12/01/2011

BONJOUR TARDIF..ON EST BIEN à 11h52

Lisbonne a affirmé avec véhémence ne pas avoir besoin d'aide extérieure pour supporter sa dette et faire tout son possible pour éviter cette possibilité. Il n'en reste pas moins que les craintes que le pays suive les pas de la Grèce et de l'Irlande et ait recours à l'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international vont croissant.

Le Portugal cherchera à vendre mercredi entre 750 millions et 1,25 milliard d'euros de dette à long terme. Il s'agit de la première adjudication de ce pays depuis le sauvetage de l'Irlande en novembre.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en légère hausse mercredi. Wall Street a gagné du terrain mardi, les inquiétudes à l'égard de la dette souveraine de la zone euro s'apaisant. La saison des résultats, qui a connu un démarrage fragile, a cependant limité la progression.

Alcoa a perdu 1%, la croissance de son chiffre d'affaires ayant déçu les investisseurs.

Les valeurs des télécommunications ont également accusé des replis. Verizon Communications a chuté de 1,6% et AT&T, de 1,5%. Verizon Wireless a présenté sa version de l'iPhone d'Apple, qui vient mettre fin à l'exclusivité dont bénéficiait jusqu'à présent AT&T.

Les places asiatiques progressent mercredi, dans le sillage de Wall Street. Toutefois, les investisseurs restent prudents avant les adjudications obligataires prévues en Europe cette semaine.

De nombreux participants ont transféré des fonds dans les marchés d'actions où les inquiétudes sur la crise de la dette souveraine de la zone euro se sont quelque peu apaisées. Les rendements obligataires en Espagne, au Portugal et en Grèce ont diminué mardi, sous l'effet des rachats de dette effectués, selon des opérateurs, par la Banque centrale européenne et l'annonce que le Japon allait acquérir des obligations du Fonds européen de stabilité financière, destinées à financer le sauvetage de l'Irlande.

L'émission mardi de 32 milliards de dollars de bons du Trésor à trois ans a connu son plus fort taux de demande étrangère depuis septembre dernier, les acheteurs étant attirés par le niveau élevé des rendements.

Mercredi, le marché devra absorber 21 milliards de dollars de bons à dix ans et 13 milliards de dollars d'emprunts à 30 ans.

CHANGES

L'euro évolue dans des fourchettes restreintes mercredi, alors que les investisseurs surveillent les adjudications de dette souveraine prévues dans la zone euro cette semaine.

Le Portugal doit émettre jusqu'à 1,25 milliard d'euros d'obligations ce mercredi. L'opération constituera un test de l'appétit des investisseurs pour la dette européenne.

Si l'opération reçoit un accueil favorable, la monnaie unique pourrait en bénéficier. Les gains risquent toutefois d'être limités par des prises de bénéfices aux alentours de 1,3077 dollar, prévient Paresh Upadhyaya, stratégiste devises chez Bank of America-Merrill Lynch.

 
 

PETROLE

Les cours du pétrole progressent mercredi après l'arrêt de la production de deux champs pétroliers de mer du Nord, en raison d'une fuite de gaz, et la fermeture d'un oléoduc en Alaska, expliquent des analystes.

Vers 7h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en février, gagnait 18 cents, à 91,29 dollars le baril.

A 6h00, le contrat sur le brent de mer du Nord pour livraison en février grimpait de 4 cents, à 97,65 dollars le baril.

Selon Ong Yi Ling, analyste chez Phillip Futures à Singapour, le marché est préoccupé par la clôture des champs Snorre et Vigdis en mer du Nord, qui risque de peser sur l'offre, déjà restreinte par la fermeture de l'oléoduc Trans-Alaska depuis le week-end.

  • AFP le 12/01/2011 à 11:29

L'euro rebondit face au dollar, le marché guette le Portugal :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

L'euro se reprenait un peu face au dollar mercredi, regrimpant au-dessus de 1,30 dollar, porté par des rumeurs d'intervention de la Banque centrale européenne (BCE), mais la prudence restait de mise avant une émission obligataire portugaise.

A 10H00 GMT (11H00 à Paris), l'euro valait 1,3025 dollar contre 1,2974 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La devise européenne progressait aussi face au yen à 108,24 yens contre 108,00 yens mardi soir.

Le billet vert perdait pour sa part un peu de terrain face à la monnaie nippone à 83,10 yens contre 83,23 yens la veille.

Selon des rumeurs de marché, la BCE serait intervenue mardi sur le marché en achetant des titres de la dette de pays fragiles de la zone euro, après avoir déjà procédé à ce type d'opérations la veille.

Les taux de rendement des obligations à 10 ans de pays fragiles de la zone euro se sont ainsi légèrement détendus, entraînant un regain de confiance des investisseurs et soutenant l'euro.

Autre élément de nature à soutenir un rebond de la monnaie unique, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn s'est dit favorable mercredi à une augmentation des capacités de prêts du Fonds de secours pour les pays de la zone euro, pour mieux armer l'Union monétaire face aux risques de crises de la dette.

De son côté, l'Allemagne, faisant fi de la crise économique qui continue de frapper nombre de ses voisins, a enregistré une croissance record en 2010 avec +3,6%, un chiffre jamais vu depuis la réunification du pays.

