29/11/2010

10h13 ...très calme..avant la neige.

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient rebondir un peu lundi, après l'annonce dimanche d'un accord sur un plan d'aide à l'Irlande, mais les investisseurs continuent de guetter une éventuelle propagation de la crise à d'autres pays de la zone euro.

Selon IG Markets, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 15 points lundi, à 5.683 points, tandis que le DAX gagnerait 15 points, à 6.863 points, et le CAC, 9 points, à 3.737 points.

Un plan de soutien à l'Irlande de 67,5 milliards d'euros a été conclu dimanche, et les pays de l'Union européenne se sont mis d'accord pour que les futurs plans de sauvetage fassent supporter une partie des coûts aux créanciers privés.

Les contrats à terme américains sont orientés à la hausse lundi, après la publication ce week-end de données sur les ventes de détail mettant en évidence une demande robuste.

Selon Sean Kraus, directeur des investissements chez CitizensTrust, les distributeurs se font concurrence sur les prix, ce qui devrait contribuer à stimuler la consommation pendant la période des achats de fin d'année.

Les marchés asiatiques présentent un tableau contrasté lundi. La Bourse de Séoul a pris le chemin de la baisse après les déclarations du président sud-coréen qui a condamné les "provocations militaires" de la Corée du Nord. A la Bourse de Tokyo, les valeurs liées à l'exportation ont profité des données encourageantes sur les ventes de détail aux Etats-Unis pendant le "Black Friday", qui marque traditionnellement l'ouverture de la période des achats de fin d'année aux Etats-Unis.

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir sur une note contrastée lundi, tandis que les investisseurs attendent des informations majeures sur divers fronts.

Le Royaume-Uni a un programme d'austérité ambitieux et les Etats-Unis pourraient emprunter la voie de la relance économique, tandis que la zone euro frôle la défaillance, note Société Générale. On ne pourra pas échapper à une suppression douloureuse des excès des gouvernements en matière de dépenses publiques, mais on fait croire à l'opinion publique que l'austérité fonctionne à plein régime, alors qu'elle n'a pas encore réellement commencé, ajoute la banque.

Les obligations du Trésor américain s'inscrivent en léger repli lundi, mais les marchés jouissent d'un certain potentiel de progression cette semaine, qui sera marquée par une série de rachats de titres par la Réserve fédérale, des achats de fin de mois et les craintes persistantes à l'égard de la situation financière de plusieurs pays de la zone euro, dont l'Irlande, le Portugal et l'Espagne.

Cette semaine, la Fed procédera à six rachats d'obligations du Trésor - deux lundi et un chaque jour de mardi à vendredi - pour un montant total d'environ 40 milliards de dollars, selon les estimations des intervenants.

Vendredi, les opérateurs surveilleront avec attention la publication des chiffres de l'emploi non agricole en novembre aux Etats-Unis.

CHANGES

L'euro a effacé les gains réalisés en début de séance lundi en Asie après l'annonce des détails du plan de soutien à l'Irlande, car les investisseurs craignent que le Portugal et l'Espagne aient à leur tour besoin d'un sauvetage, ce qui modère l'appétit pour le risque.

"Il n'est pas certain que les craintes d'une crise de la dette au Portugal ou en Espagne et le risque d'une contagion générale s'apaisent sensiblement à court terme", note John Kyriakopolous, stratégiste devises en chef de National Australia Bank. "L'incertitude qui en résulte en matière de perspectives de croissance mondiale va peser sur les marchés d'actions et les prix des matières premières, ce qui est négatif pour le dollar australien."

Selon Stuart Ive, opérateur senior chez HiFX, l'orientation de l'euro pendant la séance à Londres lundi déterminera celle des principales paires de devises. Le plan de sauvetage pour l'Irlande pourrait "stabiliser quelque peu la situation, mais en fin de compte, les marchés restent très très intéressés par ce qui se passe également au Portugal et en Espagne. [...] Des inquiétudes continuent d'entourer ces deux pays."

Selon Akira Hoshino, responsable des transactions sur le marché des changes chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, le marché a déjà intégré le plan de sauvetage de l'Irlande, et sa réaction à l'annonce officielle sera limitée. La livre sterling est en hausse face au dollar et à l'euro, les investisseurs cherchant une solution alternative à ces deux devises assiégées tant que les problèmes de dette de la zone euro et les tensions entre la Corée du Sud et la Corée du Nord ne sont pas résolues.

PETROLE

Les contrats pétroliers évoluent en demi-teinte lundi, marquant une courte pause dans un contexte dominé par les craintes persistantes à l'égard de la dette de la zone euro, notent des analystes.

La vigueur du dollar face à l'euro devrait également exercer de nouvelles pressions sur les cours du brut en séance, ajoutent-ils.

A 6h00, le contrat de janvier sur le Brent de la mer du Nord perdait 8 cents, à 85,50 dollars le baril. Vers 7h00, le contrat de janvier sur le brut léger doux du Nymex s'adjugeait 57 cents à 84,33 dollars le baril.

  • AFP le 29/11/2010 à 09:57

Le fondateur de BlackRock voit l'euro tomber à 1,20 pour un dollar :

 

#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Le fondateur de BlackRock, Larry Fink, voit l'euro tomber à 1,20 dollar, sous l'effet des craintes de contagion à l'Espagne et au Portugal de la crise irlandaise.

