31/01/2011

A14H45..MARCHES EN LEGERE HAUSSE!!

COMMENTAIRES DE MERRILL SUR EGYPTE;..

Egypt triggering risk aversion...
The kinds of protests that toppled President Zine El Abidine's government in Tunisia have begun to spread in the neighborhood to Egypt. During the last few days, there have been persistent and increasingly deadly clashes between the security forces and anti government demonstrators. The demonstrators are asking for democracy, jobs and President Mubarak's resignation.

...with broad impact on global financial markets...
The Egyptian crisis appears to be reaching a crescendo. The Egyptian government declared a nation-wide curfew. Fitch downgraded the nation's outlook from stable to negative. Geopolitical risk climbed as rising tensions in the Middle East weighed heavily in global financial and commodity markets. It is not common to have crude oil, gold and the US dollar all gain at the same time. Crude oil (WTI) surged 4.3% to $89.33 per barrel despite the recent rise in inventories and concerns about global growth. Gold gained nearly 2% to $1,343.3 per ounce ending a pronounced downward trend. The S&P 500 and Nasdaq markets fell -1.6% and -2.4%, respectively. The fixed income markets rallied across the curve - finally reacting as they should during risk aversion.

...including a classic flight to quality in G10 FX markets
The US dollar, Japanese yen and Swiss franc all benefited as a safe haven currency - something we have not seen in quite some time. Another classic sign of risk aversion is that the JPY and CHF crosses rallied strongly on Friday. EURJPY, GBPJPY, USDJPY and AUDJPY declined 2.0%, 1.6%, 1.0%, 1.0%, respectively while EURCHF fell 1.4%.

Have the markets overreacted? - probably not
There are a few reasons for this. First, the Suez Canal is important to global trade as well as to the local domestic economy. Approximately 10% of global seaborne trade passes through the Suez Canal. According to the US Energy Information Administration, petroleum accounted for 16% of Suez cargos. It is believed that 6 out of 10 container ships involving trade between Asia and Europe. Over 50% of total tonnage is accounted for by container shipping. Second, risk seeking was strong during the second half of 2010 and that carried over into the New Year. It appears this incident is prompting investors into risk reduction mode.

How sustainable is this Egyptian-inspired risk aversion?
There is little doubt the current situation remains fluid. The prospect that President Mubarak will run for reelection during the Fall of 2011 could keep the temperature hot see here. The market has begun the process of pricing in some geopolitical risk premia. G10 FX remains vulnerable particularly as shorter term participants have built short USD positions, such as the EUR, which could be reversed if instability in Egypt escalates and/or spreads into nearby countries leading investors to take flight to quality

ET CEUX DE BNP...

**** Key points
* Weaker start to the week due to Egypt events
* US Earnings remain strong overall, but mixed in some sectors
* Amidst all the Egyptology that will dominate headlines today and this week let's not forget that last week's US GDP figures were strong under the surface. This should add to the cautious optimism about the US growth picture and risk appetite more broadly, not least because a similar picture has been reflected in the earnings season so far, where 70% of corporates have beaten expectations. Having said that, this will not be today's market driver, with all eyes on the developments in Egypt and implications for Israel, the broader region and not least the potential disruption of oil supplies. One has to think that a compromise rather than a revolution will be the end game here, but of course the question is how soon and in what manner will such a compromise happen. Not forgetting the Eurozone debt problems, broad outlines of the debt co-ordination plan are due to be presented by Merkel and Sarkozy at Friday’s Brussels summit. This could go either way in terms of market sentiment; if the authorities do not fluff their lines and mange to present a coherent and credible plan, this could add to a more constructive tone in Europe credit spreads. All in all, most likely we start the week weaker, with markets nervous and intra day volatility higher. Having said that, as with most such episodes of volatility over the past few months the action will be mostly concentrated in CDS spreads rather than cash. If anything, one can argue that European credit may enjoy a 'relative safe-haven' status and see a constructive tone, as money-flows into CEEMEA markets slow down or even reverse, at least temporarily.

* Within the S&P 500, around 207 companies have reported earnings thus far and of those 70% have beaten expectations (167 companies beat estimates, 37 were down and 3 were unchanged). Overall, financials are up strongly, but earnings comparisons within banks continue to be distorted due to base effects (for some of the banks which showed a loss last year) while in other cases the profits figures were still rather low. Earnings in non-financials remain robust, although we have seen some disappointments from the consumer sector (that includes autos, food & beverage and personal and household
goods) which has shown some weakness. This coming week should see another
102 companies report and broadly speaking the overall earnings picture should remain broadly strong.

ET CEUX DE DOW JONES...

DJ BEFORE THE BELL: US Stock Futures Edge Up; Focus On Egypt

U.S. futures edged higher Monday, as investors weighed concerns over growing unrest in Egypt against optimism over relatively robust corporate earnings thus far.

Futures on the Dow Jones Industrial Average rose 1 point to 11776 and S&P 500 futures gained 2.40 points to 1273.90. Nasdaq 100 futures advanced 4.50 points to 2272.50.

The blue-chip Dow index slumped 166.13 points, or 1.4%, on Friday, posting its biggest decline since November after investors were spooked by the unrest in Egypt.

Pressure on President Hosni Mubarak, who has been in power for decades, escalated over the weekend as protests against his rule continued to rock the streets of Cairo.

The situation in Egypt is "unsettling for sentiment generally," said Mike Lenhoff, chief strategist at Brewin Dolphin in London.

"Who knows where it's going to end and what contagion may result from it," he said. "It's clearly forcing up commodity prices and that is not great news for inflation."

However, "the downside [for equity markets] is fairly limited since we've had good economic news and good earnings results," Lenhoff said.

U.S. investors are awaiting earnings reports from several companies, including oil giant Exxon Mobil Corp. (XOM) and newspaper publisher Gannett Co. Inc. (GCI)

Exxon is expected to report fourth-quarter earnings of $1.62 a share, according to a survey of analysts by FactSet Research.

On the economic front, data on personal income for December are due at 8:30 a.m., EST, to be followed by the Chicago PMI for January at 9:45 a.m., EST.

In the commodity markets, oil futures rose 13 cents to $89.47 a barrel in electronic trading on Globex on concerns that crude supplies may be disrupted from the possible closure of the Suez Canal.

"While there is currently no evidence of imminent closure and Egyptian officials have publicly assured that traffic is running as normal, the proximity of the protests to the canal itself has raised market concerns about security," said Ann Wyman, an analyst at Nomura, in a report.

"Moreover, the imposition of curfews, if sustained, could hamper the canal's operations and lead to delays," she wrote.

Moody's Investors Service downgraded Egypt's government bond ratings to Ba2 from Ba1, citing the sharp increase in political risk.

The Egyptian stock exchange, meanwhile, remained closed for a second day after equities plunged last week.

Equity markets in Asia and Europe posted losses. In Japan, the Nikkei Stock Average dropped 1.2% and the Stoxx Europe 600 index declined 0.5% in intraday trading.

The dollar index, which tracks the performance of the greenback against a basket of other major currencies, fell 0.2% to 78.010.

The euro gained 0.4% to $1.3656.

14:51 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

RECUL GENERAL...A 9H36..-1%

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient perdre du terrain lundi à l'ouverture, tandis que les manifestations se poursuivent en Egypte contre le régime du président Hosni Moubarak.

D'après IG Markets, le FTSE 100 ouvrirait en recul de 42 points, le DAX perdrait 13 points et le CAC 40 reculerait de 22 points.

Les marchés sont très attentifs à la situation en Egypte en raison notamment de ses conséquences possibles sur le trafic dans le canal de Suez, une importante zone de transit pour le pétrole et d'autres matières premières.

Les contrats à terme de Wall Street sont en légère hausse lundi. Les craintes liées à la crise politique en Egypte ont entraîné vendredi le plus fort recul des indices actions américains depuis plusieurs mois, alors que les investisseurs ont recherché la sécurité sur fond de progression des cours du pétrole.

Exxon Mobil publiera lundi avant l'ouverture de Wall Street ses résultats du quatrième trimestre.

Les marchés d'actions asiatiques sont dans l'ensemble en recul lundi, pénalisés par les inquiétudes au sujet des troubles en Egypte, tandis que les analystes s'interrogent au sujet de l'impact de la situation dans le pays sur les cours de l'or noir. En Chine cependant, les valeurs liées au pétrole et à l'or tirent les marchés d'actions vers le haut, alors que les cours de ces matières premières grimpent.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les Gilts pourraient bénéficier d'un mouvement vers la sécurité en début de séance lundi, sur fond d'incertitudes dans la zone euro et au Proche-Orient.

Cette semaine, des observateurs internationaux doivent se rendre a Athènes dans le cadre de discussions sur une réduction de la dette de la Grèce, a rapporté dimanche The Guardian sur son site Internet. On craint de plus en plus que la Grèce ne soit pas en mesure de mettre un terme à sa pire crise en plusieurs décennies sans que l'Etat ne fasse défaut.

La Banque centrale européenne devrait par ailleurs maintenir ses taux d'intérêt à un point bas record jeudi, même si des publications officielles lundi devraient montrer une accélération de l'inflation dans la zone euro, d'après les économistes sondés par Dow Jones Newswires.

Les obligations d'Etat américaines s'inscrivent en légère baisse lundi après avoir gagné du terrain vendredi, en raison de l'ampleur croissante des manifestations en Egypte contre le pouvoir en place. Les craintes d'embrasement politique au Proche-Orient ont alimenté une vive hausse des prix du pétrole et incité les investisseurs à s'orienter vers des valeurs refuges comme le dollar ou la dette américaine.

 
 

CHANGES

L'euro, qui a perdu du terrain précédemment, évolue peu lundi matin face au dollar et au yen. La monnaie unique pourrait gagner du terrain pendant le reste de la journée, en fonction de l'évolution de la situation en Egypte.

"Il y a une forte aversion au risque. Tout va dépendre du fait que celle-ci continue à se développer ou non", indique Stuart Ive, opérateur à HiFX à Auckland.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a déclaré dimanche qu'une concurrence déloyale entre les devises n'était pas compatible avec une croissance mondiale durable. Elle a ajouté qu'il était nécessaire de mettre en place une nouvelle instance - qui pourrait être un sous-groupe au sein du G20 - dont ferait partie la Chine et qui permettrait de discuter des questions relatives aux taux de change en prélude à une réforme du système monétaire international.

 
 

PETROLE

Les cours pétroliers progressent lundi, sous l'effet de craintes que les tensions politiques en Egypte puissent perturber l'approvisionnement en pétrole par le canal de Suez, observent des analystes.

Vers 07h00, le contrat sur le brut léger doux pour livraison en mars coté au Nymex montait de 17 cents, à 89,51 dollars le baril.

A 06h00, le contrat de mars sur le Brent de mer du Nord gagnait 18 cents, à 99,60 dollars le baril.

"La hausse des cours reflète les tensions continues en Egypte ainsi que de possibles contraintes au niveau de l'approvisionnement par le canal de Suez", observe Ben Westmore, chez National Australia Bank à Melbourne. Tom Bentz, chez BNP Paribas, note qu'environ un million de barils de pétrole par jour passent par le canal de Suez. "Il y a une certaine nervosité à l'égard de l'offre et cela pourrait affecter l'Europe plus que les Etats-Unis", observe-t-il.

"La plus grande crainte est qu'il puisse y avoir la moindre suggestion d'instabilité, de problèmes politiques ou de tensions en Arabie Saoudite", note Tom Kloza, analyste à Oil Price Information Service.

Le 31/01/2011 à 07:43 - Mis à jour le 31/01/2011 à 07:51

Obama prône une transition en Egypte, Moubarak consulte l'armée

Obama prône une transition en Egypte, Moubarak consulte l'armée
© REA

 

par Edmund Blair et Samia Nakhoul

LE CAIRE (Reuters) - La pression des Etats-Unis pour une transition démocratique en Egypte s'est accentuée dimanche sur Hosni Moubarak qui a consulté les chefs militaires, acteurs essentiels dans une crise politique où la contestation de la rue ne faiblit pas.

Des milliers de personnes ont une nouvelle fois bravé le couvre-feu instauré dans l'ensemble du pays pour réclamer le départ du chef de l'Etat au pouvoir depuis 30 ans.

La contestation a reçu un soutien de poids avec l'intervention de l'ancien lauréat du prix Nobel de la paix, Mohamed ElBaradeï, qui s'est déclaré mandaté par l'opposition pour négocier une transition vers un gouvernement d'union nationale.

Ayant rejoint les manifestants réunis dans le centre du Caire, ElBaradeï a également appelé les Etats-Unis à cesser le "soutien vital fourni au dictateur" Moubarak.

Malgré cet appel en faveur d'une prise de position américaine et malgré les violences qui ont fait plus de cent morts en six jours, Barack Obama et Hillary Clinton n'ont pas appelé à un départ du président égyptien. Les jours de Moubarak au pouvoir sont pourtant comptés, a expliqué un conseiller d'Obama au New York Times.

La Maison blanche a indiqué que le président américain s'est entretenu de la situation égyptienne avec les dirigeants britannique, israélien, turc et saoudien, ses principaux alliés dans une région en proie à une incertitude croissante.

"Le président a réaffirmé son opposition à la violence et ses appels à la retenue; le soutien aux droits universels, y compris au droit de réunion, d'association et d'expression pacifique; et le soutien à une transition en bon ordre vers un gouvernement qui soit sensible aux aspirations du peuple égyptien", a indiqué la présidence américaine.

LE SORT DE MOUBARAK ENTRE LES MAINS DE SOLDATS

Accéder à une telle transformation politique reviendrait à signer la fin du règne de Moubarak et potentiellement de l'armée qui dirige le pays depuis la fin de la colonisation, il y a plus d'un demi-siècle.

"L'armée se trouve dans une situation délicate et elle doit décider quoi faire avec le président", estime l'analyste Faysal Itani. "L'armée peut voir en Moubarak un fusible. Mais elle ne souhaite pas le voir s'enfuir la queue entre les jambes comme Ben Ali. Je pense qu'elle veut le voir s'en aller proprement".

Ancien général, Moubarak, âgé de 82 ans, a rencontré les dirigeants de l'armée et il semble désormais qu'ils tiennent son avenir entre leurs mains. Le ministre égyptien de la Défense s'est entretenu au téléphone avec son homologue américain Robert Gates.

Puis, tentant de répondre à une partie des revendications de la rue, le président égyptien a demandé à son nouveau Premier ministre, nommé samedi, de mener une politique de maîtrise de l'inflation et de création d'emplois.

"Je vous demande de rétablir la confiance dans notre économie", écrit-il dans une lettre à Ahmed Chafik citée par la télévision. "Je crois en votre capacité d'appliquer une politique économique qui accorde la plus haute importance aux souffrances de la population".

"J'insiste également sur la nécessité de s'engager sérieusement et efficacement dans la voie de plus de réformes politiques (...) au travers d'un vaste dialogue afin de permettre une plus large participation des partis", ajoute-t-il.

L'agence officielle de presse Mena a précisé que Moubarak a discuté de cette question des réformes politiques avec le président Obama lors d'une conversation téléphonique dimanche soir.

"Moubarak a exprimé sa détermination à continuer à prendre de nouvelles mesures pour réformer la politique suivant les aspirations des Egyptiens en faveur d'une société libre et démocratique", rapporte Mena.

ELBARADEÏ VEUT UNE "NOUVELLE EGYPTE"

Toutes ces promesses et ces engagements ne parviennent pas à apaiser la colère des manifestants qui sont à nouveau descendus dans les rues dimanche pour réclamer le départ du président et pour réaffirmer leur détermination à avoir gain de cause.

Les protestataires se sont à nouveau rassemblés sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale, aux cris de Moubarak doit partir. "C'est la volonté de 80 millions de citoyens. La solution est la révolution", ont-ils scandé.

Présent sur la place, Mohamed ElBaradeï, ancien directeur général de l'AIEA, a promis à la foule que "le changement va intervenir dans les prochains jours".

"Vous avez repris vos droits et ce que nous avons commencé ne pourra pas être arrêté. Nous avons une seule demande - la fin du régime et le début d'une nouvelle ère, d'une nouvelle Egypte", a-t-il lancé.

Dans une série d'interviews accordées du Caire à des chaînes de télévision américaines, ElBaradeï s'est dit mandaté par l'opposition égyptienne pour négocier la formation d'un gouvernement d'union nationale et a indiqué qu'il prendrait prochainement contact avec l'armée.

"Il vaut mieux pour le président Obama qu'il n'apparaisse pas être le dernier à dire au président Moubarak 'Il est temps pour vous de partir'", a dit ElBaradeï à CNN.

"Le gouvernement américain ne peut demander au peuple égyptien de croire qu'un dictateur au pouvoir depuis trente ans sera celui qui mettra en place la démocratie. C'est une farce", a-t-il dit à CBS.

La secrétaire Hillary Clinton n'a toutefois pas caché l'inquiétude américaine de voir se répéter en Egypte un scénario comparable à celui de la révolution iranienne. "Nous ne souhaitons pas voir une prise de pouvoir qui ne mènerait pas à la démocratie mais à l'oppression et à la fin des aspirations du peuple égyptien", a-t-elle dit.

Des coups de feu sporadiques étaient perceptibles dans la nuit, des habitants et des commerçants s'étant organisés pour se protéger contre les pillards. Absente depuis deux jours, la police a fait sa réapparition dans les rues.

Avec Dina Zayed, Marwa Awad, Shaimaa Fayed, Sherine El Madany, Yasmine Saleh, Alison Williams et Samia Nakhoul au Caire, Alexander Dziadosz à Suez, Matt Spetalnick et Phil Stewart à Washington et Peter Apps, Angus MacSwan et William Maclean à Londres; Pierre Sérisier pour le service français.

© 2011 Reuters

  • AFP le 31/01/2011 à 09:20

La Bourse de Paris en baisse, inquiète des tensions en Egypte :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Le Palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris, le 1er octobre 2008
© AFP/Archives  Stephane de Sakutin

La Bourse de Paris était en baisse lundi dans les premiers échanges (-0,65%), les tensions en Egypte et leur éventuelle propagation à d'autres pays incitant les investisseurs à la prudence.

A 09H11 (08H11 GMT), l'indice vedette cédait 26,45 points à à 3.976,17 points. Vendredi soir, le marché parisien, avait terminé en forte baisse (-1,41%).

Les investisseurs réagissent "à des craintes de déstabilisation du Proche-Orient et de blocage du canal de Suez en Egypte", a résumé l'économiste Christian Parisot. Les cours du pétrole s'envolaient à la suite de cette instabilité.

"Ces inquiétudes vont encourager les opérateurs à se tourner vers des actifs moins risqués comme les obligations", a estimé de son côté un gérant d'actions parisien.

Malgré les nominations au gouvernement annoncées samedi et les violences qui ont fait au moins 125 morts et des milliers de blessés depuis mardi, la mobilisation ne semble pas faiblir en Egypte.

L'agence de notation Moody's Investors Service a dégradé lundi d'un cran la note du pays, désormais ramenée à "Ba2", et pourrait l'abaisser encore à moyen terme, puisque la perspective d'évolution de cette note est désormais jugée "négative".

Société Générale (-2,09% à 47,35 euros) et Crédit Agricole (-1,37% à 10,70 euros) suivent de près la situation en Egypte, alors que les établissements français sont parmi les plus exposés dans le pays.

Lafarge (-1,31% à 43,42 euros), très présent en Egypte depuis le rachat d'Orascom Cement, a décidé d'évacuer une partie de ses expatriés et leurs familles, tout comme France Telecom (+0,12% à 15,09 euros).

Club Mediterranée (-5,14% à 16,60 euros) pâtissait des tensions en Egypte qui affectent le tourisme.

Lagardère (-1,50% à 33 euros) a reçu de l'américain Hearst une offre ferme de 651 millions d'euros en numéraire pour la reprise de ses activités d'édition de magazines à l'international, dont les déclinaisons étrangères de "Elle".

Le groupe a par ailleurs été inculpé pour délit d'initiés dans l'enquête sur le groupe européen EADS, une affaire dans laquelle il avait été blanchi par le gendarme de la Bourse de Paris il y a un an.

Carrefour (+2,90% à 34,96 euros) étudie une scission simultanée en trois sociétés cotées, afin d'augmenter sa valorisation, selon Le Figaro.

Technip (-0,81% à 69,07 euros) a fait l'acquisition du britannique Subocean Group, société d'installation de câbles sous-marins spécialisée dans l'éolien offshore.

Capgemini (+0,21% à 36,96 euros): Unicredit a relevé sa recommandation sur le titre, passant de "conserver" à "acheter".

indices a 9h38....

BEL 20 * 2,624.39 -22.70 -0.86 %  
AEX 25 * 357.36 -3.80 -1.05 %  
CAC 40 * 3,957.10 -45.22 -1.13 %  
Euronext 100 * 709.02 -7.58 -1.06 %  
Next 150 * 1,688.57 -19.72 -1.15 %  
DAX 30 7063.45 -39.35 -0.55 %  
MIB 30 21,851.60 -173.51 -0.79 %  
IBEX 35 10666.20 -80.80 -0.75 %  
SMI 6,492.96 -35.17 -0.54 %  
SLI 1,035.38 -7.29 -0.70 %  
SPI 5,819.31 -35.46 -0.61 %  
FTSE™ 100 5848.09 -33.28 -0.57 %  
Dow Jones * 11,823.70 -166.13 -1.39 %  
Nasdaq 100 2,270.51 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,686.89 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,108.28 -10.01 -0.90 %  
OMX Helsinki 25 2,672.15 -13.83 -0.51 %  
OMX Stockholm 30 1,143.06 -9.24 -0.80 %  
OMX Copenhagen 20 461.08 -5.95 -1.27 %  

 

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3604 -0.07%
Euribor 1 an 1.625 0%
Gold Index 1336.90 -0.08%
Pétrole New York (Light Sweet Crude Oil) 89.46 0.13%

09:39 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2011

CHIFFRES US corrects,mais pas assez! GOLD , OIL , et $ en hausse...à18h40.Bonne soirée.CC.

  •  
  •  
  • AFP le 28/01/2011 à 18:15

La Bourse de Paris retombe à 4.000 points, déçue par le PIB américain :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Place de la Bourse à Paris, le 15 décembre 2009
© AFP/Archives  Jacques Demarthon

La Bourse de Paris a terminé vendredi en forte baisse (-1,41%), les investisseurs ayant réagi avec un temps de retard aux chiffres de la croissance américaine ressortis en-deçà des attentes.

L'indice vedette a reculé de 57,25 points à 4.002,32 points dans un volume d'échanges de 4,518 milliards d'euros.

Les autres places européennes ont réagi à l'avenant: Francfort a perdu 0,74%, Londres 1,40% et l'Eurostoxx 50 1,19%.

Le marché parisien a évolué dans des marges étroites une bonne partie de la séance et n'a pas réagi en début d'après-midi à la publication du PIB américain au quatrième trimestre. Ce n'est que plus tard, avec l'ouverture de Wall Street, qu'il a subitement décroché, effaçant sa hausse de la semaine.

"On suppose que le marché a réagi en retard mais il a eu surtout besoin de souffler", alors qu'il évoluait près de seuils-pivots (correspondant aux plus hauts atteints en 2010), a indiqué Aurélien Hotton, conseiller boursier chez SwissLife Gestion Privée.

L'économie des Etats-Unis a progressé de 3,2% au quatrième trimestre, alors que le marché tablait sur un chiffre de 3,5%. Cette hausse a toutefois permis au PIB américain de gagner 2,9% en 2010 et de combler ses pertes de la crise.

"Malgré un chiffre décevant, cette statistique n'est pas si décevante que ça. La consommation des ménages s'est améliorée au quatrième trimestre, tandis que l'investissement dans l'immobilier résidentiel a rebondi après un troisième trimestre désastreux", a estimé Inna Mufteeva de Natixis AM.

Même son de cloche pour M. Hotton qui juge que ce chiffre ne remet pas en cause la tendance de fond des marchés boursiers.

"Il y a une poursuite de la tendance observée ces dernières semaines, à savoir que le risque souverain diminue en zone euro, ce qui permet au marché actions de se revaloriser", souligne le conseiller boursier.

La séance a été marquée par le net recul du titre Sanofi-Aventis, un des poids lourds de la cote (environ 8% du CAC 40).

L'action du laboratoire pharmaceutique a enregistré la plus forte baisse de l'indice (-3,82% à 49,21 euros) après l'échec des derniers tests précédant la demande d'autorisation et de commercialisation de son traitement Iniparib, une molécule destinée à lutter contre certains cancers du sein.

Pour les analystes de Deutsche Bank, qui tablaient sur un succès, l'échec du traitement est un "choc" et marque un "vrai revers" pour le groupe français.

Secteur à la peine, les automobiles ont pâti de commentaires de Goldman Sachs qui a abaissé sa recommandation à "vendre" sur les titres Renault (-3,32% à 47,78 euros) et Michelin (-0,41% à 53,46 euros) mais a relevé en revanche celle de Peugeot, selon des sources de marché. En revanche, HSBC a baissé sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer" auparavant sur Peugeot, qui a baissé de 3,04% à 30,97 euros.

