10/03/2011

BONJOUR LES AMIS..RECUL CE MATIN.

de DOW JONES...

 

DJIA             12.213,09 points  -0,01%
Nasdaq            2.751,72 points  -0,51%
S&P 500           1.320,02 points  -0,14%
 
Nikkei 225       10.434,38 points  -1,46%
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50
 
USD/JPY     82,86   +0,13%
EUR/USD    1,3875   -0,24%
EUR/JPY    114,98   -0,05%
 

ACTIONS

Les marchés européens devraient se replier jeudi matin, alors que les investisseurs sont préoccupés par la situation en Libye et les problèmes de la zone euro.

Selon IG Markets, le FTSE devrait perdre 43 points à l'ouverture, à 5.894 points, tandis que le DAX devrait céder 51 points, à 7.081 points, et le CAC, 30 points, à 3.964 points.

"Les participants sont préoccupés par l'escalade des tensions au Moyen-Orient, ainsi que par les chiffres plus moroses que prévu de la balance commerciale chinoise," note Ben Potter, stratégiste marché chez IG Markets.

Les opérateurs surveillent "le prix du pétrole brut et l'adjudication obligataire portugaise", cette dernière fournissant l'occasion d'évaluer la confiance qu'accorde le marché au Portugal, note Joshua Raymond, analyste de City Index à Londres.

Au Royaume-Uni, les investisseurs seront très attentifs jeudi à la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, qui sera annoncée à 13h00.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en forte baisse jeudi. Les principaux indices américains ont légèrement reculé mercredi. Les tensions en Libye ont maintenu le marché dans des fourchettes étroites.

Selon Dick Del Bello, associé chez Conifer Group, le marché va continuer d'évoluer sans grande tendance, l'amélioration sur le marché du travail étant contrebalancée par les troubles au Moyen-Orient et le risque d'une hausse des prix du pétrole.

Les valeurs asiatiques se replient jeudi. L'escalade des violences en Libye affecte la confiance des investisseurs. La Bourse de Shanghai et d'autres marchés ont pâti de l'annonce par la Chine d'un déficit commercial inattendu en février.

OBLIGATIONS

Les craintes à l'égard de la dette souveraine des Etats périphériques de la zone euro et les tensions au Moyen-Orient pourraient soutenir les Bunds en début de séance.

L'agence de la dette du Portugal a émis mercredi pour 1 milliard d'euros d'emprunts d'Etat à deux ans, soit le montant maximum escompté, mais cette adjudication n'a pas suffi à apaiser les craintes que le pays finisse par devoir recourir à un plan de sauvetage. Le rendement moyen de 5,993% obtenu est inférieur aux niveaux observés sur le marché secondaire, mais sensiblement supérieur à celui de 4,086% obtenu lors de la précédente adjudication, ce qui montre que le marché est de plus en plus pessimiste quant à la situation du Portugal. Les investisseurs seront attentifs jeudi au Bulletin mensuel de la Banque centrale européenne, en quête de nouvelles indications susceptibles d'affecter les Bunds sur les problèmes de la zone euro.

De leur côté, les gilts britanniques pourraient entamer la séance dans le vert avant la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, attendue à la mi-journée.

Les obligations du Trésor américain progressent jeudi, après avoir gagné du terrain mercredi, l'escalade des tensions en Libye ayant ravivé la demande de valeurs refuges.

L'émission de 21 milliards de dollars d'emprunts du Trésor à dix ans a reçu un accueil très favorable de la part des investisseurs et la demande a atteint son plus haut niveau depuis avril 2010.

Selon James Newman, responsable du trading obligataire chez Keefe, Bruyette & Woods Inc. à New York, "tout est lié à l'envolée des prix du pétrole et au Moyen-Orient". "Est-ce que le prix de l'essence atteindra 4 dollars ou plus le gallon aux Etats-Unis cet été ? Dans l'affirmative cela pourrait affecter la reprise de l'économie américaine."

CHANGES

Le dollar s'est renforcé face à l'euro jeudi en Asie, les tensions accrues en Libye et l'annonce inattendue d'un déficit commercial en Chine ayant encouragé les investisseurs à vendre la monnaie unique, sensible au risque.

Après sa récente progression, l'euro a fini par se replier, sous l'effet de prises de bénéfices et de la résurgence des inquiétudes au sujet des dettes souveraines, explique CMC Markets, qui note également que l'euro ne s'est pas consolidé au-dessus du seuil de 1,40 dollar.

"Il y a aussi la crainte qu'un relèvement des taux d'intérêt par la BCE provoque une nouvelle crise de la dette souveraine dans la zone euro", ajoute CMC.

Le récent repli de la livre sterling "a remis en question la probabilité d'une nouvelle progression à court terme, en termes de nouveaux point hauts au-dessus de 1,6345 dollar", selon CMC. L'élan haussier de l'euro face à la livre semble s'essouffler à court terme ; cependant, le niveau clé pour la monnaie unique reste aux alentours des points hauts de janvier vers 0,8670 livre, note l'intermédiaire.

