17/02/2011

BONJOUR LES AMIS...TRES CALME..BONS CHIFFRES EN SOLVAY +5% ET BNP(?)

 

DJIA             12.288,17 points  +0,50%
Nasdaq            2.825,56 points  +0,76%
S&P 500           1.336,32 points  +0,63%
 
Nikkei 225       10.836,64 points  +0,26%
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50
 
USD/JPY     83,58   -0,12%
EUR/USD    1,3572   +0,02%
EUR/JPY    113,43   -0,08%

ACTIONS

Les Bourses européennes vont sans doute commencer la séance sur une note contrastée jeudi, alors que les investisseurs tentent de se faire une idée des tensions inflationnistes à l'approche de la publication aux Etats-Unis de l'indice des prix à la consommation et des chiffres hebdomadaires sur les inscriptions au chômage.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en repli de deux points, à 6.083 points, tandis que le DAX est attendu inchangé, à 7.414 points, et le CAC en recul de 6 points à 4.145 points.

"Le marché semble juste marquer une pause et non perdre foi dans la tendance haussière", note Cameron Peacock, analyste à IG Markets.

Les valeurs financières restent au centre de l'attention, après les résultats de Société Générale, perçus comme satisfaisants, indique Xavier de Villepion, chez Global Equities in Paris. "Un nouveau vent d'optimisme souffle sur le secteur financier", estime-t-il.

Les contrats à terme de Wall Street sont en légère baisse jeudi. L'indice Standard & Poor's 500 est monté mercredi à un niveau correspondant à plus du double du point bas auquel il avait chuté au coeur de la crise financière, grâce à la publication de résultats d'entreprises encourageants et à l'activité de fusions-acquisitions.

Les marchés d'actions asiatiques évoluent en ordre dispersé jeudi. Les valeurs des promoteurs immobiliers ont pesé sur le marché à Hong Kong et en Chine, car les autorités municipales de Pékin ont annoncé mercredi de nouvelles limites aux acquisitions de logements. A la Bourse de Sydney, l'action Qantas Airways a gagné du terrain à la faveur des résultats positifs publiés par la compagnie aérienne.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les Gilts devraient démarrer la séance de manière contrastée, tandis que les investisseurs cherchent à déterminer quelle va être l'influence des perspectives en matière d'inflation sur les décisions de politique monétaire, et sur l'opportunité de détenir des emprunts d'Etat.

Peu d'indicateurs étant attendus en Europe jeudi, l'attention va surtout être retenue par les statistiques devant paraître aux Etats-Unis.

Les obligations du Trésor américain gagnent du terrain jeudi. Elles ont reculé mercredi, l'annonce d'un bond de 14,6% du nombre de mises en chantier aux Etats-Unis en janvier et les propos encourageants de la Réserve fédérale au sujet de l'économie ayant pesé sur la demande pour les actifs sûrs.

"Les minutes [de la dernière réunion] de la Fed témoignent d'une plus grande confiance dans le caractère durable de la croissance économique", indique Russ Certo, responsable des marchés de taux chez Gleacher & Co.

Dans ses minutes, la Fed a indiqué qu'elle s'attendait à ce que l'économie des Etats-Unis enregistre une croissance de 3,4% à 3,9% cette année, au lieu d'une prévision précédente de 3%-3,6%. Quelques membres du comité de politique monétaire de la Fed ont estimé que les mesures de relance de la banque centrale pourraient être réduites, en fonction de l'évolution des indicateurs économiques.

Ces minutes devraient nourrir le débat au sujet de la possibilité que l'amélioration de la situation économique pousse la Réserve fédérale à avancer la date du retrait de ses mesures de soutien, afin de prévenir un renforcement de l'inflation.

Les investisseurs seront particulièrement attentifs jeudi aux statistiques de janvier sur les prix à la consommation aux Etats-Unis, qui paraîtront à 14h30.

 

CHANGES

L'euro est en très légère hausse face au dollar jeudi. Le billet vert a récupéré un peu de terrain mercredi, en réaction à la révision en hausse par la Réserve fédérale américaine de ses prévisions économiques pour 2011. Ce relèvement des prévisions de la Fed renforce la perspective, bien qu'encore lointaine, d'un éventuel relèvement des taux d'intérêt américains.