Mais "l'attention des marchés se focalisait (mercredi) sur une émission obligataire du Portugal, qui cherche à lever un total de 1 milliard d'euros, et cette opération sera un test décisif pour l'appétit des investisseurs pour la dette des pays périphériques" de la zone euro, observait Nick Stamenkovic, analyste chez RIA Capital Markets.

Les cambistes craignent de voir le Portugal contraint d'emprunter à des taux de plus en plus élevés, ce qui confirmerait l'idée qu'il est de plus en plus coûteux pour le pays de se financer sur les marchés.

Des taux élevés alimenteraient ainsi les craintes de voir le Portugal devoir faire appel, comme la Grèce et l'Irlande avant lui, à une aide extérieure pour tenter de redresser ses finances publiques, expliquaient des analystes.

En outre, "en cas de succès de l'émission portugaise, il y a un risque de voir les investisseurs reporter rapidement leur attention sur des émissions obligataires prévues jeudi en Espagne et en Italie", autres pays fragiles de la zone euro et que le marché considère comme de possibles candidats, après le Portugal, à un plan de soutien extérieur, prévenaient les analystes de Commerzbank.

Vers 10H00 GMT, la monnaie helvétique baissait face à l'euro à 1,2668 franc suisse pour un euro, mais se redressait légèrement face au billet vert à 0,9726 franc suisse pour un dollar.

La livre britannique baissait un peu face à l'euro à 83,26 pence pour un euro, mais progressait face au billet vert à 1,5643 dollar, regrimpant des niveaux plus vus depuis mi-décembre face au billet vert.

L'once d'or valait 1.383,50 dollars contre 1.374 dollars mardi soir.

  • Cercle Finance le 12/01/2011 à 11:25

Europe : le rebond se prolonge financières en tête.


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }
(CercleFinance.com) - De nouveau tirés par un regain d'optimisme sur le chapitre des dettes, les indices européens poursuivent leur rebond, valeurs financières en tête.

Madrid caracole parmi les grandes places avec une hausse de 3,7%, devant Milan (+2,7%), Francfort (+1,4%) et Londres (+0,5%). Sur les places d'Euronext, Paris s'adjuge 1,4%, Bruxelles et Lisbonne 0,8% et Amsterdam 0,7%.

Les marchés profitent toujours du soutien proposé par le Japon à l'Europe dans sa crise de dettes, à travers le possible achat d'obligations du FESF pour d'aider à la stabilisation de la zone euro, dont la monnaie s'apprécie à 1,303 dollar ce matin.

Le Portugal s'apprête à lancer aujourd'hui un placement obligataire d'environ un milliard d'euros afin de refinancer des échéances à cinq et 10 ans. 'Un taux supérieur à 7% sur le 10 ans fragiliserait le Portugal', prévenait-on mardi chez Barclays Bourse.

En attendant, la production industrielle a augmenté de 1,2% dans la zone euro et de 1,4% dans l'UE en novembre 2010 par rapport à octobre. Par rapport à novembre 2009, elle a progressé de 7,4% dans la zone euro et de 7,8% dans l'UE.

Le Royaume Uni a accusé un déficit commercial de 4,1 milliards de livres au mois de novembre, proche du déficit de quatre milliards (révisé de 3,9 milliards) du mois précédent, selon l'office national de statistiques.

Premières à bénéficier du regain de confiance, les valeurs bancaires entraînent le redressement des places européennes, à l'instar de Santander (+7,2% à 8,1 euros), BBVA (+6,2% à 7,5 euros), Commerzbank (+3,1% à 5,5 euros) et Société Générale (+4,2% à 42,1 euros).

Sainsbury recule de 1,3% à 385 pence à Londres, malgré un point d'activité du distributeur britannique sur son troisième trimestre 2010-11 qui illustre la vigueur de ses ventes de fin d'année.

En dépit d'un regain de l'euro, EADS bondit de 3,8% à 20,8 euros à Paris, propulsé par la commande record de 180 appareils Airbus par la firme indienne IndiGo, pour un prix catalogue de plus de 16 milliards d'euros.

Siemens (+1,2% à 92,6 euros) a reçu la commande d'une centrale à gaz à cycle combiné dernier cri en Corée du Sud. Elle aura une capacité de production de 400 mégawatts et pourra alimenter 300.000 personnes en électricité.
les indices a 11h56...
BEL 20 * 2,604.06 24.36 0.94 %  
AEX 25 * 360.83 2.53 0.71 %  
CAC 40 * 3,916.00 54.08 1.40 %  
Euronext 100 * 707.45 6.67 0.95 %  
Next 150 * 1,717.13 9.27 0.54 %  
DAX 30 7,035.85 94.28 1.36 %  
MIB 30 20,948.34 609.29 3.00 %  
BEL 20 * 2,604.06 24.36 0.94 %  
SMI 6,609.08 74.24 1.14 %  
SLI 1,051.92 13.14 1.26 %  
SPI 5,929.12 62.13 1.06 %  
FTSE™ 100 6,042.19 28.16 0.47 %  
Dow Jones * 11,671.88 34.43 0.30 %  
Nasdaq 100 2,288.73 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,716.83 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,139.25 5.29 0.47 %  
OMX Helsinki 25 2,695.43 32.26 1.21 %  
OMX Stockholm 30 1,176.52 2.15 0.18 %  
OMX Copenhagen 20 473.27 0.64 0.14 %

11:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.