En revanche, les valeurs financières ont été bien orientées à l'image de Société Générale qui a pris la tête du CAC 40 s'adjugeant 1,72% à 48,32 euros.

Hors CAC 40, JCDecaux a progressé de 2,42% à 23,44 euros soutenu par des ventes record en 2010, particulièrement bonnes sur le quatrième trimestre.

A l'inverse, Bénéteau a reculé de 2,44% à 16 euros malgré des objectifs ambitieux. Le constructeur de bateaux de plaisance a fait savoir qu'il vise un doublement de son chiffre d'affaires d'ici 2015 et qu'il va investir 500 millions d'euros pour profiter d'un marché sorti de la crise.

La Bourse de New York creusait ses pertes vendredi à la mi-journée alors que s'aggravait la crise en Egypte, tandis que les prix du pétrole décollaient: le Dow Jones perdait 1,19% et le Nasdaq 2,39%.

Vers 17H20 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 142,70 points à 11.847,13 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 65,77 points à 2.689,51 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 1,42% (18,41 points) à 1.281,13 points.

En légère baisse en matinée, les indices ont décroché alors que les chaînes de télévision américaines, y compris financières, diffusaient en direct les images des manifestations en Egypte.

"C'est de l'aversion au risque en raison de l'escalade en Egypte, et des craintes que la situation pourrait s'étendre à d'autres pays de la région", a commenté Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

De leur côté, les prix du pétrole bondissaient de plus de 4% à New York, où le baril gagnait 3,61 dollars à 89,25 dollars. A Londres, le baril de Brent prenait 1,51 dollars à 98,50 dollars, après avoir atteint 99,63 dollars, s'approchant du seuil des 100 dollars, plus vu depuis plus de deux ans.

Le marché obligataire, refuge de l'investisseur inquiet, montait. Le rendement du bon du Trésor à dix ans reculait à 3,341% contre 3,385% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,541% contre 4,559% la veille.

 

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3605 -0.91%
Euribor 1 an 1.625 0.62%
Gold Index 1345.70 2.41%
Pétrole New York (Light Sweet Crude Oil) 89.10 4.04%

18:40 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2011

BONJOUR...15H30 OUVERTURE US...L'EURO SUPER STAR...

NEW YORK—U.S. stock futures wiped out early gains as an unexpected jump in jobless claims doused enthusiasm over corporate earnings.

Dow Jones Industrial Average futures shed 4 points to 11932, while Standard & Poor's 500-stock futures lost 3 points to 1291 and Nasdaq 100 futures edged down 1 point to 2318. Prior to the data, Dow futures had been up 26 points, while S&P 500 futures rose 1 point and Nasdaq 100 futures gained 4 points. Changes in futures don't always accurately reflect stock moves after the opening bell.

Futures reversed their gains after a pair of disappointing data points. The Labor Department said the number of U.S. workers filing new claims for unemployment benefits unexpectedly surged last week by 51,000 to 454,000 in the week ended Jan. 22. Economists surveyed by Dow Jones Newswires had expected claims would rise by just 1,000 to 405,000.

UNE SEULE VRAIE VEDETTE...L'EURO....

  • AFP le 27/01/2011 à 15:29

L'euro au plus haut depuis deux mois face au dollar après un indicateur US :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

L'euro repartait à la hausse face au dollar jeudi, grimpant à un nouveau plus haut depuis deux mois, aidé par des propos du président français et d'un membre de la Banque centrale européenne (BCE), face à un billet vert plombé par des chiffres américains décevants.

Vers 14H00 GMT (15H00 à Paris), l'euro valait 1,3746 dollar contre 1,3708 dollar mercredi à 22H00 GMT, après être monté à 1,3750 dollar vers 13H50 GMT, un nouveau plus haut depuis deux mois.

L'euro grimpait face au yen à 113,76 yens contre 112,62 yens mercredi soir, après avoir atteint 114,01 yens vers 13H50 GMT, un plus haut depuis le 22 novembre.

Le dollar progressait aussi face à la devise nippone, à 82,75 yens contre 82,16 yens la veille, après avoir grimpé jusqu'à 83,22 yens vers 08H10 GMT, son niveau le plus fort depuis deux semaines.

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé jeudi que lui-même et la chancelière allemande Angela Merkel n'abandonneraient "jamais" l'euro.

De son côté, Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la BCE, a averti jeudi que l'inflation doit être combattue à temps et les banques centrales doivent ajuster leur politique monétaire à l'avance, pour éviter de devoir trop relever les taux d'intérêt par la suite, ce qui nuit à l'économie.

Ces commentaires venaient soutenir les propos du président de l'institution Jean-Claude Trichet qui a lancé en début de semaine une mise en garde contre l'inflation et laissé entendre qu'il était préparé à relever le taux directeur de la BCE, malgré les difficultés budgétaires de certains pays de la zone euro.

Ces propos pouvaient ainsi alimenter un regain de spéculations sur un relèvement anticipé des taux de la BCE, mouvement de nature à soutenir l'euro.

L'euro profitait également d'un accès de faiblesse du billet vert, à la suite de la publication d'une série d'indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis, dont les nouvelles inscriptions au chômage, qui ont décollé lors de la semaine du 16 au 22 janvier.

De son côté, le yen pliait sous le poids de l'abaissement jeudi de la note de la dette à long terme du Japon d'un cran, à AA-, par l'agence de notation financière Standard and Poor's, qui a estimé que la situation financière du pays, lourdement endetté, allait empirer.

"Après le choc initial provoqué par cet abaissement, les investisseurs ont fui le yen pour se tourner vers la sécurité que représente le dollar", un mouvement qui a également pénalisé les devises à risque comme l'euro, observait Kathleen Brooks, analyste chez Forex.com.

L'abaissement de la note du Japon montre que "la crise de la dette qui ronge les pays périphériques de la zone euro depuis un an, pourrait affecter d'autres nations endettées de par le monde", expliquait Mme Brooks.

Cependant, contrairement à la situation en Europe, la dette japonaise est principalement détenue par des investisseurs locaux, ce qui devrait empêcher une fuite brutale des capitaux, et ainsi limiter la baisse du yen, anticipait Mme Brooks.

Vers 14H00 GMT, la livre britannique se stabilisait face à l'euro à 86,01 pence pour un euro, et grimpait face au billet vert à 1,5981 dollar.

La monnaie helvétique baissait face à l'euro à 1,2953 franc suisse pour un euro, et se stabilisait face au billet vert à 0,9422 franc suisse pour un dollar.

L'once d'or a fini à 1.337,50 dollars au fixing du matin contre 1.328 dollars mercredi soir.

Le yuan chinois a terminé à 6,5840 yuans pour un dollar contre 6,5808 yuans la veille.

LES INDICES ..A 15H38..

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3739 0.30%
Euribor 1 an 1.615 0.62%
Gold Index 1333.40 -0.86%
Pétrole New York (Light Sweet Crude Oil) 87.03 -0.34%

 

BEL 20 * 2674.84 5.30 0.20 %  
AEX 25 * 363.56 1.51 0.42 %  
CAC 40 * 4057.87 8.80 0.22 %  
Euronext 100 * 724.07 1.64 0.23 %  
Next 150 * 1713.91 4.32 0.25 %  
DAX 30 7155.29 27.94 0.39 %  
MIB 30 22,264.74 257.74 1.17 %  
IBEX 35 10794.80 124.10 1.16 %  
SMI 6,556.00 -36.99 -0.56 %  
SLI 1,047.73 0.33 0.03 %  
SPI 5,877.71 -21.46 -0.36 %  
FTSE™ 100 5983.22 14.01 0.23 %  
Dow Jones * 11981.16 -4.28 -0.04 %  
Nasdaq 100 2,314.19 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,739.50 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,129.63 0.34 0.03 %  
OMX Helsinki 25 2,689.52 16.94 0.63 %  
OMX Stockholm 30 1,169.63 -4.22 -0.36 %  
OMX Copenhagen 20 466.43 0.93 0.20 %  

15:39 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2011

Pauvre Belgique...16h45

Selon diverses sources bien informées, le conciliateur, Johan Vande Lanotte, ira présenter sa démission au Roi lors de l'entrevue qu'il doit avoir au Palais ce mercredi à 17h.

Johan Vande Lanotte a eu, ce matin, une très longue rencontre avec les présidents des partis flamands.

Selon diverses sources bien informées, le conciliateur, Johan Vande Lanotte, ira présenter sa démission au Roi lors de l'entrevue qu'il doit avoir au Palais ce mercredi à 16 heures 30.

Johan Vande Lanotte a eu, ce matin, une très longue rencontre avec les présidents des partis flamands. A l'ordre du jour, notamment, la proposition du CD&V sur les soins de santé, une proposition inacceptable pour les francophones. Tout comme l'est la volonté des démocrates chrétiens flamands de cogérer Bruxelles et d'organiser la Belgique à l'avenir sur la base de deux Communautés et non plus sur la base des Régions.

La réunion n'aurait pas permis de créer les conditions suffisantes pour relancer un dialogue fructueux à 7 comme le demandaient les francophones, de plus en plus impatients.

Plutôt que d'organiser une réunion entre les 7 présidents et de constater que certains d'entre eux ne seraient sans doute pas venus, le conciliateur préfère donc jeter l'éponge lui-même. Pour la deuxième fois…

et en plus....

Justine Henin a décidé de mettre un terme définitif à sa carrière après avoir passé différents examens médicaux au niveau de son coude, a-t-elle expliqué dans une lettre adressée aux medias, mercredi.

16:47 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

AVIS D'ANALYSTE SUR ..UMICORE!!

Umicore relevé de vendre à acheter par UBS

DJ ECHO BOURSE: Umicore relevé de vendre à acheter par UBS

 

BRUXELLES (Dow Jones)--UBS relève sa recommandation sur Umicore (UMI.BT) de vendre à acheter, et multiplie par plus de deux son objectif de cours, qui passe de EUR25 à EUR60. "Umicore n´a pas son pareil dans le monde pour ce qui est de sa capacité à extraire et raffiner plus de 20 métaux à partir d´un large éventail de matières brutes," estime UBS, qui prévoit une croissance des bénéfices de 13,6% en moyenne jusqu´en 2015. Umicore bondit de 6,2%, à EUR37,38.

 

(END) Dow Jones Newswires

January 26, 2011 04:14 ET (09:14 GMT)

Copyright (c) 2011 Dow Jones & Company, Inc.

C'est hallucinant... Bravo UBS !!!!

  • Cercle Finance le 26/01/2011 à 15:47

CAC40 : déborde les 4050 malgré débuts hésitants à W-Street.


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - L'ouverture de Wall Street s'avère un peu moins flamboyante que prévu (+0,15% au mieux au lieu de +0,4% anticipé, le Dow Jones s'effrite de -0,05%) mais cela ne ralentit que très marginalement la progression des indices en zone Euro puisque la Bourse de Paris préserve une avance de +0,8%, le DAX et Amsterdam affichent un solide +1%, Londres flambe de +1,2% (au lendemain de l'annonce du plongeon du PIB) et l'Eurotop-100 grimpe de +75% (à 2.403Pts).
L'optimisme semble être la tonalité dominante en cette journée qui voir s'ouvrir le forum de Davos: Nouriel Roubini est le seul à indiquer qu'un véritable péril continue de menacer la reprise, à savoir les problèmes de refinancement des 'PIGS' (comme si les 100% d'endettement des USA et la faillite de deux tiers des Etats de l'union n'avait aucune importance).

Cet écueil n'a pas échappé à Klaus Schwab, le président du Forum, dans une interview accordée à La Tribune.

La voie du redressement économique s'annonce étroite : ' il va falloir trouver un équilibre délicat entre deux forces opposées ; d'un côté, la poursuite indispensable d'une politique vigoureuse d'austérité, synonyme de sacrifices et de réduction de la consommation, et de l'autre, la stimulation nécessaire de l'économie '.

Sur le front macroéconomique, les investisseurs prendront connaissance à 16h des ventes de logements neufs pour le mois de décembre aux Etats-Unis. Si les économistes anticipent une remontée vers 300.000, cela est loin d'être suffisant pour rassurer sur un secteur immobilier fragile.

Mais l'éclairage le plus utile sur l'économie américaine est attendu pour ce soir.

C'est en effet à 20h15 (heure de Paris que doit être publié la décision du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Si les experts n'anticipent pas de changement sur les taux de la Fed, les propos qui accompagneront cette décision seront scrutés à la loupe.

' Les derniers indicateurs économiques mettent la banque centrale américaine dans une position délicate ', explique ainsi Aurel BGC.

Si à ' court terme, la banque centrale peut justifier un statu quo en soulignant que la 'reprise' reste fragile et que l'économie est vulnérable au moindre choc ', le bureau d'études affirme que le communiqué du FOMC devrait être ' ajusté ', notamment concernant le nouveau plan d'assouplissement quantitatif.

Côté valeurs, à Paris, ArcelorMittal signe la plus forte progression du CAC (+5% à 27,3 euros), alors que les analystes considèrent qu'Aperam, sa branche acier inoxydable qui fait ses premiers pas en Bourse, reste la mieux placé pour bénéficier du rebond du marché de l'inox.

De son côté, Renault grimpe de 2,8% à 49,2 euros, alors que Crédit Suisse reste à 'surperformance' sur le titre, tout en relevant son objectif de cours de 43 à 60 euros, avant la présentation stratégique du mois de février.

Sanofi-Aventis est également bien orienté (+1,4% à 51,4 euros), alors que la vente sans ordonnance de son médicament Allegra vient d'être autorisée aux Etats-Unis et que l'exclusivité de Plavix vient d'être prolongée de six mois aux USA.

En revanche, les valeurs financières font une nouvelle fois grise mine sur le CAC, à l'image de Crédit Agricole (-2%), Société Générale (-1,4%) et Natixis (-1,3%). Lafarge se retrouve une nouvelle fois lanterne rouge avec un repli de -3,3% à 45,9E.
Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3668 -0.09%
Euribor 1 an 1.605 0.88%
Gold Index 1330.90 -0.05%
Pétrole New York (Light Sweet Crude Oil) 86.45 0.30%

16:00 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR...+1% à 12h25..INTERVIEW DE MARC FABER..DYNAMITE!

NYRSTAR RECOMMANDEE...(TIMING ?? PAS TROP BON A MON AVIS;AUGMENTATION DE CAPITAL POUR BIENTOT)

 


HSBC Raises Nyrstar Target Price

DJ MARKET TALK: HSBC Raises Nyrstar Target Price

0828 GMT [Dow Jones]--HSBC raises Nyrstar (NYR.BT) target price to EUR16.6 from EUR14. Notes 2011 will be a year of records for the European metals and mining sector for production, prices and earnings. Adds, however, it sees risks also growing. Reiterates overweight. Shares up 0.9% at EUR11.87. (alessandro.torello@dowjones.com)

Dow Jones Newswires

January 25, 2011 03:28 ET (08:28 GMT)

Copyright (c) 2011 Dow Jones & Company, Inc.

MON OBJECTIF RESTE 14.50€ APRES AUGMENTATION DE CAPITAL , D'ICI 15 MOIS......CC.

ET L'INTERVIEW DE MARC FABER....OUFTI!(merci Mic)

 

 

01/25/2011

 

Earlier, Marc Faber appeared on Bloomberg TV, in what may go down in history as his most scandalous interview ever. When asked, in advance of the SOTU address, what he thinks of the president, Faber, who appears to have had enough with all the bullshit, propaganda, and lies, replies: "I think he's done a horrible job and I think that will continue, I think he is a dishonest person, and nothing has changed... Some politicians are more honest than others. I don't think that I have a very high regard for politicians, I have a high regard for businessmen and for people who work, and not for people who abuse the system continuously. And in comparison to other politicians, I think he came in on a platform as a president that would want to change the government in Washington, and actually he's made it worse... We foreigners, we just laugh at someone like Mr. Obama. I was very critical of Mr. Bush, but at least he had one line and he stuck to that line, and at least he set out to do a thing and he was relatively straight on the thing that he did. He may have been wrong, but at least he didn't change his mind continuously, and didn't prostitute himself." If nothing else, how many other people do you know who will compare, in front of a live Bloomberg audience, the president of the formerly greatest country in the world to a whore?

As for what Faber thinks the real state of the union address should be, he says:

"I think what should happen in the US is for the president to tell the US, you have to tighten your belts. 'We have to go through hard times for 5 years to repair the damage that was committed over 20-25 years by the Federal Reserve, by the Treasury, by the politicians, and somebody has to tell the truth. But the politicians keep on fueling the illusion that you can spend yourself out of the misery, and that by printing money you will improve the economy, which is not the case."

On the topic of the Fed and relative performance:

You don't know. Maybe [Bernanke] will resign. After he sees the disaster he has created he may resign. Or he may be disposed, who knows. But all i want to say is in terms of investments we have a very interesting situation, because from the March lows, the EM universe has performed fantastically well, and industrial commodities have done fantastically well, and the US has underperformed everything. And now we have a change: the US may outperform, it may not go up, but may go down less than emerging markets.

On his latest opinion on Treasurys

In the long-run, for sure US Treasurys and most government bonds are a suicidal investment. But as a shorter-term timeframe, and I think for the next three months or so, I think we have a situation where stock markets have become very overbought, and emerging markets in January, most of them failed to make new highs above the November, December highs, and recently some of them have sold off very considerably, plus the Chinese market is giving you a signal that something is not right in the Chinese economy, because it is going down. For the next three months you have to shift out of the Emerging Markets, they may correct 20-30%, out of industrial commodities, on a relative basis. And I think the sentiment, just recently, was overly optimistic on the reflation trade, and overly negative about treasury bonds, so treasury bonds right now are oversold, and as of tonight I got the buy signal on US Treasurys. I think Treasury are the best place for the next 3 months, as is the US dollar. I think a correction is coming in the range of 10% in the S&P and 20-30% in the emerging markets.

On all the current batch of Davos participants:

I dont think the 'thinkers' are in Davos. I think it's a group of liars, and people that go along with the system, and perpetuate fraud and abuse, and dubious practices in the financial system

INDICES A 12H38...

BEL 20 * 2,682.78 21.90 0.82 %  
AEX 25 * 362.84 4.08 1.14 %  
CAC 40 * 4,057.65 38.03 0.95 %  
Euronext 100 * 724.32 6.18 0.86 %  
Next 150 * 1,707.32 20.99 1.24 %  
DAX 30 7148.42 89.41 1.27 %  
MIB 30 22,111.51 171.38 0.78 %  
IBEX 35 10780.40 116.00 1.09 %  
SMI 6,608.15 27.82 0.42 %  
SLI 1,049.17 5.99 0.57 %  
SPI 5,906.50 24.53 0.42 %  
FTSE™ 100 5994.19 76.48 1.29 %  
Dow Jones * 11,977.19 -3.33 -0.03 %  
Nasdaq 100 2,304.03 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,719.25 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,128.64 21.29 1.92 %  
OMX Helsinki 25 2,684.28 28.43 1.07 %  
OMX Stockholm 30 1,172.64 19.95 1.73 %  
OMX Copenhagen 20 463.81 1.43 0.31 %  
  • AFP le 26/01/2011 à 12:28

La Bourse de Paris reste bien orientée, rassurée par les propos d'Obama :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Vue du Palais Brongniart, place de la Bourse à Paris, en octobre 2004
© AFP/Archives  Francois Guillot

La Bourse de Paris poursuivait sa progression mercredi en fin de matinée, le CAC 40 prenant 1,08%, rassuré par les propos de Barack Obama sur une éventuelle baisse de l'impôt sur les entreprises aux Etats-Unis.

A 12H06 (11H06 GMT), l'indice vedette prenait 43,12 points à 4.062,74 points dans un volume d'échanges de 1,380 milliard d'euros.

Le marché parisien était soutenu par les déclarations du président américain Barack Obama qui souhaite baisser le taux de l'impôt sur les entreprises aux Etats-Unis, selon des analystes.

Toutefois, M. Obama a continué à alimenter le débat sur la réduction des déficits, laissant entendre qu'à court terme il se contenterait d'une maîtrise du déficit, n'envisageant sa baisse qu'à long terme.

Le marché attend désormais les chiffres des ventes de logements neufs aux Etats-Unis et surtout, après la clôture, le communiqué du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), attentif à tout changement de ton qui pourrait laisser présager un tour de vis monétaire.

Aperam, la branche aciers inox et spéciaux du leader mondial de l'acier ArcelorMittal, faisait ses premiers pas en Bourse exceptionnellement sur le CAC 40. Elle prenait 3,18% à 28,19 euros et ArcelorMittal (+3,85% à 26,95 euros) enregistrait la plus forte hausse du CAC 40.

STMicroelectronics (+3,24% à 8,46 euros) n'était pas affecté par l'abaissement de recommandation de l'agence de notation Standard & Poor's à "vendre" contre "conserver" auparavant.

Spir Communication (-3,94% à 36,50 euros) était l'objet de prises de bénéfices après les performances de l'action depuis le début de l'année (+66%).

12:40 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2011

L'OR CONTINUE DE RECULER...1.327$

DJ BEFORE THE BELL: US Stock Futures Down; DuPont Raises Outlook

U.S. stock futures fell on Tuesday after the previous session's rally, as investors braced for a flood of high-profile earnings reports as well as data on consumer confidence and housing prices.

Futures on the Dow Jones Industrial Average dropped 10 points to 11920 and S&P 500 futures fell 3.80 points to 1284.70. Nasdaq 100 futures slipped 8.50 points to 2289.50.

The blue-chip Dow index rose 0.9% Monday, posting its highest close since June 2008.

The Case-Shiller home-price index for November will be released at 9 a.m., EST, and consumer-confidence data for January is set to be released at 10 a.m., EST.

Tuesday evening, President Barack Obama will deliver the State of the Union address. The economic recovery and job creation are expected to be the major focus of the speech, scheduled for 9 p.m., EST.

On the earnings front, Chemical giant E.I. DuPont de Nemours & Co. (DD) reported a 15% drop in fourth-quarter net profit but lifted its outlook for 2011 earnings.

Verizon Communications Inc. (VZ) said fourth-quarter net profit surged, buoyed by net non-operational gains, but its operating revenue fell. Shares of Verizon slipped 2% in premarket trading.

Blue-chip insurance giant Travelers Co. (TRV) reported a decline in quarterly net profit.

Shares of STMicroelectronics (STM) slumped nearly 6% in premarket trading. The firm said late Monday it expects revenue in the current quarter to fall between 7% and 12% sequentially.

European banking shares were also under selling pressure.

In premarket trade, Lloyds Banking Group PLC (LYG) slipped 4.1% and Spain's Banco Bilbao Vizcaya Argentaria S.A. (BBVA), or BBVA, fell 3.5%.

Shares of L.M. Ericsson Telephone Co. (ERIC, ERIC-B.SK) gained 3% in premarket trading after it reported a surge in fourth-quarter profit.

European stocks were mostly lower, with the FTSE 100 index dropping 0.5% in London after data showed that the British economy unexpectedly contracted in the final quarter of 2010.

Gross domestic product declined 0.5% compared to the previous quarter, while economists had expected a rise of 0.4%. Following the data, the British pound fell 1.2% to $1.5788.

The dollar index, which tracks the performance of the greenback against a basket of other major currencies, rose 0.4% to 78.295.

In the commodity markets, gold futures slumped $19.30 to $1,325.20 an ounce in electronic trading on Globex, while crude-oil futures fell 89 cents to $86.98 a barrel.

 
  • Cercle Finance le 25/01/2011 à 15:14

Wall Street : quelques prises de bénéfices à venir.


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - Les marchés d'actions américains devraient ouvrir en légère baisse mardi, les investisseurs prenant quelques bénéfices après les gains enregistrés depuis le début d'année.

A une vingtaine de minutes de l'ouverture, le S&P 500 perd 5,75 points à 1282,75 points, tandis que le Nasdaq 100 Future lâche 12,25 points à 2285,75 points.

Wall Street affiche un bilan très favorable depuis le 1er janvier. Sur un peu plus de trois semaines, l'indice Dow Jones a pris près de 3,5%.

Pour les spécialistes, cela augure de quelques prises de profits aujourd'hui, d'autant que les jours qui viennent seront riches en événements.

'Une semaine compliquée débute', prévient ainsi un analyste.

C'est en effet aujourd'hui que débute la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, même si son communiqué final n'est pas prévu avant demain.

Barack Obama doit présenter aujourd'hui son discours sur l'Etat de l'Union, qui correspond à la présentation de son programme pour 2011. On devrait assister à un glissement au centre de la politique du président américain, à l'exception des questions de santé.

L'indice de confiance des consommateurs du Conference Board, qui sera publié après l'ouverture, devrait s'établir à 54 au mois de janvier, contre 52,5 en décembre.

Au niveau des entreprises, le début de journée est marqué par une avalanche de résultats.

Sur le Dow, pas moins de cinq composantes de l'indice (3M, DuPont, Johnson & Johnson, Travelers, Verizon) ont publié leurs résultats ce matin.

Hier, American Express a dévoilé un résultat net augmenté de moitié pour son dernier trimestre 2010, grâce à des dépenses records de ses détenteurs de cartes et à la poursuite de l'amélioration de la qualité du crédit.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.  

Copyright (c) 2011 Cercle Finance.