La livre sterling présente un tableau contrasté jeudi matin. Elle est tombée en dessous du seuil de 1,60 dollar mercredi, en réaction à la publication du dernier rapport de la Banque d'Angleterre sur l'inflation, aux commentaires de son gouverneur Mervyn King et à des chiffres décevants sur l'emploi, qui ont douché les espoirs d'un relèvement en mai des taux directeurs de la banque centrale britannique. La veille, la livre avait grimpé après l'annonce d'un taux d'inflation de 4% en janvier au Royaume-Uni, deux fois plus élevé que l'objectif de 2% à moyen terme de la Banque d'Angleterre.

L'inflation restera au centre de l'attention jeudi, les Etats-Unis publiant à leur tour leur indice des prix à la consommation.

 

PETROLE

Le contrat sur le Brent a franchi la barre de 104 dollars le baril jeudi, l'intensification des tensions géopolitiques au Moyen-Orient suscitant des craintes de perturbations de l'approvisionnement en pétrole, observent des analystes.

A 06h00, le contrat d'avril sur le Brent de la mer du Nord s'adjugeait 49 cents, à 104,27 dollars le baril. Vers 07h00, le contrat de mars sur le brut léger doux du Nymex cédait 1 cent, à 84,98 dollars le baril.

Les tensions grandissantes au Moyen-Orient font monter les cours du brut, observe Victor Shum, chez Purvin and Gertz à Singapour.

"Tout cela est en fait dû à la nouvelle selon laquelle l'Iran va faire passer des navires de guerre par le canal de Suez, et à d'autres informations sur des contestations ailleurs qu'en Egypte", ajoute Victor Shum.

Le ministre des Affaires étrangères israélien a accusé mercredi l'Iran de faire de la "provocation" en envoyant un navire de guerre franchir le canal de Suez pour rejoindre la Syrie en passant près des côtes israéliennes.

Le 17/02/2011 à 07:21 - Mis à jour le 17/02/2011 à 08:39

Près de 8 milliards d'euros de profits pour BNP Paribas en 2010

Près de 8 milliards d'euros de profits pour BNP Paribas en 2010
© REA

 

PARIS (Reuters) - BNP Paribas
59.01 | +0.07% | 17/02/2011 - 09h24 

Cliquez ici !
BNP Paribas (BNP 59.01 +0.07%) a manqué jeudi les attentes du marché au quatrième trimestre 2010 après avoir passé dans ses comptes une dépréciation inattendue sur sa participation dans Axa
15.66 | -1.7% | 17/02/2011 - 09h24 

 
 
Axa (CS 15.66 -1.7%) en raison de la chute du cours en Bourse de l'assureur français l'an dernier.

Le bénéfice net de la deuxième banque de la zone euro par la capitalisation boursière, après l'espagnole Santander, ressort donc à 1,55 milliard d'euros alors que le consensus établi par la rédaction de Reuters tablait sur un bénéfice net de 1,728 milliard.

Il s'agit pour BNP Paribas du premier trimestre inférieur aux attentes depuis près de deux ans.

Axa, dont BNP Paribas détient 5,21% du capital d'après les données de Thomson Reuters, a en effet perdu l'an dernier près de 25% de sa valeur, terminant 2010 à 12,45 euros.

BNP explique que la chute du titre Axa a poussé la banque à passer une dépréciation de 534 millions d'euros dans les comptes du groupe.

"Le cours de bourse ayant rebondi à 15,46 euros au 31 janvier 2011, la participation dans Axa est en plus-value latente de 364 millions d'euros à cette date", précise toutefois la banque française.

Sur l'ensemble de l'exercice 2010, BNP affiche ainsi un bénéfice net de 7,84 milliards d'euros qui se compare aux 3,9 milliards publiés la veille par la Société générale
51.91 | +1.31% | 17/02/2011 - 09h24 

Cliquez ici !
Société générale (GLE 51.91 +1.31%) .

"Nous pensons avoir cette année une légère baisse du coût du risque dans nos principaux marchés domestiques en Europe", a déclaré Baudouin Prot, le directeur général de la banque dans une interview à Reuters Insider.

Profitant de l'envolée du titre Société générale qui a confirmé la veille ses objectifs, l'action BNP Paribas a terminé mercredi en hausse de 2,93% à 58,97 euros, SocGen et Crédit agricole
 

Cliquez ici !
Crédit agricole (ACA 12.23 +0.08%) s'adjugeant respectivement des bonds proches de 5%.

Depuis le début de l'année, BNP gagne près de 24% après avoir perdu 14,83% sur fond de crise de la dette souveraine dans la zone euro.

Matthieu Protard et Lionel Laurent, édité par Jean-Michel Bélot

© 2011 Reuters

 


 

 


09:43 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.