18/05/2011

1/2% DE HAUSSE CE MATIN..10H07

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient démarrer la séance dans le vert mercredi, les investisseurs retrouvant de l'appétit pour le risque alors que les problèmes de dette de la zone euro repassent au second plan. Le rebond des prix des matières premières pourrait profiter aux valeurs du secteur.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 45 points, à 5.906 points, tandis que le DAX devrait gagner 43 points, à 7.300 points et le CAC 32 points, à 3.974 points.

"Nous sommes toujours en mode d'attente. Les investisseurs se demandent si le marché peut reprendre le chemin de la hausse après la consolidation de ces derniers jours", explique Arnaud de Champvallier chez Turgot Asset Management.

Selon Scott Johnson, de MarketsPlus, les investisseurs se tiennent sur leurs gardes "car ils pensent que d'autres mauvaises nouvelles vont peut-être être annoncées et ils ne voient pas trop de potentiel de hausse pour le moment".

Les contrats à terme sur les valeurs américaines sont en hausse mercredi. Les principaux indices américains ont chuté pour la troisième séance consécutive mardi. La publication d'indicateurs économiques moroses et l'avertissement sur résultats de Hewlett-Packard ont en effet alimenté les craintes d'un ralentissement de la reprise économique mondiale.

Les marchés d'actions asiatiques ont progressé mercredi. La Bourse de Tokyo a notamment bien accueilli les résultats remarquables publiés par Dell au titre du premier trimestre. "Les chiffres remarquables de Dell ont dissipé les craintes des investisseurs d'un ralentissement mondial de la consommation, surtout après le désastre du 11 mars au Japon", a déclaré à Dow Jones NewswiresTatsunori Kawai, stratégiste en chef de kabu.com Securities.

 

OBLIGATIONS

Bunds et gilts pourraient perdre du terrain mercredi en début de séance, sous l'effet d'un regain d'appétit pour le risque alors que les problèmes de dette souveraine de la zone euro repassent au second plan.

Par ailleurs, les Bunds semblent de nouveau pâtir d'un mouvement de vente au profit des emprunts du Trésor américain. Les chiffres des mises en chantier de logements et de la production industrielle publiés aux Etats-Unis signalent en effet que la Réserve fédérale pourrait laisser ses taux inchangés plus longtemps que la Banque centrale européenne, qui devrait encore les relever cette année.

A Londres, la tendance est affectée par l'annonce mardi d'une accélération de l'inflation au Royaume-Uni en avril. Les pressions augmentent sur la Banque d'Angleterre pour qu'elle relève prochainement ses taux, note l'analyste Michael Hewson, de CMC Markets.

Le compte-rendu de la réunion de mai du comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre sera, dans ce contexte, suivi de près.

Les obligations d'Etat américaines se replient mercredi après avoir clôturé dans le vert mardi. La faiblesse des dernières statistiques sur l'économie américaine a entraîné un mouvement de refuge vers la sécurité des emprunts d'Etat et fait tomber les rendements à leur plus bas niveau en cinq mois.

La perspective d'un ralentissement économique a également diminué l'attrait des actifs plus risqués tels que les actions et les matières premières, ce qui a alimenté le mouvement de refuge vers les titres du Trésor.

Selon Chris Sullivan, directeur des investissements chez United Nations Federal Credit Union à New York, le rendement du titre à dix ans, qui évoluait au-dessus de 3,5% début avril, pourrait tester le seuil de 3% à court terme. Il estime en outre qu'un franchissement de ce seuil pourrait entraîner un repli du rendement jusqu'à 2,92%.

 

CHANGES

L'euro se renforce mercredi matin. Selon des participants du marché, les opérateurs ont recommencé à se polariser sur les facteurs qui sont favorables à la monnaie unique à long terme et les inquiétudes au sujet des dettes souveraines de la zone euro sont repassées au second plan. La monnaie unique, qui était affaiblie par ces inquiétudes depuis plus d'une semaine, a ainsi pu regagner du terrain mardi face au dollar.

Les ministres des Finances européens ont validé le plan de sauvetage du Portugal cette semaine et les problèmes de dette de la Grèce ne seront probablement pas résolus avant le mois prochain. L'attention des opérateurs se tourne donc vers les fondamentaux sous-jacents qui soutiennent l'euro.

Comme le souligne Marc Chandler, responsable du marché des changes chez Brown Brothers Harriman, "le principal moteur sous-jacent a été la politique [monétaire]."

Des taux de changes "appropriés" reflétant les fondamentaux économiques ainsi que des réformes structurelles économiques supplémentaires sont nécessaires pour obtenir une croissance mondiale solide et équilibrée, a affirmé mercredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

La livre sterling, actuellement en hausse, est soutenue par une plus grande tolérance au risque et par le sentiment que la Banque d'Angleterre va devoir resserrer sa politique monétaire pour enrayer l'inflation.

 

PETROLE

Le pétrole s'est inscrit en hausse mercredi pendant la séance en Asie, mais la crainte persistante d'une baisse de la demande aux Etats-Unis limite la progression du marché, observent des analystes.

Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en juin, prenait 88 cents, à 97,79 dollars le baril. A 6h00, le contrat sur le Brent de mer du Nord pour livraison en juillet gagnait 57 cents, à 110,56 dollars le baril.

"La confiance aux Etats-Unis, dans l'Union européenne et en Chine diminue [...] il y a trois facteurs majeurs en jeu", note Jonathan Barratt, directeur général de Commodity Broking Services à Sydney.

Les investisseurs attendent la publication, à 16h30, du rapport du département de l'Energie sur les stocks pétroliers des Etats-Unis.


10:11 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.