15:24 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MARCHES équilibrés à 10h12...

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient commencer la séance en hausse mardi, rattrapant ainsi la progression de Wall Street lundi. Les contrats à terme américains sont cependant contrastés, et les Bourses européennes pourraient donc marquer une pause dans le courant de la séance.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 16 points, à 5.960 points, tandis que le DAX devrait gagner 21 points à l'ouverture, à 7.089 points, et le CAC, 12 points, à 4.045 points.

Philippe Gijsels, responsable de la recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets, estime que les mouvements observés sur le marché lundi montrent que les investisseurs se détournent des valeurs les plus exposées aux marchés émergents pour privilégier des titres plus défensifs. Il souligne en outre que l'annonce de résultats supérieurs aux attentes ne fait souvent plus grimper les actions. "Pour moi, c'est le tout début d'une phase de correction", indique-t-il.

Les contrats à terme de Wall Street présentent un tableau contrasté mardi. L'indice Dow Jones des valeurs industrielles est monté lundi à 11.982,94 points en séance, son niveau le plus proche en deux ans et demi de la barre des 12.000 points. L'optimisme au sujet des résultats d'entreprises attendus cette semaine et du discours sur l'Etat de l'Union s'est renforcé.

Les valeurs des matières premières ont grimpé, menées par Alcoa, qui a bondi de 4,1%. Intel a également progressé de 2%, après l'annonce d'un nouveau plan de rachat d'actions de 10 milliards de dollars.

Les marchés d'actions asiatiques sont pour la plupart dans le vert mardi, après la solide performance de Wall Street. Le marché australien profite de l'annonce d'une inflation plus faible que prévu dans le pays.

Les valeurs métallurgiques ont enregistré les plus fortes baisses de la séance en Chine, plombées par le fléchissement des cours mondiaux des métaux. La perspective de nouvelles mesures de resserrement de la politique monétaire chinoise et la prudence suscitée par l'environnement de liquidités tendues ont également continué de peser sur le marché.

A la Bourse de Tokyo, "les valeurs japonaises ont été en hausse pendant près de trois mois, donc on peut s'attendre à une correction prochaine", estime Masayoshi Yano, analyste senior chez Meiwa Securities.

 

OBLIGATIONS

Bunds et gilts devraient entamer la séance sur une note contrastée mardi, alors que le marché attend la parution de nouvelles statistiques macroéconomiques et de voir comment évoluent les marchés d'actions.

Quant à la crise de la dette souveraine dans la zone euro, elle a quitté le devant de la scène pour le moment.

Au premier plan mardi figureront les chiffres du produit intérieur brut du Royaume-Uni au quatrième trimestre de 2010. Selon les économistes, la croissance devrait avoir ralenti à 0,4% sur la période, après avoir atteint 0,7% au troisième trimestre.

Les emprunts du Trésor américain évoluent de façon contrastée mardi, après avoir légèrement progressé lundi, portés par les achats de titres de la Réserve fédérale et la recherche d'investissements sûrs.

Paul Horrmann, courtier chez Tradition Asiel Securities à New York, estime que l'attention se portera cette semaine sur l'offre et sur la première réunion de l'année du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Le président américain Barack Obama prononcera mardi soir son discours sur l'Etat de l'Union. Les acteurs du marché cherchent à savoir comment il compte s'attaquer au déficit budgétaire des Etats-Unis.

 

CHANGES

L'euro se renforce quelque peu mardi face au dollar, le redressement des actions asiatiques ayant permis un regain d'appétit pour le risque.

"L'Europe a certes encore du chemin à faire pour régler ses problèmes budgétaires, mais les dernières statistiques économiques mettent en évidence une expansion de l'économie, et comme les rendements obligataires sont beaucoup plus élevés que leurs équivalents américains, l'euro bénéficie d'un bon soutien", explique Croy David, stratégiste taux chez ANZ Bank à Wellington.

Lundi, l'euro est monté à son plus haut niveau en deux mois face au dollar, car la crise de la dette souveraine de la zone euro a été reléguée au second plan, au moins pour le moment. Les investisseurs se sont plutôt concentrés sur la possibilité que la Banque centrale européenne relève ses taux d'intérêt pour enrayer la montée de l'inflation, et sur les espoirs d'un renforcement du Fonds européen de stabilité financière.

La livre sterling est en hausse mardi et devrait conserver un biais haussier jusqu'à la publication à 10h30 du produit intérieur brut du Royaume-Uni. Un ralentissement de la croissance au quatrième trimestre est attendu, mais un taux supérieur aux attentes pourrait alimenter les spéculations autour d'un resserrement prochain de la politique monétaire de la Banque d'Angleterre pour endiguer les pressions inflationnistes.

 

PETROLE

Vers 7h00, le contrat de mars sur le brut du Nymex cédait 34 cents sur Globex, à 87,53 dollars le baril. A 6h00, le contrat sur le Brent perdait 23 cents, à 96,38 dollars, le ministre saoudien du Pétrole ayant sapé lundi les espoirs de hausse des prix pétroliers cette année.

Ali al-Nouaïmi a déclaré lundi que la récession mondiale était clairement terminée et que la demande de pétrole brut continuerait de progresser cette année. Il a ajouté s'attendre à ce que les prix restent stables en 2011 par rapport à l'année dernière.

  • AFP le 25/01/2011 à 09:43

La Bourse en légère hausse en début de séance, poursuit sur sa lancée :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Place de la Bourse à Paris, le 15 décembre 2009
© AFP/Archives  Jacques Demarthon

La Bourse de Paris évoluait mardi matin en légère hausse, le CAC 40 prenant 0,42% avant une séance chargée avec le discours de l'état de l'Union de Barack Obama et une série de résultats d'entreprises.

A 09H21 (08H21 GMT), l'indice parisien gagnait 17,22 points à 4.050,43 points. La veille, il avait avancé de 0,39% dans un marché calme.

Confiant depuis le début de l'année (il a progressé de plus de 6%), le marché parisien poursuivait sur sa lancée mardi, bénéficiant d'une moindre aversion au risque et d'une remontée de l'euro.

En effet, l'Espagne a tenté de rassurer les marchés en exigeant lundi soir un effort supplémentaire de recapitalisation des caisses d'épargne et en autorisant la nationalisation partielle des plus fragiles.

Le besoin total de recapitalisation supplémentaire des caisses d'épargne est chiffré à 20 milliards d'euros, selon une estimation de la Banque d'Espagne.

"Ce plan, crédible s?il se déroule correctement, devrait permettre de restaurer la confiance dans le système financier espagnol et rassurer les marchés sur une défaillance potentielle de l?Espagne", estime François Duhen, directeur de la stratégie chez CM-CIC Securities.

En outre, la première émission obligataire du Fond Européen de Stabilité Financière (FESF) semble susciter un fort engouement de la part des investisseurs, selon des sources de marché.

Cela "montre que la signature européenne va permettre aux pays européens d'accéder indirectement a des taux bas", estime Arnaud Poutier d'IG Markets, jugeant cette situation "favorable aux marchés d'actions européens".

Les investisseurs se montraient toutefois prudents avant plusieurs indicateurs américains, une série de résultats et le très attendu discours de l'état de l'Union que prononcera le président américain Barack Obama.

Sur le front des valeurs, STMicroelectronics perdait 2,74% à 8,32 euros, soit la plus forte baisse du CAC 40. Le fabricant de semi-conducteurs a pourtant enregistré un bénéfice net de 830 millions de dollars pour 2010, contre une perte de 1,13 milliard l'année précédente.

En revanche, les valeurs industrielles étaient en forme: Schneider Electric prenait 1,84% à 113,25 euos et Alstom 0,76% à 41,54 euros.

Renault gagnait 1,78% à 48,16 euros alors que des médias ont dévoilé une partie du plan 2011 axé sur la réduction de coûts, les synergies entre les marques du groupe et un objectif de marge opérationnelle de 5%.

Hors CAC 40, April Group perdait 2,93% à 22,81 euros. Le courtier et assureur a enregistré une baisse de 8,6% de son chiffre d'affaires en 2010.

les indices à 10h15..

BEL 20 * 2,658.24 -4.13 -0.16 %  
AEX 25 * 360.99 0.00 0.00 %  
CAC 40 * 4,047.23 14.02 0.35 %  
Euronext 100 * 722.34 2.14 0.30 %  
Next 150 * 1,691.06 3.54 0.21 %  
DAX 30 7091.65 23.88 0.34 %  
MIB 30 22,138.03 -18.82 -0.08 %  
IBEX 35 10745.70 -69.70 -0.64 %  
SMI 6,609.89 6.09 0.09 %  
SLI 1,047.36 1.60 0.15 %  
SPI 5,904.47 4.38 0.07 %  
FTSE™ 100 5944.69 0.84 0.01 %  
Dow Jones * 11,980.52 108.68 0.92 %  
Nasdaq 100 2,300.39 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,717.55 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,114.27 11.70 1.06 %  
OMX Helsinki 25 2,676.78 26.00 0.98 %  
OMX Stockholm 30 1,155.05 6.31 0.55 %  
OMX Copenhagen 20 466.33 4.41 0.95 %

 

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3616 -0.18%
Euribor 1 an 1.586 0%
Gold Index 1330.20 -0.86%
Pétrole New York (Light Sweet Crude Oil) 87.56 -0.35%

10:16 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2011

RIEN DE SEXY à 15h35

DJ BEFORE THE BELL: US Stock Futures Slightly Mixed In Cautious Trade

U.S. stock futures edged slightly mixed Monday, as investors opted for caution ahead of earnings from fast-food giant McDonald's Corp. and other major firms.

Futures on the Dow Jones Industrial Average gained 1 points to 11823 and S&P 500 futures fell 0.4 point to 1279.30. Nasdaq 100 futures were little changed at fell 1.75 points to 2267.25.

On Friday, the blue-chip Dow index ended up 0.4%. It gained 0.7% last week, finishing higher for the eighth week in a row.

No major economic data are scheduled for release Monday, so the spotlight will fall on a string of high-profile earnings reports.

"With the lack of economic data, a lot of trading will be around technicals today," said Christian Tegllund Blaabjerg, chief equity strategist at Saxo Bank.

A break below the 10-day moving average for the S&P 500 index could trigger profit taking, he said.

"In order for this [market] trend to keep going higher, we need some solid earnings," Blaabjerg added.

Before the opening bell, McDonald's Corp. (MCD) is projected to post fourth-quarter earnings of $1.16 a share on revenue of $6.21 billion, according to the consensus estimate compiled by FactSet Research.

Oilfield-services group Halliburton Co. (HAL) reported sharp increases in fourth-quarter profit and revenue from the year-earlier period. Shares of Halliburton gained 1% in premarket trading.

Transportation firm CSX Corp. (CSX) is also due to report quarterly results Monday morning.

After the market closes, credit-card firm American Express Co. (AXP) and semiconductor group Texas Instruments Inc. (TXN) will release earnings.

In premarket trading, U.S.-listed shares of Koninklijke Philips Electronics N.V. (PHG) slumped 6.5% after the Dutch electronics group reported quarterly profit that fell below market expectations.

Meanwhile, Rock Tenn Co. (RKT) said it will buy packaging firm Smurfit Stone Container Corp. (SSCC) in a deal worth $35 a share, or around $3.5 billion.

Pharmaceutical major Sanofi-Aventis SA (SNY) said it has extended its offer for Genzyme Corp. (GENZ) until Feb. 15. All other terms and conditions of the $69-a-share offer remain unchanged.

Department-store operator J.C. Penney Co. (JCP) announced restructuring measures that include closing several stores.

In Asia overnight, Japan's Nikkei Stock Average gained 0.7%, while China's Shanghai Composite index slipped 0.7% as concerns about further policy tightening continued to weigh on the market.

European equities were mostly lower, with the Stoxx Europe 600 index falling 0.2% in intraday trading.

In the currency markets, the greenback strengthened against its major rivals, with the dollar index gaining 0.4% to 78.463.

The euro slipped 0.5% to $1.3557, while the dollar gained 0.4% against the Japanese currency to 82.86 yen.

Crude-oil futures fell 78 cents to $88.32 a barrel in electronic trading on Globex. Gold futures, meanwhile, gained $5.20 to $1,346.20 an ounce.

les indices....

 

BEL 20 * 2651.07 -2.91 -0.11 %  
AEX 25 * 359.77 -1.28 -0.36 %  
CAC 40 * 4019.66 2.21 0.05 %  
Euronext 100 * 717.67 -0.11 -0.02 %  
Next 150 * 1685.89 -8.72 -0.51 %  
DAX 30 7022.26 -40.16 -0.57 %  
MIB 30 22,051.55 -42.30 -0.19 %  
IBEX 35 10741.00 -88.10 -0.81 %  
SMI 6,570.70 3.39 0.05 %  
SLI 1,041.17 -0.71 -0.07 %  
SPI 5,875.85 -0.29 0.00 %  
FTSE™ 100 5919.13 22.88 0.39 %  
Dow Jones * 11887.85 16.01 0.13 %  
Nasdaq 100 2,268.32 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,689.54 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,100.00 -2.39 -0.22 %  
OMX Helsinki 25 2,642.30 -6.27 -0.24 %  
OMX Stockholm 30 1,143.52 -7.32 -0.64 %  
OMX Copenhagen 20 459.70 -0.17 -0.04 %  

15:36 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/01/2011

1 à 2% DE HAUSSE A 15H15..NY ATTENDU EN HAUSSE.

DJ BEFORE THE BELL:US Stock Futures Rise; GE, Google Beat Forecast

U.S. stock futures edged higher Friday following strong results from General Electric Co. (GE) and Google Inc. (GOOG), though Bank of America Corp. (BAC) shares lost ground in premarket trading after the company's earnings missed expectations.

Futures on the Dow Jones Industrial Average recently rose 42 points to 11816, S&P 500 futures climbed 6.5 points to 1282.70, and Nasdaq 100 futures were up 12.75 points at 2294.25.

The moves came after U.S. markets closed slightly lower Thursday on worries of further tightening measures from China. The Dow ended Thursday down 2.49 points.

Corporate earnings will be the main focus of attention after Google late Thursday reported earnings that beat Wall Street expectations and said co-founder Larry Page will become the group's chief executive as of early April.

Shares in Google were up 2.1% in recent premarket trading.

General Electric Co. (GE) also rose in premarket action. The stock gained 3.6% after the industrial giant reported earnings from continuing operations of 36 cents a share in the latest quarter, comfortably ahead of the 32 cents consensus forecast.

Bank of America, however, dropped 0.5% before the open after it reported a fourth-quarter loss of $1.2 billion, including a $2 billion goodwill-impairment charge.

Mike Lenhoff, chief strategist at Brewin Dolphin, said the trend so far has been one of strong earnings from industrial, materials and technology companies, with only the financial sector largely disappointing investors.

"GE was quite good, and it's a bellwether on the economy," Lenhoff said. "It seems the results of the financial sector have little to do with what's going on in the underlying economy."

Also late Thursday, Hewlett-Packard Co. (HPQ) announced several changes to its board, including the appointment of Meg Whitman, former CEO of eBay Inc. (EBAY).

With little on the economic calendar, the dollar continued its recent slide against the euro and was slightly lower against the yen. The euro rose 0.5% to $1.35273, and the dollar slipped 0.2% against the yen to Y82.76.

Gold prices edged lower in electronic trading, while crude oil pushed marginally higher.

European markets partially recovered from the previous session's losses, with the French CAC 40 jumping 1.4% in midday trading.

Asian markets ended mostly lower, including a 1.6% drop for Japan's Nikkei 225 Average, though China's Shanghai Composite bucked the trend to end 1.4% higher.

 
  • AOF le 21/01/2011 à 15:05

PRE-OUVERTURE A WALL STREET - Légère hausse attendue :


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

(AOF) - Les futures sur indices prédisent une ouverture en hausse des marchés américains après une nouvelle série de résultats d'entreprises. Les résultats de General Electric et de Google devraient notamment être bien accueillis par les investisseurs. Bank of America, qui a limité ses pertes au quatrième trimestre, pourrait également être suivi par les marchés. Une demi-heure avant l'ouverture, les futures sur indices Nasdaq 100 et S&P 500 avancent respectivement de 0,58% à 2 294,25 points et de 0,44% à 1 281,80 points.

Hier à Wall Street
Les marchés américains ont fini en baisse, malgré un flux d'actualités globalement favorables. Comme les autres places boursières mondiales, Wall Street a été pénalisé par une croissance chinoise plus forte que prévu en 2010, 10,3%, qui laisse craindre de nouveaux resserrements de sa politique monétaire. Ce qui a pesé sur les valeurs cycliques comme Caterpillar, plus forte baisse du Dow Jones, ou encore Alcoa. Les chiffres économiques étaient globalement meilleurs que prévu. Le Dow Jones a clôturé en repli de 0,02% à 11 822,80 points tandis que le Nasdaq Composite a cédé 0,77% à 2704,29 points.

Les chiffres macroéconomiques
Aucun chiffre économique n'est attendu aujourd'hui à Wall Street.

Les valeurs à suivre

BANK OF AMERICA
Bank of America a accusé au quatrième trimestre de 2010 une perte de 1,6 milliard de dollars, contre une perte de 5,2 milliards un an plus tôt. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels est ressorti à 4 cents. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un BPA de 14 cents. Le chiffre d'affaires a reculé de 11% à 22,4 milliards de dollars, contre un consensus de 24,9 milliards. Sur l'année, la perte nette atteint 3,6 milliards, contre une perte de 2,2 milliards en 2009. Le BPA 2010 s'établit à 86 cents, soit 10 cents de moins que le consensus.

GENERAL ELECTRIC
General Electric a réalisé au quatrième trimestre 2010 un bénéfice par action en hausse de 33% à 36 cents. Les analystes interrogés par Thomson-Reuters tablaient sur 32 cents. Le chiffre d'affaires du conglomérat américain a progressé de 1%, une première après 9 trimestres consécutifs de baisse à 41,4 milliards de dollars. Sur l'année 2010, le bénéfice net affiche une hausse de 17,48% à 12,6 milliards de dollars. Le BPA s'élève à 1,15 dollar contre un consensus de 1,12 dollar. Le chiffre d'affaires s'est établi à 150,2 milliards de dollars, légèrement supérieur aux attentes (150 milliards).

GOOGLE
L'annonce a fait du bruit dans le Landerneau de la Silicon Valley. Google a pris les investisseurs par surprise hier soir lors de la publication de ses résultats trimestriels en annonçant le remplacement du directeur général, Eric Schmidt, par Larry Page, co-fondateur du moteur de recherche, à partir du 4 avril. « Nous discutions de la meilleure manière de simplifier la structure du management et d'accélérer le processus de décision depuis longtemps. En clarifiant nos rôles individuels, les responsabilités seront plus clairement établie au sommet de la société. », a déclaré Eric Schmidt.
LES INDICES A 15H19..
BEL 20 * 2,663.72 37.48 1.43 %  
AEX 25 * 361.73 5.59 1.57 %  
CAC 40 * 4,043.65 78.81 1.99 %  
Euronext 100 * 721.66 11.20 1.58 %  
Next 150 * 1,698.65 18.07 1.08 %  
DAX 30 7094.31 70.04 1.00 %  
MIB 30 22,248.15 455.87 2.09 %  
BEL 20 * 2,663.72 37.48 1.43 %  
SMI 6,583.10 69.60 1.07 %  
SLI 1,045.04 11.37 1.10 %  
SPI 5,889.31 55.88 0.96 %  
FTSE™ 100 5909.81 41.90 0.71 %  
Dow Jones * 11,822.80 -2.49 -0.02 %  
Nasdaq 100 2,286.08 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,704.29 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,105.99 14.07 1.29 %  
OMX Helsinki 25 2,666.41 54.51 2.09 %  
OMX Stockholm 30 1,149.95 13.53 1.19 %  
OMX Copenhagen 20 462.97 -0.70 -0.15 %

15:19 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2011

16H07..PETIT TOUR...

FAUDRAIT SAVOIR...FORTE CROISSANCE ?...  RALENTISSEMENT ?

  • AFP le 20/01/2011 à 15:57

Wall Street en baisse, mal à l'aise face à la forte croissance en Chine :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

La Bourse de New York a ouvert en légère baisse jeudi, les investisseurs craignant l'adoption de mesures en Chine pour éviter une surchauffe de l'économie: le Dow Jones perdait 0,37% et le Nasdaq 0,63%.

Vers 14H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 44,16 points à 11.781,13 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 17,16 points à 2.708,20 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 0,48% (6,19 points) à 1.275,73 points.

Mercredi, Wall Street avait fini en baisse, pénalisée notamment par le secteur financier après la publication de résultats jugés décevants par la banque Goldman Sachs. Le Dow Jones avait perdu 0,11%, le Nasdaq 1,46% et le S&P 500 1,01%.

Une série de résultats de sociétés meilleurs que prévu publiés mercredi soir et jeudi matin "ont été compensés par des inquiétudes face à ce qui semble être un changement d'opinion parmi les investisseurs, et face à la possibilité de voir la Chine relever ses taux d'intérêt pour freiner les pressions inflationnistes", a estimé Patrick O'Hare, du site financier Briefing.com.

Selon des chiffres officiels publiés jeudi, la Chine a enregistré une croissance de 10,3% en 2010 et de 9,8% sur le seul quatrième trimestre. L'inflation est restée à 4,6% en décembre, un peu moins que le mois précédent.

"Le malaise des investisseurs face à un possible ralentissement en Chine (si des mesures de resserrement monétaire sont adoptées, NDLR) entament la confiance", ont noté les analystes de Charles Schwab.

Focalisés sur la Chine, les opérateurs de la place new-yorkaise ignoraient un indicateur pourtant meilleur que prévu aux Etats-Unis, où les inscriptions chômage ont davantage reculé la semaine dernière que ce que prévoyaient les économistes.

Le marché obligataire baissait. Le rendement du bon du Trésor à dix ans progressait à 3,392% contre 3,337% mercredi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,554% contre 4,526% la veille.

LES INDICES A 16H08...

BEL 20 * 2638.00 -2.78 -0.11 %  
AEX 25 * 356.25 -1.71 -0.48 %  
CAC 40 * 3982.06 5.35 0.13 %  
Euronext 100 * 712.92 -0.48 -0.07 %  
Next 150 * 1688.31 -21.35 -1.25 %  
DAX 30 7039.10 -43.66 -0.62 %  
MIB 30 21,867.16 155.02 0.71 %  
BEL 20 * 2,638.66 -2.12 -0.08 %  
SMI 6,523.43 -36.23 -0.55 %  
SLI 1,035.80 -5.39 -0.52 %  
SPI 5,837.71 -43.10 -0.73 %  
FTSE™ 100 5890.70 -86.00 -1.44 %  
Dow Jones * 11811.22 -14.07 -0.12 %  
Nasdaq 100 2288.52 -14.80 -0.64 %  
Nasdaq 2708.32 -17.04 -0.63 %  
OMX Nordic 40 1,100.13 -10.74 -0.97 %  
OMX Helsinki 25 2,620.48 -20.03 -0.76 %  
OMX Stockholm 30 1,145.59 -10.05 -0.87 %  
OMX Copenhagen 20 465.64 -4.67 -0.99 %

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3466 0.08%
Euribor 1 an 1.562 0.39%
Gold Index 1347.90 -1.48%
Pétrole (New York) 89.42 -2.60%

16:08 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2011

les techs tirent les marchés.APPLE et IBM.

Asian shares advance on high-tech rally

Asian stock markets rise; Apple, IBM earnings boost high-tech shares

BANGKOK (AP) -- Asian stock markets advanced Wednesday, with the region's high-tech shares pushing higher after strong earnings from Apple Inc. and IBM Corp.

Oil prices lingered above $91 a barrel, underpinned by the rise in regional stock markets and raised demand forecasts for this year. In currencies, the dollar weakened against the yen and the euro.

"Markets are taking their queue from the U.S. We are in results seasons, and some have beaten forecasts," said Lee Kok Joo, head of research at Phillip Securities in Singapore. "The most prominent one is Apple. Indications are that the retail market was very strong in the last quarter of last year. Consumers are spending."

Japan's Nikkei 225 stock average rose 0.4 percent to 10,555.92 and South Korea's Kospi added 0.7 percent to 2,110.88. The electronics sector bolstered both markets, with Hitachi Ltd. up 2.9 percent in Tokyo and Samsung Electronics Co. jumping 2.3 percent in Seoul.

Hong Kong's Hang Seng index gained 0.8 percent to 24,351.86 on robust gains by property shares. The Shanghai Composite index was up 1 percent at 2,737.66 and Australia's S&P/ASX 200 climbed 0.6 percent to 4,832.50.

Apple produced stellar holiday-quarter results by boosting production of iPads faster than analysts predicted, and shoppers bought iPhones as fast as Apple could make them, helping drive the company's fiscal first-quarter net income up 78 percent from the prior year.

Apple's newest product, the iPad tablet computer was one of the hottest gifts over the holidays. Apple sold 7.3 million of them -- a million more than analysts expected.

But even with the strong start to earnings season, investors are waiting for it to get into full swing before making any conclusions about the actual condition of the U.S. economy. Later Wednesday, EBay Inc., Wells Fargo & Co. and Goldman Sachs Group Inc. release quarterly results. Markets were also anticipating the U.S. Commerce Department's release of housing starts for December.

