03/01/2011

bonjour ,bonne semaine et bonne année!

 

les clotures de 2010

DJ Eurostoxx 50   2.792,82 points  -0,51%
CAC 40            3.804,78 points  -1,19%
DAX 30            6.914,19 points  -1,16% (clôture du 30 décembre)
FTSE 100          5.899,94 points  -1,19%
SMI               6.436,04 points  -1,99%
AEX                 354,57 points  -0,50%
BEL 20            2.578,60 points  -0,47%
FTSE Mib         20.173,29 points  -1,45% (clôture du 30 décembre)
IBEX 35           9.859,10 points  -1,23% (clôture du 30 décembre)
 
DJIA             11.577,51 points  +0,07%
Nasdaq            2.652,87 points  -0,38%
S&P 500           1.257,64 points  -0,02%
 
Nikkei 225       10.228,92 points  -1,12% (clôture du 30 décembre)
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport au cours à 22h50
 
EUR/USD    1,3298   -0,37%
EUR/JPY    108,04   -0,37%
USD/JPY     81,25   +0,05%
 
ACTIONS

Les valeurs européennes pourraient commencer l'année 2011 en hausse lundi, alors que les contrats à terme de Wall Street progressent, ce qui traduit la confiance du marché dans l'évolution de l'économie américaine cette année.

Selon ING, cette première semaine de 2011 devrait être porteuse de nouvelles encoureageantes avec, notamment, l'annonce vendredi d'une forte hausse de l'emploi non agricole outre-Atlantique.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en nette progression lundi. L'indice Dow Jones des valeurs industrielles a terminé vendredi en légère hausse, tandis que les deux autres grands indices se sont légèrement repliés, dans une séance peu animée.

Le DJIA a fini en hausse de 0,1% à 11.577,51 points vendredi, et affiche un bond de 11% par rapport au début de l'année 2010. L'indice a ainsi progressé pour la deuxième année consécutive, et a enregistré près de la moitié de cette hausse au cours du dernier mois; en décembre, il a crû de 5,2%.

Le Nasdaq Composite, qui a cédé 0,4% à 2.652,87 points vendredi, affiche une hausse de 17% sur l'année 2010.

Le S&P 500, qui est resté quasi stable à 1.257,64 points, a, lui, grimpé de 13% depuis le début de l'année, et de 6,5% au cours du seul mois de décembre.

En Asie, les places financières gagnent du terrain lundi, dopées par l'espoir d'une poursuite de la reprise économique mondiale en 2011. Les marchés restent cependant fermés en Australie, au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Thaïlande et au Vietnam, de même que les Bourses chinoises.

 
 
OBLIGATIONS

Les emprunts d'Etat européens pourraient commencer la séance en baisse lundi, alors que les investisseurs se tournent vers les marchés d'actions.

Le calendrier macroéconomique est chargé en ce début d'année. Les indices PMI définitifs de la zone euro devraient mettre en évidence un ralentissement de la croissance de l'activité du secteur privé, conformément aux estimations provisoires déjà publiées. Le climat des affaires dans la zone euro devrait s'être amélioré en décembre, mais une détérioration de la confiance des ménages est probable, comme l'indiquaient les estimations avant Noël.

Les prix des obligations du Trésor américain sont en recul lundi, après avoir gagné du terrain lors de la dernière de séance de 2010, et avoir ainsi terminé dans le vert une année marquée par la volatilité.

La nouvelle année s'annonce cependant agitée pour le marché de la dette souveraine américaine. Sur quatre des cinq dernières années, les titres à 10 ans ont progressé pendant la première semaine de janvier, souligne David Ader, stratégiste chez CRT Capital Group. A plus long terme, de nombreux observateurs estiment cependant que les prix des titres du Trésor vont chuter, et que leurs rendements vont grimper, car la poursuite du redressement de l'économie américaine encourage les investisseurs à se détourner des emprunts d'Etat pour privilégier des actifs plus risqués et à plus haut rendement. Cela pourrait ne pas arranger les affaires du gouvernement américain, qui compte à nouveau émettre un montant record de dette en 2011. La hausse des rendeme nts des obligations du Trésor pourrait par ailleurs être de mauvais augure pour l'économie, car les titres du Trésor servent de référence pour l'établissement des taux des autres formes de crédit. Une hausse des rendements risque donc de se traduire par une augmentation des coûts de l'emprunt pour les particuliers et les entreprises.

 
 
CHANGES

L'euro est pénalisé par l'aversion au risque en raison de craintes persistantes à l'égard des problèmes de dette souveraine dans la zone euro.

Le yen et le franc suisse vont continuer d'être prisés par les investisseurs, dans la mesure où ceux-ci sont inquiets au sujet de l'Europe et s'interrogent au sujet du caractère durable de la reprise économique américaine, note Saktiandi Supaat, cambiste chez UOB à Singapour.

Si la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé pour un renforcement de la monnaie unique, les analystes continuent d'identifier des risques fondamentaux pour la devise.

