30/03/2011

MORNING NEWS DE DOW JONES..

DJIA 12.279,01 points +0,67% 
Nasdaq 2.756,89 points +0,96%
S&P 500 1.319,44 points +0,71%

Nikkei 225 9.641,29 points +1,93% (en séance)

Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 23h50

USD/JPY 82,91 +0,56%
EUR/USD 1,4080 -0,20%
EUR/JPY 116,73 +0,35%

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient timidement tenter une avancée mercredi, après la hausse de Wall Street mardi soir, mais le contexte reste riche en dangers.

Selon BGC Partners, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 12 points, à 5.944 points, tandis que le DAX pourrait avancer de 45 points, à 6.980 points, et le CAC de 20 points à 4.007 points.

La crise nucléaire qui se poursuit au Japon assombrit l'humeur des marchés asiatiques, ce qui se répercute en Europe, notent des opérateurs.

Le déclassement de la note de la dette de la Grèce et du Portugal annoncé mardi par Standard & Poor's va probablement générer une certaine prudence mercredi, mais l'enquête sur le climat des affaires dans la zone euro à 11h00 devrait aider le marché à s'orienter.

Selon des opérateurs, les investisseurs ajustent par ailleurs leurs positions en anticipation de la publication vendredi du rapport américain sur l'emploi, qui sera déterminant pour l'humeur du marché.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en hausse mercredi. Les principaux indices actions américains ont gagné du terrain mardi, portés par le secteur de l'énergie et celui des télécommunications. Wall Street a ainsi progressé sur sept des neuf dernières séances. Les valeurs des télécommunications ont continué de profiter de la perspective d'un secteur moins concurrentiel après l'offre d'achat d'AT&T sur T-Mobile USA, la filiale de Deutsche Telekom.

En Asie, bien que les marchés d'actions soient dans le vert, les opérateurs restent prudents, alors que le Japon continue de s'employer à éviter une fusion du combustible dans la centrale de Fukushima.

"Ce serait mieux s'il y avait davantage de progrès sur le front de la crise nucléaire, mais il n'est pas réaliste de tabler sur une nouvelle avancée des actions alors que les perspectives de résultats des entreprises sont incertaines", note Toshikazu Horiuchi, stratégiste de Cosmo Securities.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir sur une note contrastée mercredi, les investisseurs attendant de voir si la progression fragile des marchés d'actions se poursuit.

Mercredi, les intervenants surveilleront l'opération de refinancement à trois mois de la Banque centrale européenne et l'adjudication d'emprunts d'Etat italiens.

La position de la BCE en matière de politique monétaire est devenue "très accommodante", et il est temps de normaliser les taux d'intérêt "petit à petit", a déclaré Juergen Stark, membre du directoire de la banque centrale, dans un entretien publié mardi par le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Ces propos vont dans le sens d'un possible relèvement du taux directeur de la BCE, de 1% actuellement, à 1,25% lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la banque centrale le 7 avril.

Les obligations du Trésor américain se replient mercredi. Les emprunts de référence ont cédé du terrain mardi, enregistrant leur plus longue succession de baisses depuis 1990, les marchés redoutant de plus en plus que la Réserve fédérale mette fin à sa politique ultra-accommodante plus tôt que cela était prévu jusqu'ici.

Le président de la Fed de Dallas a déclaré mardi dans un entretien accordé à Fox Business qu'une troisième série de rachats d'obligations d'Etat n'était pas nécessaire, et qu'il fallait faire preuve de prudence budgétaire et créer de l'emploi pour soutenir la croissance économique aux Etats-Unis. Le programme de rachats actuel, d'un montant de 600 milliards de dollars, doit prendre fin en juin et R.Fisher a indiqué qu'il voterait contre une extension ou une réduction progressive du plan au-delà de cette échéance.

 

CHANGES

L'euro est sous pression face au dollar. Plusieurs responsables de la Réserve fédérale américaine se sont relayés pour plaider en faveur d'un abandon des mesures d'assouplissement quantitatif. Un resserrement progressif de la politique monétaire américaine renforcerait l'attrait relatif des actifs en dollars.

Selon des analystes, les inquiétudes au sujet de la crise nucléaire japonaise et des troubles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord semblent être passées au second plan, et les investisseurs semblent de nouveau reporter leur attention sur la politique monétaire et les différentiels de taux.

Si les chiffres de l'emploi à paraître vendredi aux Etats-Unis sont encourageants, cela pourrait suffire pour que les marchés commencent à envisager un changement d'orientation de la politique monétaire américaine, estime Paresh Upadhyaya, responsable de la stratégie de changes chez Bank of America Merrill Lynch. Une accélération de l'inflation serait également décisive, ajoute-t-il.

Le dollar et l'euro devraient néanmoins évoluer dans des fourchettes étroites avant la publication du rapport sur l'emploi outre-Atlantique, et à l'aprroche de la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne début avril, soulignent des analystes.

L'euro n'a guère réagi à l'annonce de l'abaissement par Standard & Poor's de la note de la dette du Portugal et de celle de la Grèce.

La livre sterling, en légère baisse face au dollar et à l'euro, devrait se maintenir dans des fourchettes étroites, des forces contraires s'exerçant sur la devise britannique.

L'euro, le dollar et la livre ont gagné du terrain mercredi face au yen.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole s'inscrivent en baisse mercredi, les statistiques de l'association interprofessionnelle API publiées mardi soir ayant mis en évidence un bond des réserves de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

Les chiffres officiels du département de l'Energie sur les stocks d'or noir, à paraître cet après-midi, seront observés de près, de même que l'évolution de la situation en Libye et dans la région.

A 06h00, le contrat de mai sur le Brent de la mer du Nord cédait 21 cents, à 114,95 dollars le baril. Vers 07h00, le contrat de mai sur le brut léger doux coté au Nymex abandonnait 30 cents, à 104,49 dollars le baril.

09:01 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.