In New York on Tuesday, the Dow Jones industrial average hit its highest close since June 2008, led by Boeing Co. and Caterpillar Inc. The two companies contributed more than half of the Dow's 50 point rise.

The Dow rose 50.55 points, or 0.4 percent, to finish at 11,837.93. The broader Standard & Poor's 500 index edged up 1.78, or 0.1 percent, to close at 1,295.02. The Nasdaq rose 10.55, or 0.4 percent, to 2,765.85.

Apple had weighed on the Nasdaq after the company announced that its charismatic CEO Steve Jobs was taking another medical leave. Its shares fell 2.2 percent but that was offset when the company announced its earnings after the market closed.

IBM also reported after market close, announcing that its net income in the fourth quarter rose 9 percent, topping expectations.

In currencies, the dollar fell to 82.21 yen from 82.59 yen late Tuesday. The euro rose to $1.3451 from $1.3387.

Benchmark crude for February delivery was up 15 cents at $91.53 a barrel in electronic trading on the New York Mercantile Exchange. The contract, which expires this week, fell 16 cents to settle at $91.38 on Tuesday

Le 18/01/2011 à 23:15 - Mis à jour le 19/01/2011 à 09:15

Une fois de plus, Apple déjoue tous les pronostics

Une fois de plus, Apple déjoue tous les pronostics
©REA

 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Apple a fait état mardi soir d'un résultat trimestriel qui a, une fois de plus, dépassé les attentes des analystes, même si cette annonce a été occultée par les inquiétudes relatives à la santé de son emblématique dirigeant Steve Jobs.

Au cours du premier trimestre de son exercice, la marque à la pomme a dégagé un bénéfice de 6 milliards de dollars, 6,43 dollars par action, alors que les marchés n'anticipaient que 5,40 dollars par titre.

Quant au chiffre d'affaires, il est ressorti à 26,7 milliards de dollars, là où le consensus Thomson Reuters I/B/E/S tablait sur 24,4 milliards. La marge brute s'est inscrite à 38,5%.

Dans le détail, Apple dit avoir vendu 4,13 millions de Macs, 7,33 millions d'iPads, 16,24 millions d'iPhones et 19,45 millions d'iPods au cours du trimestre.

L'international a représenté 62% de son chiffre d'affaires.

"Très clairement, il s'agit de chiffres énormes. On a un peu l'impression qu'ils auraient été meilleurs encore s'ils avaient été publiés avant que le congé-maladie de Steve Jobs soit annoncé", a commenté Stephen Massocca de Wedbush Morgan.

Steve Jobs, qui est âgé de 55 ans, a annoncé lundi un nouvel arrêt-maladie, alors que les marchés américains étaient fermés pour le Martin Luther King Day, sans donner de date prévisionnelle de retour, contrairement à ce qui s'était passé lors de son précédent arrêt.

C'est le deuxième en deux ans - il s'était absenté pour six mois en janvier 2009 pour une greffe du foie - et le troisième depuis 2004. Cette année-là, il avait été opéré pour un cancer du pancréas.

Mardi, l'action Apple a fini en baisse de 2,3% à 340,65 dollars. Sa cotation hors séance a été suspendue après la publication des résultats avant de reprendre en hausse de 4,3% à 355,22 dollars.

Ces dernières semaines, le titre avait atteint des sommets historiques sur le Nasdaq. La firme californienne venait d'annoncer que son iPhone allait être disponible pour les abonnés du premier opérateur mobile américain, Verizon Wireless.

En l'absence de Steve Jobs, ce sera au directeur général délégué du groupe, Tim Cook, qui occupe ce poste depuis 2005, de décider ce qu'il faudra dire au sujet de son patron absent et ce qu'Apple compte faire avec une trésorerie (disponibilités et valeurs mobilières de placement) de 50 milliards de dollars (37,4 milliards d'euros).

Moins médiatique que Steve Jobs, Tim Cook, qui est âgé de 50 ans, ne devrait pas faire d'annonce tonitruante. Il est toutefois considéré comme quelqu'un de confiance. Il a déjà représenté Steve Jobs avec succès par deux fois auparavant.

En 2009, pendant les six mois d'absence de Steve Jobs, l'action Apple avait gagné 60% sous la houlette de Tim Cook.

Les atouts d'Apple sont connus : l'iPhone qui devrait se vendre à plus de 60 millions d'unités dans le monde cette année, l'iPad, qui a lancé le marché des tablettes et qui, au titre de précurseur, devrait creuser son sillon malgré la concurrence.

Nicolas Delame et Danielle Rouquié, pour le service français

© 2011 Reuters

INDICES A 10H26..

BEL 20 * 2,656.74 -1.11 -0.04 %  
AEX 25 * 363.38 -0.35 -0.10 %  
CAC 40 * 4,009.51 -3.17 -0.08 %  
Euronext 100 * 720.01 -0.65 -0.09 %  
Next 150 * 1,728.32 2.15 0.12 %  
DAX 30 7140.55 -2.90 -0.04 %  
MIB 30 21,625.01 34.15 0.16 %  
BEL 20 * 2,656.74 -1.11 -0.04 %  
SMI 6,619.16 -15.77 -0.24 %  
SLI 1,052.94 -3.40 -0.32 %  
SPI 5,934.45 -10.34 -0.17 %  
FTSE™ 100 6049.18 -7.25 -0.12 %  
Dow Jones * 11,837.93 50.55 0.43 %  
Nasdaq 100 2,328.79 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,765.85 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,130.41 -3.13 -0.28 %  
OMX Helsinki 25 2,687.45 -9.12 -0.34 %  
OMX Stockholm 30 1,177.47 -1.83 -0.16 %  
OMX Copenhagen 20 474.41 -0.61 -0.13 %  

10:27 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2011

BONJOUR...+0.7% CALME à 10H45

UNE RECO DE ING...PHILIPS.

PHILIPS (BUY, TP €28.0): Solid Q4 2010 expected

For further information contact analyst: Sjoerd Ummels, Brussels (32) 2 547 89 41

·       We expect Philips to report solid Q4 2010 earnings on Monday 24 January. Particularly on the Healthcare side, we expect strong quarterly performance, whereas Lighting should have profited from more benign trading conditions. Ahead of the numbers, we reiterate our BUY recommendation and SOTP-derived €28 target price. Philips remains attractively valued, trading at 6.1x EV/EBITDA 2011F and 7.3% cash flow yield 2011F. PHIA is an ING Benelux top pick.

·       Healthcare momentum strong in Q4. Several data points point to better-than-anticipated healthcare trading conditions in Q4 2010. Siemens (HOLD, €91.1, TP €76), for example, on 11 January ’11 stated that YoY order growth at its Healthcare sector in fiscal Q1 (Oct-Dec ’10) was driven by its medical imaging business. Looking beyond Q4, the read-across from the important RSNA (Radiological Society of North America) Assembly, held on 28 Nov - 3 Dec ’10, is positive and bodes well for 2011 high-end medical equipment sales. For Q4, we have pencilled in reported EBITA of €519m (19.5% margin) on sales of €2.67bn (up 10.9% YoY). Lighting: On 2 December 2010, lighting peer Zumtobel noted in its H1 report (May-Oct) a stabilisation of the later-cycle lighting business on the back of a buoyant renovation sector. We expect sales to have increased by 7.5% YoY to €1.98bn and reported EBITA to amount €212m (10.7% margin). Consumer Lifestyle: Taking into account our estimate of a FY10 EBITA loss at TV of €85m (ie €45m EBITA loss in Q4), we expect CL EBITA to come in at €241m (8.4% margin) on sales of €2.87bn (ie down -1% YoY). We expect a continuation of double-digit growth in the higher-margin businesses of Health & Wellness and Personal Care.

·       At group level, for Q4 / FY2010, we expect sales to come in at €7.64bn / €25.67bn, reported EBITA to hit €944m / €2.62bn and reported net income to reach €509m / €1.49bn. We expect the company to make good on its guidance of significantly exceeding the 10% group adjusted EBITA margin (INGF 11.1%, consensus 11.0%).

·       Valuation remains attractive, despite the good run. In spite of PHIA’s recent good run, which saw the shares move up over 8.5% since 1 Jan. ’11, we argue that current valuation continues to offer an attractive point to enter or further add to the position. Philips trades at 6.1x EV/EBITDA 2011F, 7.3% cash flow yield 2011F, and offers a 3.5% dividend yield in 2011F. Ahead of the earnings release, we reiterate our BUY recommendation and SOTP-derived €28 TP.

Le 17/01/2011 à 22:09 - Mis à jour le 18/01/2011 à 09:35

Un rapport de l'UMP propose de taxer les résidences principales et secondaires

Un rapport de l'UMP propose de taxer les résidences principales et secondaires
© REA

 

PARIS (Reuters) - Un rapport commandé par l'UMP, dont le quotidien Les Echos publie des extraits dans son édition de mardi, propose de taxer davantage les résidences principales et secondaires des Français.

Dans ce document de travail rédigé sous la direction du député UMP Jérôme Chartier, les auteurs proposent de taxer les plus-values quand la valeur de la résidence principale dépasse 1,2 million d'euros et de relever les taxes foncières sur les résidences secondaires.

Une autre idée vise à ne conserver l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) qu'au-delà de quatre millions d'euros.

"La déductibilité des charges des entreprises est mise en cause", ajoutent Les Echos.

Ce rapport devrait être étudié mardi soir lors d'une réunion du groupe de travail parlementaire sur la fiscalité du patrimoine, en présence du ministre du Budget, François Baroin.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Loup Fiévet

© 2011 Reuters

La Bourse de Paris repart à la hausse, franchit les 4.000 points

La Bourse de Paris repart à la hausse, franchit les 4.000 points
© DR

 

PARIS (Reuters) - La Bourse de Paris repart à la hausse mardi matin et franchit les 4.000 points, tandis que l'euro progresse alors que se dessine une solution à la crise de la dette en zone euro.

Vers 09h20, le CAC 40
4006.04 | +0.77% | 18/01/2011 - 10h50

avance de 0,68% à 4.002,63 points.

LVMH (+2,27%) est le principal contributeur et la plus forte hausse de l'indice qui est soutenu aussi par les bancaires, BNP Paribas (+1,36%) et Société générale (+1,95%).

Danone (-0,84%) accuse la plus forte baisse du CAC, Credit Suisse ayant abaissé son conseil de surperformance à neutre.

Casino gagne 2,5% après un chiffre d'affaires au quatrième trimestre supérieur aux attentes. Soitec (-2,04%) accuse la plus forte baisse du SRD après la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre 2010-2011.

Londres prend 0,85% et Francfort 0,66%. Du côté des indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 gagne 0,78% et l'EuroFirst 300 00,76%.

L'euro progresse et s'échange autour de 1,3360 dollar contre 1,3292 lundi soir, soutenu par la perspective de la mise en place d'un dispositif européen global de solidarité financière.

Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

© 2011 Reuters

BEL 20 * 2642.12 20.70 0.79 %  
AEX 25 * 363.30 2.22 0.61 %  
CAC 40 * 4007.52 32.11 0.81 %  
Euronext 100 * 719.61 6.45 0.90 %  
Next 150 * 1722.69 11.31 0.66 %  
DAX 30 7136.97 58.91 0.83 %  
MIB 30 21,514.78 170.64 0.80 %  
BEL 20 * 2,642.19 20.77 0.79 %  
SMI 6,623.88 45.71 0.69 %  
SLI 1,055.95 6.63 0.63 %  
SPI 5,939.99 37.15 0.63 %  
FTSE™ 100 6043.99 58.29 0.97 %  
Dow Jones * 11,787.38 55.48 0.47 %  
Nasdaq 100 2,323.43 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,755.30 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,132.13 9.82 0.87 %  
OMX Helsinki 25 2,688.72 13.76 0.51 %  
OMX Stockholm 30 1,176.68 7.15 0.61 %  
OMX Copenhagen 20 472.61 8.57 1.85 %  

 

 

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3400 0.93%
Euribor 1 an 1.544 0%
Gold Index 1366.40 -0.47%
Pétrole (New York) 91.55 0.01%

10:53 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2011

JOURNEE pour RIEN...

  • AOF le 17/01/2011 à 17:52

ANALYSE CLOTURE AOF FRANCE/EUROPE - Léger repli avant les résultats US :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

(AOF) -
Les marchés européens ont légèrement reculé, l'attentisme étant de rigueur en raison de la fermeture de Wall Street et avant la publication de nombreux résultats de sociétés américaines cette semaine. La place boursière américaine est fermée en raison du Martin Luther King's Day. A Paris, Peugeot a affiché la plus forte hausse du CAC 40, soutenu par les relèvements d'objectif de cours d'Exane et d'Oddo. L'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,20% à 3975,41 points tandis que l'Eurotop 100 a grappillé 0,03% à 2402,78 points.



En repli de 2,21% à 55,35 francs suisses, Richemont a signé l'une des plus fortes baisses du SMI malgré la publication d'un chiffre d'affaires supérieur aux attentes au troisième trimestre (octobre-décembre) de son exercice décalé. Le numéro deux mondial du luxe a réalisé un chiffre d'affaires de 2,107 milliards d'euros, en hausse 33% à données publiées, de 23% à taux de change constants et de 19% à données comparables, c'est-à-dire hors effet de change et le site marchand Net A Porter. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,98 milliard.

Le rachat par Vivendi des 44% détenus par Vodafone dans SFR devrait entrer dans une phase active dans les prochaines semaines. Le président du groupe de médias et de télécoms, Jean-Bernard Lévy, a indiqué vendredi à Reuters qu'il espérait recevoir le solde de la vente de sa participation dans NBC Universal, soit 3,8 milliards d'euros, dans les prochaines semaines. Nomura, qui a rencontré le directeur financier, est même plus précis. Selon le broker, Vivendi s'attend à recevoir cette somme d'ici à la fin janvier. A Paris, Vivendi a cédé 0,12% à 20,775 euros.

Airbus a engrangé en 2010 plus de commandes que son concurrent américain Boeing et livré un nombre record d'appareils. La principale division d'EADS (+0,24% à 20,80 euros) a enregistré 574 commandes nettes des annulations, représentant un chiffre d'affaires de 74 milliards d'euros au prix catalogue. Airbus s'est donc arrogé 52% du marché l'année dernière, selon ses estimations. Elle a distancé la firme de Seattle qui revendique 530 commandes nettes.

Les chiffres macroéconomiques

Les marchés américains sont fermés en raison du Martin Luther King's Day

A la clôture, l'euro cote 1,3294 dollar.
Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3296 -0.68%
Euribor 1 an 1.544 0.52%
Gold Index 1359.20 -0.99%
Pétrole (New York) 91.47 -0.08%

17:58 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

bonjour tout le monde...ny fermé;.martin Luther day.

Les marchés vont surveiller la réunion de l'Eurogroupe

DJIA             11.787,38 points  +0,47%
Nasdaq            2.755,30 points  +0,73%
S&P 500           1.293,24 points  +0,74%
 
Nikkei 225       10.502,86 points  +0,04%
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50
 
EUR/USD    1,3337   -0,36%
EUR/JPY    110,55   -0,25%
USD/JPY     82,92   +0,14%
 

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient ouvrir en légère hausse lundi, soutenues par la progression des valeurs américaines vendredi, en particulier dans le secteur bancaire. Les volumes d'échanges devraient cependant être peu étoffés, la journée de lundi étant fériée aux Etats-Unis en mémoire de Martin Luther King.

Selon IG Markets, le FTSE devrait gagner 1 point à l'ouverture, à 6.003 points, tandis que le DAX devrait avancer de 6 points à 7.082 points, et le CAC de 9 points à 3.992 points.

Aucun indicateur économique important n'est attendu lundi en Europe, et les marchés surveilleront le discours du président de la Réserve fédérale de Philadelphie, Charles Plosser, ainsi que les discussions des ministres des Finances de la zone euro au sujet d'un éventuel renforcement du Fonds européen de stabilité financière. En France, Airbus et Casino publieront leur chiffre d'affaires du quatrième trimestre. Les investisseurs auront également les yeux rivés sur les émissions obligataires prévues cette semaine en Espagne et au Portugal.

Les principaux indices d'actions américains ont clôturé vendredi à leur plus haut niveau depuis deux ans et demi, portés par le secteur financier, qui a bénéficié des résultats meilleurs qu'escompté de J.P. Morgan Chase.

Les publications de résultats aux Etats-Unis vont s'accélérer cette semaine, à commencer mardi par les chiffres de Citigroup, IBM et Apple.

Les places asiatiques sont pour la plupart dans le rouge lundi. Les valeurs chinoises se replient, car la décision de la banque centrale du pays vendredi de relever le taux de réserves obligatoires des banques suscite une certaine prudence. Les investisseurs attendent avec anxiété les chiffres de l'inflation qui doivent paraître cette semaine en Chine.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts conservent une tendance de court terme baissière, indique Francis Bray, responsable de l'analyse technique chez Dow Jones pour l'Europe.

La faiblesse du Bund devrait persister cette semaine. Il pourrait enfoncer le seuil de 124,27 pour exposer les points bas de mi-décembre à 123,76. Les gilts restent dans une fourchette comprise entre 117,90 et 117,29. Le niveau de 117,29 pourrait de nouveau subir des pressions, ce qui exposerait le point bas du contrat à 117,12, indique l'analyste.

Tous les acteurs du marché suivront de près, lundi et mardi, la réunion des ministres européens des Finances à Bruxelles, et seront attentifs à toute indication suggérant un renforcement du Fonds européen de stabilité financière. Les spéculations concernant une augmentation imminente du fonds de sauvetage européen se sont accentuées, soutenant les marchés financiers européens.

Par ailleurs, de nouvelles adjudications d'emprunts d'Etat auront lieu cette semaine.

La plus importante interviendra jeudi en Espagne. Madrid cherchera à placer des titres arrivant à maturité en 2020 et 2024. L'Espagne, la Grèce et la Belgique procéderont à des adjudications mardi, tandis que le Portugal émettra des titres mercredi.

Lundi, les Pays-Bas placeront entre 6 et 9 milliards d'euros, tandis que la France proposera pour 8 milliards d'euros d'emprunts d'Etat.

Les emprunts du Trésor américain ont perdu du terrain vendredi soir, après avoir opéré un rebond en séance, sur fond d'optimisme concernant les résultats des entreprises du secteur financier.

 
 

CHANGES

L'euro pourrait bientôt tester le seuil de 1,35 dollar, alors que la réunion des ministres des Finances européens, lundi et mardi, va peut-être déboucher sur un renforcement du Fonds européen de stabilité financière, selon Imre Speizer, stratégiste de Westpac FX.

"S'ils ne le font pas, ce sera un facteur baissier. S'ils le font, bien que ce soit en grande partie intégré [dans le taux de change de l'euro], cela pourrait apporter encore un peu de potentiel de hausse", analyse-t-il.

Daniel Katzive, stratégiste devises chez Credit Suisse à New York, pense également que si les ministres n'annoncent pas un renforcement du Fonds, l'euro pourrait abandonner le terrain qu'il a gagné la semaine dernière et s'affaiblir face aux principales devises.

L'euro a enregistré la semaine dernière sa plus forte hausse hebdomadaire en plus de deux ans face au dollar, grâce aux émissions obligataires réussies du Portugal et de l'Espagne, et aux déclarations du président de la BCE, Jean-Claude Trichet, qui a laissé entendre que les taux d'intérêt pourraient être relevés dans le courant de l'année pour enrayer l'inflation.

"La paire euro-dollar [reste] soutenue par les propos de J.-C. Trichet, et bien que nous restions baissiers sur l'euro à long terme, nous pensons qu'il va continuer de grimper et atteindre la zone de 1,36-1,38 dollar d'ici environ une semaine", prévoit Mary Nicola, stratégiste devises de BNP Paribas à New York.

L'euro a légèrement reculé face au dollar et au yen pendant la séance asiatique lundi, alors que la livre sterling s'est affaiblie face au billet vert mais renforcée face à la monnaie unique.

 
 

PETROLE

A 06h00, le contrat de mars sur le Brent coté sur l'ICE gagnait 11 cents à 98,49 dollars, tandis que vers 07h00, le contrat de février sur le brut coté au Nymex cédait 25 cents à 91,15 dollars le baril.

Les investisseurs manquent d'éléments pour s'orienter lundi, alors que les marchés américains vont rester fermés en raison d'un jour férié. La hausse des volumes d'échanges sur le Brent est probablement à l'origine de l'évolution divergente des deux contrats, estime Tomomichi Akuta, économiste chez Mitsubishi UFJ Research & Consulting.

Le marché attend de voir si le Brent va tester le niveau des 100 dollars, ce qui pourrait arriver cette semaine, indique Yusuke Seta, opérateur chez Newedge Japan.
 
 

En raison du Martin Luther King Day, les marchés américains seront fermés ce lundi 17 janvier 2011.

08:54 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/01/2011

A MOITIE VIDE CE JOUR...

  • Cercle Finance le 14/01/2011 à 11:26

Europe : la correction se généralise.

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - La correction se généralise sur le vieux continent, en dépit du dynamisme des technologiques dans le sillage d'Intel et alors que les signes de tension inflationniste se multiplient.

Londres abandonne 0,7%, Madrid 0,6% et Francfort 0,3% tandis que sur les places d'Euronext, Paris perd 0,3% et Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne, 0,5%.

'Les adjudications réussies de bons du Trésor de la zone euro ont injecté un certain degré de confiance au sein du marché, mais on peut s'attendre à un regain de volatilité avant le week-end, surtout après le rebond inattendu des inscriptions hebdomadaires au chômage annoncé hier', prévenait-on ce matin chez IG Markets.

La matinée est surtout marquée par une multiplication de signaux inflationnistes: en rythme annuel en décembre, la hausse des prix à la consommation atteint 1,7% en Allemagne, 3% en Espagne et les prix producteurs au Royaume Uni se sont accrus de 4,2%.

Dans l'ensemble de la zone euro, le taux d'inflation annuel a été de 2,2% en décembre, contre 1,9% en novembre. La zone a en outre enregistré un déficit commercial de 0,4 milliard d'euros en novembre.

Tout à l'heure, ce sera au tour des États-Unis de dévoiler leur indice des prix, en même temps que les ventes de détail et avant la production industrielle, l'indice de confiance 'UMich' et les stocks des entreprises. Les trimestriels de JPMorgan seront eux aussi étroitement surveillés.

Grandes gagnantes des dernières séances, les bancaires reprennent leur souffle avec des prises de bénéfices de 1,5% à 8,5 euros sur Santander ou de 1,1% à 44,7 euros sur Société Générale.

Les valeurs technologiques tiennent par contre le haut du pavé, dans le sillage des résultats records affichés par Intel jeudi soir. Ainsi, STMicroelectronics s'adjuge 0,6% à 8,9 euros et Infineon, 0,8% à 7,3 euros.

Après un bond de 3,5% jeudi en toute fin de séance, SAP se stabilise à 40,4 euros à Francfort et surperforme ainsi légèrement le DAX, profitant toujours d'un point d'activité marqué par une amélioration de ses revenus et de sa rentabilité.

ThyssenKrupp décroche de son côté de 2,9% à 30,8 euros, tandis qu'Alan Hippe, directeur financier depuis le mois d'avril 2009, a annoncé son départ du groupe industriel allemand, qui prendra effet à la fin du mois de mars prochain.

À Paris, Carrefour gagne 0,4% à 33,5 euros, au lendemain d'une publication de chiffre d'affaires jugée 'plutôt rassurante' par un analyste. Son chiffre d'affaires annuel a atteint 101 milliards d'euros, en progression de 2,5% à taux de change constants.
BEL 20 * 2618.25 -14.43 -0.55 %  
AEX 25 * 358.89 -1.90 -0.53 %  
CAC 40 * 3962.27 -12.56 -0.32 %  
Euronext 100 * 710.68 -3.10 -0.43 %  
Next 150 * 1711.25 -3.61 -0.21 %  
DAX 30 7053.73 -21.38 -0.30 %  
MIB 30 21,289.70 -18.43 -0.09 %  
BEL 20 * 2,618.11 -14.57 -0.55 %  
SMI 6,517.23 -45.24 -0.69 %  
SLI 1,042.03 -6.34 -0.60 %  
SPI 5,853.43 -36.47 -0.62 %  
FTSE™ 100 5976.27 -47.61 -0.79 %  
Dow Jones * 11,731.90 -23.54 -0.20 %  
Nasdaq 100 2,305.53 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,735.29 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,118.68 -6.42 -0.57 %  
OMX Helsinki 25 2,673.24 -8.70 -0.32 %  
OMX Stockholm 30 1,169.45 -4.97 -0.42 %  
OMX Copenhagen 20 462.83 -0.35 -0.08 %  
Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3378 0.22%
Euribor 1 an 1.513 0%
Gold Index 1368.50 -0.31%
Pétrole (New York) 90.41 -1.08%

11:40 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2011

ON CONSOLIDE...PAUSE à 10h30

ACTIONS

Les actions européennes, qui ont progressé mercredi grâce au soulagement suscité par le succès de l'émission obligataire du Portugal, vont probablement marquer une pause jeudi. Les investisseurs préfèrent rester prudents et attendre de nouveaux éléments confirmant une amélioration sur le front de la dette.

