laisse apparaître le rendement de l'emprunt de référence à dix ans, qui est resté en deçà du seuil psychologique des 3% lundi et lors des huit séances précédentes.

"La question est de savoir si les chiffres de cette semaine souligneront la crainte croissante d'un ralentissement aux Etats-Unis et entraîneront une baisse des rendements", explique Christian Cooper, qui dirige le négoce de dérivés libellés en dollars chez Jefferies & Co. à New York.

 

CHANGES

L'euro gagne du terrain mardi, les investisseurs ayant décidé de faire fi de la décision de Standard & Poor's de déclasser la note de la dette souveraine de la Grèce au niveau le plus bas du monde pour se concentrer sur la probabilité que les dirigeants de la zone euro parviennent à un accord pour éviter un défaut du pays.

"L'Europe s'en sortira à la fin et fera ce qu'il faut pour ne pas perturber exagérément les marchés", estime Alan Ruskin, directeur de la stratégie de changes pour le G10 chez Deutsche Bank à New York.

La tendance demeure toutefois prudente, ajoute-t-il. Certains investisseurs continuent de craindre un défaut de la Grèce, tandis que d'autres se focalisent sur le ralentissement de l'économie américaine et les statistiques mondiales, redoutant qu'ils ne signalent un affaiblissement plus marqué de la croissance.

Compte tenu de l'arrivée à échéance du programme d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, des craintes à l'égard de la Grèce et du ralentissement économique mondial, "l'appétit pour le risque devrait être très limité", note A. Ruskin.

Cela devrait limiter la progression des devises à rendement élevé telles que l'euro, ainsi que celle des actions américaines.

 

PETROLE

Les cours pétroliers s'inscrivent en baisse mardi en Asie, pénalisés par la décision de Standard & Poor's d'abaisser la note de la dette souveraine de la Grèce et par le ralentissement de l'économie chinoise, indiquent des analystes.

Vers 7h00, le contrat sur le brut léger doux pour livraison en juillet coté au Nymex, perdait 12 cents, à 97,18 dollars le baril. A 6h00, le Brent de mer du Nord pour livraison en juillet cédait 17 cents, à 118,93 dollars.

Selon un rapport de Phillip Futures, les cours pétroliers ont pâti pendant la séance asiatique de la baisse de la note de crédit de la Grèce et des signes de ralentissement de l'économie chinoise, qui ont engendré des craintes de ralentissement économique mondial.

09:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.