12/04/2011

BONJOUR...RECUL GENERAL à 10h18.

ACTIONS

Les marchés d'actions européens ouvrent en baisse mardi, les investisseurs s'inquiétant au sujet de l'inflation et du risque qu'un resserrement monétaire pèse sur la croissance et sur les résultats des entreprises.



Koen De Leus, stratégiste chez KBC Securities Bolero à Bruxelles, note que les marchés seront très attentifs aux données sur l'inflation du mois de mars qui seront publiées cette semaine, mardi pour le Royaume-Uni, et vendredi pour la zone euro et les Etats-Unis.

A Londres, les valeurs bancaires occupent le devant de la scène après le rapport publié par l'Independent Commission on Banking, qui recommande des réformes visant à éviter que le gouvernement britannique doive de nouveaux renflouer des groupes du secteur, avec notamment une séparation des activités de banque d'investissement et de banque de détail.

Les contrats à terme de Wall Street affichent une baisse sensible mardi, après une légère avancée des valeurs phares américaines lundi. Les investisseurs se sont toutefois montrés prudents avant la publication, après-Bourse, des résultats d'Alcoa, qui ont marqué le début de la période des résultats outre-Atlantique pour le premier trimestre.

Les investisseurs s'attendent à ce que les résultats se révèlent solides, mais s'inquiètent de l'impact de la hausse des prix de l'alimentation et de l'énergie.

A Tokyo, les craintes générées par la crise nucléaire dans le pays ont pesé sur les cours de Bourse. Un incendie s'est déclaré mardi matin dans le réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima Daiichi, mais a été maîtrisé.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en hausse mardi, mais les investisseurs guetteront tout signe de tensions inflationnistes dans les statistiques devant paraître dans la journée.

"Le marché [...] a du mal à sortir de sa fourchette de fluctuation en l'absence de publications économiques", observe un opérateur. L'agenda de mardi comprend l'indicateur économique avancé ZEW et l'indice des prix à la consommation en Allemagne.

La décision de la Banque centrale européenne de relever son taux d'intérêt directeur de 1% à 1,25% jeudi dernier est un "signal clair" que la BCE prend "au sérieux" son mandat de veiller à la stabilité des prix, a déclaré lundi Axel Weber, le président sortant de la Bundesbank. Il a également souligné que la zone euro ne connaissait pas de crise de sa devise, mais une crise de la dette publique, notant que "l'euro est une devise crédible".

Au Portugal, le chef du PSD, le principal parti d'opposition de centre-droit, a déclaré que le prochain gouvernement devrait se voir donner la possibilité de négocier certaines mesures du plan d'austérité que devra appliquer le pays au cours des prochaines années.

Une délégation de la Commission européenne, de la BCE et du Fonds monétaire international doit arriver à Lisbonne mardi pour évaluer la situation économique du pays. Les négociations officielles sur le plan de sauvetage du Portugal débuteront le 18 avril et devraien t se terminer à la mi-mai.

Les obligations d'Etat américaines s'inscrivent en hausse mardi. Les commentaires de la vice-présidente de la Fed, Janet Yellen, qui a plaidé pour un statu quo en matière monétaire de la part de la banque centrale, ont permis au marché de gagner momentanément un peu de terrain dans l'après-midi à New York, observe Ian Lyng, stratégiste à CRT Capital Group. La perspective de l'émission cette semaine de 66 milliards de dollars d'obligations du Trésor a toutefois pesé sur les prix.

 

CHANGES

Le yen gagne du terrain mardi matin, soutenu par des débouclages de positions courtes sur la devise, alors que le Japon a relevé le niveau de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi à 7, le plus élevé sur l'échelle internationale.

L'euro se replie face au dollar, alors que les investisseurs réduisent leur portefeuille de devises très rémunératrices en raison de la baisse des actions et des cours du pétrole, indique Daisaku Ueno, analyste chez Gaitame.com Research Institute. L'euro pourrait reculer à 1,43 dollar pendant la séance européenne, estime-t-il, ajoutant toutefois que des replis plus marqués sont peu probables dans la mesure où de nouveaux relèvements des taux d'intérêt dans la zone euro sont attendus et où les émissions d'emprunts d'Etat en Espagne se sont jusqu'à présent déroulées sans encombre.

Avec le repli des actifs risqués lundi et l'accord conclu sur le budget fédéral aux Etats-Unis, le marché devrait se concentrer sur les différentiels de taux, qui se creusent en faveur de l'euro, indique Robert Lynch, stratégiste changes chez HSBC

La vice-présidente de la Fed, Janet Yellen, a déclaré lundi que la banque centrale américaine n'aurait sans doute pas à relever ses taux prochainement car la flambée des prix mondiaux des matières premières devrait avoir un impact temporaire sur l'inflation aux Etats-Unis.

La livre sterling, qui se déprécie face au dollar mais est stable face à l'euro, devrait rester dans sa fourchette de fluctuation actuelle jusqu'à la publication, ce mardi, des données sur l'inflation au Royaume-Uni, qui pourraient renforcer la perspective d'un resserrement monétaire.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut s'inscrivent en forte baisse, plombés par l'anticipation d'un repli de la demande énergétique mondiale en raison des prix élevés, tandis que les perspectives de ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et au Japon pèsent sur les contrats de référence.