L'adjudication obligataire réussie du Portugal a permis un regain de confiance sur le marché. "L'adjudication a montré que pour le moment, le Portugal a toujours accès aux marchés financiers, même s'il lui faut payer le prix fort", commente Paolo Pizzoli chez ING.

La croissance record de 3,6% enregistrée en 2010 par l'Allemagne, après une contraction de 4,7% en 2009, a alimenté les espoirs que la première économie d'Europe fournisse un élan suffisant pour permettre à l'Europe de se maintenir à flot pendant qu'elle met de l'ordre dans ses finances.

Les contrats à terme de Wall Street évoluent en ordre dispersé jeudi. Les valeurs américaines ont progressé mercredi, après le succès de l'émission d'emprunts d'Etat du Portugal, qui a apaisé les inquiétudes au sujet de la zone euro.

Les actions cotées aux Etats-Unis du géant bancaire espagnol Banco Santander ont gagné 12%, tout comme celles de son rival Banco Bilbao Vizcaya Argentaria. Les valeurs bancaires américaines ont également profité du relèvement de la recommandation de Wells Fargo sur le secteur.

Les marchés d'actions asiatiques évoluent pour la plupart en territoire positif jeudi, soutenus par le bon déroulement de l'émission de dette du Portugal mercredi. Les adjudications prévues en Espagne et en Italie sont maintenant à leur tour dans le collimateur, souligne Kazuhiro Takahashi, chez Daiwa Securities Capital Markets à Tokyo. L'indice Nikkei est monté à son plus haut niveau en huit mois, à 10.620,57 points, porté par le succès de l'adjudication portugaise et le fléchissement du yen face à l'euro.

 
OBLIGATIONS

Bunds et gilts devraient être stables jeudi en début de séance, tandis que les marchés attendent des nouvelles fraîches sur le front de la dette après le bon accueil réservé à l'adjudication portugaise mercredi.

L'agence portugaise de la dette a annoncé que le rendement des emprunts à échéance juin 2020 était ressorti à 6,716%, contre 6,806% lors d'une vente similaire en novembre. En revanche, le rendement des emprunts à échéance octobre 2014 a grimpé à 5,396%, contre 4,041%.

Certains participants du marché pensent cependant que le soulagement pourrait être de courte durée. En effet, un nouveau test se présente dès ce jeudi, avec de nouvelles adjudications en Espagne et en Italie.

Les décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne et de la Banque d'Angleterre seront également surveillées.

Par ailleurs, les ministres des Finances de la zone euro doivent débattre la semaine prochaine d'une baisse du taux d'intérêt de 5,7% appliqué aux prêts accordés à l'Irlande dans le cadre de son sauvetage par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Les emprunts d'Etat du Trésor américain sont inchangés jeudi. Ils se sont repliés mercredi, les inquiétudes sur la dette souveraine en Europe continuant de s'apaiser.

Une adjudication d'emprunts à dix ans d'un montant de 21 milliards de dollars a permis au marché obligataire américain d'effacer une partie de ses pertes, mais les investisseurs se préparent à une nouvelle offre de titres à 30 ans d'un montant de 13 milliards de dollars jeudi.

 
CHANGES

L'euro a abandonné une partie de ses gains face au dollar et au yen jeudi matin en Asie, après avoir grimpé mercredi. L'attention des investisseurs se tourne vers les émissions de dette prévues jeudi en Espagne et en Italie, ainsi que vers l'annonce des décisions de la Banque centrale européenne à l'issue de sa réunion de politique monétaire.

Plus de la moitié des économistes interrogés par Dow Jones Newswires pense que la BCE ne resserrera pas sa politique monétaire cette année, à cause de la menace de défaut sur la dette souveraine de la zone euro.

Selon Alan Ruskin, stratégiste devises de Deutsche Bank à New York, le renforcement de l'euro est à attribuer à la possibilité d'une augmentation la semaine prochaine de l'enveloppe du Fonds européen de stabilité financière, le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, ayant suggéré qu'une telle augmentation pourrait permettre de calmer les marchés.

La livre sterling devrait enregistrer une consolidation à l'approche de l'annonce de la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, à 13h00. Un statu quo sur les taux et le programme d'achat d'obligations est attendu.

 
PETROLE

Les cours pétroliers s'inscrivent en hausse pour la quatrième séance consécutive jeudi, soutenus par la forte baisse des réserves de brut des Etats-Unis.

Vers 7h00, le contrat sur le brut léger doux pour livraison en février coté à New York progressait de 7 cents, à 91,93 dollars le baril.

A 6h00, le contrat de février sur le Brent de mer du Nord s'ajugeait 24 cents, à 98,36 dollars.

Le département de l'Energie a annoncé mercredi soir que les stocks de brut des Etats-Unis avaient diminué de 2,2 millions de barils la semaine dernière, soit davantage qu'escompté.

Selon un rapport de la Commonwealth Bank of Australia, la demande est portée par les besoins en fioul de chauffage, du fait des blizzards qui frappent le nord-est des Etats-Unis.

Par ailleurs, la Libye n'appellera pas à une réunion d'urgence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, même si le cours du brut atteint 110 dollars le baril, a déclaré mercredi un responsable libyen.

  • AFP le 13/01/2011 à 10:26

France, Etats-Unis, Allemagne et Grande-Bretagne méritent leur Aaa (Moody's) :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

La France, les Etats-Unis, l'Allemagne et la Grande-Bretagne méritent toujours leur note maximale "Aaa" mais devront maîtriser la hausse de leurs dépenses, notamment de santé, pour espérer la conserver, prévient jeudi l'agence de notation Moody's Investors Service.

"Moody's continue de penser que tous ces pays possèdent encore des caractéristiques concernant leur dette (...) qui sont compatibles avec leurs notes Aaa", écrit l'agence dans son rapport trimestriel sur les pays les mieux notés.

Elle estime que ces pays peuvent faire face au remboursement de leur dette normalement, étant donné le rapport entre le montant des intérêts à rembourser et les recettes des gouvernements.

Pour Moody's, ces pays doivent toutefois prendre garde parce qu'ils font face à des hausses spectaculaires des dépenses liées aux retraites et à la santé et que de leur maîtrise dépend la stabilité de leur dette.

L'agence remarque à ce titre que les quatre pays suivent des stratégies différentes pour répondre aux problèmes économiques et budgétaires, les Etats-Unis se distinguant par leur approche.

Le gouvernement américain a en effet récemment mis en place un nouveau programme de relance, alors qu'au contraire la coalition au pouvoir au Royaume-Uni a élaboré un sévère programme de réduction du déficit.

Moody's rappelle que ces deux pays sont ceux qui ont subi la plus forte hausse de leur dette après la crise financière.

De son côté, la France s'est également attaquée aux déficits, mais de manière moins déterminée que l'Allemagne, observe l'agence de notation.

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3153 0.18%
Euribor 1 an 1.508 0%
Gold Index 1386.40 0.08%
Pétrole (New York) 91.85 -0.01%

 

les indices à 10h40..

BEL 20 * 2636.78 10.38 0.40 %  
AEX 25 * 360.55 -1.86 -0.51 %  
CAC 40 * 3959.19 14.12 0.36 %  
Euronext 100 * 712.26 0.51 0.07 %  
Next 150 * 1722.62 0.02 0.00 %  
DAX 30 7071.45 2.67 0.04 %  
MIB 30 21,221.33 104.94 0.50 %  
BEL 20 * 2,637.94 11.54 0.44 %  
SMI 6,604.92 -8.83 -0.13 %  
SLI 1,053.82 -0.31 -0.03 %  
SPI 5,924.32 -12.52 -0.21 %  
FTSE™ 100 6033.03 -17.69 -0.29 %  
Dow Jones * 11,755.44 83.56 0.72 %  
Nasdaq 100 2,304.88 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,737.33 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,135.11 -3.73 -0.33 %  
OMX Helsinki 25 2,695.45 -10.61 -0.39 %  
 

10:41 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2011

BONJOUR TARDIF..ON EST BIEN à 11h52

Lisbonne a affirmé avec véhémence ne pas avoir besoin d'aide extérieure pour supporter sa dette et faire tout son possible pour éviter cette possibilité. Il n'en reste pas moins que les craintes que le pays suive les pas de la Grèce et de l'Irlande et ait recours à l'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international vont croissant.

Le Portugal cherchera à vendre mercredi entre 750 millions et 1,25 milliard d'euros de dette à long terme. Il s'agit de la première adjudication de ce pays depuis le sauvetage de l'Irlande en novembre.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en légère hausse mercredi. Wall Street a gagné du terrain mardi, les inquiétudes à l'égard de la dette souveraine de la zone euro s'apaisant. La saison des résultats, qui a connu un démarrage fragile, a cependant limité la progression.

Alcoa a perdu 1%, la croissance de son chiffre d'affaires ayant déçu les investisseurs.

Les valeurs des télécommunications ont également accusé des replis. Verizon Communications a chuté de 1,6% et AT&T, de 1,5%. Verizon Wireless a présenté sa version de l'iPhone d'Apple, qui vient mettre fin à l'exclusivité dont bénéficiait jusqu'à présent AT&T.

Les places asiatiques progressent mercredi, dans le sillage de Wall Street. Toutefois, les investisseurs restent prudents avant les adjudications obligataires prévues en Europe cette semaine.

De nombreux participants ont transféré des fonds dans les marchés d'actions où les inquiétudes sur la crise de la dette souveraine de la zone euro se sont quelque peu apaisées. Les rendements obligataires en Espagne, au Portugal et en Grèce ont diminué mardi, sous l'effet des rachats de dette effectués, selon des opérateurs, par la Banque centrale européenne et l'annonce que le Japon allait acquérir des obligations du Fonds européen de stabilité financière, destinées à financer le sauvetage de l'Irlande.

L'émission mardi de 32 milliards de dollars de bons du Trésor à trois ans a connu son plus fort taux de demande étrangère depuis septembre dernier, les acheteurs étant attirés par le niveau élevé des rendements.

Mercredi, le marché devra absorber 21 milliards de dollars de bons à dix ans et 13 milliards de dollars d'emprunts à 30 ans.

CHANGES

L'euro évolue dans des fourchettes restreintes mercredi, alors que les investisseurs surveillent les adjudications de dette souveraine prévues dans la zone euro cette semaine.

Le Portugal doit émettre jusqu'à 1,25 milliard d'euros d'obligations ce mercredi. L'opération constituera un test de l'appétit des investisseurs pour la dette européenne.

Si l'opération reçoit un accueil favorable, la monnaie unique pourrait en bénéficier. Les gains risquent toutefois d'être limités par des prises de bénéfices aux alentours de 1,3077 dollar, prévient Paresh Upadhyaya, stratégiste devises chez Bank of America-Merrill Lynch.

 
 

PETROLE

Les cours du pétrole progressent mercredi après l'arrêt de la production de deux champs pétroliers de mer du Nord, en raison d'une fuite de gaz, et la fermeture d'un oléoduc en Alaska, expliquent des analystes.

Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en février, gagnait 18 cents, à 91,29 dollars le baril.

A 6h00, le contrat sur le brent de mer du Nord pour livraison en février grimpait de 4 cents, à 97,65 dollars le baril.

Selon Ong Yi Ling, analyste chez Phillip Futures à Singapour, le marché est préoccupé par la clôture des champs Snorre et Vigdis en mer du Nord, qui risque de peser sur l'offre, déjà restreinte par la fermeture de l'oléoduc Trans-Alaska depuis le week-end.

  • AFP le 12/01/2011 à 11:29

L'euro rebondit face au dollar, le marché guette le Portugal :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

L'euro se reprenait un peu face au dollar mercredi, regrimpant au-dessus de 1,30 dollar, porté par des rumeurs d'intervention de la Banque centrale européenne (BCE), mais la prudence restait de mise avant une émission obligataire portugaise.

A 10H00 GMT (11H00 à Paris), l'euro valait 1,3025 dollar contre 1,2974 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La devise européenne progressait aussi face au yen à 108,24 yens contre 108,00 yens mardi soir.

Le billet vert perdait pour sa part un peu de terrain face à la monnaie nippone à 83,10 yens contre 83,23 yens la veille.

Selon des rumeurs de marché, la BCE serait intervenue mardi sur le marché en achetant des titres de la dette de pays fragiles de la zone euro, après avoir déjà procédé à ce type d'opérations la veille.

Les taux de rendement des obligations à 10 ans de pays fragiles de la zone euro se sont ainsi légèrement détendus, entraînant un regain de confiance des investisseurs et soutenant l'euro.

Autre élément de nature à soutenir un rebond de la monnaie unique, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn s'est dit favorable mercredi à une augmentation des capacités de prêts du Fonds de secours pour les pays de la zone euro, pour mieux armer l'Union monétaire face aux risques de crises de la dette.

De son côté, l'Allemagne, faisant fi de la crise économique qui continue de frapper nombre de ses voisins, a enregistré une croissance record en 2010 avec +3,6%, un chiffre jamais vu depuis la réunification du pays.

Mais "l'attention des marchés se focalisait (mercredi) sur une émission obligataire du Portugal, qui cherche à lever un total de 1 milliard d'euros, et cette opération sera un test décisif pour l'appétit des investisseurs pour la dette des pays périphériques" de la zone euro, observait Nick Stamenkovic, analyste chez RIA Capital Markets.

Les cambistes craignent de voir le Portugal contraint d'emprunter à des taux de plus en plus élevés, ce qui confirmerait l'idée qu'il est de plus en plus coûteux pour le pays de se financer sur les marchés.

Des taux élevés alimenteraient ainsi les craintes de voir le Portugal devoir faire appel, comme la Grèce et l'Irlande avant lui, à une aide extérieure pour tenter de redresser ses finances publiques, expliquaient des analystes.

En outre, "en cas de succès de l'émission portugaise, il y a un risque de voir les investisseurs reporter rapidement leur attention sur des émissions obligataires prévues jeudi en Espagne et en Italie", autres pays fragiles de la zone euro et que le marché considère comme de possibles candidats, après le Portugal, à un plan de soutien extérieur, prévenaient les analystes de Commerzbank.

Vers 10H00 GMT, la monnaie helvétique baissait face à l'euro à 1,2668 franc suisse pour un euro, mais se redressait légèrement face au billet vert à 0,9726 franc suisse pour un dollar.

La livre britannique baissait un peu face à l'euro à 83,26 pence pour un euro, mais progressait face au billet vert à 1,5643 dollar, regrimpant des niveaux plus vus depuis mi-décembre face au billet vert.

L'once d'or valait 1.383,50 dollars contre 1.374 dollars mardi soir.

  • Cercle Finance le 12/01/2011 à 11:25

Europe : le rebond se prolonge financières en tête.


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - De nouveau tirés par un regain d'optimisme sur le chapitre des dettes, les indices européens poursuivent leur rebond, valeurs financières en tête.

Madrid caracole parmi les grandes places avec une hausse de 3,7%, devant Milan (+2,7%), Francfort (+1,4%) et Londres (+0,5%). Sur les places d'Euronext, Paris s'adjuge 1,4%, Bruxelles et Lisbonne 0,8% et Amsterdam 0,7%.

Les marchés profitent toujours du soutien proposé par le Japon à l'Europe dans sa crise de dettes, à travers le possible achat d'obligations du FESF pour d'aider à la stabilisation de la zone euro, dont la monnaie s'apprécie à 1,303 dollar ce matin.

Le Portugal s'apprête à lancer aujourd'hui un placement obligataire d'environ un milliard d'euros afin de refinancer des échéances à cinq et 10 ans. 'Un taux supérieur à 7% sur le 10 ans fragiliserait le Portugal', prévenait-on mardi chez Barclays Bourse.

En attendant, la production industrielle a augmenté de 1,2% dans la zone euro et de 1,4% dans l'UE en novembre 2010 par rapport à octobre. Par rapport à novembre 2009, elle a progressé de 7,4% dans la zone euro et de 7,8% dans l'UE.

Le Royaume Uni a accusé un déficit commercial de 4,1 milliards de livres au mois de novembre, proche du déficit de quatre milliards (révisé de 3,9 milliards) du mois précédent, selon l'office national de statistiques.

Premières à bénéficier du regain de confiance, les valeurs bancaires entraînent le redressement des places européennes, à l'instar de Santander (+7,2% à 8,1 euros), BBVA (+6,2% à 7,5 euros), Commerzbank (+3,1% à 5,5 euros) et Société Générale (+4,2% à 42,1 euros).

Sainsbury recule de 1,3% à 385 pence à Londres, malgré un point d'activité du distributeur britannique sur son troisième trimestre 2010-11 qui illustre la vigueur de ses ventes de fin d'année.

En dépit d'un regain de l'euro, EADS bondit de 3,8% à 20,8 euros à Paris, propulsé par la commande record de 180 appareils Airbus par la firme indienne IndiGo, pour un prix catalogue de plus de 16 milliards d'euros.

Siemens (+1,2% à 92,6 euros) a reçu la commande d'une centrale à gaz à cycle combiné dernier cri en Corée du Sud. Elle aura une capacité de production de 400 mégawatts et pourra alimenter 300.000 personnes en électricité.
les indices a 11h56...
BEL 20 * 2,604.06 24.36 0.94 %  
AEX 25 * 360.83 2.53 0.71 %  
CAC 40 * 3,916.00 54.08 1.40 %  
Euronext 100 * 707.45 6.67 0.95 %  
Next 150 * 1,717.13 9.27 0.54 %  
DAX 30 7,035.85 94.28 1.36 %  
MIB 30 20,948.34 609.29 3.00 %  
BEL 20 * 2,604.06 24.36 0.94 %  
SMI 6,609.08 74.24 1.14 %  
SLI 1,051.92 13.14 1.26 %  
SPI 5,929.12 62.13 1.06 %  
FTSE™ 100 6,042.19 28.16 0.47 %  
Dow Jones * 11,671.88 34.43 0.30 %  
Nasdaq 100 2,288.73 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,716.83 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,139.25 5.29 0.47 %  
OMX Helsinki 25 2,695.43 32.26 1.21 %  
OMX Stockholm 30 1,176.52 2.15 0.18 %  
OMX Copenhagen 20 473.27 0.64 0.14 %

11:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2011

MARCHES AIMABLES...17H35

  • AOF le 11/01/2011 à 17:26

LA MI-SEANCE A WALL STREET - Hausse confirmée :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

(AOF) - Les marchés américains confirment leur bonne orientation après deux heures de cotation. Le producteur d'aluminium Alcoa est victime de prises de bénéfices, mais ses résultats ont dépassé les attentes. Première valeur du Dow Jones à dévoiler ses résultats, la firme donne traditionnellement le départ de la saison de publication des résultats. Les inquiétudes concernant la crise de la dette en Europe se sont par ailleurs temporairement apaisées. Vers 17h25, l'indice Dow Jones progresse de 0,49% à 11 694,40 points et le Nasdaq Composite de 0,34% à 2717,13 points.


Alcoa cède 1,21% à 16,29 dollars malgré la publication de bénéfices trimestriels supérieurs aux attentes liés à la vigueur des cours de l'aluminium et la progression de la demande. Les investisseurs profitent de cet évènement pour prendre une partie de leurs bénéfices, le titre affichant hier soir à la clôture un gain de 7,15% depuis le 1er janvier. Optimiste sur l'évolution des prix de l'aluminium en 2011, JPMorgan a pourtant relevé aujourd'hui sa prévision de bénéfice par action 2011 de 1,38 à 1,55 dollar et porté son objectif de cours à 22 dollars, contre 20 dollar auparavant. Il reste en outre à Surpondérer.

Les chiffres macroéconomiques

Les stocks des grossistes ont reculé de 0,2% en novembre aux Etats-Unis, après une hausse de 1,7% en octobre, chiffre révisé de +1,9%. Le consensus Reuters était de +1%.

Les valeurs à suivre

AMD
Le fabricant de microprocesseurs AMD a annoncé le départ de son PDG Dirk Meyer d'un accord mutuel. Ce dernier était pourtant crédité du redressement du concurrent d'Intel. « Le conseil d'administration croit que nous avons l'opportunité de créer de la valeur pour les actionnaires. Cela nécessitera que la société affiche une croissance significative, s'impose comme un leader sur son marché et génère une rentabilité financière plus élevée. Nous pensons qu'un changement de direction permettra à la société d'atteindre plus rapidement ces objectifs », a indiqué AMD.

INTEL
Intel a trouvé un accord avec Nvidia pour mettre un terme à leur litige concernant des brevets. Dans ce cadre de cet accord, le numéro un mondial du secteur des semi-conducteurs va verser 1,5 milliard de dollars au spécialiste des processeurs graphiques au cours des cinq prochaines années. Il prévoit également un accord de licences croisées.

LENNAR
Lennar a vu ses bénéfices trimestriels chuter de 10% en raison de la baisse du nombre de maisons livrées et des nouvelles commandes. Pour la première fois depuis plusieurs trimestres, le troisième constructeur de maisons aux Etats-Unis n'a pas bénéficié du mécanisme de crédit d'impôt mis en place par les pouvoirs publics pour limiter l'impact de la crise. Au 30 novembre, le bénéfice net de Lennar s'est établi à 32 millions de dollars, ou 17 cents par action, contre 35 millions, ou 19 cents un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a reculé de 5,9% à 860,1 millions de dollars.

TIFFANY & CO
Tiffany & Co a relevé ses prévisions annuelles après avoir annoncé une hausse de 8% (à surface comparable) de ses ventes durant la période des fêtes aux Etats-Unis (novembre-décembre). Le groupe de luxe new yorkais, qui clôturera ses comptes annuels fin janvier, table désormais sur un bénéfice ajusté des opérations poursuivies compris entre 2,83 et 2,88 dollars par action. Il anticipait auparavant un bénéfice compris entre 2,72 et 2,77 dollars. Le consensus FacSet donnait de son côté un bénéfice de 2,77 dollars par action
INDICES A 17H35..
BEL 20 * 2,579.70 24.51 0.96 %  
AEX 25 * 358.30 4.09 1.15 %  
CAC 40 * 3,861.92 59.89 1.58 %  
Euronext 100 * 700.78 9.23 1.33 %  
Next 150 * 1,705.97 25.71 1.53 %  
DAX 30 6,943.45 86.39 1.26 %  
MIB 30 20,349.56 291.38 1.45 %  
BEL 20 * 2,579.70 24.51 0.96 %  
SMI 6,538.27 91.95 1.43 %  
SLI 1,039.16 16.77 1.64 %  
SPI 5,869.60 86.51 1.50 %  
FTSE™ 100 6,019.11 62.81 1.05 %  
Dow Jones * 11,694.59 57.14 0.49 %  
Nasdaq 100 2,289.28 4.90 0.21 %  
Nasdaq 2,717.32 9.52 0.35 %  
OMX Nordic 40 1,133.05 20.80 1.87 %  
OMX Helsinki 25 2,663.14 50.09 1.92 %  
OMX Stockholm 30 1,172.54 19.93 1.73 %  
OMX Copenhagen 20 472.63 4.32 0.92 %  
Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.2976 0.23%
Euribor 1 an 1.505 -0.07%
Gold Index 1373.90 0.01%
Pétrole (New York) 90.21 1.08%

17:36 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13H13....+1.2% SUR EUROPE..

"La zone euro est de nouveau sur le devant de la scène, et notamment l'éventualité que le Portugal doive recourir au fonds de sauvegarde européen", souligne Ian Williams, économiste chez Altium Securities.

A Bruxelles, la Commission européenne a indiqué qu'il n'y avait pas de discussions en cours sur un sauvetage du Portugal, mais un diplomate européen a déclaré à l'AFP que le Portugal subissait des pressions intenses.

"Tous les pays européens veulent que le Portugal s'engage à davantage d'économies et plusieurs pays souhaitent qu'il ait recours à une aide financière extérieure", a indiqué ce diplomate sous couvert d'anonymat.

Selon Heino Ruland, stratégiste chez Ruland Research, la France serait probablement parmi les moins hostiles à un plan de sauvetage du Portugal, car cela permettrait d'alléger les pressions pesant sur l'Espagne, pays auquel les banques françaises sont fortement exposées.

Chez City Index, le stratégiste Joshua Raymond souligne que les investisseurs s'inquiètent également de la baisse des cours des matières premières et par conséquent des actions des groupes miniers.

Les contrats à terme américains progressent mardi, après une séance en demi-teinte lundi.

"Les résultats qui seront présentés au premier semestre devraient être plutôt bons, mais je suis un peu inquiet pour le second semestre", note Richard Sherry, gérant de portefeuille chez Kayne Anderson Rudnick Investment Management. "Les entreprises ont réussi à maîtriser leurs coûts, mais la situation pourrait se compliquer au fil de l'année" car les investisseurs chercheront ensuite à savoir quelles sont celles qui dégagent de la croissance, explique-t-il.

