10/12/2010

10h07...à PARIS

  • AFP le 10/12/2010 à 10:01

A la Bourse de Paris, le rebond commence à s'essouffler (+0,19%) :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

La Bourse de Paris évoluait en légère hausse vendredi matin (+0,19%) dans un marché qui commence à s'essouffler après trois séances de hausse et avant la publication d'indicateurs aux Etats-Unis.

A 09H49 (08H49 GMT), l'indice parisien avançait de 7,45 points à 3.865,65 points. La veille, il avait gagné 0,68% grâce aux valeurs bancaires.

Après un début de semaine favorable sur fond d'apaisement des craintes en zone euro, le marché parisien montrait des signes de fatigue vendredi et était prudent avant la publication de statistiques américaines, qui viennent mettre fin à une semaine maigre sur le plan macroéconomique.

Sont attendus les chiffres du commerce extérieur à 14H30 (13h30 GMT) et l'indice de confiance des consommateurs de l'université du Michigan, à 15H55, "les deux seuls indicateurs économiques un peu significatifs de la semaine", estime Christian Parisot, économiste chez Aurel.

"Les statistiques de commerce extérieur du mois d'octobre ne devraient pas pour autant susciter de réaction forte des investisseurs. Dans le meilleur des cas, cet indicateur pourrait militer pour une révision à la hausse des prévisions de croissance du PIB américain sur la fin de l'année", poursuit-il.

La confiance des consommateurs devrait également être suivie à l'approche des fêtes de fin d'année, période clé pour la consommation.

En attendant, les investisseurs devraient opter pour la prudence et prendre quelques bénéfices sur les valeurs bancaires, les grandes gagnantes de la semaine.

Le secteur automobile, qui avait souffert la veille, reprenait du poil de la bête, notamment les équipementiers.

Valeo progressait de 2,33% à 44,23 euros alors que Moody's envisage de relever la note de la dette de l'équipementier automobile actuellement de "Ba1", Valeo ayant revu en hausse fin octobre ses objectifs annuels.

Michelin progressait de 1,92% à 54,66 euros après avoir annoncé une augmentation de ses prix pour les poids lourds.

Renault gagnait 0,68% à 43,95 euros et Peugeot 0,63% à 30,34 euros.

Dans le secteur du luxe et de la distribution, PPR gagnait 1,76% à 127 euros, saluant avec du retard son projet de cession de Conforama au Sud-africain Steinhoff, en attendant les ventes programmées de la Fnac et de Redcats.

Enfin, le certificat d'investissement d'Areva a été suspendu alors qu'une offre a été déposée par le groupe Kuwait Investment Authority (KIA) pour participer à l'augmentation de capital du groupe nucléaire public.

Le 10/12/2010 à 09:01

Thierry Mariani tente de faire retomber la polémique sur la neige

Thierry Mariani tente de faire retomber la polémique sur la neige
Dans les rues de Paris. Alors que la polémique enfle sur la gestion des routes et sur le manque d'anticipation des pouvoirs publics, le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, a souligné vendredi le "bon travail" effectué par Météo France et les services de voirie lors des importantes chutes de neige qui ont frappé l'Ile-de-France cette semaine. /Photo prise le 8 décembre 2010/REUTERS/Benoît Tessier

PARIS (Reuters) - Le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, a souligné vendredi le "bon travail" effectué par Météo France et les services de voirie lors des importantes chutes de neige qui ont frappé l'Ile-de-France cette semaine.

"J'assume tout à fait les couacs de la crise", a-t-il déclaré sur Europe 1. "Par moments, la nature est plus forte".

En visite à Moscou, le Premier ministre François Fillon a déclaré mercredi que les services de l'Etat avaient été pris au dépourvu car Météo France n'avait pas prévu l'intensité du phénomène qui a bloqué la capitale et ses accès.

La polémique porte notamment sur la gestion des routes et sur l'éventuel manque d'anticipation des pouvoirs publics après la diffusion des alertes météo.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui avait nié la veille toute pagaille, a expliqué jeudi que les chutes de neige s'étaient renforcées en fin de journée alors que ses services pensaient l'alerte terminée.

"Il y eu un bon travail fait par Météo France", a temporisé sur Europe 1 Thierry Mariani qui doit tenir une réunion dans la journée sur la gestion de cette "mini-crise", selon ses mots.

La prévision météorologique "était bonne mais pas exacte", a-t-il ajouté.

"Les services ont fait le maximum, s'il faut revoir quelques détails d'organisation, on va les revoir", a-t-il expliqué ensuite sur France Info.

Deux syndicats, la CGT et Force ouvrière (FO), ont attribué le chaos provoqué par la neige abondante au démantèlement des services de l'Etat et à la réduction des effectifs.

"Je n'aurai pas la cruauté de rappeler d'autres épisodes précédents où, avec plus de personnel, on a eu les mêmes conséquences", a dit Thierry Mariani.

"Le vrai problème, c'est que par moments, la nature est plus forte et quand il tombe une couche de neige d'une densité importante, on peut mettre toutes les sableuses et déneigeuses il y aura quand même un moment où il y aura de la neige sur la route", a-t-il fait valoir.

"Il faut que les Français le comprennent: nos services ont fait un travail remarquable. Simplement, la couche de neige était d'une densité relativement persistante", a ajouté le secrétaire d'Etat.

La circulation et les transports ont repris peu à peu jeudi en région parisienne après une nuit de chaos provoquée par des chutes de neige sans précédent depuis 1987. Des milliers de personnes ont été bloquées dans les aéroports, sur les routes ou sur leurs lieux de travail.

Laure Bretton

© 2010 Reuters  

10:09 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.