06/05/2011

BELGACOM...OUILLE..

DJ BULLETIN DU MATIN: 6 mai 2011

Les marchés européens sont attendus en légère baisse vendredi
 
 
DJ Eurostoxx 50   2.926,54 points -0,86%
CAC 40            4.004,87 points -0,95%
DAX 30            7.376,96 points +0,04%
FTSE 100          5.919,98 points -1,07%
SMI               6.450,03 points -0,31%
AEX                 354,82 points -0,31%
BEL 20            2.693,74 points -0,28%
IBEX 35          10.627,30 points -0,80%
 
DJIA             12.584,17 points -1,10%
Nasdaq            2.814,72 points -0,48%
S&P 500           1.335,10 points -0,91%
 
Nikkei 225        9.835,29 points -1,69% (en séance)
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 23h50
 
USD/JPY     80,48   +0,37%
EUR/USD    1,4546   +0,04%
EUR/JPY    117,07   +0,43%
 
ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient entamer la séance en légère baisse vendredi, tandis que les investisseurs tentent de comprendre le sens caché des déclarations de la Banque centrale européenne et attendent le rapport mensuel sur l'emploi salarié aux Etats-Unis.

A l'ouverture, IG Markets attend le FTSE en repli de 8 points, à 5.912 points, tandis que le DAX devrait céder 9 points, à 7.368 points, et le CAC perdre 3 points, à 4.002 points.

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, n'a pas donné de signal clair sur le calendrier des hausses de taux à venir, même s'il a observé l'existence de tensions inflationnistes liées à l'augmentation des prix des matières premières.

"Nous ne savons pas si la BCE relèvera ses taux en juin ou en juillet", résume Koen De Leus, stratégiste chez KBC Securities. "Le dernier indice des prix à la production de la zone euro était plutôt élevé. Ils [la BCE] devront relever leurs taux s'ils veulent rester crédibles."

Les contrats à terme américains n'ont pas d'orientation définie vendredi. Jeudi, Wall Street a clôturé en baisse après l'annonce de chiffres décevants sur les demandes d'allocation chômage aux Etats-Unis, à la veille de la publication du rapport sur l'emploi non agricole. Le secteur énergétique a par ailleurs particulièrement pesé sur le marché en raison du recul des cours du pétrole.

David Bellantonio, d'Instinet, évoque également des facteurs techniques.

Les places asiatiques s'inscrivent globalement en baisse vendredi.

 
 
OBLIGATIONS

Les Bunds et les Gilts pourraient ouvrir de manière contrastée vendredi avant le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis, qui constitue le prochain catalyseur important pour les marchés après les déclarations de la Banque centrale européenne jeudi, alors que les problèmes de dette souveraine persistent en Europe.

Le langage employé jeudi par le président de la BCE Jean-Claude Trichet suggère que le prochain relèvement des taux d'intérêt de la zone euro n'interviendra pas avant juillet, et encore.

A Helsinki, la Banque de Finlande accueille une conférence à laquelle assistera la vice-présidente de la Réserve fédérale Janet Louise Yellen, qui s'exprimera sur les finances et la croissance économique.

L'un des thèmes de la réunion sera le sauvetage du Portugal. Mercredi, le ministre finlandais des Finances Jyrki Katainen a déclaré que le sort du plan d'aide au Portugal était entre les mains du parlement finlandais.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires a affirmé jeudi qu'il n'y aurait pas de plan de sauvetage pour le Portugal sans le soutien de la Finlande. "Si la Finlande s'y oppose, il n'y aura pas de décision, et il n'y a aucune solution de rechange à l'horizon", a expliqué Olli Rehn lors d'un entretien diffusé sur le site de la télévision publique finlandaise YLE.

Le parti eurosceptique True Finns, qui s'est engagé à refuser toute contribution finlandaise aux plans de sauvetage destinés aux pays en difficulté de la zone euro, est devenu la troisième force politique du pays à l'issue des élections législatives du 17 avril.

Les obligations d'Etat américaines s'inscrivent en légère baisse vendredi, après avoir de nouveau augmenté jeudi. Les rendements ont atteint leurs plus bas niveaux de l'année, après la publication de statistiques médiocres sur l'emploi dans le secteur privé qui ont renforcé les craintes d'affaiblissement de la reprise économique aux Etats-Unis.