PETROLE

Les cours du brut progressent jeudi, toujours soutenus par la crainte d'une propagation des troubles libyens à d'autres pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient.

A 6h00, le contrat d'avril sur le Brent coté à l'ICE de Londres gagnait 56 cents, à 116,50 dollars le baril. Vers 7h00, le contrat d'avril sur le brut léger doux du Nymex prenait 41 cents, à 104,79 dollars le baril.

"C'est la crainte de voir les tensions gagner d'autres pays du Moyen-Orient qui continue de faire grimper les cours", explique Ong Yi Ling, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

Elle estime cependant que l'offre en provenance des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole est abondante et que l'Opep n'a pas besoin de tenir une réunion d'urgence avant la rencontre prévue en juin.

Le 10/03/2011 à 09:13 - Mis à jour le 10/03/2011 à 09:30

Moody's abaisse la note souveraine de l'Espagne

Moody's abaisse la note souveraine de l'Espagne
©REA

 

HONG KONG (Reuters) - Moody's Investors Service a abaissé jeudi la note de la dette souveraine de l'Espagne à AA2 et prévenu qu'elle n'était pas à l'abri d'un nouvel abaissement, estimant que les projets d'assainissement du secteur bancaire coûteraient plus que prévu et ajouteront à l'endettement.

Moody's dit en outre nourrir des inquiétudes quant à la capacité de Madrid d'améliorer l'état de ses finances notamment en raison des faibles perspectives économiques espagnoles à court et moyen terme.

Selon l'agence de notation, le projet de restructuration des banques devrait coûter entre 40 et 50 milliards d'euros.

Eric Burroughs, Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

© 2011 Reuters

  • AFP le 10/03/2011 à 09:33

La Bourse de Paris recule nettement en début de séance (-1%) :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

La Bourse de Paris évoluait jeudi en début de séance dans le rouge (-1%), s'éloignant un peu plus des 4.000 points, en raison des inquiétudes croissantes sur la situation en Libye et du coup de semonce de l'agence Moody's à l'encontre de l'Espagne.

A 09H23 (08H23 GMT), le CAC 40 reculait de 40,04 points à 3.953,77 points. La veille, il était repassé sous les 4.000 points, sur fond de remontée des cours du pétrole.

Les prix de l'or noir repartent à la hausse, alors que des ports pétroliers ont été attaqués mercredi en Libye, notamment dans l'est du pays.

"Les bombardements de l'armée de Kadhafi sur les installations pétrolières inquiètent sur une possible perte durable des capacités de production libyenne", indique François Duhen, du CM-CIC Securities.

"Alors que les forces des insurgés sont en difficulté, le combat va se porter dans les couloirs de Bruxelles", poursuit-il, les deux camps ayant envoyé des représentants au sommet européen qui se tient vendredi à Bruxelles.

Outre ce contexte géopolitique tendu, le coup de semonce de l'agence de notation Moody's risque d'affaiblir un peu plus le moral des investisseurs.

L'agence de notation, qui a déjà abaissé la note de la Grèce en début de semaine, a dégradé jeudi matin, d'un cran, la note souveraine de l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, et ce, à la veille du sommet européen qui tournera autour de la Libye et de la crise de la dette en zone euro.

La note du pays est désormais de "Aa2", avec une perspective négative, l'agence se disant toujours sceptique sur la capacité du gouvernement à améliorer les finances du pays.

Dans ce contexte, le secteur bancaire risque à nouveau de souffrir et les indices macroéconomiques du jour devraient être relégués au second plan, derrière le prix du baril et les tensions dans la zone euro.

Côté valeurs, la majeure partie du CAC 40 était dans le rouge, à l'exception de titres défensifs comme Danone (+0,01 à 44,51) et Pernod Ricard (+0,06% à 66,95 euros).

Dans le secteur bancaire, Société Générale reculait de 1,38% à 45,74 euros, BNP Paribas de 1,33% à 52 euros et Crédit Agricole de 1,12% à 11,56 euros.

Publicis était quasiment à l'équilibre (-0,09% à 39,52 euros) malgré l'acquisition de l'agence Airlock, spécialisée dans la communication numérique et établie à Londres.

Hors CAC 40, Lagardère reculait de 0,53% à 32,61 euros, après avoir publié un bénéfice net en hausse de 18,9% en 2010.

Gemalto perdait 2,63% à 35,30 euros malgré un bénéfice net en hausse de 42,7% en 2010, avec un chiffre d'affaires lui aussi en progrès de 19%.

Enfin, Soitec bondissait de 5,18% à 9,32 euros, grâce à un projet de ferme solaire aux Etats-Unis. Une des technologies du fabricant de silicium sur isolant a été sélectionnée pour fournir 150 mégawatts (MW) d'énergie "propre" à la société San Diego Gas & Electric.

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3825 -0.58%
Euribor 1 an 1.950 0%
Gold Index 1429.50 0.06%
Pétrole (New York) 104.73 0.34%

09:47 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.