Vers 07h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en mai, cédait 1,54 dollar à 108,38 dollars le baril. A 06h00, le contrat de mai sur le Brent de la mer du Nord perdait 1,39 dollar, à 122,59 dollars le baril.

"Nous attendions une correction et elle se produit enfin. Si les cours montent trop, cela finira par peser sur la demande. La prévision d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et au Japon devrait susciter des craintes à l'égard de la demande mondiale d'énergie, et je pense que ce mouvement de vente devrait se poursuivre à court terme", observe un opérateur chez SK Energy.

Lundi, le Fonds monétaire international a ramené de 3% à 2,8% son estimation de la croissance aux Etats-Unis en 2011, en avertissant que les problèmes de dette du pays pourraient déstabiliser le système financier mondial. Le FMI a également abaissé sa prévision de croissance pour le Japon en 2011 à 1,4%, contre 1,6%. Des opérateurs notent que les inquiétudes à l'égard d'une baisse de la demande énergétique devraient croître dans la mesure où de nombreux pays sont entrés dans un cycle de resserrement monétaire.

  • AFP le 12/04/2011 à 09:49

La Bourse de Paris fragilisée par un regain d'inquiétudes liées au Japon :

 


Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris
© AFP/Archives  Eric Piermont

La Bourse de Paris évoluait en nette baisse mardi en début de séance, le CAC 40 perdant 0,66% dans un marché affectée par un regain de craintes liées au Japon, où l'ampleur de la catastrophe nucléaire de Fukushima a été réévaluée à la hausse, au niveau maximum.

A 09H34 (07H34 GMT), l'indice parisien reculait de 26,65 points à 4.012,05 points. Lundi, il avait perdu 0,57%, dans un marché prudent avant le début de la saison des résultats aux Etats-Unis.

Le Japon est revenu mardi sur le devant de la scène après avoir placé l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima au même niveau de gravité que celui de Tchernobyl en 1986.

L'Agence de sûreté nucléaire nippone a toutefois précisé que les émissions radioactives restaient bien inférieures à celles de la catastrophe de 1986.

Ces nouvelles ont pesé sur le marché tokyoïte qui a finit en baisse de 1,69% et favorisait un retour de l'aversion pour le risque des investisseurs.

"Le regain d?incertitudes, notamment sur le temps nécessaire à remettre l?économie en route dans un contexte d?instabilité sismique permanente, redonne au yen un rôle de monnaie refuge, ce qui ne manque pas de peser sur la valorisation boursière des grands groupes exportateurs" nippons, soulignait Christian Parisot de la maison de courtage Aurel.

D'autres éléments jouaient en faveur de cette tendance du marché, notamment les résultats en demi-teinte d'Alcoa.

Le géant de l'aluminium qui lance traditionnellement la saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis est redevenu profitable au premier trimestre avec un bénéfice net de 308 millions de dollars, juste supérieur aux attentes.

Mais son chiffre d'affaires a plafonné à 5,96 milliards de dollars, alors que le marché escomptait 6,07 milliards de dollars, pénalisé notamment par des effets de change négatifs.

Sur le front des valeurs, Schneider Electric reculait encore de 3,12% à 113,35 euros, après l'émergence lundi de rumeurs sur une possible offre du groupe français sur le conglomérat Tyco.

L'action Renault perdait 2,05% à 38,16 euros après la démission lundi de son numéro deux Patrick Pélata et le débarquement de six autres responsables, après le faux scandale d'espionnage.

De manière globale, les titres du secteur industriel et liés aux matières premières étaient à la peine: ArcelorMittal perdait 1,82% à 25,02 euros, Total 1,63% à 42,30 euros et Technip 1,45% à 76,01 euros.

Quelques valeurs défensives tiraient leur épingle du jeu dont GDF Suez (+0,49% à 27,47 euros) alors que, selon des informations de presse, la Caisse des dépôts (CDC) va investir dans les gazoducs du groupe.

LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4435 0.02%
Euribor 1 an 2.083 0%
Gold Index 1455.80 -0.52%
Pétrole (New York) 109.45 -0.43

INDICES A 10H23..

BEL 20 * 2,719.41 -1.82 -0.07 %  
AEX 25 * 365.19 -1.28 -0.35 %  
CAC 40 * 4,009.36 -29.34 -0.73 %  
Euronext 100 * 716.16 -4.03 -0.56 %  
Next 150 * 1,750.33 -11.77 -0.67 %  
DAX 30 7167.96 -36.90 -0.51 %  
MIB 30 22,295.93 -70.00 -0.31 %  
IBEX 35 10840.50 -37.80 -0.35 %  
SMI 6,400.81 -39.30 -0.61 %  
SLI 1,021.52 -8.26 -0.80 %  
SPI 5,837.33 -37.04 -0.63 %  
FTSE™ 100 6014.49 -38.95 -0.64 %  
Dow Jones * 12,381.11 1.06 0.01 %  
Nasdaq 100 2,314.50 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,771.51 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,088.50 -9.16 -0.83 %  
OMX Helsinki 25 2,644.52 -19.10 -0.72 %  
OMX Stockholm 30 1,141.30 -7.38 -0.64 %  
OMX Copenhagen 20 468.72 -1.32 -0.28 %  

10:24 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.