Les inquiétudes portant sur la dette souveraine de la zone euro sont les premières responsables du mouvement de vente sur le marché, mais elles pourraient n'être qu'une excuse pour prendre des bénéfices avant les premières annonces de résultats annuels, commente Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Les places financières asiatiques évoluent de manière contrastée mardi. Les valeurs australiennes sont pénalisées par les importantes inondations qui touchent la région du Queensland et leurs probables répercussions sur le secteur des banques et des assurances.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir sans grand changement mardi, mais avec une orientation plutôt négative. Le Japon a annoncé qu'il comptait acheter des obligations que va émettre ce mois-ci le Fonds européen de stabilité financière, pour tenter d'empêcher la crise européenne de la dette de s'étendre.

L'attention des opérateurs se concentre sur les adjudications d'emprunts d'Etat prévues cette semaine en Europe. Le résultat de ces émissions pourrait donner une indication sur la gravité des problèmes de dette souveraine de la zone euro. Mercredi, le Portugal doit placer des obligations arrivant à maturité en 2014 et en 2020, tandis que jeudi, l'Espagne émettra des obligations à échéance 2016 et l'Italie, des obligations parvenant à maturité en 2026.

Selon des opérateurs, la Banque centrale européenne est intervenue sur le marché lundi en achetant massivement des obligations émises par des pays fortement endettés.

Les marchés obligataires sont tendus, le rendement de la dette portugaise et espagnole étant monté à des niveaux records, ce qui accentue encore les problèmes de financement de ces deux pays. Les investisseurs craignent que le Portugal et l'Espagne soient obligés, lors de leurs émissions de dette cette semaine, de proposer des taux d'intérêt exceptionnellement élevés pour trouver preneur.

Les prix des obligations du Trésor américain sont en baisse mardi, l'intention affichée par le Japon d'acheter des obligations du Fonds européen de stabilité financière ayant réduit l'attrait de la sécurité. Les titres du Trésor ont grimpé dans l'ensemble lundi, les inquiétudes au sujet de la dette souveraine de la zone euro ayant renforcé l'appétit pour les actifs sûrs.

Les chiffres décevants du rapport américain sur l'emploi publié vendredi ont également continué de soutenir le marché obligataire lundi, souligne Joseph Shatz, stratégiste taux chez Bank of America Merrill Lynch à New York.

 
 

CHANGES

L'euro et le dollar gagnent du terrain face au yen mardi, le Japon ayant annoncé avoir l'intention d'acquérir des titres de dette qui seront émis en janvier par le Fonds européen de stabilité financière, dans le but d'éviter que la crise de la dette souveraine européenne s'aggrave.

"Nous envisageons d'acheter plus de 20% des titres qui seront émis" lors de la première adjudication par le FESF d'obligations destinées à financer le plan de sauvetage de l'Irlande, a indiqué le ministre japonais des Finances Yoshihiko Noda lors d'une conférence de presse.

Cependant, l'émission d'emprunts d'Etat portugais qui doit avoir lieu mercredi pourrait créer de nouvelles tensions sur le marché, avertissent les analystes.

Ces derniers redoutent que cette adjudication, qui devrait constituer un test pour le marché, échoue en raison des inquiétudes sur les perspectives de l'économie portugaise.

L'adjudication portugaise sera le principal moteur du marché cette semaine, estime Robert Lynch, stratégiste devises chez HSBC à New York. "La fébrilité des investisseurs à cet égard a déjà ramené l'euro de 1,34 dollar il y a une semaine à 1,29 dollar, et le repli pourrait se poursuivre."

 

  • Cercle Finance le 11/01/2011 à 12:42

CAC 40 : tendance largement positive.

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris affiche une tendance largement positive mardi à la mi-séance, dans un marché moins inquiet qu'hier concernant le dossier de la dette européenne.

Vers 12h30, le CAC 40, qui a ouvert en hausse de 0,5%, progresse de 0,9% à 3837,2 points, avec notamment BNP Paribas (+1,6%) et GDF Suez (+1,2%) comme principaux contributeurs à la hausse.

Ailleurs en Europe, Londres prend 1,2% et Francfort gagne 0,6%.

Alors que plusieurs adjudications importantes s'annoncent cette semaine en Europe, le ministre japonais des Finances a affirmé que son pays était prêt à acquérir des obligations de la zone euro.

L'euro en profite pour retrouver un peu de vigueur pour se traiter autour de 1,2940 face au dollar.

Sur le plan sectoriel en Europe, les variations sont toutes positives, avec en tête les équipements industriels (+2%) et l'automobile (+1,7%) et les services collectifs (stables) en queue de peloton.

Alstom prend la première place du CAC 40, avec des gains de 5,3% à 36,8 euros, suite à un relèvement de recommandation de la part de Morgan Stanley qui passe de 'pondérer en ligne' à 'surpondérer' et porte son objectif de cours à 52 euros, contre 35 euros précédemment.

Saint-Gobain avance de 3,2% à 38,8 euros, alors que HSBC est passé de 'neutre' à 'surpondérer' sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 31 à 45 euros.

13:14 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

UN PEU DE TOUT CE MATIN...$ 1.95 GOLD 1375 OIL 89.25

  • AOF le 11/01/2011 à 08:11

LA CLOTURE A WALL STREET - Légère baisse avec l'Europe :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

(AOF) - Les marchés américains ont fini en légère baisse, le S&P 500, l'indice le plus représentatif a cédé 0,14%. Wall Street a été pénalisé par la résurgence des craintes concernant la crise de la dette souveraine en Europe. Merger Monday (c'est lundi, c'est fusions/acquisitions) oblige, plusieurs rachats d'importance ont été annoncés, dont celui de Progress Energy par son rival Duke Energy pour 13,7 milliards de dollars. L'indice Dow Jones a clôturé en repli de 0,32% à 11 637,45 points tandis que le Nasdaq Composite a gagné 0,17% à 2707,80 points.



Le producteur et distributeur américain d'électricité Duke Energy (-1,18% à 17,58 dollars) va racheter son homologue Progress Energy pour 13,7 milliards de dollars pour devenir la première "utility" du pays en termes de capitalisation boursière (37 milliards de dollars) et de capacité de production (57.000 mégawatts). En incluant la dette de Progress, l'opération avoisine les 26 milliards de dollars. La nouvelle entité servira 7,1 millions de clients, notamment en Floride et dans l'Ohio. Pour les analystes, cette fusion est motivée par l'importance des synergies sur les coûts à attendre.

Les chiffres macroéconomiques

Aucun indicateur d'importance n'a été publié.

Les valeurs à suivre

ALCOA
Comme de coutume, Alcoa est ce soir la première société du Dow Jones à publier ses résultats trimestriels. Selon les analystes de Wall Street, le bénéfice par action du fabricant américain d'aluminium devrait ressortir à 19 cents contre 0,06 cent en décembre 2009. Le chiffre d'affaires est attendu à 5,68 milliards de dollars, en hausse de 4,50%. Alcoa subit d'importantes hausses dans ses coûts de production. La principale question porte donc sur sa capacité à relever ses prix de vente, a commenté ce matin la société de bourse Aurel bgc.

DUKE ENERGY
Le groupe énergétique américain Duke Energy a annoncé lundi le rachat de son homologue Progress Energy pour 13,7 milliards de dollars, ou 26 milliards de dollars, dettes incluses. La nouvelle entité sera la première "utility" américaine. Cette dernière sera détenue à 63% par les actionnaires de Duke. Selon un analyste cité par Reuters, cette fusion pourrait rencontrer des obstacles réglementaires. Les pouvoirs publics surveillent en effet avec vigilance les unions susceptibles de pénaliser le consommateur.

DUPONT
Le géant américain de la chimie Dupont a annoncé ce matin le rachat du danois Danisco pour 5,8 milliards de dollars, ou 665 couronnes par action, soit une prime de 25% par rapport au cours de clôture de 530 couronnes de vendredi. Avec cette opération payée intégralement en numéraire, Dupont entre de plain-pied sur le marché de niche des additifs alimentaire, dominé par International Flavors et Fragrances.

GENZYME
Au lendemain de la publication du communiqué de presse de Sanofi-Aventis, Genzyme a lui aussi fait le point sur les discussions entre lui et le groupe pharmaceutique français. La société biotechnologique américaine a donc confirmé des discussions mais ne peut garantir qu'elles iront à terme. A l'instar de SanofI, Genzyme a déclaré que ces discussions concernaient une opération négociée entre les deux groupes. En outre, elles concernent une possible utilisation d'un certificat de valeur conditionnelle (CVC) concernant le Lemtrada.

SARA LEE
La firme de private-equity Apollo Global Management LLC et l'investisseur C. Dean Metropoulos auraient formé un consortium en vue d'un éventuel rachat de Sara Lee selon des sources proches du dossier citées par le Wall Street Journal. Le consortium regrouperait également Bain Capital LLC et TPG Capital LP selon ces sources. Sara Lee a récemment refusé une offre de rachat émanant du brésilien JBS SA, et cherche à déterminer si ce dernier compte faire une proposition plus intéressante selon le Wall Street Journal.

VERIZON
Le plus important opérateur américain de téléphonie mobile, Verizon, devrait annoncer demain la signature d'un accord avec Apple pour distributer l'iPhone aux Etats-Unis, selon la presse américaine. Ce qui mettrait fin au monopole de son concurrent AT&T sur le très populaire smartphone d'Apple aux Etats-Unis. Apple a déjà abandonné sa stratégie de partenariat exclusif dans la plupart des pays où il vend son smartphone haut de gamme. Une telle annonce est attendue depuis longtemps par les analystes.




AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

ISM (indice) : L'ISM, l'association des directeurs d'achats américains (Institut for Supply Management, anciennement NAPM) publie, le premier jour ouvré de chaque mois, à 16h00 (heure de Paris), un rapport sur l'activité du secteur manufacturier d'après son enquête réalisée au cours du mois précédent auprès de responsables des achats de plus de 400 entreprises de 20 secteurs manufacturiers.

Le volet le plus attendu de ce "Report On Business" est l'indice composite Purchasing Managers Index (qui combine les indicateurs spécifiques du niveau des prises de commandes, de la production, de l'emploi, des livraisons et des stocks). Cet indice PMI s'avère un très bon indicateur avancé de l'économie. On considère qu'au-delà de 50 %, il signale une expansion du secteur manufacturier, et une contraction en deçà, et qu'un indice qui se maintient durablement sous les 42,7 % signale une contraction de l'ensemble de l'économie.
  • Cercle Finance le 11/01/2011 à 08:19

Marché : la Bourse de Paris attendue en petite hausse.


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris pourrait ouvrir sur une note de fermeté mardi, alors que la saison des résultats a officiellement démarré aux Etats-Unis hier soir avec la publication d'Alcoa.

Vers 8h15, le contrat futur sur l'indice CAC 40 affiche des gains de l'ordre de 0,5%.

'Il va inévitablement y avoir un certain degré de nervosité autour des émissions libellées en euros cette semaine et Lisbonne va être au centre des préoccupations des investisseurs', rappelle un analyste.

'Mais les déclarations du ministre japonais des Finances - selon lesquelles son pays est prêt à racheter de la dette en euros - vont certainement soutenir l'ouverture sur le Vieux Continent', ajoute le spécialiste.

Hier soir, le géant de l'aluminium Alcoa a dévoilé un bénéfice par action (BPA) de 21 cents pour le 1er trimestre, contre 19 cents anticipés, mais son chiffre d'affaires déçoit un peu à 5,6 milliards de dollars contre un consensus de 5,7 milliards.

Peu avant, Wall Street avait fini en ordre dispersé. Au final, le Dow Jones reculait de 0,3% à 11.637,5 points, tandis que le Nasdaq Composite prenait 0,2% à 2707,8 points.

La Bourse de Tokyo, qui rouvrait aujourd'hui après un week-end de trois jours, a de son côté perdu près de 0,3%.

Si le calendrier économique demeure peu étoffé aujourd'hui, les investisseurs suivront avec attention les dernières publications du distributeur britannique Marks & Spencer et du joaillier américain Tiffany.

Le 10/01/2011 à 18:31 - Mis à jour le 10/01/2011 à 20:16

Les pays émergents vont bousculer l'ordre économique

Les pays émergents vont bousculer l'ordre économique
© REA

PARIS (Reuters) - Le dynamisme des économies émergentes se traduira d'ici 2050 par un bouleversement de la hiérarchie mondiale qui devrait voir la Chine doubler les Etats-Unis, l'Inde dépasser le Japon et le Mexique devancer la France, selon une étude publiée par PricewaterhouseCoopers.

De grands pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil et la Russie seront sans surprise les grands gagnants de ce basculement du pouvoir économique, mais celui-ci devrait aussi bénéficier à des pays qui n'ont pas encore l'habitude de faire la une de la presse économique, comme le Vietnam ou le Nigeria.

"La crise s'est traduite par un coup d'arrêt au développement des pays développés et a mis en évidence le potentiel des pays émergents, qui ont beaucoup moins subi la crise et qui restent sur la même courbe de tendance", explique Bernard Gainnier, associé responsable du développement du cabinet de conseil qui publie cette étude lundi.

En prenant comme référence le PIB à parité de pouvoir d'achat, un critère qui permet d'exclure les effets des variations des devises, l'étude prévoit que les sept principaux pays émergents (Chine, Inde, Brésil, Russie, Mexique, Indonésie et Turquie) dépasseront le G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Canada) avant 2020.

Et même en se référant au PIB aux taux de change du marché, cette inversion de la hiérarchie, bien que plus lente, semble inexorable, puisque l'étude voit l'"E7" passer devant le G7 en 2032.

Cette même année 2032 devrait voir la Chine ravir aux Etats-Unis le titre de première économie mondiale, toujours sur la base du PIB aux taux de change du marché. Et sur la base du PIB à parité de pouvoir d'achat, ce changement de numéro un mondial s'effectuerait dès 2017, précise PwC. La Chine a annoncé l'été dernier s'être hissée au rang de deuxième économie mondiale, devant le Japon.

En 2050, le PIB de ces sept pays aujourd'hui émergents serait supérieur des deux tiers à celui du G7.

LES ÉCARTS SE RÉDUISENT

Parmi les autres échéances symboliques mises en avant par l'étude, aux taux de change du marché, l'Inde dépasserait le Japon en 2028, la Turquie doublerait le Canada en 2035, la Russie devancerait l'Allemagne en 2042 et le Mexique pèserait plus lourd que la France à partir de 2046.

L'économie française perdrait au final trois places au classement mondial d'ici 2050 et se verrait rétrogradée de la huitième à la onzième place. Notamment parce que sa croissance au cours des 40 ans à venir ne devrait pas dépasser 1,7% par an en moyenne, estime PwC, contre 5,9% pour la Chine, 8,1% pour l'Inde ou 8,8% pour le Vietnam.

L'Australie et l'Argentine pourraient se voir exclues du "Top 20" des économies mondiales d'ici 40 ans tandis que le Vietnam et le Nigeria, qui ne font pas partie du G20 aujourd'hui, peuvent espérer intégrer cette élite.

Les prévisions en matière de niveaux de PIB par habitant à parité de pouvoir d'achat montrent aussi un resserrement des écarts entre pays développés, et le maintien d'un retard important pour les grands pays émergents en dépit d'une forte croissance.

La richesse d'un Chinois représenterait ainsi 45% de celle d'un Américain en 2050, contre 14% en 2009, et celle d'un Indien 28% contre 7%. Mais ce sont les Russes qui se rapprocheraient le plus des Américains, avec un rapport qui passerait de 42% à 74%.

Une évolution dont les pays peuvent profiter, souligne Bernard Gainnier.

"La France peut en profiter grâce ses capacités à délivrer de la technologie, du nucléaire ou des infrastructures, mais aussi en vendant des biens de plus grande qualité à ces pays où se développe une classe moyenne."

Marc Angrand, édité par Yves Clarisse

© 2011 Reuters
  • AFP le 11/01/2011 à 08:25

Après la Chine, le Japon vole à son tour au secours de l'Europe endettée :


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, le 6 novembre 2010 au sommet de l'APEC à Tokyo
© AFP/Archives  TORU YAMANAKA

Après la Chine, le Japon a promis à son tour d'acheter des obligations européennes pour aider à stabiliser la zone euro fragilisée par la crise de la dette de plusieurs de ses pays membres.

"Il est approprié que le Japon, un pays important, achète une certaine proportion" des obligations que la Facilité européenne de stabilité financière (EFSF) s'apprête à émettre, a annoncé mardi le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, lors d'une conférence de presse, ajoutant que cet achat nippon allait renforcer "la crédibilité" des titres européens.

Doté de 440 milliards d'euros de garanties des Etats de la zone euro, l'EFSF a été créé au printemps 2010 dans le cadre du plan d'aide européen à la Grèce lourdement endettée, puis de l'Irlande. Il prévoit de lancer un appel de fonds aux marchés d'ici à la fin janvier.

Interrogé sur le montant que Tokyo était prêt à mettre sur la table, M. Noda a évoqué "environ 20%" des montants que les Européens vont lever à cette occasion.

Le quotidien économique Nikkei a affirmé que le gouvernement allait acheter pour environ 100 milliards de yens d'obligations, soit 930 millions d'euros, sur les 5 milliards d'euros que l'EFSF pourrait proposer aux marchés.

Selon M. Noda, les autorités nippones devraient piocher dans leurs réserves en devises, en l'occurrence celles libellées en euros, pour financer cette acquisition.

Cette précision a calmé les ardeurs des investisseurs qui s'étaient précipités sur la monnaie unique européenne après les premières déclarations du ministre nippon.

L'euro, qui avait bondi de 1,2910 dollar à 1,2989 dollar en seulement quelques minutes sur le marché des changes, est rapidement retombé à ses niveaux de la veille et cotait 1,2945 dollar vers 07H00 GMT.

Les investisseurs ont "acheté des euros, sur le coup de la surprise" face aux commentaires inattendus de M. Noda, a expliqué à l'AFP Yuji Saito, spécialiste du marché des changes au Crédit Agricole. Mais lorsqu'ils se sont rendu compte que Tokyo allait utiliser ses réserves en euros pour acquérir les obligations, signifiant qu'aucun achat d'euros massif n'était à attendre, la monnaie unique a vite perdu ses gains.

Dans le cadre du plan d'aide à l'Irlande, l'EFSF adossé à la zone euro prévoit de lever au total 16,5 milliards d'euros en 2011 et la Commission européenne quelque 17,6 milliards, dont elle a émis une première tranche de 5 milliards la semaine dernière.

Dublin doit au total bénéficier d'une aide de 67,5 milliards d'euros de l'UE et du FMI pour sortir de la spirale de la dette, sauver son système bancaire et relancer l'économie de l'ancien "tigre celtique".

L'EFSF pourrait être prochainement mis à contribution pour soutenir d'autres pays européens en difficulté, comme le Portugal.

L'autre géant asiatique, la Chine, s'est déjà dit prêt ces dernières semaines à aider les économies européennes les plus exposées à une crise de la dette, promettant d'acheter directement des obligations d'Etat de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne.

Grâce à ses dynamiques exportations, la Chine est assise sur les plus importantes réserves de change du monde, devant celles du Japon qui, comme son voisin chinois, n'a aucune envie de voir son partenaire commercial européen déstabilisé.

Mis en difficulté sur les marchés par leur haut niveau d'endettement, leur déficit élevé et leur faibles perspectives de croissance, l'Espagne et le Portugal ont vu monter en flèche leurs taux d'emprunt ces derniers mois, jusqu'à 5,5% pour Madrid et au-delà de 7% pour Lisbonne.

Ces deux pays vont encore être au centre de l'attention cette semaine en lançant de nouveaux emprunts sur le marché de la dette à moyen et long terme.

 

08:31 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2011

BONJOUR ET BONNE SEMAINE..-1% CE MATIN à 10h10

EN RECUL dès l'ouverure...

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient commencer la première séance de la semaine tout juste dans le vert, alors que les inquiétudes au sujet de la dette souveraine portugaise ont refait surface.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 5 points lundi, à 5.989 points, et le DAX, de 1 point, à 6.949 points, tandis que le CAC devrait être inchangé à l'ouverture, à 3.866 points.

Le Portugal a pesé sur les marchés européens vendredi. Les inquiétudes à propos de la prochaine émission d'emprunts d'Etat du pays, ainsi que de l'impasse politique en Belgique, ont fait grimper le coût de l'assurance contre le risque de défaut sur la dette de la zone euro.

Un porte-parole du ministère allemand des Finances a déclaré dimanche à Dow Jones Newswires que Berlin ne faisait pas pression sur le gouvernement portugais pour qu'il sollicite une aide extérieure. Samedi, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel rapportait que Paris et Berlin craignaient que le Portugal perde accès aux marchés de capitaux et poussaient Lisbonne à demander le plus tôt possible la protection du nouveau dispositif de sauvetage de l'Union européenne.

Les contrats à terme américains affichent un tableau contrasté lundi. Le secteur financier a tiré Wall Street vers le bas vendredi, en réaction à une décision de justice sur les saisies immobilières défavorable aux banques, ainsi qu'aux inquiétudes suscitées par les chiffres décevants du rapport sur l'emploi salarié.

Le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a déclaré que la reprise économique qui a débuté il y a un an et demi se poursuivait, mais à un rythme insuffisant pour l'instant pour réduire significativement le taux de chômage, et qu'il faudrait probablement beaucoup de temps pour que ce dernier retrouve un niveau normal.

La saison des résultats du quatrième trimestre démarre lundi, avec les chiffres du géant de l'aluminium Alcoa Inc., qui devraient s'être améliorés par rapport au troisième trimestre, où son bénéfice net avait chuté de 21%.

Les marchés d'actions asiatiques sont pour la plupart en territoire négatif lundi. Les valeurs bancaires se replient à la Bourse de Shanghai, plombées par les craintes de nouvelles hausses des taux d'intérêt. Les importantes inondations qui touchent l'Australie continuent de peser sur la Bourse de Sydney.

 

OBLIGATIONS

Bunds et gilts devraient être stables lundi en début de séance et bénéficier d'un regain d'inquiétude à l'égard de la dette souveraine du Portugal.

En effet, avant les adjudications portugaises de cette semaine, les marchés devront réagir aux informations de presse selon lesquelles le pays s'apprêterait à bénéficier d'une aide pouvant atteindre 100 milliards d'euros et aux démentis gouvernementaux qui ont suivi la parution de ces articles.

Les emprunts du Trésor américain évoluent peu lundi, après avoir rebondi vendredi en réaction à un rapport décevant sur l'emploi salarié aux Etats-Unis et aux commentaires du président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke.

La semaine à venir constituera un véritable test pour la demande d'emprunts américains en 2011, car le gouvernement procédera à 66 milliards de dollars d'adjudications.

"Les fondamentaux continuent de soutenir le marché obligataire", estime Ian Lyngen, stratégiste obligataire senior chez CRT Capital Group LLC. "Il est prématuré de penser que l'économie est clairement sur la voie d'une reprise durable."

 

CHANGES

Sous pression lundi matin, l'euro est descendu à son plus bas niveau en quatre mois face au dollar, alors que la zone euro se prépare à émettre plusieurs milliards d'euros de dette cette semaine.

La monnaie unique a cependant rebondi par la suite, en réaction aux déclarations de Xu Nuojin, un responsable de la Banque centrale chinoise. Ce dernier a affirmé que la Chine devait diversifier ses réserves de changes, en augmentant la proportion des devises autres que le dollar.

L'euro est cependant confronté à la résurgence des inquiétudes au sujet de la dette de certains pays de la zone euro. Le Portugal, considéré comme l'une des économies les plus fragiles de la région, compte placer jusqu'à 1,25 milliard d'euros de dette cette semaine, et c'est au total environ 24 milliards d'euros d'emprunts d'Etat qui doivent être émis en Europe au cours de la semaine.

"Le marché attache une prime de risque plus importante à l'euro, et c'est clairement à cause de la dette souveraine", observe Sean Callow, stratégiste devises senior chez Westpac à Sydney.

La livre sterling, en légère hausse face au dollar, devrait se maintenir à l'intérieur d'une fourchette face à la devise américaine, alors que l'appétit pour le risque tend de nouveau à s'affaiblir. Elle profite cependant d'une bonne demande contre l'euro.

 

PETROLE

Les cours pétroliers s'inscrivent en hausse lundi, alors qu'un oléoduc traversant l'Alaska par lequel transite 12% du pétrole brut des Etats-Unis reste fermé, indiquent les analystes.

A 6h00, le contrat de février sur le Brent de mer du Nord s'adjugeait 92 cents, à 94,25 dollars. Vers 7h00, le contrat sur le brut léger doux pour livraison en février coté au Nymex gagnait 95 cents, à 88,98 dollars le baril.

"Le brut s'oriente vers 90 dollars le baril, du fait des incertitudes sur la réouverture de l'oléoduc", commente Ong Yi Ling, analyste chez Philip Futures à Singapour.

Selon la presse américaine, cet oléoduc a été fermé après la découverte d'une fuite samedi.

