08/04/2011

BONJOUR....BIEN ORIENTE..9H19..lire JAPON..

Dow Jones Newswires

Les actions devraient monter parallèlement à l'euro, à l'or et au pétrole

 

DJIA 12.409,49 points -0,14% 
Nasdaq 2.796,14 points -0,13%
S&P 500 1.333,51 points -0,15%

Nikkei 225 9.737,45 points +1,53% (en séance)

Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 23h50

USD/JPY 85,03 stable
EUR/USD 1,4390 +0,58%
EUR/JPY 122,36 +0,58%

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient commencer la séance en légère hausse vendredi, grâce à un regain d'optimisme sur les marchés mondiaux à la veille du week-end.

Selon IG Markets, le FTSE devrait gagner 31 points à l'ouverture, à 6.038 points, tandis que le DAX devrait progresser de 33 points, à 7.212 points. Le CAC est attendu en hausse de 29 points, à 4.057 points.

La crise de la dette en Europe reste en ligne de mire, après la demande d'aide du Portugal. Les ministres des Finances de l'Eurogroupe se réunissent en Hongrie vendredi pour discuter des termes du plan de sauvetage, dont le montant pourrait atteindre 90 milliards d'euros.

La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu'elle relevait son taux directeur de 0,25 point de pourcentage, à 1,25%, pour endiguer l'inflation, mais son président Jean-Claude Trichet a semblé exclure un nouveau relèvement dans l'immédiat. Certains analystes estiment cependant que la BCE pourrait à nouveau resserrer sa politique monétaire en juin ou juillet.

Les contrats à terme américains sont en hausse vendredi. Les principaux indices d'actions de Wall Street ont terminé la séance en léger repli jeudi, après l'annonce d'un nouveau séisme au Japon.

Les valeurs de la distribution ont cependant tiré leur épingle du jeu, grâce aux ventes étonnamment solides du mois de mars.

L'indice Dow Jones a chuté de près de 100 points juste après l'annonce du tremblement de terre de magnitude 7,1 qui a touché la côte nord-est du Japon, mais il a ensuite récupéré presque tout le terrain perdu lorsque le danger d'un tsunami s'est éloigné, et a fini en baisse de 17,26 points, soit 0,1%.

Les marchés asiatiques sont pour la plupart dans le vert vendredi, malgré le nouveau séisme au Japon, qui a fait trois morts et a privé 3,6 millions de foyers japonais d'électricité. L'alerte au tsunami, d'abord donnée, a été rapidement levée, et les autorités n'ont signalé aucun dégât pour les centrales nucléaires du pays.

 
OBLIGATIONS

Les Bunds et les Gilts pourraient ouvrir de manière contrastée ou en baisse vendredi, alors que la Banque centrale européenne s'est montrée moins restrictive qu'attendu jeudi et que la Banque d'Angleterre a laissé ses taux d'intérêt inchangés sans faire de commentaire.

Les déclarations du président de la BCE, Jean-Claude Trichet, ont toutefois clairement suggéré qu'il n'y aurait pas de nouveaux relèvements des taux au cours des prochains mois, observe Bob Lynch, stratégiste devises chez HSBC à New York.

Cela signifie que les opérateurs devront se montrer prudents à l'avenir et éviter de considérer comme acquises deux nouvelles hausses des taux de la BCE avant que la Fed ne relève ses propres taux pour la première fois, observe-t-il.

Les obligations d'Etat américaines se replient vendredi. Les prix des emprunts d'Etat américains à court terme ont terminé en hausse jeudi, l'annonce d'un nouveau séisme de grande amplitude au Japon ayant soutenu la demande de valeurs refuges.

Les obligations n'ont guère bougé après la dernière opération de rachat de titres de la Fed pour cette semaine. La banque centrale a acquis pour 6,58 milliards de dollars de titres.

Plusieurs représentants de la Fed ont suggéré dernièrement que la Fed pourrait commencer à relever ses taux cette année, peu après la fin de son programme de rachat d'actifs de 600 milliards de dollars en juin.

Pour le moment toutefois, les marchés obligataires suivent les propos du président de la Fed Ben Bernanke, qui ne donne aucunement l'impression d'envisager de relever le principal taux directeur de la Fed.

 
CHANGES

L'euro est en hausse face au dollar, à la livre sterling et au yen vendredi, tandis que les opérateurs évaluent les perspectives d'évolution des différentiels de taux.