Selon Jacob Oubina, stratégiste taux pour les Etats-Unis chez RBC, la faiblesse des volumes au cours des dernières semaines n'a fait qu'exagérer la baisse des rendements obligataires.

 
 
CHANGES

L'euro efface vendredi matin une partie de ses pertes de jeudi, mais l'appétit pour le risque n'est pas pour autant revenu sur le marché.

La Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre ont maintenu leurs taux d'intérêt inchangés jeudi et le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, n'a pas donné de signal clair sur le calendrier des hausses à venir. Le banquier central a déclaré que la BCE ne s'engageait jamais à l'avance sur ses décisions.

La tendance reste néanmoins baissière pour le dollar, car la Réserve fédérale devrait rester la plus accommodante des grandes banques centrales au cours de l'année qui vient, exception faite de la Banque du Japon, note Mark McCormick, stratégiste chez Brown Brothers Harriman.

 
 
PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut progressent vendredi, alors que les investisseurs s'empressent de couvrir leurs positions courtes pour limiter de nouvelles pertes, observe Ken Hasegawa, directeur des ventes de dérivés des matières premières chez Newedge Japan.

Les investisseurs japonais tentent également de trouver de bonnes affaires sur les contrats sur l'essence et le kérosène du Tokyo Commodity Exchange.

"Le Brent et le WTI vont monter en mesure avec Tocom. Toutes les matières premières avaient besoin d'opérer une correction hier, mais elles restent sur la pente ascendante", explique-t-il.

Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en juin, prenait 45 cents, à 100,25 dollars le baril.

A 6h00, le contrat sur le Brent de mer du Nord pour livraison en juin gagnait 1,47 dollar, à 112,27 dollars le baril.

BELG

BELGACOM
Euronext Brussels
Action
Autorisé  Ouvert 

 

 

24.900 EUR
-1.465 EUR (-5.56%)
2011-05-06 09:10:22
Des mesures réglementaires et une diminution des parts de marché dans la téléphonie mobile ont mis à mal les résultats trimestriels de Belgacom. Le groupe adapte en conséquence ses prévisions annuelles.

Belgacom publie des résultats globalement décevants au premier trimestre 2011. Il faut dire que l'opérateur historique fait face à une baisse de revenus de 3,5% en glissement annuel qui découle en grande partie d’une modification du cadre réglementaire en téléphonie. A titre d’exemple, la baisse des tarifs d’interconnexion fait baisser les revenus de tous les opérateurs de téléphonie belge.

Les revenus ont baissé de 58 millions d’euros et s’affichent à 1,583 milliards d’euros. Les mesures réglementaires ont eu un impact négatif de 52 millions d’euros.

Cependant, cet effet régulatoire n'explique pas tout car mis de côté, les revenus de Belgacom baissent encore de 0,3%.

Ce que la compagnie explique pour le segment résidentiel par "un déclin inattendu du trafic vocal mobile au premier trimestre, alors que les résultats de la ligne fixe continuent pour leur part à ressentir l’impact d’un marché fortement compétitif et de plus en plus saturé".

L'effet régulatoire est d'ailleurs moindre si on se focalise sur l'opérationnel alors que EBITDA s'affiche à 480 millions d'euros et est en baisse de 3%. Selon Belgacom, 1,8% de baisse de l'EBITDA est imputable à l'impact négatif de la réglementation.

A l'inverse des trimestres précédents, les clients gagnés par Belgacom dans ses offres TV ou packs n’ont pas suffi à compenser ses pertes de parts de marchés dans les segment de la téléphonie mobile et de la téléphonie fixe.

Une contreperformance avouée par le groupe qui adapte en conséquence ses prévisions annuelles. "La révision à la baisse de nos attentes en termes de revenus pour cette année, conjuguée à la décision de renforcer notre attention sur un renversement de tendance en ce qui concerne la croissance de la clientèle nette, nécessite des ressources accrues. Nous avons donc revu à l'avenant les orientations fournies au marché pour l'année complète. Les revenus du Groupe pour cette même année complète devraient diminuer de 1 à 2 % et nous escomptons une baisse de l'EBITDA du Groupe située entre 4 % et 5 % par rapport à l'an passé", a indiqué Didier Bellens dans un communiqué.

09:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.