 

Le 09/01/2011 à 16:28

Paris et Berlin poussent Lisbonne à demander une aide

Paris et Berlin poussent Lisbonne à demander une aide
Le Premier ministre portugais José Socrates. La France, l'Allemagne et d'autres pays de la zone euro exercent une pression grandissante sur le Portugal afin qu'il demande un appui financier à l'Union européenne et au FMI, cela pour tenter d'endiguer la propagation de la crise de la dette souveraine. /Photo prise le 28 octobre 2010/REUTERS/Eric Vidal

BRUXELLES (Reuters) - La France, l'Allemagne et d'autres pays de la zone euro exercent une pression grandissante sur le Portugal afin qu'il demande un appui financier à l'Union européenne et au FMI, cela pour tenter d'endiguer la propagation de la crise de la dette souveraine, a-t-on appris dimanche de source européenne à Bruxelles.

En juillet déjà, des premières discussions avaient évoqué cette éventualité mais pour l'heure, aucune négociation formelle n'a été ouverte, précise-t-on de même source.

"La France et l'Allemagne ont dit, dans le cadre de l'Eurogroupe, que le Portugal devait solliciter une aide, le plus vite étant le mieux", a dit la source, ajoutant que la Finlande et les Pays Bas avaient exprimé des voeux similaires.

Un porte-parole du gouvernement portugais a toutefois démenti dimanche une information rapportée par un magazine allemand faisant état de pressions sur Lisbonne de la part de Paris et Berlin.

Le Portugal passe depuis plusieurs semaines pour être un des pays les plus vulnérables de la zone euro, avec la Belgique notamment, tandis que Moody's a placé en décembre la note de l'Espagne, pourtant jugée plus solide que certains autres pays de la zone, sous surveillance pour un éventuel abaissement.

Jan Strupczeski, Nicolas Delame pour le service français, édité par Eric Faye

© 2011 Reuters

 

INDICES A 10H15..

BEL 20 * 2573.13 -32.02 -1.23 %  
AEX 25 * 354.30 -2.14 -0.60 %  
CAC 40 * 3817.95 -47.63 -1.23 %  
Euronext 100 * 694.00 -6.65 -0.95 %  
Next 150 * 1684.76 -11.30 -0.67 %  
DAX 30 6913.86 -33.98 -0.49 %  
MIB 30 20,270.73 -271.33 -1.32 %  
BEL 20 * 2,574.90 -30.25 -1.16 %  
SMI 6,452.43 -45.20 -0.70 %  
SLI 1,023.26 -8.22 -0.80 %  
SPI 5,792.29 -35.42 -0.61 %  
FTSE™ 100 5953.95 -30.38 -0.51 %  
Dow Jones * 11,674.76 -22.55 -0.19 %  
Nasdaq 100 2,276.70 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,703.17 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,115.10 -4.45 -0.40 %  
OMX Helsinki 25 2,639.77 -25.37 -0.95 %  
OMX Stockholm 30 1,154.14 -5.32 -0.46 %  
OMX Copenhagen 20 468.82 3.26 0.70 %
 

10:17 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2011

smartphones..qques chiffres.

L'actualité Bourse

Le 07/01/2011 à 13:47 - Mis à jour le 07/01/2011 à 15:00

LG veut multiplier par quatre ses ventes de smartphones en 2011

 

LAS VEGAS (Reuters) - LG Electronics compte quadrupler ses ventes de smartphones cette année en misant sur le haut de gamme face à la concurrence de l'iPhone d'Apple, a déclaré un dirigeant du groupe sud-coréen.

Troisième constructeur mondial de téléphones portables en volumes, derrière Samsung et Nokia, LG n'est que le cinquième fabricant de la planète en termes de chiffre d'affaires, selon le cabinet CLSA.

Trop centré sur l'entrée de gamme, qui ne permet pas de compenser la hausse des coûts de développement et de marketing, le groupe sud-coréen affiche des pertes record. Il souffre de la faiblesse de son offre là où ses rivaux, comme Apple ou Samsung avec le Galaxy S, peuvent viser le marché haut de gamme.

"Ce sera difficile d'opérer un virage rapide en raison des produits existants et de l'augmentation des dépenses en marketing", a dit jeudi Ma Chang-min, vice-président de LG, au cours d'une interview au Consumer Electronics Show (CES), le salon de l'électronique grand public qui se tient à Las Vegas.

"Mais nous sommes à présent mieux armés face à la concurrence puisque nos produits comme l'Optimus One ont acquis une certaine reconnaissance sur le marché et notre objectif pour 2011 sera d'étendre notre offre haut de gamme."

Selon Ma Chang-min, LG a vendu environ sept millions de smartphones en 2010 et le groupe voudrait atteindre les 30 millions unités cette année.

Les smartphones représentent environ 10% des ventes des mobiles de LG et le groupe compte porter cette part à 30% en 2011, en multipliant les offres sur le modèle de l'Optimus.

L'Optimus One, un smartphone fonctionnant sous le système d'exploitation Android de Google, a été écoulé à plus de trois millions d'exemplaires depuis son lancement en octobre.

Le groupe a présenté récemment l'Optimus 2X, le premier smartphone équipé d'un processeur double coeur. L'appareil doté d'un écran de 4 pouces (10,16 centimètres) dispose d'un capteur photo de 8 millions de pixels et d'un système de visiophonie.

Selon le cabinet IDC, les ventes mondiales de smartphones devraient progresser de 31,5% à 380,7 millions d'unités cette année pour représenter 27% du marché global de la téléphonie.

Miyoung Kim (capital)

ET SAMSUNG...

 

 Voyage dans l’empire du high-tech.

Samsung :  le triomphe des Géo Trouvetou coréens

 

Ce miroir ne vous dira jamais que vous êtes la plus belle, mais il vous rendra d’autres services. A Séoul, dans la salle de bains de la maison du futur, où Samsung présente ses produits de demain, il suffit de se tenir debout devant la glace pour qu’elle affiche pêle-mêle votre poids, votre taux de masse graisseuse, votre température corporelle et même les médicaments à prendre en conséquence.

Dix mètres plus loin, dans la cuisine, le frigo a tout enregistré et vous suggère les plats à déguster ce soir pour revenir à meilleure forme. Il manque de kimchi ? Pas de problème : il suffit d’un clic pour le commander en ligne. Le salon n’est pas en reste. L’écran télé affiche une carte du quartier sur laquelle plusieurs points scintillent : «C’est la position en temps réel de votre conjoint et de vos enfants», s’enthousiasme Mi Jung Choi, une des responsables de cette maison témoin.

Samsung du sol au plafond, vous n’y croyez pas ? La réalité n’est pourtant pas loin de la fiction. Dans les boutiques d’électronique et d’électroménager, le géant coréen a déjà envahi tous les rayons. Il est aujourd’hui numéro 1 mondial des téléviseurs, des imprimantes A4 laser et des écrans d’ordinateur, numéro 2 des téléphones mobiles et des réfrigérateurs, numéro 3 des appareils photo et des aspirateurs…

Tentaculaire, Samsung Electronics a atteint l’an dernier le chiffre d’affaires record de 82 milliards d’euros et raflé à Hewlett-Packard le titre de plus grosse entreprise technologique au monde. Porte-drapeau d’une Corée du Sud conquérante, il génère plus de recettes que Microsoft, Apple et Google réunis. Mais son président, Kun-hee Lee, n’est pas rassasié : il vise désormais la barre des 300 milliards d’euros en 2020. Rien que ça.

Ses autres business : construction navale, BTP, banque…

En 1938, son père, Byung-Chull, n’aurait pas parié un won sur une telle ascension. Samsung («trois étoiles» en coréen), qu’il venait de fonder à Daegu, à 235 kilomètres au sud-est de Séoul, se contentait d’exporter du poisson séché vers la Chine. C’est au sortir de la guerre de Corée, en 1953, que les choses se sont emballées. Pour redresser le pays, le gouvernement du Sud encouragea la création de grands groupes privés à coups de subventions, tout en interdisant aux multinationales étrangères de venir les titiller à domicile. Ainsi sont nés les fameux «chaebols» aux multiples métiers : Hyundai, LG et donc Samsung.

La marque d’électronique n’est en effet que la tête de pont d’un conglomérat de 59 sociétés qui emploient 263 000 salariés pour 124 milliards d’euros de revenus. La filiale BTP vient par exemple de livrer le plus haut gratte-ciel du monde (800 mètres), la Burj Khalifa, à Dubaï. Dans l’émirat voisin d’Abu Dhabi, la branche énergie a décroché, avec d’autres partenaires sud-coréens, la construction de quatre centrales nucléaires pour 15 milliards d’euros, à la barbe d’Areva et d’EDF. Et sur l’île de Geoje, au sud de la Corée, son chantier naval est le second de la planète. Ajoutez une banque, une compagnie d’assurances plus un zeste de chimie, et vous obtenez 8% du produit intérieur brut du pays sous sa seule bannière !

Pour édifier un tel empire, il a fallu bien d’autres briques que le soutien de l’Etat. En arpentant les sites du groupe en Corée, Capital a pu mesurer la puissance de feu de son outil industriel. Quand ses rivaux abandonnent toute leur production aux sous-traitants chinois, Samsung investit au contraire des milliards d’euros dans des usines ultramodernes. Résultat, en contrôlant toute la chaîne, il arrive à proposer des tarifs très agressifs, sans sacrifier la qualité.

Pour se distinguer, la marque a aussi recruté 40 000 chercheurs, qui font des étincelles dans la téléphonie, la télévision et de plus en plus dans l’informatique. Steve Jobs ne leur fait pas peur. Samsung devrait ainsi lancer à l’automne prochain une tablette concurrente de son iPad. Elle sera évidemment plus puissante et, espère-t-on à Séoul, tout aussi sexy. Son bataillon de 800 ¬designers s’y emploie.

Le conglomérat reste sous le contrôle de la famille Lee
La famille Lee peut donc dormir sur ses deux oreilles. Le paquebot, dont elle contrôle 25% des parts, n’est pas près de couler. Ni la dynastie de s’éteindre. En 2008, condamné pour évasion fiscale, Kun-hee Lee avait dû céder son poste de P-DG à un proche, Gee Sung Choi. Mais il vient de lui trouver un nouveau bras droit : Jae-yong, 41 ans, son propre fils. Celui-ci est déjà une star. L’an dernier, le feuilleton de son divorce avec la fille d’un milliardaire a fait les choux gras des tabloïds coréens. Il espère désormais se faire un prénom dans les quotidiens financiers.

De notre envoyé spécial en Corée, Gilles Tanguy  

© Capital

Dernière page

16:34 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

chiffres US ...so so ...BERNANKE

Bernanke: Recovery finally taking hold

cnnmoney
, On Friday January 7, 2011, 9:35 am

The U.S. economic recovery is finally getting stronger, Federal Reserve Chairman Ben Bernanke said Friday morning.

Bernanke, in remarks prepared for testimony before the Senate Budget Committee, said there is increased evidence that a self-sustaining recovery in consumer and business spending may be taking hold.

"Overall the pace of economic recovery seems likely to be moderately stronger in 2011 than it was in 2010," he said.

But he said a rebound in employment remains elusive, and that unemployment is likely to remain close to 8% two years from now.

The remarks came just an hour after the Labor Department reported that unemployment had dropped to 9.4% in December from 9.8%. Still, the number of jobs added was lower than expectations.

PETITE PARENTHESE SUR LE PRIX DE L'ESSENCE A LA POMPE...AUX USA.

SACHANT QU'UN GALLON = 3.78541178 litres

les américains payent aujourd'hui 0.626 € le litre d'essence normale.

LIRE...

Pump Prices Likely to Stay Above $3

by Ben Lefebvre
Friday, January 7, 2011

provided by
wsjlogo.gif

 

The recession cut consumption, and stricter fuel-emission standards and increased use of biofuels has helped build ample supply. Instead, refiners trying to meet global demand for fuels such as diesel will bid up the price of crude oil. This, in turn, will keep the heat on gasoline prices.

"There's some pretty heavy world-wide demand for diesel," said Jim Williams, energy economist at oil-and-gas consultancy WTRG Economics.

Gasoline futures for February delivery settled down 0.21 cent, or 0.1%, at $2.4430 a gallon on the New York Mercantile Exchange on Thursday, while other commodities fell more steeply due to weakness in the euro. A stronger dollar renders dollar-denominated commodity futures more expensive for those buying with foreign currencies. Crude oil dropped $1.92, or 2.1%, to $88.38 a barrel.

Barring a major war or natural catastrophe, the average price of gasoline for 2011 probably would range between $3 and $3.30, according to analysts and traders. The average U.S. price for regular gasoline was $3.079 on Thursday, according to travel group AAA. That was up more than 39 cents from a year ago, when prices languished after the global recession, which had cut demand for fuel.

As North American and Asian economies strengthen, demand for oil products will rise to nearly 89 million barrels a day in 2011, a 1.6% increase from last year, according to the International Energy Agency. Diesel demand in China alone is expected to increase to 3.12 million barrels a day in 2011, a 4.5% increase from 2010, the IEA said.

U.S. refiners are looking to capitalize on that demand. U.S. diesel and heating oil exports averaged a record 874,000 barrels a day in October, according to the latest Energy Information Administration monthly data. That was up 14% from September and 57% from a year ago.

Refiner Valero Energy Corp. (NYSE: VLO - News) is building two 50,000-barrel-a-day hydrocrackers at its Gulf Coast refineries. Hydrocrackers are units that mainly produce distillates, which include diesel and heating oil. Tesoro Corp. (NYSE: TSO - News) has said it will work to increase its distillate sales to Asia and South America.

Encouraging economic news has helped spur investments in commodities, sending crude-oil prices above $90. Energy-industry analysts said that trend likely will continue for most of 2011 as developing countries maintain high economic growth rates and an improving U.S. economy brings more people back to the work force.

"Absent a war or serious event, all commodities will rise" in 2011, said Andrew Lipow, president of energy-consulting firm Lipow Oil Associates LLC. Lipow forecast an average retail gasoline price of $3.15 to $3.20 a gallon.

Plenty of factors that could limit gasoline prices remain. A potential real-estate crash in China and state government budget shortfalls in the U.S. could derail markets, said Tom Knight, vice president of supply and trading at Truman Arnold Cos.

"Mainstream economists appear to completely dismiss the numerous global economic land mines we are attempting to negotiate," said Mr. Knight, who believes that gasoline prices will average less than $3 a gallon this year. "We see much greater downside risk than sustainable upside potential."

While some analysts said U.S. retail gasoline could approach $4 a gallon this summer, many disagreed with the $5-a-gallon prediction former Shell Oil Co. President John Hofmeister made last month.

"We don't see it getting that high," said Aaron Brady, associate director at energy-analysis group Cambridge Energy Research Associates. "You never rule anything out, but crude would have to get to at least $175 a barrel before that happened."

les indices a 16h12...

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3002 0%
Euribor 1 an 1.505 -0.07%
Gold Index 1355.50 -1.17%
Pétrole (New York) 88.75 0.42%
BEL 20 * 2613.07 -12.37 -0.47 %  
AEX 25 * 357.48 0.59 0.17 %  
CAC 40 * 3886.10 -18.32 -0.47 %  
Euronext 100 * 703.59 -2.50 -0.35 %  
Next 150 * 1700.12 -6.49 -0.38 %  
DAX 30 6974.15 -7.24 -0.10 %  
MIB 30 20,627.70 -9.69 -0.05 %  
BEL 20 * 2,613.18 -12.26 -0.47 %  
SMI 6,514.27 -18.57 -0.28 %  
SLI 1,034.25 -3.28 -0.32 %  
SPI 5,840.20 -18.28 -0.31 %  
FTSE™ 100 5998.53 -20.98 -0.35 %  
Dow Jones * 11705.52 8.21 0.07 %  
Nasdaq 100 2274.23 -3.28 -0.14 %  
Nasdaq 2705.33 -4.56 -0.17 %  
OMX Nordic 40 1,120.81 3.19 0.29 %  
OMX Helsinki 25 2,666.11 15.01 0.57 %  
OMX Stockholm 30 1,160.54 8.74 0.76 %  
OMX Copenhagen 20 465.32 -5.41 -1.15 %  

16:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

RECUL DE 0.6% A L'OUVERTURE...(IRLANDE...)

9H54....KBC SS PRESSION DEPUIS HIER...

DE ING CE MATIN..

 

KBC (HOLD, TP €28.0): Ireland remains a concern

For further information contact analyst: Albert Ploegh, Amsterdam (31) 20 563 8748

·       KBC issued a profit warning on the back of 1) additional provisioning in Ireland and 2) irregularities in KBC Lease UK. We continue to see the Irish and Hungarian loan books as the most risky. We slightly lower our TP to €28.0 (from €28.5). We have lowered our 2010F reported earnings by €0.3bn and leave our 2011-14 forecasts unchanged.

·       Profit warning for 4Q10. KBC issued a profit warning. It sees additional one-off net provisions between €315-330m for 4Q10. The provisions are related to 1) Irish loan book net €263m (€300m gross of which €210m is above the ‘normal’ run-rate) and 2) irregularities in KBC Lease UK of net €150m. The estimated negative impact on core Tier 1 ratio (CT1) is c.25bp (based on 9M10 risk-weighted assets), compared with reported CT1 of 10.4% and 11.7% when including announced but not yet closed divestments.

·       Irish loan loss provisioning bites, risks remain on the downside in our view. KBC expects that the accelerated restructuring of Irish banks will result in more pressure on asset valuations. As such KBC has increased provisioning for commercial lending. KBC also expects lower GDP growth than previously, resulting in less optimistic employment levels. As a result, KBC increased provisioning on the residential mortgage portfolio.

·       Irish and Hungarian loan books of most concern. The Irish direct loan exposure is €17.4bn, representing c.10% of KBC’s total loan book and Hungary €6.7bn or c.4%. Despite the additional provision charge, which was unavoidable given the rescue of Ireland by the IMF and EU, we continue to see risks on the downside. In our recent note on KBC Sovereign debt, Ireland & Hungarian woes weigh dated 3 January 2011 we showed €1bn of additional provisions for Ireland and €0.5bn for Hungary in a stress scenario. We thus believe that concerns over Ireland despite the additional provisioning have not been completely dealt with. On the commercial real estate lending portfolio coverage ratios doubled to more comfortable levels of 65-70%. However, the provisioning levels on residential mortgages of €13.1bn remain vulnerable to further deterioration. Coverage ratios improved QoQ from c.23% to 30%. We remain cautious as we see downside risk on debt servicing capacity of households (also in Hungary on FX mortgages).

·       We continue to rate KBC a HOLD and slightly lower our TP to €28.0. We maintain our view that KBC’s equity story will be dominated by three issues in 2011: (1) Irish (10% loan book), (2) Hungarian (4%) loan exposures, which carry an above-average risk profile and (3) relatively sizeable peripheral sovereign bonds exposures. Given the sizeable direct loan and sovereign exposures to peripheral Europe, we believe KBC’s share price will remain vulnerable to actions by the ECB and politicians to stabilise the Eurozone.

DEGROOF CE MATIN...NYRSTAR..

The facts: Yesterday, Nyrstar obtained shareholder approval for a stock sale to existing investors up to EUR 500m to support the strategy of expansion into min-ing. The power of the board of directors to implement the rights offering is valid until 31 August 2011.
Our analysis: The approval was largely expected since the 3 largest shareholders (Glencore 7.79%, Blackrock 9.97% and Umicore 5.25%) supported the principle of a capital increase.
Now the board of directors has to determine the timing and terms of the offering, which will depend on market conditions and other factors at that time (identify tar-gets, …). The final terms of the offering, including it size, the issue price, the num-ber of shares to be issued, and the subscription ratio, will be announced immedi-ately prior to the actual launch of the rights offering.
Let’s also recall that the rights offering are fully underwritten by Goldman Sachs and Deutsche Bank.
Nyrstar backward integration rate will reach 31% after the ramp up of the currently own zinc mines (i.e. in 2012) and it is the company’s target to reach at least 50% in the medium term (2-3 years).
Conclusion & Action: This approval was largely expected. We maintain our posi-tive stance on the share and our TP at EUR 13 (pre-capital increase.

DJIA             11.697,31 points  -0,22%
Nasdaq            2.709,89 points  +0,28%
S&P 500           1.273,85 points  -0,21%
 
Nikkei 225       10.541,04 points  +0,11%
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50
 
EUR/USD    1,2985   -0,14%
EUR/JPY    108,37   -0,04%
USD/JPY     83,46   +0,12%
 

ACTIONS

Les valeurs européennes pourraient ouvrir sur une note contrastée vendredi, en raison des problèmes de dette persistants dans la zone euro et d'un regain de prudence avant la publication des chiffres de l'emploi non agricole aux Etats-Unis.

IG Markets prévoit pour l'ouverture que le FTSE 100 cédera 4 points, à 6.016 points, tandis que le DAX 30 s'adjugerait 2 points à 6.983 points. Le CAC 40 est quant à lui attendu en baisse de 9 points, à 3.895 points.

Selon Joshua Raymond, de City Index, les marchés s'attendent à des chiffres bien meilleurs que prévu pour l'emploi non agricole, et ces statistiques pourraient remettre en cause le programme de rachat d'obligations du Trésor de la Fed d'un montant de 600 milliards de dollars.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en hausse vendredi. Les indices de Wall Street ont dans l'ensemble cédé du terrain jeudi, plombés par les valeurs de la distribution et des télécoms et par les inquiétudes autour des dettes publiques dans la zone euro.

Le nombre des premières demandes d'allocation chômage aux Etat-Unis a progressé un peu moins que prévu la semaine dernière, à 409.000, mais il est resté proche des niveaux enregistrés en 2008 avant que l'économie entre en récession du fait de la crise financière mondiale.

"Si les inscriptions au chômage demeurent élevées, elles diminuent suffisamment vite pour signaler une véritable accélération de l'emploi", commente Ian Shepherdson, de High Frequency Economics.

Les places financières asiatiques évoluent en demi-teinte vendredi, pénalisées par la piètre performance du secteur des matières premières. La prudence est également de mise avant la parution du rapport sur l'emploi non agricole outre-Atlantique. A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,1% à 10.541,04 points.

 
 

OBLIGATIONS

Les problèmes de la zone euro continuent d'agiter les marchés obligataires, et les gilts et les Bunds pourraient commencer la séance sans grand changement en attendant de nouveaux éléments en la matière ainsi que sur le front économique.

Les nouvelles inquiétudes au sujet de la zone euro qui ont surgi jeudi sont de deux types, indiquent des analystes. Le coût de l'assurance contre un défaut sur les dettes souveraines dans la zone euro a atteint un niveau record, selon Markit. Le prix des CDS à cinq ans de la Belgique, qui ne parvient toujours pas à former un gouvernement, a notamment augmenté de 17 points de base, à 240 points de base.

Par ailleurs, la possibilité que l'Union européenne oblige les créanciers seniors à supporter une partie du coût des sauvetages financés par l'Etat rend les banques plus réticentes à se prêter les unes aux autres, soulignent des opérateurs.

Les obligations du Trésor américain sont en hausse vendredi. Le marché des emprunts d'Etat américains a progressé jeudi, les investisseurs ayant fui les problèmes de dette souveraine de la zone euro.

 
 

CHANGES

L'euro a atteint son plus bas niveau en quatre mois face au billet vert, à 1,2965 dollar, en raison des craintes persistantes liées aux problèmes de dette de la zone euro et d'un optimisme croissant vis-à-vis de l'économie américaine.

Mais l'euro n'aurait probablement pas pu descendre bien davantage face au dollar avant la publication du rapport sur l'emploi non agricole aux Etats-Unis, en partie parce que les investisseurs pourraient rechigner à acheter massivement le billet vert dans un contexte de baisse des rendements des emprunts du Trésor américain, selon Junichi Ishikawa, de FXOnline Japan.

 
 

PETROLE

Les cours du pétrole évoluent en demi-teinte vendredi, alors que le dollar s'apprécie et que les investisseurs s'interrogent sur l'évolution de la demande de pétrole des Etats-Unis, selon des analystes

Vers 07h00, le contrat de référence de New York sur le brut léger doux pour livraison en février gagnait 6 cents, à 88,44 dollars le baril.

A 06h00, le Brent de la mer du Nord pour livraison en février perdait 42 cents à 94,10 dollars le baril.

Les analystes de Commonwealth Bank of Australia estiment que le fléchissement des prix du brut est dû au renforcement du dollar, ainsi qu'à la détérioration des chiffres sur les inscriptions au chômage et sur les ventes de détail, qui ont soulevé des doutes quant aux perspectives de croissance de la demande de pétrole des Etats-Unis.

Matt Smith, analyste de Summit Energy, explique que les investisseurs se sont tournés vers la sécurité du dollar américain, à cause des inquiétudes qui entourent l'euro.

LES INDICES A 9H56...

BEL 20 * 2606.02 -19.42 -0.74 %  
AEX 25 * 355.03 -1.86 -0.52 %  
CAC 40 * 3876.47 -27.95 -0.72 %  
Euronext 100 * 701.87 -4.22 -0.60 %  
Next 150 * 1700.96 -5.65 -0.33 %  
DAX 30 6954.65 -26.74 -0.38 %  
MIB 30 20,453.43 -183.96 -0.89 %  
BEL 20 * 2,606.72 -18.72 -0.71 %  
SMI 6,516.18 -16.66 -0.26 %  
SLI 1,035.07 -2.46 -0.24 %  
SPI 5,846.60 -11.88 -0.20 %  
FTSE™ 100 5981.61 -37.90 -0.63 %  
Dow Jones * 11,697.31 -25.58 -0.22 %  
Nasdaq 100 2,277.51 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,709.89 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,119.42 1.80 0.16 %  
OMX Helsinki 25 2,653.75 2.65 0.10 %  
OMX Stockholm 30 1,154.91 3.11 0.27 %  

09:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/01/2011

MA NOTE ,PAS CELLE DE LANOTTE..17H38

Pour vous donner mes impressions personnelles (j'étais à l'assemblée de NYRSTAR)

APPROBATION GENERALE POUR L'AUGMENTATION DE CAPITAL JUSQU'A 500 MILLIONS €; OBJECTIF: CONTINUER A CONSOLIDER VERTICALEMENT LA SOCIETE EN ACHETANT DES MINES...pour ne plus dépendre des fournisseurs extérieurs.

