06/06/2011

de l'INVESTISSEUR..

 

Les doutes quant à la croissance économique persistent. Les bourses sont donc mises sous pression. Ceci a donc aussi été illustré par la baisse de près de 1% du pétrole sous 115 USD par baril. En Europe, la bourse de Londres est la seule à avoir grimpé. Ce sont surtout les valeurs financières et d'utilité publique qui ont reculé. A Francfort E.ON a perdu encore une fois plus de 2%. Société Générale et AXA  ont cédé près de 2%. Les compagnies d'aviation se voient sanctionnées après que les perspectives de l'entièreté du secteur aient été revues à la baisse par IATA. En cause, le renchérissement du kérosène. A Francfort, Singulus cotait ce jour ex-droit de souscription pour l'augmentation de capital. A Bruxelles, le Bel 20 se replie de 0,44%. Bekaert est en baisse de 3%. Dexia, Ageas et KBC lâchent 1,5%. Mobistar évolue à l'encontre de la tendance en gagnant 1,8%. UCB a gagné 1%. Sur le marché élargi, les actions maritimes Euronav et CMB reculent de respectivement 4,2% et 2,6%. Zetes cote ex-dividende (0,75 EUR net) et se replie donc en toute logique de 4,8%. Par contre, Sioen progresse de 2,6% et Thrombogenics de 1,7%. Arseus a décroché un beau contrat mais le cours ne réagit que peu (+0,2%). A Wall Street, les indices déterminants se retrouvent après deux heures de transaction une fraction plus bas. Le cours de l'or s'apprécie d'environ 1% à 1550 USD/once. Le taux portugais recule ce jour après la victoire très nette de la droite aux dernières élections. Le taux grec est également en repli après le nouveau paquet d'aide prévu.

 

  • AFP le 06/06/2011 à 18:38

Wall Street, hésitante, tente de se stabiliser :



La façade de la Bourse de New York
© AFP/Getty Images/Archives  Spencer Platt

La Bourse de New York évoluait non loin de l'équilibre lundi à la mi-journée, tentant de se stabiliser après les pertes de la semaine précédente, avec hésitation en l'absence de publications économiques majeures: le Dow Jones s'effritait de 0,07% et le Nasdaq lâchait 0,23%.

Vers 16H10 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 8,63 points à 12.142,63 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 6,16 points à 2.726,62 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 0,31% (ou 4,00 points) à 1.296,16 points.

Vendredi, Wall Street avait fini en nette baisse, fléchissant face à la montée du chômage aux Etats-Unis qui alimente les craintes d'un ralentissement de la croissance économique au deuxième trimestre. Le Dow Jones avait abandonné 0,79%, le Nasdaq 1,46% et le S&P 500 0,97%.

L'accumulation d'indicateurs décevants avait poussé à un nouveau repli hebdomadaire, le cinquième d'affilée, "ce qui n'avait pas été vu depuis 2004", ont souligné les analystes de Charles Schwab.

"Il semble que le marché essaie de s'accrocher, mais cela va demander beaucoup de tests" autour des seuils de résistance, a souligné Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

Le S&P 500 tentait de garder la barre psychologique de 1.300 points en mire. "Si l'on peut clôturer au-dessus, le marché va probablement essayer de se stabiliser autour de ces niveaux", a estimé M. Cardillo.

Après une semaine riche en indicateurs, peu de chiffres sont attendus cette semaine: le principal rendez-vous économique est la publication du Livre Beige de la Réserve fédérale, compte-rendu de conjoncture de la banque centrale américaine.

"Le rapport sur l'emploi (vendredi) a été le point d'orgue d'une semaine de mauvaises nouvelles sur le front économique, dont des déceptions sur l'activité manufacturière, les commandes à l'industrie et la confiance des consommateurs. C'était la pire performance hebdomadaire pour le marché boursier depuis les plus hauts du 29 avril. C'est maintenant aux partisans de la hausse de montrer de l'élan", a observé Scott Marcouiller, de Wells Fargo Advisors.

Le secteur technologique se montrait un peu plus résistant que le reste du marché, emmené par Apple (+0,40% à 344,66 dollars). Le PDG du groupe Steve Jobs est attendu à San Francisco pour y présenter iCloud, un site de stockage en ligne qui pourrait notamment servir de bibliothèque musicale.

Les valeurs bancaires étaient en revanche toujours chahutées. Wells Fargo perdait 0,56% à 26,71 dollars, après avoir reçu une recommandation négative de la part de Dick Bove de Roschdale Securities. L'analyste a abaissé sa notation à "vendre" et l'objectif de prix à 22 dollars, contre 32,50 dollars précédemment.

Le loueur de voitures Dollar Thrifty (-1,24% à 82,70 dollars) a indiqué que son conseil d'administration avait recommandé unanimement aux actionnaires du groupe de ne pas répondre à l'offre de rachat lancée par le numéro un mondial du secteur, Hertz (-1,18% à 15,13 dollars), qui propose 72 dollars par action.

Hertz est revenu à la charge début mai après avoir vu que son concurrent Avis (-1,14% à 16,55 dollars) -qui avait fait l'an dernier une offre alternative plus élevée que la sienne- n'avait toujours pas réussi à obtenir de feu vert des autorités.

La Cour suprême des Etats-Unis a donné son feu vert à des actionnaires de la société de services pétroliers Halliburton (-2,23% à 49,16 dollars) qui veulent constituer une action en nom collectif contre le groupe américain qu'ils accusent de fraude.

Le marché obligataire baissait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait à 3,030% contre 2,997% vendredi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,283% contre 4,231%.

19:03 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.