07/06/2011

BONJOUR...9H40.HAUSSE MINIME..ING,LIRE..

 

Le gouvernement allemand a annoncé lundi qu'il attendait encore l'examen détaillé de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international sur le programme d'aide à la Grèce avant de donner son feu vert à une nouvelle aide. Les investisseurs sont préoccupés par l'absence d'assurance que tous les membres de l'Union européenne vont approuver ce nouveau dispositif pour la Grèce.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en légère hausse mardi. Les marchés américains ont cédé du terrain lundi pour la quatrième séance consécutive, en raison des craintes persistantes de ralentissement économique.

Les valeurs financières ont été particulièrement affectées par les inquiétudes relatives à la croissance économique, les investisseurs estimant qu'un coup de frein à la dynamique de reprise risquerait de compliquer les efforts des banques pour sortir les prêts à risque de leurs bilans.

A Tokyo, l'indice Nikkei 225 gagnait 0,6% à 07h25, soutenu par le rebond de Tepco, après l'annonce du porte-parole du gouvernement japonais Yukio Edano, qui a indiqué que le groupe devrait éviter une procédure de faillite.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en hausse mardi, sur fond d'inquiétudes concernant la dette grecque et le ralentissement de la croissance économique, et alors que les investisseurs attendent la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Le marché s'attend à ce que la BCE signale jeudi qu'elle prévoit un deuxième relèvement des taux d'intérêt cette année.

"Le marché s'attend à être prévenu d'un relèvement des taux en juillet, par le biais d'une annonce de "forte vigilance" [de la BCE]", explique Adrian Schmidt, analyste chez Lloyds.

Les chiffres des ventes de détail dans la zone euro devraient montrer que les ménages hésitent encore à dépenser.

Au Royaume-Uni, les ventes de détail ont fortement baissé en mai, montrant la réticence croissante des consommateurs à dépenser dans un contexte d'incertitudes économiques et de diminution des revenus disponibles.

Les prix des emprunts du Trésor américain sont stables mardi, après avoir été soutenus lundi par l'actualité.

Les représentants de la zone euro ont ravivé les craintes liées à la crise de la dette grecque, déclenchant un retour vers les actifs refuges en fin de séance. Il s'agit de la quatrième séance consécutive lors de laquelle le rendement de l'emprunt de référence à 10 ans a avoisiné le seuil psychologique de 3%.

Les emprunts à long terme ont fini en baisse, en raison de plusieurs adjudications prévues cette semaine et des incertitudes sur les problèmes d'endettement des Etats-Unis. Sans compromis visant à augmenter le plafond légal de la dette américaine d'ici début août, le défaut technique sur la dette qui sera déclenché pèsera fortement sur les détenteurs de titres à long terme.

 

CHANGES

L'euro s'inscrit en légère hausse mardi face aux autres grandes devises, après un mouvement de désaffection lundi, les doutes sur un nouveau plan d'aide à la Grèce et les craintes d'un ralentissement économique ayant alimenté l'aversion au risque.

Pour ne rien arranger, Fitch Ratings a également déclaré que demander aux porteurs d'obligations d'échanger volontairement leurs titres existants de dette grecque contre de nouveaux emprunts assortis de "termes sensiblement moins avantageux" pourrait équivaloir à un défaut.

L'euro a reculé à la fois face au dollar et au yen, accélérant sa chute en fin de séance lundi en réaction aux commentaires de responsables de la zone euro signalant que les autorités de la région pourraient ne pas être au diapason.

La monnaie unique a de plus subi le contrecoup des propos du président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, qui a estimé que l'euro était surévalué par rapport aux autres devises principales.

Les investisseurs devraient rester prudents avant l'allocution du président de la Réserve fédérale Ben Bernanke mardi, qui sera sa "première occasion de donner des indications quant à la possibilité d'une troisième vague de mesures d'assouplissement quantitatif", explique Brian Dolan, chef cambiste chez Forex.com.

Plus tard dans la semaine, l'attention du marché pourrait se porter sur les divergences existant entre les politiques des banques centrales, alors que la BCE devrait signaler une hausse des taux en juillet, ce qui pourrait apporter un soutien à l'euro face au dollar, ajoutent des analystes.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut sont en repli, pénalisés par des spéculations selon lesquelles l'Organisation des pays exportateurs de pétrole pourrait décider d'augmenter la production malgré un recul de la demande, indiquent les analystes.

A 06h00, le contrat de juillet sur le Brent de la mer du Nord cédait 41 cents à 114,07 dollars le baril, tandis que vers 07h00, le contrat de juillet sur le brut léger coté au Nymex abandonnait 55 cents à 98,46 dollars le baril.

"Le marché restera concentré mardi sur la réunion de l'Opep, dans la mesure où certains pays membres, dont l'Arabie Saoudite, souhaitent augmenter la production pour freiner la hausse des prix", explique Ker Chung Yang, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

"Seuls l'Iran et le Venezuela pourraient refuser d'accroître la production et vouloir maintenir les prix à des niveaux élevés", ajoute-t-il.

L'Opep se réunira à Vienne mercredi, sur fond de craintes que les prix élevés du brut ne sapent la croissance économique mondiale et la demande en énergie. Les pays de l'organisation représentent environ 40% de la production mondiale de brut.

La plupart des analystes s'attendent à ce que l'Opep laisse ses quotas de production inchangés malgré une hausse des cours pétroliers alimentée par les crises politiques dans le monde arabe, notamment en Libye.

BONNE NOUVELLE POUR ING...

GE et Capital One font une offre sur ING Direct USA

DJ PRESSE: GE et Capital One font une offre sur ING Direct USA

 

(Dow Jones)--General Electric Co. (GE) et Capital One Financial Corp. (COF) ont soumis des offres d´achat à ING Groep NV (ING) pour sa banque en ligne américaine, a rapporté Bloomberg News mardi, citant des sources sous le couvert de l´anonymat.

La vente d´ING Direct USA pourrait se faire au prix de 9 milliards de dollars, a précisé Bloomberg sur son site Internet.

GE a fait une offre entièrement en numéraire, tandis que celle de Capital One comprend une partie en actions, a précisé l´agence de presse.

ING Direct USA est la plus grosse banque en ligne aux Etats-Unis avec 81,6 milliards de dollars de dépôts, selon Bloomberg, qui a ajouté que la vente pourrait avoir lieu ce mois-ci.

Site Internet: http://www.bloomberg.com/news

 

(END) Dow Jones Newswires

June 07, 2011 02:34 ET

09:53 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.