La gestion est très bonne depuis l'arrivée de Junck, et je suis confiant pour la suite.Ils n'ont pas pu me répondre sur la répartition des chiffres actuels; Zinc ,Plomb, puis les autres... OR,  ARGENT,CUIVRE , ACIDE SULPH, INDIUM (terres rares !!! ) et CADMIUM .. EN EFFET TOUS CES AUTRES PRODUITS VIENNENT DE L'EXPLOITATION DES MINES ACHETEES RECEMMENT...et ça doit encore être ventillé.mais ça va booster les résultats(mon avis)

Intéressant de savoir que 32% des actionnaires , sont des privés belges...

On connaîtra le prix de souscription très bientôt.Dépendra de l'avis des "placeurs banquiers"...ce seront des actions avec avantage fiscal (AFV); donc dividende taxé à 15% au lieu de 25%....

conclusion: on souscrit!

LES MARCHES NE FONT PAS GRAND CHOSE...ET LE DOLLAR MONTE ENCORE...1.3017  oil  88.32  gold  1372

  • Cercle Finance le 06/01/2011 à 17:50

Wall Street : hésitations à la veille du rapport sur l'emploi

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - Les valeurs américaines évoluent sans grande tendance jeudi avant la publication, dans la journée de demain, de chiffres très attendus sur l'emploi.

En toute fin de matinée, l'indice Dow Jones cède 0,3% à 11.684,4 points, tandis que le Standard & Poor's 500 perd lui aussi 0,3% à 1272,6 points. Le Nasdaq Composite, un moment dans le rouge, parvient à progresser de 0,1% à 2704,9 points.

Les investisseurs se montrent hésitants, visiblement tentés par quelques prises de bénéfices à la veille de la parution du rapport officiel sur l'emploi du Département du Travail.

Economistes et analystes s'attendent à ce que l'économie américaine ait créé quelque 150.000 emplois sur le mois de décembre, mais ce consensus a sans doute été révisé à la hausse depuis les bons indicateurs économiques parus hier.

Mercredi, l'enquête ADP a montré que le secteur privé avait créé près de 300.000 emplois le mois dernier, soit trois fois plus que prévu.

Pour tempérér ce bon chiffre, il convient toutefois de rappeler que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté davantage que prévu la semaine dernière.

D'après le Département du Travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté de 18.000 aux Etats-Unis lors de la semaine du 1er janvier pour se monter à 409.000, alors que les économistes les attendaient autour de 400.000.

Comme lors de tout premier jeudi du mois, les distributeurs devraient sont très surveillés aujourd'hui du fait de la parution de leurs derniers chiffres de ventes.

Macy's chute ainsi de 3% après avoir publié des ventes de plus de 4,6 milliards de dollars pour le mois de décembre, en augmentation de 4,5% en données publiées et de 3,9% à périmètre comparable.

Gap lâche pas loin de 8% après avoir fait état de ventes stables pour le mois de décembre 2010, en comparaison annuelle, mais en baisse de 3% en comparable.

Sur le Dow, Boeing prend 5% après avoir annoncé une baisse de ses livraisons l'an dernier, mais fait état d'une hausse de son carnet de commandes dans un contexte de rebond du trafic aérien.
les indices a 18h16....
BEL 20 * 2,625.44 -6.13 -0.23 %  
AEX 25 * 356.89 -0.39 -0.11 %  
CAC 40 * 3,904.42 -0.19 0.00 %  
Euronext 100 * 706.09 0.57 0.08 %  
Next 150 * 1,706.61 -1.84 -0.11 %  
DAX 30 6,981.39 41.57 0.60 %  
MIB 30 20,637.39 85.81 0.42 %  
BEL 20 * 2,625.44 -6.13 -0.23 %  
SMI 6,532.84 13.59 0.21 %  
SLI 1,037.53 4.76 0.46 %  
SPI 5,858.48 6.13 0.10 %  
FTSE™ 100 6,019.51 -24.35 -0.40 %  
Dow Jones * 11678.66 -44.23 -0.38 %  
Nasdaq 100 2273.87 3.47 0.15 %  
Nasdaq 2705.54 3.34 0.12 %  
OMX Nordic 40 1,117.62 -0.98 -0.09 %  
OMX Helsinki 25 2,651.10 0.00 0.00 %  
OMX Stockholm 30 1,151.80 0.00 0.00 %

18:18 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

NOUVELLE NOTE :) BONJOUR...

DJIA             11.722,89 points  +0,27%
Nasdaq            2.702,20 points  +0,78%
S&P 500           1.276,56 points  +0,50%

Nikkei 225       10.529,76 points  +1,44%

Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50

EUR/USD    1,3148   -0,02%
EUR/JPY    109,36   -0,15%
USD/JPY     83,18   -0,08%

ACTIONS

Les Bourses européennes pourraient gagner un peu de terrain jeudi en début de séance, après la publication mercredi aux Etats-Unis de chiffres encourageants sur l'emploi. Le fléchissement des prix des matières premières conduit cependant certains à se demander si les valeurs du secteur ne sont pas montées trop haut dernièrement.

Selon BGC Partners, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 5 points à 6.048 points, tandis que le DAX gagnerait 8 points à 6.948 points, et le CAC, 10 points à 3.915 points.

Koen De Leus, stratégiste de KBC Securities Bolero à Bruxelles, estime que les marchés en Europe sont prêts pour une correction. Il explique que les fonds d'investissement ont commencé l'année 2011 avec des capitaux à placer, et que c'est pour cela que les marchés ont bondi au début de la semaine.

Les contrats à terme sur les valeurs américaines affichent peu de changement jeudi. Wall Street a poursuivi sa hausse mercredi pour la cinquième séance consécutive, la publication de statistiques encourageantes sur le marché du travail et le secteur des services ayant conforté la perspective d'un raffermissement de la reprise économique. Deux autres indicateurs sur le marché du travail américain sont à présent attendus, dont le très surveillé rapport mensuel sur l'emploi qui paraîtra vendredi.

Pour Kent Engelke, stratégiste à Capitol Securities Management, les données publiées mercredi vont dans le sens d'une amélioration de la capacité des particuliers à faire face à leurs échéances hypothécaires, et à servir leurs dettes.

Les marchés d'actions japonais ont quant à eux profité cette nuit de la hausse du dollar face au yen mercredi. Les données sur le marché du travail publiées mercredi aux Etats-Unis ont alimenté l'espoir que le rapport mensuel sur l'emploi américain à paraître vendredi soit lui aussi solide, remarque Hideyuki Ishiguro, responsable de la stratégie d'investissement chez Okasan Securities.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir quasiment inchangés jeudi, après avoir cédé du terrain à la suite de la publication du rapport ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis.

En outre, les investisseurs sont encore déconcertés par l'annonce mardi d'un taux d'inflation de 2,2% dans la zone euro en décembre. La limite fixée par la BCE, qui est de 2%, a ainsi été dépassée pour la première fois depuis deux ans.

Jeudi, la France va allouer 7,5 à 9 milliards d'OAT à échéances 2020, 2026 et 2029.

Nordea estime qu'une aggravation de la crise de la dette pourrait exercer une pression supplémentaire sur les emprunts d'Etat français au sein des pays principaux de la zone euro. Mais même si le courtier n'a pas un avis très favorable sur ces titres en général, il ne s'attend pas à ce qu'ils subissent des variations de spreads importantes.

Les obligations du Trésor américain sont relativement stables jeudi. Les marchés ont reculé mercredi en raison des statistiques bien meilleures que prévu sur l'emploi privé, qui ont entamé l'intérêt des investisseurs pour les valeurs refuges.

Certains économistes ont révisé en hausse leurs prévisions pour les chiffres du gouvernement sur l'emploi non agricole, attendus vendredi. Les experts sondés par Dow Jones Newswires tablent désormais sur 150.000 créations nettes d'emplois en décembre, contre 140.000 escomptées précédemment, et après 39.000 postes de plus en novembre.

Si le rapport sur l'emploi non agricole se révèle très positif, le marché pourrait se demander combien de temps la Fed va encore poursuivre son programme de rachat d'obligations du Trésor, note Ted Ake, de Société Générale à New York.

 

CHANGES

Le dollar se maintient dans des fourchettes étroites face à l'euro et au yen, tandis que le marché intègre les résultats de l'enquête ADP aux Etats-Unis, en attendant la publication vendredi du rapport mensuel sur l'emploi non agricole.

Les statistiques d'ADP ont dépassé les attentes, signe que l'économie américaine s'améliore, et cela a fait bondir le dollar, note Phil Streible, stratégiste chez Lind-Waldock à Chicago.

Si le rapport sur l'emploi à paraître vendredi se révèle également meilleur que prévu, cela conduira sans doute à se demander si la Réserve fédérale américaine pourrait limiter son programme d'achat d'actifs, qui a pesé sur le dollar, souligne Jane Foley, stratégiste devises chez Rabobank à Londres. Si la possibilité que la Fed change de politique vient à être évoquée, cela constituera un changement majeur, qui pourrait faire plonger l'euro sous la barre de 1,30 dollar, estime-t-elle.

Alors que le dollar s'est renforcé à la faveur des signes indiquant que la reprise économique prend de l'ampleur aux Etats-Unis, les inquiétudes au sujet des tensions sur le marché de la dette souveraine de la zone euro ont persisté.

Le Portugal a pu placer sa dette à court terme mercredi, mais au prix fort, ce qui fait craindre que le pays soit bientôt poussé à demander de l'aide.

"L'euro, le yen, le franc suisse, toutes ces devises ont été sous pression face au dollar [mercredi]. Tout descend face au billet vert, sauf le dollar canadien," la devise la plus corrélée à l'économie américaine, note Andrew Busch, stratégiste devises chez BMO Capital Markets à Chicago.

 

PETROLE

Les prix des contrats à terme sur le pétrole s'inscrivent en léger repli jeudi, malgré une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, qui alimente l'optimisme à l'égard de la reprise du premier consommateur mondial de pétrole, notent des analystes.

A 06h00, le contrat de février sur le Brent coté à l'ICE à Londres cédait 5 cents, à 95,45 dollars le baril. Vers 07h00, le contrat de février sur le brut léger doux du Nymex perdait 6 cents, à 90,24 dollars le baril.

  de Dow Jones...

09:01 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2011

DOLLAR TRES FERME..GOLD &OIL DOWN

  • AFP le 05/01/2011 à 16:46

USA : très forte hausse de l'emploi privé en décembre

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Un pôle emploi à Las Vegas
© AFP/Archives  Robyn Beck

Les créations d'emploi dans le secteur privé se sont fortement accélérées en décembre aux Etats-Unis, a indiqué mercredi le cabinet de conseil en ressources humaines ADP.

Le secteur privé a créé 297.000 postes nets en décembre, en données corrigées des variations saisonnières, soit plus de trois fois plus que le mois précédent, indique ADP dans son étude mensuelle sur l'emploi.

Les analystes estimaient que l'enquête ne ferait apparaître que 100.000 créations de postes nettes, selon leur prévision médiane.

Les chiffres "indiquent que l'emploi privé a augmenté très fortement en décembre, à un rythme bien supérieur à celui que l'on associe généralement à une baisse du taux de chômage", écrit ADP.

La hausse de l'emploi privé de décembre (2,8% sur un mois) est la plus forte relevée depuis la première publication de l'enquête ADP il y a onze ans.

Le cabinet écrit que "la force" de l'emploi a été "manifeste dans tous les principaux secteurs d'activité" et dans tous les types d'entreprises, quelle que soit leur taille.

En particulier, l'emploi dans les petites entreprises (moins de cinquante employés), moteur traditionnel des embauches en période de croissance a augmenté comme jamais depuis février 2006.

L'essentiel des créations d'emplois de décembre a néanmoins été constaté dans le secteur tertiaire (270.000 embauches), qui domine largement l'économie américaine.

S'il n'a pas créé de postes, le secteur de la construction n'en a pas perdu non plus, pour la première fois depuis juin 2007, indique ADP, dont l'enquête augure bien des chiffres officiels de l'emploi (public et privé) en décembre devant être publiés vendredi par le département du Travail.

Selon leur prévision médiane, les analystes estimaient avant la publication de l'enquête ADP que le rapport du ministère devrait faire apparaître 135.000 créations nettes de postes dans le pays, après la déception provoquée par la faiblesse du chiffre de novembre (39.000), et une baisse du taux de chômage de 0,1 point, à 9,7%.

"Nous devons maintenant nous attendre à un chiffre bien plus fort pour vendredi: 250.000 créations d'emplois ?" se demande Ian Shepherdson, économiste du cabinet HFE, notant que rien ne laissait prévoir un chiffre ADP aussi fort.

Plusieurs de ses confrères, comme Theresa Chen de Barclays Capital, rappellent cependant que l'enquête ADP prédit souvent assez mal les données officielles, et, sans revoir leur prévision, indiquent simplement que celle-ci pourrait finalement se revéler inférieure aux chiffres du ministère.

Selon une autre enquête publiée mercredi, par le cabinet Challenger, Gray & Christmas, le nombre de licenciements annoncé par des entreprises américaines est tombé en décembre à son plus bas niveau depuis 2000.

En baisse de 34% par rapport à novembre, ces annonces menacent 32.004 emplois aux Etats-Unis et dans le monde, indique l'enquête, notant que sur l'ensemble de l'année 2010, les annonces de suppressions d'emploi - qui avaient atteint un record en 2009 - sont tombées à leur plus bas niveau depuis 1997.

CECI ETAIT CONNU..JUSTE pour "INFO"...

  • Newsmanagers le 05/01/2011 à 16:45

Saxo Banque dévoile ses prévisions chocs pour 2011 :


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(NEWSManagers.com) -
Saxo Banque a dévoilé le 20 décembre ses prévisions chocs annuelles. Réalisées par les équipes d' analystes à Copenhague, ces prévisions dressent le scénario macro-économique pour 2011. " Prévisions chocs" , car elles se veulent plus pessimistes que celles de l' analyste de marché moyen et parce qu' il est important que les scénarios les moins probables soient pris en compte.


L'exercice proposé par Saxo Bank est basé sur la théorie du " Black Swan" inspirée par le philosophe libanais Nassim Nicholas Taleb qui décrit un événement de type " Black Swan" comme très improbable et possédant trois caractéristiques : il est imprévisible, son impact est très important et la probabilité qu'il se produise est bien élevée que ce qui est annoncé par le consensus.


Cette année, les analystes de Saxo Banque mettent l' accent sur les devises qui pourraient atteindre des niveaux records, à la hausse comme à la baisse, évoquent ce qui pourrait être l' une des acquisitions les plus controversées et s' attardent aussi sur le prix des matières premières ou un potentiel défi politique lancé contre l' autorité de la Fed.

Quelques-unes des prévisions présentées par Saxo Banque

 

1. Le rendement du bon du Trésor américain à 30 ans recule à 3%
Instiguée par la " guerre des devises" déclarée en 2010, la politique de dévaluation du dollar contraint les pays émergents à investir leurs réserves de dollars dans des bons du Trésor. Hormis le sauvetage des banques américaines, l'assouplissement quantitatif mis en ?uvre par la Réserve fédérale a échoué. La BCE, l'UE et le FMI ne sont pas parvenus à remédier aux maux des pays périphériques (les fameux PIIGS), incitant une kyrielle d'investisseurs déconcertés à se retrancher vers les valeurs refuges américaines. Le sentiment positif s'évanouit en 2011 et le rendement du bon du Trésor à 30 ans recule à 3%.
2. Le dollar australien plonge de 25% face à la livre sterling
Le Royaume-Uni retrouve ses valeurs traditionnelles: les Britanniques travaillent plus dur, ils épargnent davantage et il n'aura pas fallu attendre longtemps avant que la croissance redémarre solidement en 2011. Pour sa part, l'Australie est en proie à l'affaiblissement de son économie du fait d'un durcissement progressif des mesures de la Chine destinées à endiguer son inflation. Outre le marché immobilier australien qui s'apparente à une bulle sur le point d'éclater, le dollar australien pourrait chuter de 25% face à la livre sterling.
3. Le pétrole brut flambe avant de corriger de 30%
Désormais porté par les anticipations macro-économiques fondamentales des investisseurs, et surfant sur la vague euphorisante du redressement de l'économie américaine, le brut s'emballe et franchit le seuil des 100 dollars le baril début 2011. Quelques mois plus tard, il succombe à une correction brutale de 30%.
4. Le gaz naturel bondit de 50%
Début 2011, l'offre de gaz naturel est excédentaire: le ralentissement économique mondial provoque un déséquilibre entre offre et demande depuis deux ans, se traduisant par une baisse des cours à deux chiffres sur toute cette période. Pourtant, la hausse de la demande industrielle, le faible coût historique du gaz par rapport au pétrole brut et au charbon, l'aplatissement de la courbe à terme et la réponse positive aux propositions d'exporter davantage de réserves américaines de gaz naturel concourent à une rentabilité accrue des investissements passifs dans le gaz. Et comme une vague de froid engendre une diminution rapide des stocks, nous tablons sur un bond de 50% du cours du gaz naturel en 2011, ce qui constitue un mouvement inédit depuis 25 ans.
5. L'or atteint 1800 dollars sur fond d'intensification de la guerre des devises
Stimulée par l'amélioration de la conjoncture économique américaine, la " guerre des devises" fait un retour en force en 2011. Le déficit commercial américain se creuse, la pression s'accroît sur la Chine et à mesure que les investisseurs se réfugient dans les métaux, l'once d' or est propulsée à 1800 dollars.
Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3144 -1.25%
Euribor 1 an 1.504 0%
Gold Index 1368.20 -0.82%
Pétrole (New York) 88.50 -0.98%
LES INDICES A 17H..
BEL 20 * 2,621.75 -26.11 -0.99 %  
AEX 25 * 355.80 -3.06 -0.85 %  
CAC 40 * 3,885.02 -31.01 -0.79 %  
Euronext 100 * 702.38 -5.59 -0.79 %  
Next 150 * 1,705.50 -7.53 -0.44 %  
DAX 30 6,917.94 -57.41 -0.82 %  
MIB 30 20,510.05 -36.98 -0.18 %  
BEL 20 * 2,621.75 -26.11 -0.99 %  
SMI 6,499.77 5.46 0.08 %  
SLI 1,030.54 0.75 0.07 %  
SPI 5,835.70 -8.57 -0.15 %  
FTSE™ 100 6,027.46 13.59 0.23 %  
Dow Jones * 11,686.98 -4.20 -0.04 %  
Nasdaq 100 2,259.61 8.15 0.36 %  
Nasdaq 2,687.93 6.68 0.25 %  
OMX Nordic 40 1,117.58 -5.21 -0.46 %  
OMX Helsinki 25 2,649.90 -14.73 -0.55 %  
OMX Stockholm 30 1,151.80 -14.08 -1.21 %  
OMX Copenhagen 20 468.67 0.71 0.15 %

17:05 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR..RECUL GLOBAL...11h15...

ACTIONS

Les valeurs liées aux matières premières sont sous pression mercredi et pourraient tirer les marchés européens légèrement vers le bas à l'ouverture, en raison de prises de bénéfices dans le secteur des métaux.

IG Markets prévoit pour l'ouverture que le FTSE 100 perdra 14 points, à 6.000 points, tandis que le DAX 30 céderait 23 points à 6.952 points. Le CAC 40 est attendu en repli de 13 points à 3.903 points.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en recul mercredi. Les marchés américains ont terminé sur une note contrastée mardi et ne sont pas parvenus à poursuivre la forte hausse amorcée lundi, en raison de prises de bénéfices après l'annonce d'une augmentation inattendue des commandes aux usines.

Dans les minutes de la dernière réunion de son comité de politique monétaire, la Fed a noté "un redressement progressif de la croissance aux Etats-Unis avec de lents progrès réalisés vers un emploi optimum". Le comité a aussi révisé en hausse ses projections de croissance pour 2011.

Dans le même temps, il a souligné que la reprise restait exposée à des risques, et notamment à un possible affaiblissement du marché immobilier et à un éventuel impact aux Etats-Unis de la crise de la dette européenne.

Le comité a conclu que la conjoncture économique actuelle ne justifiait pas de réviser le programme de rachat de titres de la Fed destiné à doper l'économie.

En Asie, les places financières sont pour la plupart en baisse mercredi, pénalisées par les valeurs des matières premières sur fond de recul des prix de l'or et du pétrole mardi. A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en repli de 0,2%, à 10.380,77 points.

CHANGES

L'euro s'inscrit en légère baisse face au dollar sur fond de volumes faibles, en raison de prises de bénéfices, à l'approche de la publication cet après-midi aux Etats-Unis de l'enquête ADP sur l'emploi privé.

Ce rapport devrait faire apparaître, selon les économistes sondés par Dow Jones Newswires, 100.000 créations d'emplois en décembre outre-Atlantique, après une hausse de 93.000 en novembre.

La livre sterling évolue actuellement de façon contrastée après avoir été l'une des rares devises à gagner du terrain face au dollar mardi. Elle a été soutenue par des statistiques montrant que l'activité du secteur manufacturier au Royaume-Uni avait crû à son rythme le plus rapide depuis 16 ans en décembre.

 
 

PETROLE

Les cours du pétrole sont en baisse mercredi, sous l'effet de prises de bénéfices après la montée du brut à son plus haut niveau depuis deux ans.

Vers 07h00, le contrat de référence de New York sur le brut léger doux pour livraison en février perdait 23 cents, à 89,15 dollars le baril. A 06h00, le Brent de la mer du Nord pour livraison en février abandonnait 49 cents, à 93,04 dollars le baril.

Les prix du pétrole sont également plombés par le rebond du dollar, qui renchérit le brut, libellé dans la devise américaine, pour les détenteurs d'autres monnaies.

Mais le recul des prix devrait être limité, car le regain d'optimisme au sujet des perspectives économiques mondiales - et en particulier à l'égard des Etats-Unis, premiers consommateurs de pétrole du monde - conduit les investisseurs à tabler sur un redressement de la demande.

ercle Finance le 05/01/2011 à 10:46

CAC 40 : progression interrompue sous les 3900 points.

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris interrompt sa progression mercredi, peu satisfaite du diagnostic dressé hier par la Réserve fédérale américaine.

Vers 10h30, l'indice CAC 40 lâche 0,9% points et repasse sous la barre des 3900 points.

Les autres places européennes reculent aussi. Londres cède 0,2% et Francfort 1% sous l'effet de ses valeurs automobiles et chimiques.

Dans ses dernières 'minutes', publiées hier soir, la Fed note avoir observé un redressement de l'économie américaine, tout en jugeant que cette reprise est trop fragile pour remettre en cause son programme de rachat de titres.

Dans ce contexte, l'euro repart à la baisse et s'échange autour de 1,3260 dollar contre 1,3380 mardi soir.

'La chute en Bourse de Piraeus Bank sur fond d'augmentation de capital très dilutive et l'émission d'obligations sécurisées à taux record par BBVA nous rappellent que la crise de PIIGS est toujours d'actualité engendrant un biais négatif pour les marchés d'actions européens et pour l'euro', souligne ce matin Arnaud Poutier, chez IG Markets.

L'enquête ADP puis l'indice ISM non manufacturier seront publiés dans l'après-midi aux Etats-Unis.
LES INDICES A 11H16...
BEL 20 * 2,623.19 -24.67 -0.93 %  
AEX 25 * 354.59 -4.27 -1.19 %  
CAC 40 * 3,879.21 -36.82 -0.94 %  
Euronext 100 * 701.36 -6.61 -0.93 %  
Next 150 * 1,702.47 -10.56 -0.62 %  
DAX 30 6891.02 -84.33 -1.21 %  
MIB 30 20,343.85 -203.18 -0.99 %  
BEL 20 * 2,623.19 -24.67 -0.93 %  
SMI 6,446.80 -47.51 -0.73 %  
SLI 1,021.18 -8.61 -0.84 %  
SPI 5,799.09 -45.18 -0.77 %  
FTSE™ 100 6000.24 -13.63 -0.23 %  
Dow Jones * 11,691.18 20.43 0.18 %  
Nasdaq 100 2,251.46 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,681.25 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,116.30 -6.48 -0.58 %  
OMX Helsinki 25 2,649.83 -14.80 -0.56 %  
OMX Stockholm 30 1,155.67 -10.21 -0.88 %  

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3262 -0.36%
Euribor 1 an 1.504 0%
Gold Index 1381.20 0.12%
Pétrole (New York) 88.50 -0.98%

 

11:17 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |