22/12/2010

18H23...EQUILIBRE TOTAL

  • AFP le 22/12/2010 à 18:08

Wall Street stable après la révision de la croissance des USA :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

La Bourse de New York, le 30 novembre 2010 à New York.
© AFP/Getty Images/Archives  Spencer Platt

La Bourse de New York évoluait autour de l'équilibre mercredi à la mi-séance, peu animée après l'annonce d'une révision à la hausse de la croissance des Etats-Unis au troisième trimestre, toutefois inférieure aux attentes: le Dow Jones gagnait 0,07% et le Nasdaq 0,10%.

Vers 16H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average grignotait 7,72 points à 11.540,88 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 2,67 points à 2.670,28 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 montait de 0,21% (2,61 points) à 1.257,25 points.

Mardi, Wall Street avait fini à de nouveaux sommets: pour le Dow Jones (+0,48%) depuis août 2008, pour le Nasdaq (+0,68%) depuis décembre 2007 et pour le S&P 500 depuis septembre 2008.

Par rapport au trimestre précédent, le produit intérieur brut américain a augmenté pendant les trois mois d'été de 2,6% en rythme annuel. C'est plus que l'estimation précédente (+2,5%) mais les analystes s'attendaient à un peu mieux (+2,7%).

Cette annonce "n'est pas très favorable", a commenté Lindsey Piegza, de FTN Financial. D'après elle, "on s'attendait à une belle révision à la hausse, et on ne l'a pas eue. Et la principale composante qui aurait du entraîner une révision en hausse - à savoir la consommation- n'est pas au rendez-vous".

Pour autant, "peu de gens sont au bureau, donc on n'aura que des réactions très limitées, quels que soient les chiffres", a-t-il ajouté. "Et la révision reste positive. Cela dépend de ce sur quoi le marché veut se concentrer. Il y a une certaine forme d'euphorie actuellement".

Les échanges ont été très limités depuis le début de cette semaine écourtée. Wall Street sera fermée vendredi, veille de Noël.

Sur le front immobilier, les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont rebondi de 5,6% en novembre, un chiffre globalement conforme aux attentes des analystes.

Les chiffres de la croissance "sont des statistiques qui sont un peu vieilles: on ne se préoccupe plus tellement du troisième trimestre", a estimé Gregori Volohine, de Meeschaert Capital Markets.

"Le chiffre de la consommation du troisième trimestre a déçu, mais on sait déjà que la consommation a fortement rebondi au quatrième trimestre. C'est pour ça que les chiffres publiés ce (mercredi) matin ont une valeur indicative, mais ne donnent pas une orientation au marché."

Sur le front des sociétés, Nike chutait de 5,71% à 87,03 dollars. Le fabricant d'articles de sport a publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu. Mais il a averti que ses marges allaient reculer en raison d'une hausse des coûts, et les analystes ont fait la moue devant son carnet de commandes.

A l'inverse, la chaîne de pharmacies Walgreen, dont les profits ont progressé de 19% sur un an et ont largement dépassé les attentes, gagnait 6,63% à 39,27 dollars.

Dans le secteur énergétique, Airgas abandonnait 3,39% à 61,08 dollars. Le conseil d'administration du producteur de gaz industriel a rejeté l'offre révisée de son concurrent Air Products (+0,11% à 90,63 dollars), de 70 dollars par action.

Les pétroliers ExxonMobil (+0,10%) et Chevron (+0,59%) s'orientaient en légère hausse alors que le baril de brut a atteint à New York son plus haut niveau en plus de deux ans, à 90,80 dollars.

Dell perdait 0,14% à 13,82 dollars. Le fabricant d'ordinateurs prévoit de racheter la société d'archives médicales dématérialisées InSite One pour un montant non communiqué.

Le marché obligataire cédait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans remontait à 3,340% contre 3,326% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,445% contre 4,431% la veille.

  • AFP le 22/12/2010 à 18:05

L'euro se stabilise face au dollar, nouveau plus bas face au franc suisse :


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

L'euro se stabilisait face au dollar mercredi, et touchait de nouveaux plus bas face au franc suisse, la monnaie unique restant sous la pression d'inquiétudes quant à la solidité financière de la zone euro, dans un marché sans volume à l'approche des fêtes de fin d'année.

Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro valait 1,3095 dollar contre 1,3093 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La monnaie européenne baissait face à la devise nippone à 109,38 yens contre 109,69 yens mardi soir.

Le dollar reculait aussi face au yen à 83,53 yens contre 83,90 yens mardi soir.

Les cambistes digéraient mercredi la publication d'indicateurs américains mitigés, dans un marché sans volume.

D'un côté, et ayant initialement pesé sur le billet vert, la révision à la hausse de la croissance américaine au troisième trimestre a été moindre qu'attendu, selon des chiffres publiés mercredi.

De l'autre, les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont rebondi en novembre, reprenant leur tendance haussière, et progressant un peu plus que prévu, des chiffres encourageants pour la reprise d'un des secteurs les plus touchés par la crise.

La monnaie unique se stabilisait ainsi après avoir évolué en hausse pendant la majeure partie de la séance européenne, portée par par une remarque mardi du vice-Premier ministre chinois Wang Qishan qui avait indiqué que Pékin aiderait certains pays membres de l'Union européenne (UE) à combattre la crise de leur dette souveraine, mettant en avant "l'intérêt fondamental de la Chine et de l'UE de renforcer leur coopération", selon l'agence Chine nouvelle.

Mais le soutien chinois peut difficilement nourrir un retournement de tendance complet, estiment les cambistes, sceptiques quant à la possibilité pour la Chine de représenter une alternative à une solution à long terme de la crise des dettes en Europe.

En effet, les craintes de voir la crise de la dette s'étendre dans la zone euro pèsent toujours sur la monnaie unique, des inquiétudes alimentées en début de semaine par les avertissements des agences de notation financière sur la dette de certains pays européens.

En effet, "toutes ces inquiétudes sur les plans de sauvetage et les risques de défaut de paiement sur les dettes souveraines continuent d'entraîner le franc suisse vers de nouveaux sommets (...) la devise helvétique étant portée par son statut de valeur refuge", notait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

La monnaie suisse est montée mercredi à 1,2450 franc suisse pour un euro, et à 1,4640 franc suisse pour une livre sterling, de nouveaux records historiques.

Vers 17H00 GMT, la devise helvétique progressait face à l'euro à 1,2460 franc suisse pour un euro, comme face au billet vert à 0,9515 franc suisse pour un dollar.

La livre britannique reculait face à l'euro à 85,06 pence pour un euro, comme face au billet vert à 1,5395 dollar, tombant des niveaux plus vus depuis mi-septembre face au billet vert après une révision en légère baisse de la croissance de l'économie britannique au troisième trimestre.

En outre, les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE) ont de nouveau montré que des divergences d'opinions sur la marche à suivre pour soutenir la reprise économique britannique.

L'once d'or a terminé à 1.387 dollars au fixing du soir contre 1.383 dollars mardi.

Le yuan chinois a fini à 6,6520 yuans pour un dollar contre 6,6590 yuans la veille.

18:24 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.