"L'euro va probablement descendre à 1,25 ou 1,20 (dollar), même avec la deuxième phase de l'assouplissement quantitatif" de la politique monétaire de la banque centrale américaine. "Alors imaginez où la parité dollar/euro en serait si (la Réserve fédérale) n'avait pas fait cela", a lancé M. Fink dans un entretien publié par le quotidien économique Financial Times.

BlackRock est le premier gestionnaire d'actifs dans le monde.

"Le problème fondamental est que l'essentiel de la dette souveraine européenne est détenue par le système bancaire", a relevé M. Fink.

En conséquence, les banques européennes détiennent d'importants actifs dont la valeur a baissé, à la suite de l'abaissement de la note de la dette souveraine de plusieurs pays européens, a noté le fondateur du groupe américain.

La devise européenne a chuté en matinée à son plus bas niveau depuis deux mois à 1,3181 dollar, alors qu'elle avait atteint 1,3291 dollar dimanche soir après l'annonce de l'adoption officielle par les Européens d'un plan de sauvetage de l'Irlande.

  • AFP le 29/11/2010 à 09:37

La Bourse de Paris salue l'adoption du plan d'aide pour l'Irlande :


#content2cols p { padding: 4pt; font-size: 14px; }#content-news p img, #content-new td img { margin: 8px; }

Le Palais Brongniart, bâtiment historique de la Bourse de Paris
© afp.com  Stephane de Sakutin

La Bourse de Paris saluait lundi en début de séance (+1,15%) l'adoption dimanche par les pays européens d'un plan d'aide de 85 milliards d'euros pour l'Irlande.

A 09H23 (08H23 GMT), l'indice vedette progressait de 42,92 points à 3.761,57 points, après avoir ouvert en hausse modérée (+0,52%).

Comme attendu, les membres de l'Union européenne (UE) ont adopté un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros en faveur de l'Irlande auquel s'est joint le Fonds Monétaire International (FMI).

Ce plan est destiné notamment à renflouer les banques irlandaises, le point faible du pays suite à l'éclatement de la bulle immobilière: quelque 35 milliards d'euros sont destinés à ce secteur en grande difficulté financière.

Les membres de l'UE se sont également entendus sur les contours d'un futur Fonds de secours de la zone euro, qui a pour ambition de freiner la contagion d'une crise qui pourrait menacer le Portugal et l'Espagne, après la Grèce au printemps et l'Irlande ces dernières semaines.

Les investisseurs se montraient toutefois prudents alors qu'en fin de semaine dernière, des rumeurs insistantes laissaient entendre que Lisbonne pourrait faire appel à l'aide de l'Union européenne.

En outre, la semaine s'annonce chargée, avec la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi et une salve d'indicateurs dont ceux qui mesurent l'activité aux Etats-Unis et les chiffres mensuels de l'emploi.

En zone euro, l'indice de confiance économique de novembre est attendu à 11H00.

Côté valeurs, le secteur financier rebondissait à l'image de Crédit Agricole (+2,23% à 10,28 euros), Société Générale (+2,33% à 39,30 euros) et BNP Paribas (+1,77% à 49,63 euros).

Axa grimpait de 1,93% à 12,11 euros. L'assureur et le groupe australien AMP ont trouvé un accord pour se partager Axa Asia Pacific Holdings (Axa APH), qui a été approuvé "à l'unanimité" par les administrateurs indépendants d'Axa APH.

Publicis progressait de 0,15% à 34,77 euros après avoir annoncé l'acquisition de trois agences en Roumanie, avec lesquelles il entretenait des relations de partenariat depuis une quinzaine d'années.

  • close

Libellé Dernier Var.
EUR/USD 1.3255 0.10%
Euribor 1 an 1.531 0%
Gold Index 1365.60 0.18%
Pétrole (New York) 84.76 1.07%
 
Libellé Dernier Var. Ouv.
CAC 40 3756.16 0.74% 3748.10
ESTX50 EUR P 2762.61 0.94% 2766.11
DOW JONES 11092.00(c) -0.85% 11183.50(c)
Nasdaq Comp 2534.56(c) -0.34% 2525.91(c)
Nikkei 225 10125.99(c) 0.86% 10075.66(c)
les indices a 10h17
BEL 20 * 2,592.99 13.18 0.51 %  
AEX 25 * 338.82 2.56 0.76 %  
CAC 40 * 3,755.85 27.20 0.73 %  
Euronext 100 * 682.36 4.28 0.63 %  
Next 150 * 1,588.30 7.64 0.48 %  
DAX 30 6887.76 38.78 0.57 %  
MIB 30 20,029.77 185.46 0.93 %  
IBEX 35 10,388.20 0.00 0.00 %  
SMI 6,539.66 56.10 0.87 %  
SLI 1,025.22 9.70 0.96 %  
SPI 5,832.35 44.78 0.77 %  
FTSE™ 100 5,668.70 0.00 0.00 %  
Dow Jones * 11,092.00 -95.28 -0.85 %  
Nasdaq 100 2,153.91 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2,534.56 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1,037.99 7.88 0.77 %  
OMX Helsinki 25 2,495.16 10.55 0.42 %  
OMX Stockholm 30 1,118.87 8.76 0.79 %  
OMX Copenhagen 20 430.33 1.79 0.42 %
 

10:19 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.