"Le marché devrait rester très prudent à l'égard de l'euro, étant donné que des problèmes de dette non résolus pourraient refaire surface", explique Omer Esiner, analyste à Commonwealth Foreign Exchange Inc., dans une note de recherche.

De son côté, le dollar pourrait continuer de s'affaiblir face au franc suisse du fait de l'aversion au risque, car les économies de la zone euro entament un trimestre périlleux, observe Robert Rennie, stratégiste de Westpac à Sydney.

 
 
PETROLE

Les cours du pétrole sont en légère hausse lundi, le marché tablant sur une augmentation de la demande de brut à la faveur du redressement de l'économie américaine, indiquent des analystes.

Vers 07h00, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en février, gagnait 34 cents à 91,72 dollars le baril. A 06h00, le contrat sur le Brent de la mer du Nord pour livraison en février progressait de 5 cents à 94,80 dollars le baril.

Le contrat new-yorkais et le Brent ont terminé l'année 2010 à leur plus haut niveau en deux ans, portés par l'espoir que la reprise économique américaine dope la croissance mondiale et se traduise par une plus forte demande de pétrole, expliquent des analystes.

"Le renforcement du dollar américain signifie que l'économie américaine gagne de l'élan, ce qui va accroître la demande future de pétrole", explique Ong Yi Ling, analyste de Phillip Futures à Singapour.

 

Le 03/01/2011 à 09:10

La Chine va continuer à investir dans la dette espagnole

La Chine va continuer à investir dans la dette espagnole
Le vice-Premier ministre Li Keqiang a déclaré que la Chine continuerait à participer aux futures émissions de dette souveraine de l'Espagne. Les autorités chinoises croient en la solidité du système financier espagnol, ajoute celui qui devrait succéder au Premier ministre Wen Jiabao en 2013. /Photo prise le 30 octobre 2009/REUTERS/Tim Wimborne

 

MADRID (Reuters) - La Chine continuera à participer aux futures émissions de dette souveraine de l'Espagne, écrit le vice-Premier ministre Li Keqiang dans un éditorial publié lundi par le quotidien espagnol El Pais.

Les autorités chinoises croient en la solidité du système financier espagnol, ajoute celui qui devrait succéder au Premier ministre Wen Jiabao en 2013.

"La Chine est un investisseur responsable et durable sur le marché financier européen, et particulièrement en Espagne. Nous faisons confiance au marché financier espagnol et avons en conséquence investi dans sa dette publique, ce que nous continuerons à faire à l'avenir", écrit Li Keqiang.

Ce dernier entame mardi une visite de trois jours en Espagne. Il se rendra ensuite au Royaume-Uni et en Allemagne.

Paul Day, Gregory Schwartz pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

© 2011 Reuters -

  • AFP le 03/01/2011 à 09:40

La Bourse de Paris amorce un rebond pour la 1ère séance de 2011 (+1,37%) :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Les premières transactions de l'année étaient orientées à la hausse à la Bourse de Paris (+1,37%) grâce à des rachats à bon compte après la forte baisse de la dernière semaine de l'année 2010.

A 09H23 (08H23 GMT), l'indice vedette progressait de 54,83 points pour s'inscrire à 3.860,34 points. La semaine dernière, il avait reculé de près de 100 points cédant 2,45%.

Des chasses aux bonnes affaires sont attendues mais l'environnement reste lourd alors que les investisseurs s'interrogent toujours autant sur la situation financière de certains pays fragiles de la zone euro.

"Les besoins de financement des pays européens restent élevés sur le premier semestre. La volatilité sur les marchés restera forte en fonction de la réussite des adjudications" des pays comme le Portugal qui doit faire appel au marché la semaine prochaine, soulignent les analystes d'Aurel BGC.

Parmi les valeurs en forte hausse, Lagardère (+3,13% à 31,79 euros) est entré en négociation exclusive avec l'éditeur américain Hearst pour la cession des quelque 200 titres de son pôle magazines à l'international. Le pôle est valorisé entre 450 et 550 millions d'euros.

Les constructeurs automobiles Peugeot (+2,96% à 29,25 euros) et Renault (+1,72% à 44,25 euros) étaient bien orientés. Les ventes ont progressé de 30% en décembre, selon le directeur des ventes de Renault France, Bernard Cambier, sur la radio BFM. Dans leur sillage, les équipementiers automobiles progressaient comme Faurecia (+2,64% à 22,16 euros) et Valeo (+2,15% à 43,38 euros).

GDF Suez gagnait 1,45% à 27,24 euros. Le groupe réfléchit à une mise en Bourse de ses activités pétrolières selon la presse économique française à la suite d'informations de l'agence financière Bloomberg.

En recul, Wendel (-0,84% à 68,33 euros) empêtré dans un problème de mise en cause de ses dirigeants par le fisc. La société d'investissement Wendel a jugé "erronée" toute mise en cause du groupe alors que le fisc français réclame 240 millions d'euros à quatorze de ses dirigeants et anciens dirigeants, selon le JDD dans son édition de dimanche.

09:49 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.