30/11/2010

BONJOUR ENNEIGé... BANQUAIRES ss PRESSION.le point à MIDI

Léger rebond en vue sur fond d'inquiétudes persistantes 

ACTIONS

Les valeurs européennes sont en légère hausse mardi en raison de mouvements d'achat, qui devraient vite s'essouffler au vu des craintes persistantes à l'égard de la dette européenne et des événements en Chine et en Corée.

IG Markets prévoit que le FTSE 100 s'adjugera 16 points à l'ouverture, à 5.567 points, tandis que le DAX avancerait de 23 points, à 6.721 points. Le CAC 40 est attendu en hausse de 11 points, à 3.648 points.

"On a vu les investisseurs se livrer à une chasse aux bonnes affaires cette nuit en Asie, ce qui pourrait soutenir quelque peu les marchés européens à l'ouverture, mais le manque de confiance à l'égard de l'euro - qui se dirige désormais vers le seuil de 1,3000 dollar - devrait continuer de se faire sentir", note IG Markets.

Les investisseurs continuent de se demander quel pays de la zone euro sera le prochain à solliciter une aide extérieure, avec le Portugal et l'Espagne en ligne de mire, selon des opérateurs.

Sur le front des statistiques macroéconomiques, les intervenants prêteront attention mardi aux chiffres du chômage dans la zone euro et en Allemagne, ainsi qu'à l'indice des prix à la consommation de la zone euro.

Les contrats à terme américains s'inscrivent en repli mardi. Les marchés ont cédé du terrain lundi, les investisseurs craignant que le plan d'aide à l'Irlande échoue à contenir la crise de la dette de la zone euro.

Les places financières asiatiques sont pour la plupart en baisse mardi. Les actions chinoises pâtissent des craintes de nouvelles mesures de resserrement monétaire, tandis que la Bourse de Séoul profite d'un retour au calme jugé temporaire dans la péninsule coréenne. A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en baisse de 1,9%, à 9.937,04 points.

OBLIGATIONS

Les Bunds pourraient commencer la séance en demi-teinte mardi, les investisseurs mettant en balance la réputation de valeurs refuges dont jouissent les obligations allemandes et leur propre réticence à détenir des emprunts d'Etat européens quels qu'ils soient.

Un stratégiste à Londres explique que "la zone euro est confrontée à des problèmes", et qu'un investisseur à qui la situation n'inspire pas confiance est amené à se demander s'il souhaite conserver des actifs libellés en euros.

  • AFP le 30/11/2010 à 11:36

L'euro tombe sous 1,30 dollar pour la première fois depuis mi-septembre :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Une pièce d'un euro et un billet d'un dollar, le 2 mars 2010 à Paris
© afp.com  Joel Saget

L'euro est tombé mardi sous le seuil de 1,30 dollar pour la première fois depuis mi-septembre, plombé par les craintes grandissantes de voir la crise de la dette s'étendre à d'autres pays fragiles de la zone euro, comme l'Espagne et le Portugal.

Vers 09H40 GMT (10H40 à Paris), la monnaie unique européenne a touché 1,2999 dollar, son niveau le plus faible depuis le 16 septembre.

Après s'être brièvement de nouveau hissé juste au-dessus du seuil de 1,30 dollar, l'euro a repris sa chute, tombant à 1,2980 dollar à 10H00 GMT.

"Si l'intention du plan d'aide à l'Irlande de ce week-end était de signifier aux marchés que les ministres européens étaient à la hauteur du défi posé par la crise actuelle, la réaction tend à prouver que cela a lamentablement échoué", a estimé Michael Hewson, de CMC Markets.

Les autorités européennes ont adopté dimanche un plan de sauvetage de 85 milliards d'euro afin d'aider l'Irlande à renflouer ses banques et rétablir ses finances publiques.

Pourtant, les effets positifs de l'annonce de ce plan n'ont été que très brefs, l'euro partant en chute libre alors que les inquiétudes des investisseurs se tournent désormais vers l'Espagne et le Portugal, également en proie à des difficultés budgétaires majeures.

Signe de la défiance des marchés sur ces pays, l'écart entre les taux des obligations espagnoles et italiennes sur 10 ans avec les taux allemands, qui servent de référence dans la zone euro, ont atteint mardi des records historiques.

Alimentant les craintes d'une crise généralisée, "de premiers signes apparaissent d'une contagion possible aux obligations d'Etat belges et italiennes", a estimé M. Hewson.

Le parcours en montagnes russes de la monnaie unique lundi montrait que "les investisseurs restent plus concentrés sur une éventuelle contagion à d'autres pays de la zone euro que sur la situation irlandaise", a observé de son côté Valentin Marinov, analyste chez CitiFX.

"Le plan d'aide écarte le risque à court terme d'un défaut de paiement de l'Irlande et apporte un certain soutien au secteur bancaire irlandais", a estimé M. Marinov, mais "l'échec de l'euro à rebondir nettement après cette annonce montre que les investisseurs ne pensent pas que ce plan suffira à empêcher les tensions sur des pays comme le Portugal et l'Espagne".

LES INDICES A MIDI...

BEL 20 * 2514.34 -6.99 -0.28 %  
AEX 25 * 330.02 0.35 0.11 %  
CAC 40 * 3647.44 10.48 0.29 %  
Euronext 100 * 663.58 1.13 0.17 %  
Next 150 * 1553.52 -0.66 -0.04 %  
DAX 30 6750.21 52.24 0.78 %  
MIB 30 19,249.80 -64.58 -0.33 %  
IBEX 35 10,388.20 0.00 0.00 %  
SMI 6,369.78 -27.72 -0.43 %  
SLI 1,001.06 -1.63 -0.16 %  
SPI 5,698.72 -20.48 -0.36 %  
FTSE™ 100 5,668.70 0.00 0.00 %  
Dow Jones * 11,052.49 -39.51 -0.36 %  
Nasdaq 100 2,144.56 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,525.22 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,028.88 3.94 0.38 %  
OMX Helsinki 25 2,436.07 -1.81 -0.07 %  
OMX Stockholm 30 1,104.29 -0.06 -0.01 %  
OMX Copenhagen 20 425.15 1.99 0.47 %  

11:58 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.