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a déçu les spéculateurs à la hausse sur la monnaie unique, qui espéraient qu'il signalerait, lors de la conférence de presse donnée à l'issue de la réunion du comité de politique monétaire, que l'institution projetait de nouveaux relèvements de taux, après celui d'un quart de point de pourcentage annoncé jeudi.

La BCE est la première grande banque centrale à avoir relevé ses taux d'intérêt depuis la crise financière de 2008-2009. L'euro s'est néanmoins replié après l'intervention de J.-C. Trichet, ses propos ayant jeté le doute sur la date possible d'un nouveau relèvement des taux.

La livre sterling, en hausse face au dollar, est soutenue par l'idée que la Banque d'Angleterre, qui a maintenu le statu quo sur ses taux jeudi, pourrait les relever en mai, avant la Réserve fédérale américaine.

 
PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut s'inscrivent en hausse vendredi en Asie. Le contrat de référence de New York a atteint un point haut pluriannuel, sur fond d'inquiétudes liées à l'approvisionnement en pétrole en provenance de Libye et d'autres pays producteurs de pétrole de la région.

Vers 7h00, le contrat de mai sur le brut léger doux coté au Nymex gagnait 91 cents, à 111,21 dollars le baril. A 6h00, le contrat de mai sur le Brent de mer du Nord montait de 43 cents, à 123,10 dollars le baril.

"Les opérateurs se préparent à de nouvelles hausses des cours pétroliers, et je pense que le Brent fera la course en tête car l'Europe est plus préoccupée [que les Etats-Unis] par le conflit" au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, souligne un opérateur de SK Energy.

Le 08/04/2011 à 07:14

Fuites d'eau dans la centrale nucléaire d'Onagawa au Japon

Fuites d'eau dans la centrale nucléaire d'Onagawa au Japon
FUITES D'EAU DANS UNE CENTRALE NUCLÉAIRE AU JAPON

 

TOKYO (Reuters) - Des fuites d'eau ont été repérées à la centrale nucléaire d'Onagawa après le nouveau séisme survenu jeudi dans le nord-est du Japon, a annoncé vendredi l'exploitant de la centrale, Tohoku Electric Power.

Cette société assure cependant que les niveaux de radioactivité aux abords du site n'ont pas changé.

De l'eau s'échappe notamment des piscines de stockage de combustible usagé dans les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale. Trois autres fuites ont été signalées dans le réacteur 3.

La centrale d'Onagawa, dans la préfecture de Miyagi, est à l'arrêt depuis qu'elle a été touchée par une vague de 13 mètres après le séisme de magnitude 9 survenu le 11 mars dans le nord-est du Japon.

Deux des trois lignes électriques alimentant le site ont été coupées en raison du séisme de jeudi, a précisé Tohoku Electric.

Les opérations de refroidissement des barres de combustible usagé ont repris après une interruption et le site dispose toujours d'un générateur de secours en cas de nécessité.

La baisse du niveau d'eau dans les piscines de refroidissement est une source d'inquiétude car, si elles ne sont pas suffisamment immergées, les barres de combustible usagé provoquent des rejets radioactifs dans l'atmosphère.

"Nous avons détecté une petite augmentation des niveaux de radioactivité à l'intérieur des réacteurs et nous essayons de déterminer l'origine des fuites", a dit un responsable de Tohoku Electric. "Nous n'avons pas observé de changement dans les niveaux de radioactivité à l'extérieur des réacteurs."

Le Japon est déjà confronté à une crise nucléaire sur le site de Fukushima, un peu plus au sud d'Onagawa, en raison du séisme et du tsunami survenus le 11 mars.

A Fukushima, des techniciens travaillent sans relâche pour tenter de refroidir les barres de combustible et éviter une fusion du coeur des réacteurs qui pourrait provoquer une catastrophe nucléaire majeure.

Les autorités ont mis en place une zone d'exclusion dans un rayon de 20 km autour de cette centrale et plus de 70.000 personnes ont dû être évacuées.

L'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) a confirmé que les niveaux de radioactivité n'avaient pas changé sur le site de Fukushima après le tremblement de terre de jeudi.

"L'épicentre du séisme se trouvait à 20 km de la centrale nucléaire d'Onagawa et à environ 120 km des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi et Daini", a souligné l'AIEA.

Le séisme et le tsunami du 11 mars ont fait près de 28.000 morts ou disparus.

Mayumi Negishi et Yoko Nishikawa; Bertrand Boucey pour le service français

© 2011 Reuters

LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4401 0.66%
Euribor 1 an 2.042 0%
Gold Index 1467.40 0.56%
Pétrole (New York) 111.45 1.04%

09:24 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.